REVUE DE PRESSE SUR LA VILLE – SEPTEMBRE et OCTOBRE 2014

Pour sa première revue de presse sur la ville de l’année 2014-2015, le CEDEJ revient sur quelques enjeux majeurs qui, au-delà de simples préoccupations urbaines, concernent la passé, le présent et l’avenir de la société égyptienne. La pollution atmosphérique, alors que 2015 sera l’année du climat dans le monde, fait encore couler beaucoup d’encre. Les problèmes de sécurité urbaine, priorité du pouvoir et de l’armée égyptienne, ont fait l’objet de nombreux articles au moment de l’Eid. Il sera également question de la mobilité des citadins, alors que les projets d’agrandissement du métro du Caire semblent s’accélérer, mais aussi de la sauvegarde du patrimoine, qui semble souffrir d’un sous-encadrement manifeste.

 

Environnement :

 

Retour du « nuage noir » de pollution dans le ciel du Caire :

 

Une fois encore, le mois d’octobre a été le témoin du retour de « l’épais nuage de pollution » dans le ciel du Caire, nuage à l’origine de dangereux niveaux de pollution de l’air. Comme l’explique le Cairo Post, depuis 1999, tous les ans aux mois d’octobre et de novembre, le nuage s’installe au-dessus de la capitale à cause du brûlage de la paille des surplus des moissons de riz par les fermiers qui ont dépassé les quotas qu’ils sont autorisés à cultiver. Cette année, les surfaces cultivées dédiées au riz auraient augmenté de 100 % et l’État n’a donc pas eu la capacité de collecter l’ensemble du surplus de paille de riz ce qui a amené les fermiers à les brûler (Khaled Fahmy, ministre de l’Environnement).
D’après l’ancienne présidente de l’Agence Égyptienne de l’Environnement Madame Mawaheb Abu el-Azm, le phénomène « a considérablement diminué par rapport à précédemment » grâce à des protocoles entre les ministères de l’Agriculture et de l’Environnement ayant pour but de recycler la paille en engrais. Il semble que madame Abu el-Azm fasse ici référence à l’accord signé il y a deux ans entre le ministère de l’Environnement et la Compagnie Égyptienne pour  le recyclage des déchets agricoles et solides (Company for Recycling Agricultural and Solid Waste). Cependant, d’après Egypt Independant, ce dernier a été annulé, car l’entreprise devait d’importantes sommes d’argent au ministère des Finances.

 

La pollution en Égypte, un problème crucial :

 

Quoiqu’il en soit de l’état actuel de cet accord,  et même si le problème particulier du brûlage agricole parvenait à être résolu, la pollution reste un problème crucial en Égypte. Comme le souligne CairoScene, les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé montrent qu’un habitant du Caire inhale chaque jour 20 fois le niveau acceptable de pollution atmosphérique.
En commentaire d’une une étude de l’université de Columbia sur les niveaux de pollution où l’Égypte est classé 60ème sur 177 pays étudiés,  le ministre de l’Environnement, Khaled Fahmy, attribue les hauts niveaux de pollution à la forte densité de population de l’Égypte, population presque exclusivement concentrée dans la vallée du Nil (6% de la masse continentale du pays), ainsi qu’à divers polluants utilisés par des activités industrielles, particulièrement au Caire.  La solution serait ainsi pour lui de développer les zones industrielles et résidentielles loin de l’étroite vallée du Nil.
Pour aller plus loin : voir le rapport de la Banque Mondiale « Pour le meilleur ou pour le pire: pollution de l’air dans le Grand Caire » (en anglais).

 

Mobilité

 

Construction de la troisième ligne du métro du Caire : une station à Zamalek ?

 

La construction de la troisième ligne du métro du Caire comporte 4 phases dont les deux premières ont déjà été achevées et inaugurées : la section Attaba-Abbasiya en février 2012 et la section Abbasiya-Héliopolis/al-Ahram en mai 2014. Les deux dernières phases sont encore en projet, la plus avancée étant la quatrième qui devrait continuer vers  le nord-est jusqu’à l’aéroport du Caire. La troisième phase devrait, quant à elle, connecter les quartiers populaires d’Imbaba et Bulaq à l’ouest du Nil au centre du Caire (stations Nasser et Attaba) via Zamalek.

Le tracé de la troisième phase suscite actuellement la controverse à Zamalek où certains habitants s’opposent au tracé et à la station prévue sur l’île. Début septembre, le président de l’Autorité National des Tunnels (NAT) Ismail Al-Nagdi, s’est même retiré d’une réunion locale à Zamalek après que la discussion autour du projet de métro se soit transformée en « bagarre ».  Citant le journal gouvernemental Youm7 qui a rapporté les échanges tenus pendant la réunion, le Cairo Post revient sur l’incident en soulignant la frontière ambiguë existant entre les arguments techniques présentés par les habitants – risques de bâtiments s’effondrant sur la rue Ismail Mohamed à cause d’une profondeur d’excavation insuffisante – et leur peur que le quartier devienne « pire que Bulaq ou Imbaba lorsque le métro passera par Zamalek ». L’article met dos à dos l’État, qui « s’intéresse à l’intérêt général » et la population aisée du quartier dont le seul intérêt en tête est de protéger sa rente de situation. Pour contre balancer cette analyse, on peut se référer à l’article de Mada Masr « La station de métro de Zamalek : 6 leçons de citoyenneté », de janvier 2014 qui développe une lecture intéressante de la mobilisation contre la présence du métro comme « un test des relations entre les citoyens et les organismes gouvernementaux après la révolution » et comme une controverse qui « tente de changer le jeu au niveau des districts et de casser la soumission qui a caractérisé pendant des décennies la relation entre les élites cairotes et les autorités ».

 

Développement du réseau de métro : la 5ème  et la 6ème ligne d’ici 2020

 

Plus tard au cours du mois, le 16 septembre 2014, Ismail Nagdi a annoncé que la cinquième et la sixième ligne de métro seraient construites d’ici à 2020. La création de ces lignes avait été annoncée en mai, dans le cadre des « 28 nouvelles opportunités d’investissement dans les transports » ayant pour objet de stimuler l’économie nationale en attirant des investissements directs étrangers. Elle avait également précédé la publication d’un rapport sur la ligne 4 du métro (Haram-Misr el-Gadida) qui annonce que l’Égypte est prête à commencer la construction des deux premières phases au cours de l’année fiscale 2015-2016.

Pour voir le plan des lignes de métro actuellement construites et de celles en projet, cliquez ici.

 

Des classes « business » dans le métro ?

 

Le ministère des Transports semble prêt à étudier la possibilité de mettre en place des classes « business » dans le métro (avec climatiseur, boissons chaudes ou fraiches et WiFi) afin d’offrir aux citoyens à hauts revenus une « alternative luxueuse » à leurs voitures individuelles. Les usagers de ce système utiliseraient des cartes à puce et les trajets couteraient entre 5 et 10 livres égyptiennes (contre le tarif unique d’1 livre actuellement, soit 11 centimes d’euros environ).

 

Patrimoine culturel et religieux

 

Reconstruction des églises coptes brûlées et pillées : une promesse non tenue
Il y a un peu plus d’un an, après la chute du régime de Mohamed Morsi et la dispersion­­­­­­­­­ des sit-in des Frères Musulmans à Raba3a et Nahda, de nombreuses églises et bâtiments coptes ont été brûlés et pillés par des islamistes cherchant à se venger des chrétiens coptes qu’ils accusaient d’avoir organisé leur chute. Le nouveau gouvernement militaire qui suivi fit alors la promesse de reconstruire les églises abimées ou détruites.  La date anniversaire de cette promesse atteinte, plusieurs médias se sont penchés sur le sujet.

Egypt Source par exemple, rapporte que la reconstruction devait se dérouler sur 3 phases, mais que rien n’a vraiment été fait jusqu’à présent. Citant Ishak Ibrahim, un chercheur de l’ONG Egyptian Initiative for Personal Rights, l’article explique que la première phase de la reconstruction (début décembre 2013), ayant lieu dans le gouvernorat de Minya, n’a jamais vraiment commencé à cause d’une opposition locale et du défaut de perception des promesses de don de « military businessmen » : sur les 76 millions de livres annoncées, seul un million aurait été collecté. Concernant la deuxième phase de la reconstruction programmée pour juillet 2014, aucune décision n’a été prise, malgré une rencontre le 8 août entre le Pope Tawadros et le président el-Sisi. Ainsi en août 2014, seuls 10 % des églises ont été reconstruites affirme Mina Thabet, un chercheur pour l’ONG Egyptian Commission for Rights and Freedoms. En conclusion, l’auteur de l’article lie sévèrement cet échec à « l’incapacité et la réluctance des forces de sécurité et gouvernementales à poursuivre les crimes régulièrement commis contre les chrétiens » et affirme que « les carcasses brulées des églises sont des rappels quotidiens de cet échec ». L’article « Un an après la chute de Morsi, les églises pillées deviennent des dépotoirs » du journal Muftah confirme ce chiffre de 10 % et condamne l’exploitation politique qui a été faite de la souffrance de la communauté copte.
Une autre publication du Tahrir Institute for Middle East Policy condamne aussi sévèrement le gouvernement ainsi que son incapacité à « assurer que tous les citoyens égyptiens aient les mêmes possibilités et soutiens institutionnels pour mettre en place ou rénover leurs lieux de culte ».  D’un point de vue juridique, l’article explique comment les législations passées et actuelles sont sources d’inégalités pour les chrétiens en ce qui concerne les lieux de culte. Actuellement, il faut obtenir une autorisation présidentielle pour reconstruire ou modifier une église ainsi que l’accord du gouvernorat pour tous travaux de reconstruction ou d’expansion. L’inégalité face aux lieux de cultes est également devenue un sujet de controverse dans la presse à la suite de la plainte de l’avocat de confession copte, Nabil Luka Bibawi auprès du conseil d’Etatle 1er septembre 2014 pour contraindre le premier ministre et le ministre de la Justice à former un conseil composé de responsables d’al-Azhar et de l’Église copte, et chargé d’écrire les grandes lignes d’une nouvelle loi facilitant la construction d’Églises.
Sur une note plus positive, l’Église suspendue du Caire copte, une des plus vieilles au monde, 1700 ans, a rouvert en octobre 2014, après 16 ans de rénovations russo-égyptiennes.

Restauration : inquiétudes face aux projets de restauration de la pyramide à degrés de Djéser et de la mosquée al-Juyushi

 

La reprise des travaux de restauration de la pyramide à degrés de Djéser a été annoncée début septembre 2014 par le ministre des Antiquités, Mamdouh Eldamaty. Le projet de reconstruction commencé en 2006 avait précédemment été interrompu en février 2013 par manque d’argent.

Certains archéologues soulèvent des craintes quant au choix de l’entreprise choisie pour effectuer la restauration puisqu’ils considèrent que cette dernière, la compagnie Al-Shorgagi, est responsable de l’effondrement d’un bloc de pierre de la pyramide vieille de 4600 ans, et qu’elle n’a ni l’expérience ni la qualification pour mener à bien ce travail. Par ailleurs, Amir Gamal, représentant le groupe de pression “Non-Stop Robberies”, accuse l’entreprise et le ministère de ne pas respecter les normes internationales.

Kamal Wahid, directeur général du service des Antiquités de Giza, conteste ces accusations et affirme que le travail de restauration « a été mené conformément à des plans approuvés par l’UNESCO, le ministère des Antiquités et le bureau d’étude compétent ». Cependant, le 24 septembre, l’UNESCO a demandé à l’Égypte un rapport détaillé sur la restauration de la pyramide de Djéser suite à un autre rapport faisant état que le monument avait été endommagé. L’UNESCO a également demandé de vérifier si ses propres recommandations de 2011 avaient été suivies. L’organisation attend ledit document avant de prendre une décision.

Un autre travail de restauration soulève également des craintes dans la région du Caire. Egyptian Chronicles sonne ainsi l’alarme face à la restauration de la mosquée al-Juyushi, près du Moqattam. De l’extérieur, il ne reste en effet plus aucune trace historique de la mosquée fatimide du 11ème siècle qui ressemble maintenant à un bâtiment « flambant neuf ».

 

Questions sécuritaires

 

Contrôle des prêches et déploiement significatif de l’armée et de la police pendant les célébrations de l’Eid al-Adha afin de prévenir toute protestation dans les mosquées et sur les places publiques

 

Les célébrations de l’Eid al-Adha d’octobre 2014 ont été une source d’inquiétude pour le gouvernement qui a craint que dans certaines mosquées ou « places publiques (…) politiquement symboliques », des partisans du précédent président, Mohamed Morsi, n’y protestent « pendant les premières prières du matin ». Ainsi, afin d’étouffer tout débordement et d’affaiblir l’influence des Frères Musulmans, « l’État a resserré son emprise sur les mosquées » en tentant de contrôler les lieux de prières et le contenu des prêches. Sur le terrain, l’Eid s’est donc caractérisé par un déploiement significatif de l’armée et de la police. La symbolique place Tahrir est ainsi devenue une « garnison militaire » quelques jours avant la fête. En ce qui concerne le contrôle des prêches, le gouvernement a décidé de bannir tout slogan politique dans les lieux de prières. Dans son article « la bataille des mosquées », Mada Masr détaille comment le ministère des Biens religieux a voulu contrôler la teneur des prêches en révoquant la licence de 55000 imams non-diplômés de l’université al-Azhar « ne correspondant pas au discours modéré » de l’institution, ainsi qu’en interdisant la tenue de prêches dans les mosquées de moins de 80 mètres carrés.

L’article explore également différentes critiques religieuses ou politiques à l’égard de cette décision. Parmi elles, celle de Amr Ezzat, chercheuse dans le programme Liberté Religieuse de l’ONG Egyptian Initiative for Personal Rights, qui questionne de manière pragmatique la capacité de l’État à l’appliquer : « Nous avons plus de 110 000 mosquées, certaines enregistrées auprès du ministère, et  d’autres entièrement gérées par des citoyens. Il est ainsi très compliqué d’empêcher les gens de prier dans certaines mosquées sous prétexte qu’elles sont petites, il est même plus compliqué de s’assurer que les imams sans licence soient empêchés [de faire des prêches] ».  En écho à cette critique, Egypt Indépendant met en lumière que malgré cette décision, l’Eid 2014 a bien était « un Eid au parfum politique »: les Frères musulmans ont organisé des rassemblements massifs sur des places du Caire et le parti salafiste al-Nour ainsi que les mouvements Jama’a al-Islamiya et Hazemoon ont tenu des prêches après les prières. D’autres partis politiques ont également été vus mener campagne pendant les célébrations.

 

La majeure partie des infrastructures civiles égyptiennes sous juridiction militaire :

 

Lundi 27 octobre 2014 le président Abdel-Fattah al-Sissi a publié un décret stipulant que, pour une période de deux ans, toute personne attaquant des infrastructures publiques vitales sera poursuivie par des procureurs militaires et jugés par des tribunaux militaires. Pour le journal Ahram Online, le décret permet ainsi « aux militaires d’assister la police dans la protection [des dites] infrastructures ». Le texte concerne la majeure partie des infrastructures civiles du pays parmi lesquelles, les centrales électriques, les gazoducs, les champs de pétrole, les stations de trains, les routes, les ponts ou bien encore les universités.

Ce texte fait suite à un nombre croissant d’attaques terroristes dans le Sinaï et le reste du pays, mais de nombreux militants des droits de l’homme craignent que le décret facilite l’emprisonnement des manifestants, des militants étudiants et de tout autre opposant. En effet, comme le souligne Hassiba Hadj Sahraoui,  directeur adjoint du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International, au Guardian : « les termes de la loi sont tellement vastes que dans les faits elle peut être utilisée pour bannir toute protestation, faire taire toute dissidence et livrer les dissidents aux mains de tribunaux fantoches ». Dans Middle East Eye, Mahmoud Salmani, du groupe « No to Military Trials for Civilians», partage également son inquiétude. Par exemple, il craint que les individus qui bloquent régulièrement les chemins de fer, pour protester contre l’insuffisance des services de base comme l’eau, puissent être poursuivis par des tribunaux militaires.

 

Planification et grands projets

 

Le Projet National(iste) du deuxième Canal de Suez :

 

Orient XXI analyse en détail les enjeux liés au nouveau « projet pharaonique… et contesté » qu’est celui du deuxième canal de Suez annoncé le 5 août 2014 par le gouvernement égyptien. Celui-ci consiste en : l’agrandissement et la construction de nouveaux ports adaptés aux gros navires, en la réalisation d’un hub industriel et surtout en la création d’un « nouveau canal parallèle au second » (Mohab Mamish, président de l’Autorité du canal de Suez) qui consiste en réalité en la réalisation d’une nouvelle portion de canal (sur 35 km) et l’élargissement du chenal d’une seconde portion afin de permettre à deux navires de se croiser.  Les autorités du canal de Suez prévoient un doublement du trafic d’ici 2020 et espèrent récolter 10 milliards d’euros par an grâce aux droits de passage.

Le magazine constate le peu de critiques dans la presse égyptienne à l’égard de ce projet alors que : son intérêt est questionné par certains acteurs du transport maritime (le nouveau canal ne permettra toujours pas aux supertankers de transiter sans décharger et présente des risques de non rentabilité), que le délai de construction est soudainement passé de trois à un an (dans un souci de garder un avantage compétitif face au canal de Panama qui s’agrandit ?) et que des milliers d’habitants ont été expulsés sans compensations, 10 jours après leur notification d’expulsion.

L’article s’intéresse également sur l’opération de communication de l’inauguration du projet et au discours nationaliste qu’il sert, appelant les Égyptiens à « se soutenir les uns les autres ». Le financement du canal (et des tunnels) lui-même s’inscrit dans cette rhétorique puisqu’il sera uniquement égyptien (précédemment le président Mohamed Morsi avait été accusé de vouloir vendre le canal de Suez aux Qataris). Dans une série d’articlesMada Masr revient sur la méthode de financement du projet à travers l’achat de certificats d’investissement. Mis en vente le 4 septembre 2014, ils ont été achetés en une dizaine de jours.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *