Parution : AUC input for Egypt’s strategy for dealing with slums

 

AUCinput

 

Le groupe de travail de l’université américaine du Caire pour la réhabilitation des quartiers dégradés a édité un carnet de recommandations à l’usage des décideurs. Sa sortie a aussi donné lieu à un symposium réunissant un certain nombre d’acteurs du secteur. Tadamun en a fait une synthèse consultable ici. Dans un format compact, le carnet aborde la question en trois temps : analyse, grands principes d’action et stratégies.

La situation en Egypte

Pour l’heure, la perception des slums est telle –incarnation de l’échec d’une société, source de dangers…- qu’elle nourrit une politique d’intervention physique visant l’effacement : destruction et relogement. Cela alors que toute action devrait plutôt s’exercer simultanément sur les facteurs sociaux déterminant la forme de ces quartiers. Dans le cas présent, slums désigne l’habitat dégradé, qu’il se situe dans des zones planifiées ou non. Selon les statistiques de l’ISDF (informal settlements development fund) en 2008, 10 à 15% des quartiers informels peuvent être considérés comme des slums. Pour rester fidèle à ce choix sémantique, on utilisera ici celui de bidonville.

 

Les destructions de quartiers suivies derelogement dans les villes nouvelles ont souvent été annoncées, mais comparativement peu appliquée, l’opposition des résidents parvenant souvent à faire plier les résolutions gouvernementales.Il existe quelques exemple de réhabilitation in situ portés par des ONG (HadayekZeinhom par le Croissant Rouge, Old Agouza par Future Foundation) ou des organes gouvernementaux (Hai el Salam à Ismaïlia à partir de 1978).

 

La création de l’InformalSettlement Development Fund (ISDF) a contribué à faire basculer les discours vers la sécurité, l’argument de la dangerosité venant justifier des destructions. Le financement du fondsl’incite par ailleurs à ne se préoccuper que des bidonvilles situés sur des terrains valorisables, et à privilégier le relogement pour pouvoir vendre lesdits terrains.

Principes d’action pour les bidonvilles

Les recommandations des instances internationales (objectifs du millénaire, UN-Habitat) vont dans le sens d’une prise en charge globale et intégrée des bidonvilles. Malgré les déclarations du gouvernement en ce sens, les financeurs restent frileux,  craignant de se trouver mêlés à des expulsions dans un programme dont ils seraient partenaires.Les évolutions politiques des dernières années n’ont pas porté de mouvement franc vers un changement de perspective. La nouvelle constitution comprend un volet sur la décentralisation, mais ses aspects techniques sont encore à définir. Il en va de même pour les politiques participatives : leur intégration n’ira pas de soi.

 

Recommandations du groupe de travail :

–          La réhabilitation doit être un processus intégré et soutenable. Le logement n’est que l’un des aspects d’un contexte social, économique et environnemental.

–          La réhabilitation devrait s’appuyer sur le droit, placer les habitants au centre du processus : droit à un logement décent, à la propriété, à des services publics, à la ville, droit de conserver une activité économique…

–          Le processus devrait être participatif. Travailler avec les communautés est une condition nécessaire au succès des programmes.

–          La réhabilitation fait intervenir différents niveaux d’action, dont il faut assurer la cohérence. Au-delà de l’échelon projet, local, il faut agir sur le cadre légal, les compétences de chacun (gouvernorat, allocation des budgets par le gouvernement, etc.)

–          Il s’agit d’un processus multi-acteurs : habitants, ONG, institutions… qui suppose donc une bonne gouvernance.

 

Questions incontournables au cours du processus :

–          quel intérêt sert-on ? (habitants ou investisseurs ? qui définit le bien commun ?)

–          a qui appartient le sol ? (régularisation, compensation…)

–          d’où vient l’argent ? (meilleur équilibre des fonds publics, panachage de fonds publics et de fonds propres des résidents)

–          A quoi ressemblera le futur ? S’agit-il de sortir les pauvres de la ville ? Ou de reconnaître leur utilité (sic) économique ?

–          Comment les décisions seront-elles prises ? comment le gouvernement peut-il apprendre à consulter les populations et à appliquer le résultat de telles consultations ?

 

 

Stratégies pour l’action

1. Réformes et gouvernance

Réformes législatives reconnaissance des droits des habitants
stratégie commune aux ministères, parlement, gouvernorats pour des programmes d’intervention. Stratégie elle-même adoptée après un vaste débat public
établissement d’un contrat-type pour la réhabilitation des bidonvilles.

 

Réformes institutionnelles rattachement de l’ISDF au ministère du développement local, clarifiant ainsi le statut du fond qui devient un équivalent de l’agence de développement des villages
allocation d’un budget spécifique à l’ISDF, pour éviter les conséquences de l’actuelle obligation d’autofinancement du fonds
créer des fonds locaux à l’échelon gouvernorat, eux-mêmes supervisés et financés par l’ISDF
assurer la capacitation des gouvernements locaux pour la gestion des projets concernant les bidonvilles
assurer la coordination entre ministères, autorités locales et agences publiques
créer une base de donnée interactive sur les bidonvilles, ouverte au public
créer un observatoire des bidonvilles, conçu comme une entité d’évaluation des politiques menées

 

Gouvernement local développement de plans stratégiques par chaque gouvernorat
montée en compétences de l’échelon gouvernorat. L’ISDF a déjà encouragé la création d’unités de développement des quartiers informel, qui pourraient voir leurs compétences élargies

 

Echelle du projet formation/soutien de tous les acteurs : des habitants dans leur capacité de mobilisation, action juridique, négociation ; des personnels administratifs locaux
reconnaissance du rôle des ONG comme contre pouvoir dans les interventions
la capacitation est bien plus importante que l’intervention physique. Les habitants doivent pouvoir s’approprier totalement les projet : ce sont eux qui les formulent et en sont co-porteurs

2. Intervention sur les quartiers

Dans l’ordre de préférence :

–          Réhabilitation sur site, intervention minimale, rénovationimmeuble par immeuble, par les résidents.

–          Redéveloppement sur site, avec réallocation des espaces. Attention à la pression des développeurs dans le sens de la valorisation des terrains. Les nouveaux usages doivent être tournés vers les intérêts des habitants.

–          Relogement à proximité. Si un développement sur place est impossible ou si développeurs et habitants parviennent à un accord. Tout cela en privilégiant la préservation des liens sociaux du quartier.

–          En dernière extrémité, relogement sur un site éloigné.

Quelle que soit l’option retenue, rien ne devrait être opéré par la force.

 

3. Coopération entre acteurs

Mise en place d’un conseil national pour l’habitat informel, regroupant organes gouvernementaux, locaux, société civile, monde économique.

4. Modèle économique

La mobilisation locale encourage les acteurs extérieurs à s’investir. Les habitants sont généralement prêts à investir dans leur quartier. Mais la mobilisation ne s’arrête pas au financement. Les équipes mobilisées doivent être interdisciplinaires, et idéalement intégrer une dimension recherche durant toute la durée du projet.

Le modèle faisant reposer le financement des projets sur la vente de terrain est insuffisant dans nombre de cas. En cas d’établissement d’un fonds, celui-ci ne peut fonctionner que s’il est local, afin d’acquérir la confiance des acteurs.

Expériences porteuses :

–          structure publique de développement communautaire en Thaïlande. Elle travaille avec toutes les parties prenantes pour établir un plan à l’échelle d’une ville, puis agit comme financeur direct.

–          incitation des constructeurs : à Mumbai, les promoteurs se voient offrir un supplément de droit à construire lorsqu’ils intègrent des logements de remplacement à leurs programmes.

5. Prévention

–          Programmes économiques et de logement adressés aux plus pauvres et vulnérables ;

–          intégrationdes besoins des plus pauvres à la planification urbaine, en allouant par exemple à l’habitat social une portion de toute nouvelle parcelle attribuée à un autre usage ;

–          ouverture de la politique du logement à la diversité des besoins des populations. Incitation des propriétaires de logements vacants à les louer ;

–          développement des aptitudes locales à répondre de manière complète aux demandes des citoyens ;

–          réduire l’exode rural, par le développement rural.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *