REVUE DE PRESSE SUR LA VILLE : AVRIL 2014

Relancer le développement territorial
Logements… pour qui ?
Eau et agriculture
Energie
Mobilité
Que faire du siège du PND ?

Relancer le développement territorial

La tenue, au début du mois, du salon de la promotion immobilière Cityscape a donné lieu à une série de conférences et de déclarations gouvernementales relatives au secteur, et visant généralement à rassurer les investisseurs (lesquels semblent répondre favorablement).

Le conflit opposant SODIC au gouvernement Egyptien s’est soldé par un accord. Après avoir gagné son procès l’opposant au gouvernement, qui voulait lui retirer le développement des terrains de son projet Eastown Cairo, SODIC a accepté une réévaluation des terrains et un versement complémentaire pour leur achat.

Cet accord a été mentionné par le ministre du logement, M. Madbouly, indiquant qu’il travaille à des solutions de gré à gré rapides dans toutes les affaires opposant les investisseurs à l’Etat, pour éviter la lenteur des procès. Le ministre a aussi indiqué vouloir relancer les plans de développement à l’échelle nationale : plan stratégique « Egypte 2052 » et villes nouvelles notamment. Concernant ces dernières, le ministère du Logement et celui des Approvisionnements indiquent coopérer à la création de services d’approvisionnement subventionné dans les villes nouvelles de Haute Egypte.

Le gouvernement a également validé la loi sur les investissements étrangers, qui interdit désormais toute contestation des contrats passés entre le gouvernement et les investisseurs.

Non évoqué par le ministre, le plan stratégique du Caire est l’objet de l’attention de quelques sentinelles des politiques urbaines. Le plan Cairo 2050 tant décrié a été amendé et est devenu Greater Cairo Region Strategic Development Plan. Peu de détails sur ce dernier pour le moment, sinon que le GOPP et UN-habitat ont mandaté une étude d’impact socio-économique à son sujet. Celle-ci comprend notamment des réunions publiques dans les quartiers concernés par les projets. Tadamun salue l’effort vers un urbanisme participatif, mais pointe les nombreux manques au regard de l’ambition affichée. Shadow ministry of housing a également publié un post à ce propos.

Dans un article publié dans The Guardian, Mohamed Elshahed (Cairo Observer) revient sur l’accord signé entre le ministère de la défense et le groupe Emaar, concernant la poursuite du développement de Uptown Cairo. La privatisation de la ville qui y est décrite semble assez loin des prétentions démocratiques du plan stratégique.

Logements… pour qui ?

Elshahed mentionne aussi le plan d’un million de logements sociaux annoncés en mars. Derrière ce qui relève à première vue d’un programme de politique publique, il révèle surtout comment une poignée d’acteurs économiques et politiques donnent forme à la ville. Arabtec, maitre d’œuvre principal, annonce avoir choisi l’entreprise en charge de la planification d’ensemble. En l’absence d’information sur la teneur du programme, certains calculent à partir des informations disponibles. Les appartements du programme récemment signé par l’armée reviennent en moyenne à 40 000$ par unité, quand ceux des programmes de logements sociaux reviennent à 14 000$ environ, avant subvention. Cette gamme de prix semble donc destiner le million de logements à la classe moyenne.

Ces éléments viennent confirmer l’analyse publiée par Egyptian Initiative for Personal Rights (voir ici le rapport en anglais). Celle-ci montre que la politique de logement social telle qu’elle est menée exclut les plus pauvres. Malgré les annonces de programmes massifs, l’action publique ne parvient à fournir que 15% des besoins en logements du pays. Si bien que certains souhaitent l’abandon de telles politiques, disant que l’on devrait plutôt confier les moyens financiers investis en subventions directement aux habitants (K. Ibrahim, Tadamun), et concentrer les investissements directs dans les infrastructures. Cette préconisation est défendue de longue date dans le cas des quartiers informels, mais trop rarement suivie, dit David Sims à Mada Masr.

La question du statut de ces quartiers a refait surface de manière violente durant ces dernières semaines, alors que les destructions d’immeubles illégaux se poursuivaient à Dar al-Salam, tuant au moins un enfant. Certains avaient investi les économies d’une vie dans les habitations ainsi détruites, les promoteurs de l’informel portent une lourde responsabilité dans les pertes humaines et matérielles. Le cas des terrains situés à proximité de la cour constitutionnelle illustre la complexité qui peut exister pour établir le droit de propriété ou d’utilisation d’un terrain.

D’autres destructions ont eu lieu à Sadat City ainsi qu’à Manshiyet Nasser. Dans ce dernier cas, les quelques immeubles évacués et détruits l’ont été au nom de leur exposition à un nouveau glissement de terrain.

Eau et agriculture

La rareté des terres agricoles est le motif le plus souvent invoqué dans la lutte contre les constructions du secteur informel. AhramOnline publie une tribune sur la question, plaidant pour une lutte plus cohérente contre les constructions sur les terres agricoles, qu’il s’agisse des terres anciennes de la vallée du Nil ou des nouvelles terres, gagnées sur le désert. La solution avancée est une fois encore celle du développement des zones désertiques.

Les développements de Toshka et de la Nouvelle Vallée sont l’emblème de la confiance en la technique qui doit assurer l’avenir de l’Egypte. L’annonce du ministère de l’agriculture de la location prochaine de 25 000ha à des investisseurs étrangers est interprétée comme le réveil de ces grands projets. Dans les faits cependant, l’opération est loin d’être un succès. Faibles retours sur investissement, nombre dérisoire d’emplois créés dans des exploitations très mécanisées, et surtout le risque de perdre une partie des anciennes terres du Delta. En effet, des prélèvements en eau trop importants sur le Nil exposent le delta à une augmentation de la salinité des sols, par infiltration de l’eau de mer.

Alors que le chantier du barrage Renaissance se poursuit, l’Ethiopie attend de l’Egypte qu’elle abandonne sa position menaçante à son égard afin de pouvoir reprendre les discussions sur l’utilisation des eaux du fleuve. Quand les politiciens cherchent à préserver ou augmenter la ressource en eau, des agriculteurs cherchent à optimiser l’utilisation de celle-ci, avec la création de fermes en aquaponie ou hydroponie.

Pour l’amélioration de la qualité de l’eau, les dispositifs de traitement sont aussi en jeu. Cairo from below dresse un état des lieux de l’assainissement en Egypte. Le 14 avril se tenait également un workshop réunissant les différents acteurs de l’eau et de l’assainissement.

En bonus, un reportage photo, « disputed waters », suivant le Nil du Kenya à l’Egypte.

Energie

La question de l’importation du charbon a continué d’occuper le premier plan de l’actualité énergétique (relayée aussi par la presse internationale). Alors que les ministres de l’environnement et du tourisme s’y opposaient, le gouvernement a donné son accord aux importations. Le secteur touristique y voit une menace, tandis que le coordinateur de Egyptians against coal, reçu par Bassem Youssef explique que le charbon ne résoudra pas immédiatement les problèmes électriques, tandis que l’ajustement des infrastructures engagera l’Egypte dans une longue dépendance au charbon. Osama Kamal, ancien ministre du pétrole, critique également ce choix et plaide pour des énergies renouvelables.

Les analystes s’accordent pour dire que ce choix ne fera qu’accentuer la crise énergétique. Le maintien, et même l’augmentation, des subventions à l’énergie grève fortement le développement de solutions renouvelables. Dans le même temps, elles contribuent à creuser les inégalités sociales : sur les 130 milliards LE consacrés aux subventions énergétique en 2013, seuls 40 milliards sont allés aux plus pauvres. Le ministre de la planification a annoncé que les prix de l’électricité, du gaz et de l’essence seraient augmentés pour les gros consommateurs avant les élections de la fin mai, dans une tentative de mieux répartir l’effort vers les classes les plus aisées.

Alors que les ressources gazières diminuent et que les capacités de production électrique sont inférieures à la demande (jusqu’à 20% dans certaines simulations), la désorganisation institutionnelle se rappelle aux observateurs à maintes occasions. Dans l’attente d’un plan d’ensemble cohérent, des pistes sont évoquées pour des solutions à moyen terme, avec notamment un projet d’interconnexion des réseaux électriques avec l’Arabie Saoudite. A plus court terme encore, on cherche à agir sur la demande, avec la mise en place de normes sur les climatiseurs, l’installation de compteurs domestiques intelligents ou des mesures limitant la consommation électrique des administrations.

L’énergie solaire fait l’objet de timides annonces, mais les investisseurs –militaires entre autres- semblent lui reconnaître une importance croissante.

En attendant, parce que les coupures électriques continuent, voici une manière de les anticiper : http://blackdays.elwatannews.com/

Mobilité

Le métro cairote s’est agrandi de quelques kilomètres, avec l’ouverture de la phase 2 de la ligne 3, allant de Abbasiya à Héliopolis. La nouvelle section a été inaugurée le 5 mai.

La station Sadat doit également rouvrir partiellement le 3 mai, pour le transfert uniquement, les accès à la place Tahrir restant fermés. Au début du mois d’avril, le président du métro récemment licencié expliquait les conflits qui l’avaient opposé au ministère des transports.

Un accord de principe a été signé avec le gouvernement chinois pour la construction de 80km de voie ferrée au nord-est du Caire, entre el-salam city (ligne 3 du métro) et Belbes.

Le ministère des transports a aussi annoncé une avancée dans le statut des triporteurs qui circulent déjà en grand nombre au Caire : ils seront officiellement autorisés à circuler à condition que leurs conducteurs passent un permis. Mais depuis janvier, les pressions vont plutôt dans le sens d’une interdiction des importations de tuk-tuks.

Que faire du siège du PND ?

Le terrain sur lequel s’élève encore le siège du PND, brûlé en 2011, devrait revenir au musée égyptien voisin. Alors que les premières annonces faisaient état d’une démolition prochaine du bâtiment, des voix s’élèvent pour que lui soit reconnue une valeur patrimoniale, proposant qu’il soit réhabilité et héberge des activités en lien avec l’archéologie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *