Entretien avec le ministre du logement, Moustapha Madbûlî, le 14 novembre 2014

Entretien avec le ministre du logement, Moustapha Madbûlî, le 14 novembre 2014, sur la chaine satellitaire, al-Qahira wa al-Nas : https://www.youtube.com/watch?v=JoD-p70E5nM

 

NDLR : Un an et demi après la traduction d’un entretien accordé par Tarik Wafik, alors ministre du Logement sous Mohamed Morsi (toujours disponible ici : http://egrev.hypotheses.org/713), les Carnets du CEDEJ publient l’entretien de son successeur, Mustafa Madbuli. Ce dernier revient sur les grands projets en cours pour l’Egypte, sa volonté de réguler le marché de l’immobilier, son intérêt pour le développement des villes nouvelles dans le désert et, en détail, sur sa vision du logement pour catégorie sociale inférieure et moyenne.

 

–        Présentateur : Nous avons aujourd’hui un éminent invité. Mon invité, jusqu’au mois de février dernier (2014) était le directeur régional pour les pays arabes du programme des Nations Unies pour les établissements humains (UN-Habitat). Jusqu’au mois de novembre 2011, il était le président de l’office général pour la planification urbaine (al-hay’a al-âma litahktî al-‘umrânî, GOPP) au ministère du logement.

Monsieur le ministre, je voudrais commencer par un sujet qui me semble plus important que ce qui intéresse les gens. Je voudrais commencer par la question du développement de la côte nord-ouest (al-sâhil al-simâlî al-gharbîa), parce que je pense ce projet fait partie des projets d’espoir pour l’Egypte. Qu’en dites-vous ?

–        Ministre : en fait, la côte nord-ouest est une région qui devait être le prolongement naturel de l’urbanisation de l’Egypte. Si j’avais le pouvoir de revenir aux années 1980, je n’aurais pas pris la décision erronée de l’époque, j’y aurais réalisé des villages touristiques qui seraient une destination majeure pour la saison estivale. Si la côte nord avait bien été mise en valeur, on aurait pu en faire une nouvelle Alexandrie, on aurait des villes côtières d’un niveau élevé, où les gens peuvent habiter, des corniches où les gens peuvent se promener et se récréer, des villes qui peuvent accueillir des millions de personnes.

–        Présentateur : Comme c’est le cas en France ?

–        Ministre : oui, comme c’est le cas en France. N’importe quelle personne qui va au sud de la France, constatera directement les erreurs commises sur la côte nord en Egypte. Mais le proverbe dit : si on n’est pas capable de rattraper la totalité d’une chose qu’on a perdue, il ne faut pas non plus l’abandonner en entier. Notre vision a consisté à tourner la page pour avancer. Aujourd’hui, l’important n’est pas de s’attarder sur cette erreur, il faut tirer profit de la grande superficie qui existe, et procéder à la création d’une société complète. J’entends par société complète : le tourisme, l’industrie, la réforme agraire, l’urbanisme, les universités, les instituts et les institutions internationales dans le même lieu. Tout ceci devrait être fait selon un organigramme bien précis. Notre objectif reste le même : résoudre le problème de la pression démographique. Durant les quarante prochaines années, l’Egypte dépassera les 150 millions d’habitants. La région de la côte nord, de par sa nature géographique, son climat et ses ressources naturelles, est la seule capable d’absorber un grand pourcentage de cet excédent démographique. Notre vision aujourd’hui, la vision du gouvernement, est qu’il faut accomplir un développement intégral, il faut créer de nouvelles villes, avoir des villes côtières dans les espaces vides si possible, pour pouvoir accueillir un grand nombre des citoyens. Créons là des centres touristiques, comme Charm el-cheikh et Hurghada, mais qui seront actifs toute l’année. A côté de ces villes, il peut y avoir une réalité urbaine, avec des citoyens qui habitent, afin de créer un développement intégral pour attirer les citoyens. Il ne s’agit pas seulement de créer des villages touristiques mais aussi des infrastructures.

–        Présentateur : Il y a un autre problème qui se pose, en tant que citoyen, mon droit est d’emprunter n’importe quelle voie sur la côte tout en apercevant la mer. A l’intérieur d’Alexandrie, ce droit a pris fin dans les années 1960, la côte du nord a suivi. Aujourd’hui apercevoir la mer c’est simplement un rêve, c’est comme regarder une vidéo. Est-ce que cette question est prise en considération ?

–        Ministre : notre plan pour une ville nouvelle, comme la ville de Alamayn al-Djadîd, c’est de se coordonner avec le ministère de l’agriculture et d’autres ministères, pour tirer profit d’une partie de l’ouest de la ville de Marina al-Alamayn, cheflieu de la nouvelle ville. S’agissant de la corniche, comme c’est le cas partout dans le monde, ce n’est pas seulement le rivage, pas seulement des voitures, non. Dans n’importe quelle ville sur la côte, vous apercevrez la mer, le sable ; il faut au moins deux à trois cents mètres d’espace pour les gens, des espaces verts et ouverts, où les gens peuvent s’asseoir, se promener loin du sable. C’est dans ce cadre que viennent ensuite les voitures et les immeubles pour créer un endroit récréatif. Un projet est en cours de réalisation à ce propos dans la ville de Alamayn, mais le développement complet de la côte nord, sur une profondeur de 180 à 200 km comprend : Siwa, Mokkhafad al-qattâr. Toute cette région fait partie de notre planification, et son cahier des charges sera publié, s’il plait à Dieu, dans les bureaux internationaux et égyptiens, au début du mois prochain.

–        Présentateur : Que dites-vous de l’élimination des mines antipersonnel dans cette région ?

–        Ministre : je voudrais vous dire quelque chose de très important, en réalité les forces armées ont déployé de gros efforts pour déminer une grande partie de cette région. Il est donc temps pour nous de commencer les travaux d’ingénierie dans la partie nettoyée.

–        Présentateur : La responsabilité des Européens est grande dans cette question, il y a eu du retard dans la mise en place du projet de développement dans cette région depuis 70 à 80 ans, surtout à cause de la guerre qu’ils ont menée à partir de notre territoire. Il y va de la responsabilité des Allemands, des Britanniques et des Italiens, notamment en ce qui concerne le coût du déminage ?

–        Ministre : le ministère de la coopération internationale a déployé beaucoup d’efforts concernant cette question depuis longtemps. Il y a eu effectivement des dons et des aides qui ont été accordés à l’Etat et aux forces armées pour nettoyer ces régions. Peut être l’effort n’était-il pas à la hauteur de nos espoirs

–        Présentateur : Monsieur le ministre, avec tout le respect que je dois à Madame la ministre de la coopération et aux autres ministres qui l’ont précédée au ministère de la coopération internationale, les Européens collaborent avec nous en ne nous accordant qu’une aide minimale. Je pense que nous avons besoin d’un effort national et sociétal, je pense qu’il y a un effort louable qui est en train de se déployer actuellement. Il faut que les Européens payent pour les actes qu’ils ont commis sur notre territoire

–        Ministre : c’est tout à fait vrai. Je suis d’accord avec vous sur ce sujet

–        Présentateur : Nous allons maintenant aborder le projet Dar Misr, qui est un projet d’actualité. Le dimanche 16 novembre 2014, si je ne me trompe, la réservation sera ouverte

–        Ministre : en effet, oui s’il plait à Dieu

–        Présentateur : Pourquoi les gens estiment-ils que le projet est cher, qu’il n’y a pas beaucoup de différence, au niveau des prix, avec des projets réalisés par le secteur privé ?

–        Ministre : laissez-moi vous dire qu’il y a eu confusion chez beaucoup de personnes, et malheureusement chez beaucoup de journalistes aussi, sur la différence entre les logements sociaux et les logements des gens à revenus limités, le projet de Dar Misr. Les gens disent directement : est-ce raisonnable que les jeunes et les personnes démunies soient obligés de payer un demi-million de livres égyptiennes ? Les gens n’ont pas fait attention au fait que nous avons le plus grand projet de logement, je vous le répète, l’un des plus grands projets de logement dans le monde pour les gens à revenus limités. Pour le projet de logement social, un million d’unité de logement sont en cours de construction…

–        Présentateur : Par la société Arabtec ?

–        Ministre : non. Ce projet est un projet construit intégralement par l’Etat. Ce sont des appartements de 90 mètres carrés, trois chambres à coucher, une salle à manger, une cuisine et des toilettes, intégralement terminés et qui sont destinés aux jeunes. Ce projet est destiné spécifiquement aux jeunes entre 25 et 45 ans. Au final, le prix de l’appartement est fixé à 130000 livres égyptiennes, que le jeune payera sur 20 ans avec un intérêt immobilier de 7% seulement, 7% pour le logement social, 8% pour la classe moyenne, c’est une initiative de la banque centrale. Ecoutez, quand nous avons rencontré le ministre algérien du logement, il nous a dit qu’ils commenceront l’année prochaine un projet similaire au nôtre. Leur objectif est de faire un projet pour les cinq prochaines années, pour combler la différence qu’il y a entre nous. Pour information, n’oublions pas que l’Algérie est un Etat producteur de pétrole, qui, de surcroit, a plus de 200 milliards de dollars de réserve. Mais nous, nous avons commencé ce projet, il y a maintenant un an et demi, nous avons aujourd’hui dépassé 250000 unités pour des citoyens à revenus limités, moyennant 130000 livres égyptiennes, en plus du fait que le jeune bénéficiera aussi d’une subvention directe de la part de l’Etat de 5000 à 25000 livres égyptiennes, selon ses revenus. L’Etat attribue cette subvention aux jeunes et aux personnes dont les revenus sont limités, pourquoi ? Parce que si nous prenons, par exemple, le projet Dar Misr, tout le monde a dit, vous avez fixé ce prix pour les jeunes, mais est-ce que les jeunes ont les moyens d’acheter un appartement à ce prix, et nous avons dit dès ce moment que ce projet n’était pas destiné aux jeunes

–        Présentateur : Peut-être est-ce le patronyme de ce projet qui est source de confusion et d’erreur. Je vais vous dire mon avis, beaucoup de personnes s’y retrouveront. Je me considère, c’est le cas de beaucoup de personnes, comme faisant partie de la classe moyenne. Les gens, même si leur niveau de vie est inférieur à la classe moyenne, n’aiment pas qu’on les considère comme inférieurs à cette classe. On a donc dit que c’est la classe moyenne qui payera 130000 livres égyptiennes sur 20 ans, mais 500000 livres égyptiennes, pour nous en tant qu’égyptiens, c’est pour les riches, ce n’est pas pour ceux qui sont issus de la classe moyenne. Est-ce qu’il ne serait pas bon d’amender ou de changer certains patronymes que portent les différents projets. Et de dire aussi que ce n’est pas la classe moyenne qui payera 600000 livres égyptiennes ?

–        Ministre : je vais rectifier un point très important. La classe moyenne en Egypte, qui a besoin d’un certain soutien, est connue. La banque centrale le sait et l’a intégré dans son initiative en diminuant le taux d’intérêt à 8% au lieu de 14% ; c’est cette classe dont le revenu atteint 10000 livres égyptiennes, selon la définition de la banque centrale. Mais si nous regardons maintenant les catégories d’une manière générale, je dirai que la classe moyenne, c’est la catégorie dont le revenu mensuel est compris entre 4000 et 20000 livres égyptiennes. Je considère que jusqu’à 20000 livres égyptiennes on est dans la catégorie de la classe moyenne. Je peux vous dire qu’il y a des employés dans le service public ou dans des sociétés, qui n’occupent pas forcément un poste très important, dont le un salaire mensuel est de 20000 livres égyptiennes. Mais revenons aux 10000 livres égyptiennes prescrites par la banque centrale, c’est sur ce montant que nous avons insisté dans le programme, c’est-à-dire nous avons une catégorie comprise entre 4000 et 10000 livres égyptiennes mensuels.

–        Présentateur : Combien y a-t-il de familles en Egypte dont le revenu est de 10000 livres égyptiennes par mois ?

–        Ministre : nous pouvons revenir à la banque centrale ou au CAPMAS, mais laissez-moi vous dire, notre étude sur le marché concernant le logement, si je parle de logement intermédiaire, montre qu’il s’agit de 25% des habitants d’Egypte. Ce sont ces derniers que je vise, je voudrais leur faire une sorte de logement, avec 25 à 30% de réduction. Parlons maintenant de nos unités, vous avez dit quelque chose de très intéressant, vous m’avez dit avant l’émission que quand vous étiez petit, vous entendiez parler de ce qu’on appelle le logement intermédiaire (iskan mutawasit). L’objectif de mon ministère est de ressusciter ce projet et de faire encore plus. Mon rôle au sein de l’Etat est d’établir une sorte d’équilibre dans le marché du logement, c’est-à-dire maitriser les prix de ces types d’unité. L’Etat n’est pas obligé de soutenir le logement intermédiaire, mais il apporte de l’aide parce que cette catégorie a été perdue, c’est-à-dire qu’elle n’avait pas d’autres options que le secteur privé. Les 600000 livres égyptiennes que vous avez évoquées, concernent un seul type d’appartement, c’est le meilleur appartement à New Cairo, le niveau le plus élevé au niveau de la république, dans un emplacement remarquable. New Cairo, comme par exemple, Zamālek, est convoité par tout le monde, c’est le nouveau Caire dont nous parlons. Si les gens estiment que l’appartement est à 600000 livres égyptiennes, l’appartement qui serait à côté, avec 400 mètres carrés et qui appartiendrait au secteur privé, est vendu entre 900000 et 950000 livres égyptiennes. Comme je vous l’ai déjà dit, mon objectif aujourd’hui est de commencer par maitriser le marché avec le lancement d’un grand nombre de ces unités. Nous avons fait des études, nous avons prospecté des agents immobiliers, nous avons aussi contacté des gens par téléphone pour avoir une idée du prix des appartements. Nous avons continué à demander aux gens pendant deux mois pour connaitre le prix réel attribué aux appartements. Je vous donne un exemple, le logement des syndicalistes qu’on pourrait considérer comme faisant partie de la classe moyenne, un des syndicalistes dont je préfère taire le nom ici, vend, dans la ville de ‘Ubûr, dans un emplacement très inférieur au nôtre, un appartement pas totalement terminé à 2700 livres égyptiennes le mètre carré. Je vous donne un autre exemple, dans la ville du 6 Octobre, un site que nous avons choisi, le mètre est à 3400 livres égyptiennes, alors qu’une société privée (surf al-sur) vend la même superficie à 4400 livres égyptiennes, ce qui fait une différence de 1000 livres égyptiennes

–        Ministre : Pourquoi ne pas diminuer le prix des vos appartement de 45 à 50% par rapport au secteur privé ?

–        Ministre : laissez-moi vous dire, afin que les gens comprennent bien : les unités de logement conçues par nos soins sont situées dans trois villes qui sont : Badr, 10 Ramadan et Sadat. Nous n’avons enregistré aucun profit, nous sommes plutôt déficitaires du fait du des coûts réels. Je vais revenir encore sur le logement intermédiaire, quel est mon rôle ? Mon rôle est de soutenir cette classe, pas de lui apporter des subventions, toute ma subvention va à la couche démunie et aux pauvres

–        Présentateur : Qui dirigera ces compounds, d’autant plus que, comme vous le savez, le gouvernement ne pourra pas diriger ce genre de projet ?

–        Ministre : il y aura un prestataire. Comme pour tous les projets, ce sont des sociétés d’administration qui dirigeront le projet

–        Présentateur : Monsieur le ministre, vous avez étudié l’administration à l’Université Harvard, est-ce que donc… ?

–        Ministre : je voudrais faire évoluer le marché du logement intermédiaire. Notre rêve n’est-il pas de vivre comme les habitants de New Cairo, de 6 Octobre, etc.? Nous allons vous aider à vivre à ce niveau avec un prix inférieur de 25 à 30% au tarif normal

–        Présentateur : je vais vous parler de quelques messages que j’ai reçus. Magid Diab dit : « le prix du mètre carré pour un logement intermédiaire peut atteindre 4300 livres égyptiennes… multipliées par 115 mètres carré. Ma retraite est de 500 livres égyptiennes, celle de ma femme est de 700 livres égyptiennes, est-ce que c’est possible pour moi ? »

–        Ministre : ceux qui sont à la retraire vivent sûrement dans un appartement qui existe déjà. Mais si nous parlons d’une personne qui a un emploi et un revenu, il a sûrement un revenu qui lui permet de se payer un appartement. De quoi parlons-nous ? Nous parlons de 4000 à 10000 livres égyptiennes. Pour celui qui parle de 500 et de 700 livres égyptiennes, la totalité de la somme est de 1200 livres, il y a aujourd’hui des appartements pour les gens à revenus limités, pour les gens de cette catégorie il y a des appartements que je peux leur donner. Mais excusez moi, nous avons des problèmes, je suis aujourd’hui le ministre du logement, marié depuis 18 ans, j’ai passé dix ans de ma vie dans un appartement de 120 mètres. Le jeune d’aujourd’hui veut vivre dans un appartement de 150 mètres dès le premier jour et veut que le prix soit très abordable. Il faut que nous changions cette culture, chacun de nous recevra selon ses moyens, nous devons tous savoir que nous luttons dans notre vie ; chaque fois que nous avançons, nous avons la chance d’obtenir mieux. Comme je vous l’ai dit, moi j’ai commencé avec une petite chose, Dieu merci, après quelque temps, j’ai pu, grâce à mes efforts, avoir quelque chose de meilleur

–        Présentateur : En ce qui concerne les parcelles de terre, le quotidien al-Misrî al-Yawm rapporte que 1968 personnes sont en concurrence pour 200 lots de terres dans la ville de Sadat. En même temps, il y a des gens qui se sont accaparés 17000 feddans. Il faut donc créer pour eux 170000 lots (qit‘at) d’immeubles qui résoudront le problème des gens qui sont là-bas. Si chaque lot d’immeuble est vendu à 100000 livres égyptiennes, cela rapportera 17 milliards de livres égyptiennes au trésor public, si c’est 200000 livres égyptiennes, cela fera 34 milliards, et si c’est 400000 livres égyptiennes, cela fera 68 milliards. Quel est le problème de terre qui existe là-bas ?

–        Ministre : je vais commencer par la ville de Sadat. Malheureusement, avec la révolution du 25 janvier 2011 et l’insécurité qui a suivi, les gens se sont accaparés des terres appartenant à l’Etat dans cette ville. Laissez moi vous dire que chaque jour nous restituons une partie de ces terres, nous ne renoncerons pas à un seul mètre de ces terres, nous les restituerons toutes sans renoncer à une seule portion, quelle qu’en soit l’étendue. Les unités de logement qui ont été victimes de spoliations dans toutes les villes ont été récupérées à près de 90%. Nous, aujourd’hui, en tant qu’Etat, nous travaillons pour restituer toutes les terres qui ont été usurpées. Beaucoup de personnes ne le savent pas, nous avons réservé 4000 portions de terre dans toutes les nouvelles villes pour les appartements destinés aux familles de la classe supérieure, ceux qui veulent se construire une villa ou un immeuble peuvent se l’offrir. J’attire votre attention sur le fait que c’était la première fois que le ministère du logement proposait des parts de terre depuis 7 ans. Nous avons par ailleurs lancé au mois de mai 4000 portions de terres qui comprennent entre 110 et 200 mètres carrés, pour les gens à revenus limités, nous allons lancer prochainement un autre groupe de ce genre. Mon rôle est de répondre favorablement à la demande de toutes les couches sociales. Pour les gens à revenus limités, je réalise le projet de logement social avec 1 million d’unités (machrû’ million wahda). Pour la classe moyenne, je réalise le nouveau projet Dar Misr, il y a aussi des portions de terre pour la classe moyenne. Pour la classe supérieure, j’offre des terres pour construire ou établir des projets. Nous travaillons donc sur toutes ces questions en même temps»

–        Présentateur : Nous avons une autre question de Cherif Abdou Salim : « concernant le logement social de 90 mètres dans la ville 10 Ramadan, à la date de la livraison, combien de personnes seront-elles servies ? »

–        Ministre : s’il plait à Dieu, dans la ville de 10 Ramadan, vers la fin du mois de décembre ou au début du mois janvier 2015, nous aurons remis tous les appartements. Le premier groupe qui faisait partie des premières 13000 unités a été annoncé dans le cadre du logement social. Je profite de l’occasion pour informer aussi que, s’il plait à Dieu, au mois de décembre nous allons annoncer le lancement de 20000 nouvelles unités de logement social sur tout le pays.

–        Présentateur : Une autre question, quelle sera la date de livraison du  projet Dar Misr ?

–        Ministre : dans 18 mois, c’est la date convenue dans le contrat avec le maître d’œuvre

–        Présentateur : Quelle garantie donnerez vous qu’il n’y aura pas de retard, comme c’est le cas avec les sociétés du secteur privé ?

–        Ministre : Ecoutez, si le projet est celui du ministère du logement, et que la société chargée de l’exécution est l’organe d’ingénierie des forces armées (al-hay’a al-handassiya lil quwât al-musallaha), je ne peux que dire que Dieu nous honore, s’il plait à Dieu »

–        Présentateur : Nous aurions espéré que la sixième étape du projet : « construis ta maison » (masrû‘ ibn baytaka) serait bientôt achevée, mais quand ? Je profite pour saluer son Excellence Monsieur le ministre Said al-Zayyâd

–        Ministre : nous portons une attention soutenue au projet « construis ta maison ». S’il plait à Dieu, tout sera terminé au premier trimestre 2015

–        Présentateur : Question par téléphone de Tariq Badr : « le ministère du logement a raté une occasion historique avec son projet d’un million de logements. Où sont les instruments de construction moderne et d’ameublement, quelle est la meilleure voie de développement dans le domaine de la construction ? »

–        Ministre : nous étudions parfaitement ce qu’il évoque durant les étapes à venir, nous aurons de nouveaux systèmes de construction beaucoup plus performants, moins coûteux. Comme le premier ministre même est, si je peux me permettre, le doyen des ingénieurs, il m’a toujours demandé une description précise de ces unités.

–        Présentateur : il y a certainement un plan d’urbanisation (mukhatat ‘umrâni) pour l’Egypte ? Pourquoi ne pas déclarer, par exemple pour les trente prochaines années, quel sera le plan urbain de l’Egypte ? Pourquoi ne voyons-nous pas de maquette ou de carte de la planification, par exemple, dans le métro ?

–        Ministre : laissez-moi vous dire que cette planification existe depuis 2012, ce plan court jusqu’à 2052, c’est un plan de 40 ans. Tous les grands projets d’aujourd’hui s’inspirent de cette planification, y compris ceux de l’Etat

–        Présentateur : Vous voulez dire que toutes les planifications d’aujourd’hui sont celles du Dr. Mohammad Morsi ?

–        Ministre : non, Monsieur. Cette planification a été adoptée lors du gouvernement du Dr. Kamal al-Ghanzouri, lorsque le Dr. Fathi al-Baradai était ministre du logement

–        Présentateur : Vous savez que le Dr. Mohammad Morsi prétend que le projet de canal de Suez vient de lui et que ces planifications sont les siennes ?

–        Ministre : non, Monsieur, cette planification existait et les procès verbaux du conseil des ministres l’attestent. Cette planification recouvre donc le projet du canal de Suez, la côte nord ouest, le triangle Taadîn, le triangle al-Zahabi »

–        Présentateur : Revenons à 2012, est-ce que le gouvernement du Dr. Kamal al-Ghanzhouri a été l’initiateur de ce projet ?

–        Ministre : non, ce projet existait depuis 2009. Tous les gouvernements passés ont connu ce projet, qu’ils soient d’accord ou pas. Je vais vous dire que le gouvernement, même à l’époque du Dr. Morsi et des Frères musulmans, travaillait sur cette planification, c’est elle qui était d’actualité. Comme je vous l’ai dit, le projet était une sorte de planification du développement de l’Egypte, sans prendre en compte les couleurs politiques des uns et des autres. Ce sont tous les savants de l’Egypte qui ont participé à l’élaboration de cette planification. La question était seulement quelle forme aura l’Egypte dans quarante ans.

–        Présentateur : Comme vous le savez, nous avons une étendue importante de désert en Egypte, mais, par exemple, une fois dans l’avion on ne voit que de petites habitations qui ressemblent à des petites sardines ou un paquet d’allumettes, en même temps nos rues sont restreintes, il est difficile pour les voitures de circuler, même dans les quartiers nouveaux ou huppés. Est-ce qu’il y a des dispositions prises pour améliorer les choses ?

–        Ministre : laissez-moi vous dire que notre objectif dans cette planification est d’augmenter la superficie que nous occupons, la superficie que nous occupons est aujourd’hui de 6%. Nous voulons atteindre les 12% durant les quarante prochaines années. Pour atteindre cet objectif, il faut absolument qu’on conçoive de nouvelles idées, hors des urnes, comme on le dit, sur la manière dont nous administrons notre ressource en eau. En tant qu’Etat nous savons qu’on a franchi le seuil de la rareté de l’eau, notre effort se concentre sur l’utilisation juste de l’eau, l’utilisation juste de l’électricité.

–        Présentateur : Quel est notre problème concernant la ceinture verte dans la ville de 6 Octobre, est-ce que le gouvernement a réellement vendu la terre à un investisseur arabe, est-ce que c’est un moyen de priver les gens de portions de terre ?

–        Ministre : c’est ce que je vous disais. Pour être clair, commençons par la ceinture verte qui est composée de deux parties : une partie composée de près de 10000 ou 10500 feddans, qui se situe dans la partie nord, sur la route de al-Wâhât ; cette partie a été mise en valeur. Il y a la deuxième partie avec 3200 feddans, qui se situe au sud de al-Wâhât. Tout ce qui a été fait est dans la partie nord de la ceinture verte. Et une partie de la partie nord malheureusement a été le théâtre de beaucoup d’irrégularités. L’idée de la ceinture a été conçue pour permettre aux gens de bénéficier de l’eau potable et de planter des arbres ou des plantes, des fleurs, bref des plantes qu’on ne mange pas. Venons voir maintenant ce qui s’est passé dans cette ceinture verte, il y a eu la construction de complexes, il y a eu des choses qui n’ont aucun lien avec la ceinture verte. En ce qui concerne la vente à investisseur arabe, ce sont les 3200 feddans situés au sud, sur la route d’al-Wâhât. Ces portions de terre ont été récupérées en 2010 ; la décision de récupérer ces terres a été publiée en 2010. Pour information, cette terre a été la propriété de la société du 6 Octobre (SODIC) pour l’agriculture en 1997, lorsqu’on lui a retiré les portions de terre en 2010, c’est-à-dire 13 ans plus tard, rien n’avait été fait. Normalement la terre a été vendue à la société pour des fins agricoles, mais quand nous avons récupéré les parcelles, nous avons trouvé des usines de ciment dans un site qui était censé être un site agricole

–        Présentateur : question de Samiha al-Nasr : « un mètre carré d’un appartement actuellement dans la ville de Badr est à 1200 livres égyptiennes. Avez-vous contribué à l’augmentation vertigineuse des prix là-bas ? »

–        Ministre : non, je suis désolé, mais ce prix n’est pas réel, les gens n’on pas fait attention, je demande à celui qui me dira que le mètre est à 1200 livres égyptiennes de m’en apporter la preuve

–        Présentateur : Parlez nous du projet Arabtec ; il y a eu trop de confusion autour de cette question. Si nous comparons, par exemple, ce qui a été dit au mois d’avril avec ce qui a été dit au mois d’octobre et novembre de cette année, la différence est énorme.

–        Ministre : le problème serait lié à la couverture médiatique lors du lancement du projet. Dès le début, quand le projet avec les forces armées a été annoncé, il s’agissait d’un projet pour la classe moyenne, d’appartements de 20 à 120 mètres carrés. Dès le début, ce sont les forces armées qui ont eu l’initiative d’encourager la venue des sociétés arabes en Egypte pour investir dans le secteur du logement, mais au final, quand ces sociétés viennent, où vont-elles construire, naturellement c’est sur les terres appartenant au ministère du logement. Je vais vous dire donc que rapidement, ce projet devait être exécuté dans les nouvelles villes. Nous nous coordonnons donc avec les forces armées et la société pour savoir où le projet devrait être exécuté, quel emplacement choisir, etc.

–        Présentateur : pourquoi la question a-t-elle été interprétée comme si c’était la partie Emiratie qui aurait à exécuter le projet, à travers Arabtec, comme une sorte d’aide apportée à l’Egypte ?

–        Ministre : l’idée est la même que celle du projet Dar Misr, faire en sorte que le prix soit abordable par rapport au prix du marché. C’est ça l’idée. Nous encourageons ce genre de projet, nous espérons donc continuer avec eux jusqu’à la fin du projet. A toute société qui voudrait faire la même chose, nous ouvrirons grandement la porte, nous travaillerons avec eux de la même manière.

–        Présentateur : Qu’en est-il du projet des jeunes, comme celui des sociétés ORASCOM, MOURSIDI ; ces projets auraient-ils avancé, les prix sont-ils raisonnables, y a-t-il affluence des citoyens, y a-t-il des publicités pour promouvoir le projet ? Qu’en pensez-vous ?

–        Ministre : nous encouragerons tous ces genres de projet et de sociétés à travailler avec nous. Comme je viens de vous le dire, que ces projets soient pour les jeunes ou les gens à revenus limités, il faut qu’il y ait un accord sur un nouveau mécanisme. Laissez-moi vous dire qu’il y a eu, dans le passé, des difficultés et aussi avec la révolution, concernant la manière dont les terres ont été octroyées à ces sociétés. Par exemple, certaines sociétés ont pris des unités où elles devaient construire des logements de 63 mètres carrés pour les jeunes, mais le prix de certains de ces appartements ont presque attient 200000 livres. Je précise que les appartements de 63 mètres carrés sont destinés aux gens à revenus limités.

–        Présentateur : Au cours de votre travail comme président de l’office général pour la planification urbaine, vous avez participé à la préparation de la planification stratégique pour le développement de la zone du nord de Guiza et la mise en valeur de la parcelle de l’aéroport du quartier Imbaba. Que ressentez-vous, après que le gouverneur ait tout changé et décidé de construire des grands centres commerciaux ?

–        Ministre : je vous assure que rien n’a changé

–        Présentateur : Alors ces grands centres commerciaux existaient avant ?

–        Ministre : écoutez, les gens n’ont pas fait attention à une chose : l’intégralité de la parcelle appartient au ministère du logement, il y a un décret qui a été publié sur cette question, rien n’a été fait jusqu’à présent. Pour information, concernant les grands centres commerciaux, le secteur a besoin de ce genre de service. Les projets qui ont été réalisés dans cette zone rentrent dans le cadre du financement global du projet.

–        Présentateur : Monsieur le Ministre, j’aurais aimé avoir beaucoup plus de temps avec vous, mais compte tenu de votre calendrier chargé il ne me reste qu’à vous remercier de votre disponibilité


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *