REVUE DE PRESSE SUR LA VILLE – NOVEMBRE 2014

Mobilité et transports

Interdiction sectorielle des poids-lourds et plus lourdes peines en cas de violation du Code de la route suite à une série d’accidents de la route mortels

Le 5 novembre 2014 a été promulgué un décret interdisant les camions au sein des villes en journée (de 6h à 23h). Ce dernier, entré en vigueur le 15 novembre 2014, exclut les camions transportant de la nourriture, du pétrole ainsi que ceux servant à la livraison des journaux. Cette décision fait suite à une série d’accidents de la route mortels survenus au cours des semaines précédentes, notamment celui d’un accident de bus scolaire sur la route agricole de Beiheria qui a fait 18 morts. Bien que la plupart des accidents se soient produits, et se produisent sur ce type de route, le décret ne prévoit pas de restriction du trafic ni sur les autoroutes, ni sur les routes agricoles ou du désert ni sur le « ring road ».

Le 5 novembre la législation relative au Code de la route a également été amendée afin de punir plus sévèrement la circulation en sens interdit, la conduite sous substance prohibée et les excès de vitesse. Les modifications du code de la route que l’amendement implique sont entrées en vigueur le 24 novembre 2014. En octobre 2014 déjà, une campagne de sécurité routière menée à travers le pays par le département de la circulation routière du ministère de l’Intérieur avait signalé que « la plupart des violations du Code de la route concernent des excès de vitesse, des circulations à contre-sens, la conduite sans permis ainsi que la conduite sous influence de la drogue. »

 

40% des ponts égyptiens seraient menacés d’effondrement et 75% des routes égyptiennes nécessiteraient un meilleur entretien :

Le faible entretien des routes est aussi une des causes principales du fort taux d’accident en Égypte. Le 26 novembre 2014, le directeur de l’autorité nationale des routes, ponts et transports terrestres Saad El-Goyushi, a ainsi affirmé que près de 700 des 1706 ponts égyptiens (soit presque 40% d’entre eux) ont dépassé leur date limite de maintenance obligatoire et courent le risque de s’effondrer. De même, 75% des routes nécessiteraient un meilleur entretien. Saad El-Goyushi a par ailleurs cherché à souligner les efforts entrepris par l’autorité pour réparer les routes et les ponts, comme son souci d’augmenter ses revenus (au moyen du contrôle de la publicité sur les routes par exemple). Elle évoque l’accord qu’elle a signé avec le ministère de la Planification afin de réattribuer des fonds, affectés à la construction de nouvelles routes et de nouveaux ponts, à l’entretien de celles et ceux qui existent déjà.

 

Harcèlement sexuel

Station de métro Al-Shohada : « chaos de harcèlement sexuel » :

Depuis la fermeture de la station de métro Saddat (sous la place Tahrir) en août 2013 pour « des raisons de sécurité », Al-Shohada est devenue l’unique station permettant la correspondance entre les lignes 1 et 2 du métro pour ses 3,5 millions de passagers journaliers. Comme le décrit Al-Ahram Online, la station est ainsi devenue un « chaos de harcèlement sexuel » pour les femmes, principalement à l’heure de pointe lorsque les harceleurs sont plus difficiles à identifier. Shoft Taharoosh, une initiative contre le harcèlement sexuel, a ainsi constaté que la signalisation de cas de harcèlement sexuel a « dramatiquement augmenté » depuis la fermeture de la station Saddat.

 

80% des femmes cairotes ont déjà été victimes du harcèlement sexuel :

D’après une étude de l’Université Américaine du Caire menée dans 3 quartiers du Caire (Haggana, Manshiyat Nasser and Imbaba) et citée par Egypt Independent,  80% des femmes cairotes ont déjà été victimes de harcèlement sexuel. D’après l’étude, les répondants, hommes ou femmes, ont expliqué ce phénomène par le chômage, l’ignorance religieuse et l’habillement des femmes.

The Chronikler tente quant à lui d’apporter des explications moins superficielles au phénomène « si répandu que des ONG ont classifié la situation de pandémique ». Plusieurs facteurs explicatifs sont ainsi listés dans l’article «Le harcèlement sexuel et la Médina » comme l’ordre social patriarcal et les forts stéréotypes de genre qui régissent la société égyptienne. En plus d’exercer une oppression sur les femmes, ils en exercent également une sur les hommes qui n’arrivent plus à se montrer à la hauteur de ce qui est attendu d’eux et qui en réaction redirigent leurs sentiments d’impotence et de frustration sur les femmes. Comme l’observe le journaliste et blogger égyptien Khaled Diab, “quand la colère et le ressentiment commencent à prospérer dans la société, c’est le plus souvent les plus vulnérables qui en paient le prix – qu’il s’agisse des femmes, des enfants ou des minorités 

 

Gouvernance et pouvoir local

Mobilisation dans le gouvernorat de la Mer Rouge contre la nouvelle carte administrative de l’Egypte

Le 2 juillet 2014, le premier ministre Ibrahim Mahleb a formé un comité chargé de réviser le décret présidentiel concernant la modification des frontières des gouvernorats et de proposer de nouvelles démarcations. Ce comité fait suite à l’annonce du candidat Sisi en mai 2014 de mettre en place une nouvelle division des gouvernorats afin que chacun d’entre eux ait à la fois un accès au désert et un accès à la mer. D’après lui cette configuration permettrait de donner à chaque gouvernorat l’opportunité de construire des logements et de créer des exploitations minières ou agricoles à l’ouest du Nil et l’opportunité de développer des industries, notamment agricoles et touristiques sur la façade maritime. Les changements principaux qu’impliquerait cette nouvelle démarcation sont : l’augmentation de la taille de certains gouvernorats au détriment d’autres et la création de trois nouveaux gouvernorats (un dans le centre du Sinaï, un autre au nord dans la région côtière d’Al Alamaïn, un troisième combinant les oasis de Farafra et Bahariya).

Pour voir la carte administrative de l’Egypte proposée par le programme électoral de Sisi : cliquez-ici. En novembre 2014 le Président Sisi a examiné la proposition finale de la nouvelle délimitation des gouvernorats ; une nouvelle loi devrait donc bientôt être annoncée.

 

Cette nouvelle carte devrait particulièrement diminuer la taille de l’actuel gouvernorat de la Mer Rouge puisque les gouvernorats de Haute-Egyte seront amenés à s’étendre sur son territoire jusqu’à la mer. D’après Mohamed El-Raafei, un des leadeurs de la campagne “Non au découpage du gouvernorat de la Mer Rouge ” ce dernier rétrécirait de 8% et une partie de son territoire serait répartie au sien de trois autres gouvernorats. La ville de Ras Gharib serait intégrée au gouvernorat de Minya, Marsa Alam à celui de Louxor et Halaib et Shalateen deviendraient des entités de celui d’Aswan. Depuis l’annonce des nouvelles frontières administratives en août 2014, une protestation croissante s’est développée au sein du gouvernorat, principalement dans les deux plus grandes villes d’al-Qusair et Ras Gharib. Cela s’est traduit la dernière semaine de novembre 2014 par le boycott des écoles publiques, des rassemblements et des arches de protestation quotidiennes. Les inquiétudes sont à la fois d’ordre économique et administratif. Les habitants doutent de l’efficience des développements économiques annoncés et critiquent les problèmes administratifs que le découpage va générer pour les citoyens et les entreprises : « les habitants seront amenés à conduire des centaines de kilomètres chaque jour de Ras Gharib à Minya pour compléter des formulaires administratifs. Des compagnies pétrolières tout le long de la Mer Rouge seront également amenées à traiter avec plusieurs gouvernorats au lieu d’un seul actuellement ».

 

Le pouvoir local en Egypte : terre des généraux ?

Le Middle East Eye examine la place du pouvoir militaire au sein du régime égyptien et souligne la présence grandissante des figures militaires à des postes politiques depuis la destitution de l’ancien président Frère Musulman, Mohamed Morsi en juillet 2013. Ainsi, depuis août 2014, 19 des 27 gouvernorats du pays sont « dirigés par un officier avec le rang de « liwa » (major-général) » et dans chacun des 8 autres gouvernorats dirigés par des civils (Cairo, Giza, Beni Suef, Kafr el-Sheikh, Qalyubiya, Fayoum, Sharqiya, et Menoufia), un général haut-gradé exerce la fonction de vice-gouverneur ou secrétaire général aux côtés du gouverneur.

 

Planification et grands projets

Les grands projets égyptiens: “la folie des grandeurs”?

Dans son article “Trop grand pour échouer ?” Mada Masr débat de la taille et du calendrier prévus pour les différents grands projets du pays et se demande si leur trop grande ambition ne risque-t-elle pas de causer leur échec. En août 2014 par exemple, le président Sisi a annoncé son nouveau projet pour le canal de Suez (voir La revue de presse sur la ville de Septembre-Octobre 2014) et a surpris les autorités du canal en annonçant le raccourcissement du délai de réalisation de trois à un an. La rationalité économique du projet – déjà critiquée par ailleurs – est ainsi fortement remise en cause par ce calendrier raccourci qui va pousser à la hausse les coûts de construction. De plus, le délai d’un an rend impossible la promesse de Sisi de faire construire le nouveau canal uniquement par des entreprises égyptiennes. L’Egypte se retrouve en effet à devoir payer plus de 2 milliards de dollars à deux consortiums étrangers qui participent aux opérations de dragage. L’Etat serait par ailleurs en négociation avec une entreprise allemande en ce qui concerne le percement de tunnels sous le canal.

Citant l’urbaniste Davis Sims, l’article prédit que plusieurs autres projets de moindre importance pourraient subir le même sort du fait de “la folie des grandeurs” du gouvernement. Parmi eux, le projet de reconquérir quatre millions de feddans ou bien encore celui de transformer le port de Damiette en hub mondial d’échange de graines.

 

Habitat et construction

Le projet de construction d’un million d’habitations pour les foyers à faibles revenus du président Sisi confronté à des problèmes de financement et de retard

Dans son article “Trop grand pour échouer ?” mentionné précédemment, Mada Masr revient également sur le projet de construction d’un million d’habitations à destination des foyers à faibles revenus lancé par Sisi lorsqu’il était encore ministre de la défense en mars 2014. Le protocole d’accord signé entre le ministère de la défense et l’entreprise Arabtec afin de développer ce projet prévoit la fourniture à titre gracieux d’un terrain de 160 millions de m² (à la périphérie du Caire) par l’armée.

Estimé à l’époque à 40 milliards de dollars (environ 280 milliards de LE), ce projet, estime Mada Masr, concernera plutôt les foyers à revenus moyens que ceux à faibles revenus (chaque habitation devrait couter 200 000 LE environ). Les derniers changements survenus au sein du plan de financement tendent également à confirmer que le public ciblé ne sera pas en mesure de vivre dans ces nouvelles habitations. En effet, bien que le protocole d’accord entre l’Etat et Arabtec prévoie le financement du projet par des « banques égyptiennes et étrangères », début octobre 2014, les autorités égyptiennes ont finalement rendu Arabtec responsable du portage financier du projet.  Dans le même temps, elles ont aussi décidé de vendre le terrain à Arabtec via le ministère du Logement plutôt que de lui fournir à titre gracieux.  D’après Yahia Shawkat, architecte,  chercheur et rédacteur du blog Shadow Ministry of Housing, cette modification du plan de financement « va tirer les prix [des logements] à la hausse, jusqu’à peut-être 25% disent certains ». Ses changements affectent aussi le calendrier du projet puisque de nouvelles « négociations intenses et réunions » (citations d’Arabtec) sont encore nécessaires pour parvenir à un accord entre l’entreprise et le gouvernement.

Mada Masr montre aussi que les problèmes relatifs au financement et au respect des délais de construction ne sont pas choses rares en Egypte. Ce projet n’est qu’un exemple parmi d’autres. Ainsi, le projet de construction d’un million d’habitations lancé en 2011 par le Conseil Suprême des Forces Armées (qui a dirigé le pays après le 25 janvier 2011) souffre également de gros retards : en octobre2014, seulement 57 des 50 000 appartements promis pour juin 2014 auraient  été livrés.

 

Un immeuble d’habitations s’écroule à Matariya, au moins 19 morts.

Un immeuble d’habitation s’est écroulé ce 25 novembre 2014 dans le district de Matariya à l’est du Caire, tuant au moins 19 personnes. Cette catastrophe souligne le problème récurrent de mauvaise qualité des constructions auquel est confronté l’Egypte : une inspection préliminaire du site a ainsi révélé que deux étages avaient été ajoutés au bâtiment sans autorisation.

En juin 2014, l’Egyptian Initiative for Personal Rights a lancé un site internet interactif permettant l’analyse et la visualisation de données relatives à l’effondrement d’immeubles d’habitations. Ses premiers résultats montrent que la mise en vigueur laxiste par les autorités des lois régulant la construction et l’entretien des bâtiments est la raison principale des effondrements d’immeubles dans 552 des cas. L’absence d’une bonne planification et d’un bon développement des politiques de logement explique également le nombre important d’effondrements : « l’élévation du niveau de l’eau dans les villages en forte urbanisation à qui manquent les infrastructures nécessaires à la gestion des eaux usées, ainsi que les phénomènes naturels comme les crues éclairs dans les régions non préparées à leur gestion, ont été responsables de 46% des effondrements et de 10% des morts ».

 

Le développement du Sinaï

Plusieurs villages rasés suite à la mise en place d’un no-mans land et « la chasse aux tunnels » dans la région frontalière de l’Egypte avec Gaza

L’absence d’emplois et d’opportunités dans la région du Sinaï frontalière de l’Egypte avec Gaza a conduit de nombreux habitants à investir dans le « commerce des tunnels de contrebande ». Dans le cadre d’un plan stratégique visant à davantage sécuriser la région du Sinaï, les autorités égyptiennes ont intensifié fin octobre début novembre 2014 le processus d’identification et de fermeture des tunnels utilisés pour faire passer en contrebande des biens vers Gaza.

Dans le processus, plus de 200 maisons ont été démolies durant les premiers jours, révélant 117 passages. La majorité des tunnels a déjà été détruite, les plus petits – qui ont jusqu’à maintenant évité toute détection – sont maintenant prix pour cibles. L’objectif final est de mettre en place un no-mans land de 500 mètres de large le long de la frontière ce qui implique, et a impliqué, la destruction de plusieurs villages ou quartiers comme à Rafah. D’après les propos du gouverneur de la région, ce no-mans land de 500 mètres n’est qu’une première étape, et les forces de sécurité étendront leur travail de démolition au-delà de cette limite.

 

Le Sinaï, oublié des politiques de développement ?

Pour Mona Barhoum, une militante habitant la ville frontalière de Rafah « détruire des maisons ne va en rien résoudre la question des tunnels » puisque la stabilité à long terme de la région dépendra de la capacité à intégrer les populations locales.
Comme le souligne également un article d’opinion paru dans Al-Ahram Online,  le problème est que pour « des raisons sécuritaires », le Sinaï est oublié en termes de politique de développement et cela « à cause d’un manque de volonté politique couplé à une grande confusion et indécision ». L’auteur de l’article défend ainsi l’idée que le développement et la réinstallation de populations constituent la ligne de défense la plus efficace et que ces politiques ne devraient pas être perturbées du fait de préoccupations sécuritaires contreproductives.

 

Gestion des déchets:

Nourriture contre déchets?

D’après al-Masry al-Youm repris par Egyptian Streets et citant le ministère du Commerce intérieur et de l’Approvisionnement alimentaire, Khaled Hanafy, le ministre, en coordination avec celui de l’Environnement, étudie un projet permettant de distribuer gratuitement des produits alimentaires aux citoyens, en échange de la restitution de leurs déchets. Plus de détails devraient être donnés dans les mois à venir, mais le procédé impliquerait une contrepartie financière versée sur les cartes de rationnement.

 

Les vendeurs de rues du Caire :

Après leur éviction du centre-ville en août 2015 dans le but de mettre fin aux embouteillages dont on les tenait pour responsables, les vendeurs de rues du Caire ont été relocalisés dans le parking de Turgoman dans l’attente d’une plus durable location sur la place Abdel Moneim Ryad. A l’époque Mada Masr avait rapporté les plaintes des vendeurs qui considéraient, même pour quelques mois, que Turgoman n’était pas un lieu adapté à leurs besoins, car à la fois trop éloigné du trafic piétonnier et trop petit. Des vendeurs se sont également plaints de favoritisme dans l’attribution des places.

La problématique de l’éviction des vendeurs de rues du centre-ville est, parmi d’autres sujets, également abordée dans l’article du Guardian « Pourquoi la bataille pour le contrôle du centre-ville du Caire est un combat pour le futur de l’Egypte » et est mise en lien avec – comme l’a admis personnellement le premier ministre Ibrahim Mahleb – les efforts déployés par l’Etat pour restaurer son autorité aux dépens des vendeurs de rues.

Le Cairo Post rapporte que dans ces conditions, plusieurs vendeurs sont donc retournés s’installer dans les rues du centre-ville ces derniers mois, et plusieurs ont été arrêtés à Qasr el-Nil, Azbakeya et Boulaq. Ils ont aussi dû payer des amendes allant de 1000 à 5000 L.E. En réaction, Ahmed Hussein, leader du syndicat indépendant des vendeurs de rues a critiqué « la punition exagérée au regard de la petite importance du délit ». Dans le même temps, il a aussi appelé les vendeurs à faire preuve de patience puisque le projet de mall qui leur sera réservé est en construction.

 

Villes en révolution :

L’aménagement urbain comme contrôle social de la population :

Middle East Eye s’intéresse à savoir comment, à la suite du changement de régime de 2013, l’aménagement urbain est devenu un moyen de contrôler socialement la population et d’assurer l’autorité de l’État. Les manifestations et occupations de la place Tahrir à l’occasion de la révolution de 2011 marquent l’ouverture progressive des espaces publics en Égypte et leur transformation en « épicentres et symboles de la liberté d’expression ». Dans les années qui ont suivi en revanche, le territoire urbain a été le théâtre de reconfigurations segmentant et isolant ces derniers afin de mieux contrôler la population. D’après May al-Ibrashy, fondatrice du collectif pour jeunes architectes Megawra, cette intimidation de la population par l’usage de l’aménagement urbain peut être interprétée comme une réaction de peur du régime à l’égard du peuple.

Cette manière de faire s’avère plus subtile et insidieuse que le développement législatif visant à entraver la liberté d’expression dans le pays et se traduit par : la construction de murs ou de portes au travers de certaines rues, la fermeture d’axes de circulation, la présence croissante de barbelés, le déploiement significatif des forces militaires ou de polices, etc. La caractéristique la plus frappante de ces barrières au sein de la ville est leur normalisation au fil du temps.

Pour Hajer Awatta, chercheur au sein de Taqween (bureau d’études cairote sur les questions urbaines), que cite l’article, cet empiètement de l’Etat surl’espace public semble de plus en plus normal avec le temps et a pour conséquence de diminuer les attentes des citoyens en termes de droits. Comme il le résume : «  les gens ont senti qu’ils s’étaient approprié l’espace public (…) Maintenant, la présente croissante des forces de police, de la police militaire et de l’armée sous le nez des citoyens, leur ôte ce sentiment d’appropriation. »

 

Symbolisme des lieux de protestation: rue Mohamed Mahmoud place Tahrir :

Ce développement d’une forme d’urbanisme sécuritaire (voir le billet de R. Stadnicki à ce sujet dans Les Cafés Géographiques) doit être mis en lien avec la forte signification politique et le fort pouvoir de mobilisation que possèdent certains lieux du Caire depuis la révolution. La place Tahrir et la rue Mohamed Mahmoud par exemple, du fait de leurs statuts particuliers acquis pendant la révolution, ont ainsi été le théâtre de protestations au cours de ce mois de novembre 2014.

Depuis les violents affrontements  entre les manifestants demandant le départ du le Conseil Suprême des Forces Armées et les forces de sécurités entre le 19 et 24 novembre 2011, la rue Mohamed Mahmoud près de Tahrir, est devenue un lieu symbolique (la rue est également connue pour ses fresques murales) et de commémoration. Ainsi le 19 novembre 2014, à l’occasion du troisième anniversaire des évènements, des douzaines de manifestants ont été arrêtées dans le centre-ville du Caire. Le 29 novembre 2014, suite à l’abandon des charges de complicité de meurtre visant l’ancien président Hosni Moubarak, accusé d’avoir donné ordre de tirer sur des manifestants lors de la révolution de 2011, les autorités ont décidé la fermeture de la place Tahrir. Malgré cette fermeture, près de 5 000 personnes se seraient rassemblées en signe de contestation sur la place.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *