Revue de presse sur la ville : Mai/Juin 2014

 

Aménagement du territoire

La poursuite de la politique de villes nouvelles se confirme avec la relance du plan Egypt 2052 à el Alamein : « nous voulons éviter les aspects négatifs des villes anciennes en en construisant de nouvelles » a déclaré Mostafa Madbouly, ministre du logement. Alors que ce mode de développement a été amplement critiqué, la banque européenne pour la reconstruction et le développement finance une extension de centre commercial dans la ville nouvelle du 6 Octobre. Dans une de ses rares allusions à un programme politique avant son élection, le désormais président Sisi a également évoqué un plan de développement dit des « corridors de développement », élaboré par Farouk el Baz en 1985 et rejeté en 2005 du fait de son coût exorbitant (plus de détails ici).

A l’heure de ces annonces, un article se penche sur les développements avortés dans le Sinai, et sur les mystérieux mécanismes qui gouvernent la région. Le développement réel n’est pas contenu dans les plans, mais dans une équation simpliste qui considère le tourisme comme une modalité de développement en soi (résumée par « + d’hôtels = vie meilleure »).

Dans le sud Sinaï toujours, le développement en dépit du bon sens appelle des réponses du même acabit. Des résidents de Sharm el Cheikh s’opposent à une opération visant à consolider une falaise sans remédier aux causes du péril.

 

Alors que le développement territorial semble reposer sur la visibilité des projets plus que sur une bonne gouvernance, Jadaliyya publie les conclusions d’un rapport sur la décentralisation dans le monde arabe (Liban, Jordanie, Tunisie, Maroc, Yémen). Réalisée par le centre libanais pour les études politiques, l’étude compare les liens des systèmes actuels avec le passé colonial, observe de quelle manière les Etats encouragent et détournent la décentralisation, dans quelle mesure les autorités locales ont les moyens financiers d’assurer les missions qui leur sont dévolues, et comment elles sont souvent réticentes à collecter les impôts locaux. Enfin, le dernier angle d’approche examine les stratégies adoptées par les autorités locales ayant réussi à mettre en place des politiques innovantes.

Des alternatives pour le logement social ?

Alors que le ministre du logement annonçait la livraison de 50 000 logements sociaux au début du mois, les travaux de Egyptian Initiative for Personnal Rights (EIPR) sur le logement social continuent d’être relayés par la presse, et le rapport est désormais intégralement disponible en anglais. Ceci alors qu’une loi sur le logement social vient d’être ratifiée, incluant les conditions dénoncées par EIPR : celles-ci écartent jusqu’à 40% des foyers les plus pauvres de l’accès au logement social, de même que les travailleurs du secteur informel. Ce rapport est annoncé comme le premier d’une série sur le logement social.

L’auteur du rapport, Yahia Shawkat, revient sur les points essentiels dans un excellent article pour Mada Masr et émet des propositions pour une réforme de l’habitat social. Il y dresse un bilan complet des 3 programmes de logement ‘social’ en cours de réalisation, et rappelle à quel point leur qualification de social est usurpée dès lors qu’ils ne bénéficient qu’à une fraction relativement aisée de la population. Il plaide pour la location plutôt que la vente, afin de rendre ces appartements enfin accessibles aux plus pauvres, et rendre moins attractif le logement informel.

Les ministères de l’agriculture et du développement local ont déposé un projet de loi criminalisant les lotisseurs des terres agricoles afin de tenter de récupérer les 47 000 feddans illégalement construits depuis 2011.

Eau et agriculture

A l’occasion de la sortie d’un rapport de CAPMAS (Central Agency for Public Mobilisation  and Statistics) sur la disponibilité de l’eau en Egypte, Mada Masr rappelle les liens entre eau et production agricole. Le secteur agricole représente 82,6% de l’eau consommée. L’article calcule l’équivalent en eau du blé importé (volume estimé à 10,3 millions de tonnes cette année, d’Ukraine notamment), mais oublie d’en faire autant pour les exportations agricoles.

La complétion du réseau d’irrigation de Nubaria rappelle que l’entreprise de conversion des terres désertiques à l’agriculture est toujours en cours, et que les quantités d’eau nécessaires augmentent régulièrement.

Le rapport comporte aussi des recommandations destinées à peser dans les négociations avec les pays en amont du Nil. Le ton de l’Egypte à l’égard de l’Ethiopie semble évoluer sur la question du barrage Renaissance. Le gouvernement a par ailleurs annoncé le lancement récent d’un satellite, dont il annonce qu’il servira notamment à recueillir des données plus précises sur la sécurité hydrique et les conséquences de la mise en eau du barrage.

Enfin, il est parfois aussi questions d’autres modèles économiques dans le développement agricole. Le 12 mai avait ainsi lieu au Caire une conférence sur les circuits courts agricoles. Pour l’heure réservés aux plus aisés, en mesure de payer 100LE un panier de légume hebdomadaire, la démarche opère tout de même une réflexion sur l’autonomie alimentaire en Egypte, et sur des pratiques culturales oubliées.

Energie

Tous les acteurs du secteur énergétique cherchent à s’adapter au basculement que connaît l’Egypte. Par les effets combinés de l’accroissement de la demande nationale et de la réduction de la production, le pays devient importateur. De nouveaux terminaux doivent ainsi permettre l’importation. Les compagnies étrangères cherchent des stratégies pour s’adapter à la situation. En effet, pour faire fonctionner ses centrales électriques, le gouvernement prive les compagnies pétrolières de la part qui leur revient contractuellement et conserve la totalité des ressources extraites. Afin de continuer d’attirer des investisseurs malgré la mauvaise réputation que lui valent ses pratiques, le pays se voit contraint de brader un peu plus ses ressources.

L’évolution des infrastructures concerne aussi l’industrie du ciment, qui a obtenu l’autorisation d’utiliser le charbon. Malgré les coûts de ces adaptations, les investisseurs semblent suivre la transition initiée par le secteur. Les coûts sociaux et environnementaux restent cependant débattus, notamment à travers le procès intenté aux organes étatiques ayant autorisé l’usage du charbon. Le verdict était annoncé pour le mois de juin, mais le juge en charge de l’affaire s’en est retiré au motif de son « embarras ». The Egyptian Center for Economic and Social Rights a aussi engagé un échange avec la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (EBRD) protestant contre le financement par celle-ci du passage au charbon dans l’industrie du ciment. Le centre a également réalisé une infographie sur le poids des industries du charbon et du ciment dans l’économie égyptienne.

Les coupures électriques demeurent l’aspect le plus visible de la crise, et les mesures immédiates cherchent à réduire la consommation des ménages, telle la récente campagne d’information lancée par les ministères concernés en partenariat avec les entreprises internationales du secteur pétrolier. Les tentatives pour rationnaliser le secteur énergétique contraignent aussi les pouvoirs publics à une forme de reconnaissance des quartiers informels, alors que l’on annonce la pose de compteurs dans les immeubles irrégulièrement raccordés au réseau. Les coupures électriques peuvent désormais être connues à l’avance : les données communiquées par les compagnies sont cartographiées et disponibles via l’application Khodbalak. Enfin, le gouvernement a approuvé une hausse de 30% des tarifs pour les plus gros consommateurs. Celle-ci sera effective en juillet.

 

Mobilité

Mada Masr revient sur la question des tuk-tuks, et opère un parallèle entre l’attitude de l’Etat envers ceux-ci et envers les quartiers informels. L’interdiction d’importation décrétée en février apparaît une fois encore comme une manière de se préoccuper d’un symptôme en oubliant les causes profondes (Shawkat). La décision reflète aussi selon Sims le fossé de classe entre ceux qui énoncent l’interdiction et ceux qui vivent dans les quartiers où ils sont nécessaires. Entre mai et juin, les autorités ont procédé à la mise en fourrière de dizaines de tuk-tuks et de motos dans les quartiers centraux du Caire, en vertu d’une interdiction prononcée sous Moubarak. Dans la même période, plusieurs kiosques (points de vente de tabac, sucreries, boissons, etc.) ont été démantelés, notamment à Zamalek.

La prolongation récente de la ligne 3 du métro a donné lieu à nombre d’annonces pour le développement des transports cairotes : nouveaux bus pour la CTA (Cairo Transportation Authority), nouvelles lignes de « smart » bus à Héliopolis et Nasr City, extension de la ligne 3 jusqu’à al Remaya en 2018 et à l’aéroport en 2019. Le ministre des transports a également négocié des accords de coopération portant sur la maintenance et l’extension du réseau lors de sa récente visite en France.

Enfin, 8 ans après le naufrage de 2006, on annonce la réouverture d’une ligne de ferry entre Suez et Duba (Arabie Saoudite).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *