REVUE DE PRESSE SUR LA VILLE – DECEMBRE 2014 ET JANVIER 2015

 

Début 2015, de nombreux médias, à l’instar des Carnets du CEDEJ ont proposé une rétrospective de l’actualité urbaine et territoriale pour l’année 2014. Parmi eux, nous pouvons vous recommander celle de Jadaliyya,et de Cairo Observer.

 

 

L’espace public en question

 

Le phénomène du « citoyen-indic’ » propage un climat de peur dans les lieux publics

Middle East Eye s’intéresse de son côté au climat de peur relatif à la critique des autorités égyptienne en public du fait du développement « d’une bande de loyaux « citoyens-indics » prêts à bondir à la moindre critique ». Le journal rapporte de nombreux cas de confrontation dans des cafés, des transports ou dans la rue. Il relate ainsi le témoignage de l’activiste de gauche, Abdel Rahman, qui en septembre 2014 a vu une femme critiquer Sissi dans un microbus, encourager un autre passager à faire de même, puis le dénoncer à la police dès que celui-ci commença à exprimer des critiques. « Nous pouvions nous rencontrer dans des jardins publics » regrette Karim Taha du mouvement du 6 avril, « maintenant c’est tout simplement impossible ». Le mot d’ordre chez les activistes est maintenant de ne pas parler politique en public et de seulement se rencontrer dans des lieux sûrs.

En novembre 2014, déjà, une femme avait crié aux journalistes Sara Khorshid, et à Alain Gresh « vous ruinez le pays » alors qu’ils discutaient de la situation politique de l’Egypte dans un café. Plus tard Sara Khorshid fut interrogée par la police pendant près de 2 heures. Le 13 décembre 2014, deux Anglo-Égyptiens et leur cousin égyptiens ont été arrêtés à la station de métro El-Marg et brièvement détenus par la police sur dénonciation d’un autre passager qui a rapporté qu’ils évoquaient, en anglais, de possibles sabotages pour l’anniversaire du la révolution du 25 janvier. L’Orient le Jour revient également sur ces incidents et souligne comment le phénomène du « citoyen-indic’ » est encouragé par les médias.

 

Street art : la fin d’une époque ?

Dans son article Le graffiti cairote perd-il de son élan ?, Jadaliyya remarque que cette année la scène du Street art cairote semble s’essouffler et se demande si la mort du graffeur Hisham Rizq, 19 ans, fin juin2014, ne marquerait-elle pas la fin d’une époque. En effet, à l’exception du récent portrait de Rizq par Ammar Abu Bakr, les murs de la rue Mohamed Mahmoud ont à peine changé depuis novembre 2013. Officiellement décédé par noyade dans le Nil, l’article met en doute la véracité de cette version et considère ainsi que la mort de Rizq est une preuve du risque que représente actuellement la « politique de rue »  dans un contexte de répression militaire.

 

Raids pour « débauche » dans un sauna et dans un « café athée »

La nuit du 7 décembre 2014, un sauna proche du quartier de Ramsès a été la cible d’un raid de la police. Le chef de la sécurité du Gouvernorat du Caire a ensuite annoncé qu’au moins 33 personnes avaient été arrêtées pour « pratique de la débauche ». Il a aussi été annoncé le 14 décembre 2014, que les forces de sécurité avaient également réalisé un raid dans « café athée » de la rue Falaki dans le quartier d’Abdeen le 10 novembre 2014. Gamal Mohie, chef du district d’Abdeen (a déclaré à Mada Masr que le café en question n’était « pas autorisé, dépourvu de licence et que de la drogue y avait été trouvée », ajoutant qu’il s’agissait d’un café « connu comme un lieu voué au culte de Satan et à la danse ».

Cette érosion de la sphère publique pour des “motifs moraux” et religieux peut également se retrouver dans la décision de la cour administrative d’Alexandrie du 29 décembre 2014, d’interdire le festival juif annuel d’Abu Hasira qui commémore depuis 1979 la naissance de ce rabbin marocain du 19èe siècle et qui devait se dérouler les 9 et 10 janvier 2014. La décision stipule que le festival « viol l’ordre et la morale publique». Le festival d’Abu Hasira avait déjà été interdit en 2001 et 2004, mais la décision marque sa première interdiction « permanente ». La décision prévoit également d’effacer du registre des antiquités égyptiennes son sanctuaire, annulant ainsi la décision de 2001 de l‘y inscrire.

 

Initiatives pour dénoncer le harcèlement sexuel et défier les normes sociales dans les rues égyptiennes

Une jeune fille de 19 ans est tombée dans le Nil et s’est noyée le 8 décembre 2014. L’institut de médecine légale a affirmé que cette dernière avait sauté d’un pont « à cause de problèmes personnels » mais d’après Fathi Farid, porte-parole de l’initiative contre le harcèlement sexuel « Shoft Taharoosh » (« J’ai vu le harcèlement ») trois témoins oculaires confirment que la jeune fille n’a pas voulu se suicidé et qu’elle est accidentellement tombée dans le Nil alors qu’elle tentait de fuir un homme qui la suivait et la harcelait sexuellement depuis une demi-heure. Le harcèlement sexuel est un problème de fond en Egypte, comme le révèle une étude conduite en 2013 : 99% des femmes égyptiennes ont déjà été victimes d’agressions verbales ou physiques.

Des femmes égyptiennes ont décidé de prendre le problème à bras le corps à travers l’utilisation des réseaux sociaux et de hashtags comme #Idon’tFeelSafeOnTheStreet, #AntiHarassment et #ExposeHarasser  afin de dénoncer le harcèlement quotidien qu’elles subissent et de briser ainsi le silence autour de cette pratique.

Faisant suite à la popularité de la vidéo « 10 heures de marche dans New-York en tant que femme » et de  la vidéo égyptienne « Creepers on the Bridge », Dot Mars a produit « 4 heures de marche au Caire en tant que femme ». D’après la vidéo, pendant 4 heures de marche, la jeune femme filmée a été exposée à 80 cas d’harcèlement sexuel verbal, 3 cas d’harcèlement physique et d’innombrables sifflements, regards et « accompagnements » non sollicités. Dans la même veine, CairoScene présente le projet photographique d’Hossam Atef qui montre des femmes dans une série de situations considérées comme inhabituelles dans la société égyptienne et défiant ainsi les normes culturelles et les rôles de genre. L’une d’entre-elles se déroule dans un « ahwa » (café populaire égyptien), lieu, comme le note le Global Post, particulièrement masculin où, bien que dans certains endroits la présence des femmes soit devenue habituelle (dans le quartier Boursa dans le centre-ville par exemple), les femmes peuvent se voir refuser une shisha (narguilé).

 

Inauguration des passages réaménagés du centre-ville

Le 17 janvier 2015, CLUSTER (Cairo Lab for Urban Studies, Training and Environmental Research) le DEDI (Danish Egyptian Dialogue Institute) et le CKU (le Centre for Culture and Development de Copenhague) ont inauguré leur projet de réhabilitation “Cairo Downtown Passages” dans les passages Kodak et Phillips du centre-ville. L’objectif est de développer un projet pilote d’aménagement urbain issu d’un atelier tenu en avril 2014 pour la promotion « d’un espace public plus diversifié et accessible dans ces passages ». Plus de détails sur le projet dans l’article de Mada Masr.

 

La ville post-révolution et la question sécuritaire

 

Les infrastructures civiles égyptiennes sous juridiction militaire : les suites

Dans la revue de presse Septembre/Octobre 2014, nous évoquions la crainte de nombreux militant des Droits de l’Homme que le décret du président Abdel-Fattah el-Sissi stipulant la mise des infrastructures civiles (centrales électriques, stations de trains, routes, ponts, etc.) sous juridiction militaire, facilite l’emprisonnement des manifestants, des militants étudiants et de tout autre opposant. Il semble que leurs craintes soient confirmées. En effet, Human Rights Watch affirme que les procureurs ont utilisé la loi de manière rétroactive pour envoyer des civils devant des tribunaux militaires alors qu’ils faisaient déjà l’objet de poursuite ou devaient être jugés par une cour civile. Au moins 820 civils ont été envoyés devant des tribunaux militaires depuis l’approbation du décret en Octobre 2014, parmi eux de nombreux supporters, ou supposés tels, des Frères Musulmans ou du précédent président, Mohamed Morsi.
Open Democracy fait la synthèse de l’usage des tribunaux militaires pour des civils entre les années 2011 et 2014 et l’inscrit dans un contexte « postrévolutionnaire de violation généralisée des Droits de l’Homme par de nombreux acteurs étatiques et par les régimes successifs ainsi que [dans le contexte] de la place prépondérante et permanente de l’armée dans la vie politique ».

 

Plus d’une vingtaine de morts au 4ème anniversaire de la Révolution de 2011

Au moment du 4ème anniversaire de la Révolution du 25 janvier, au moins deux manifestants ont été tués, dont la militante Shaimaa al-Sabbagh, décédée après avoir reçu des coups de chevrotine alors qu’elle participait avec 25 autres personnes à une marche pacifique, de 2 minutes à peine, en hommage aux centaines de manifestants tués pendant le soulèvement de 2011. Le nombre de morts a atteint son pic le jour même de l’anniversaire avec plus de vingt morts et près d’une centaine de blessés. Parmi eux, 18 ressortissants de Matariya, quartier du nord-est du Caire également appelé « Land of Fear » (le Pays de la Peur) par ses habitants. D’après Mada Masr, au cours de ces quatre dernières années, pas moins de 500 habitants ont été tués suite à des confrontations avec les forces de sécurité. Le quartier est ainsi devenu l’endroit où les autorités peinent à contenir les contestations et « l’un des seuls secteurs, capable de défier la répression à l’égard de la « politique de rue ». Egypt Source rassemble dans un article les violences dont a été témoin le pays pendant le week-end du 25 janvier et Aswat Masriya propose une visualisation graphique des personnes tuées, blessées et emprisonnées lors des précédents anniversaires de la révolution de 2011.

 

Le « champ de bataille » des universités égyptiennes

Dans un contexte de répression généralisée, de loi contre les manifestations et de restrictions à la liberté d’expression, Orient XXI constate que les universités restent l’un des rares espaces où les mobilisations demeurent possibles malgré l’usage de la violence. A la suite à l’escalade violence et de manifestation pendant l’année suivant la destitution du président Frère Musulman, Mohamed Morsi, au cours de l’année 2013-2014, le ministère de l’Enseignement Supérieur a signé un contrat avec la compagnie privée de sécurité, Falcon (également en charge de la sécurité de la campagne électorale d’Abdel Fattah Al-Sissi) pour contrôler plusieurs universités égyptiennes. L’article de décembre 2013 du blog Sada revient plus en détail sur ces premiers affrontements.

Depuis la rentrée universitaire d’octobre 2014, l’université est ainsi devenue « un champ de bataille » entre les «  Étudiants contre le coup d’État  » (membres ou partisans des Frères Musulmans) et les autorités politiques via les forces de sécurité. L’article de l’Orient XXI, note que les administrations des universités sont également actrices de cette répression. Ce sont elles qui, par exemple, encouragent la délation ou ont demandé, pendant l’année universitaire 2013-2014, à ce que les forces anti-émeutes soient admises sur les campus. A noter que depuis juin 2013, les présidents des universités sont de nouveau nommés par le président de la République.

 

Transport et mobilité

 

Oserez-vous conduire au Caire?

Dans la revue de presse de Novembre 2014, nous avions abordé la mise en place, suite à une série d’accidents de la route mortels, de nouveaux amendements au Code de la route afin de punir plus sévèrement la conduite sous substance prohibée et les excès de vitesse. Al-Monitor jette un regard critique sur ces nouvelles dispositions et interroge Samy Mokhtar, président de l’Association Egyptienne des Victimes des Accidents de la Route et de leur Famille, qui regrette que les amendements n’aient pas également ciblé les personnes conduisant sans permis. Mokhtar note également que la majorité des accidents de la route ont lieu sur la route agricole entre Le Caire et Alexandrie. En effet, du fait de l’étalement urbain, la route est cernée d’immeubles et les personnes qui tentent de la traverser sont souvent renversées. Your Middle East traite également des problèmes de circulation routière en Egypte et souligne, dans son article Oserez-vous conduire au Caire?, que l’Egypte est « l’un des pays les plus dangereux au monde ». L’article cite une étude gouvernementale qui révèle qu’entre 2008 et 2012, environ 100 000 accidents de voiture ont eu lieu dans le pays, ainsi qu’un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé qui indique qu’au moins 12 000 personnes sont tuées chaque année dans des accidents de la route (taux de létalité de 42 pour 100 000), tandis que 75% des personnes interrogées ne comprendraient pas l’importance de la ceinture de sécurité. Sur la même thématique, a été projeté le 8 janvier 2015 au cinéma d’art et d’essai Zawya, le documentaire Cairo Drive tourné entre 2009 et 2013 at dans lequel « Le Caire est la star et le trafic l’événement principal ». D’après la critique de Mada Masr, le film réussit à représenter la nature chaotique de la ville dans tous ses aspects à travers l’entrée de la circulation routière.

Le faible entretien des routes est aussi une des causes principales du fort taux d’accident en Égypte. Le ministre des Transports, Hany Dahy a annoncé qu’une délégation de la China National Aero-Technology Import and Export Corporation (CATIC) était arrivée le 19 janvier 2015 dans le cadre du développement d’un projet de reconstruction et d’expansion de routes dans la région de Marsa Matrouh, Siwa et Mostorod (24000 km d’infrastructures). Le contrat de ce projet a été signé en décembre 2014, lors de la visite de Sissi en Chine, où il a également incité le pays à investir dans le développement du nouveau Canal de Suez.

 

Rumeurs de hausse des tarifs du ticket de métro

De nombreux médias égyptiens ont rapporté que le 14 décembre 2014, le ministre des Transports aurait annoncé l’augmentation des tarifs du métro en fonction de la distance parcourue. Certains ont ainsi annoncé une augmentation à 25 ou 8 L.E alors que Mada Mars de son côté, affirme d’après une source au sein du ministère, qu’à partir de janvier 2015, les tickets seraient divisés en trois catégories de 1 L.E, 1,5 L.E et 2 L.E en fonction du nombre de stations parcourues afin de couvrir les coûts de maintenance.  Le ministre a démenti ses hausses de tarif du ticket de métro et a décrit ses allégations comme des « rumeurs visant la stabilité du pays ». L’annonce a suscité de fortes réactions négatives comme le lancement de la campagne « Le soulèvement des pauvres du métro » le 30 décembre 2014. Le mouvement a appelé à faire un sit-in pacifique le même jour que celui où serait annoncée la hausse des tarifs et propose la mise en place d’écrans publicitaires comme source alternative de revenus.

L’équilibre financier de la compagnie nationale du métro reste une question sensible qui n’a toujours pas été réglée. Comme l’a énoncé le premier ministre Ibrahim Mehleb lors d’une réunion avec des étudiants de l’Université du Caire le 15 décembre 2014, les pertes du métro s’élèvent à 135 millions de livres égyptiennes en 2013-2014. Al-Monitor explore cette problématique et, grâce à l’expert économique Farag Abdel Fattah, calcule que d’après les pertes du métro et les statistiques de cette année sur le nombre de passagers, l’augmentation devrait être de 40 piastres.

 

Le Conseil d’État égyptien recommande la réouverture de la station métro de la place Tahrir

Dans leur rapport du 21 janvier 2015, les commissaires du Conseil d’État ont recommandé de rendre une décision obligeant le gouvernement à rouvrir la station de métro de la place Tahrir, affirmant qu’il n’y a aucune justification « concrète ou légale » à la fermeture continue de la station depuis août 2013 et que celle-ci « augmente la souffrance des passagers » (voir La station de métro Al-Shohada : « chaos de harcèlement sexuel » dans la revue de presse de Novembre 2014).

 

Le Caire en deux-roues

La nouvelle start-up “El-Makana Taxi”, utilisant les scooters comme taxi (possibilité de demander un chauffeur femme) via une application mobile, attend l’autorisation du ministère des Transports. Comme l’explique Hussein, un des fondateurs, « les scooters doivent être enregistrés comme des véhicules de location, car la loi empêche de les enregistrer comme des véhicules particuliers ». Le concept de scooter-taxi commencera sa phase expérimentale dans les quartiers de Zamalek, Maadi et de Al-Agouza.

Le gain de temps est l’un des principaux arguments derrière le projet de scooter-taxi puisque Le Caire souffre de graves problèmes d’embouteillage. Le vélo est également vu par certains comme une solution pour les éviter, mais comme le remarque LExpress, bien que les autorités aient semblé s’intéresser l’année dernière au vélo (le président Abdel Fattah al-Sissi a organisé au Caire une promenade cycliste en compagnie de ses ministres), aucune mesure concrète pour encourager le phénomène n’a été entreprise (créations de pistes cyclables par exemple). Le vélo reste ainsi un mode de transport peu répandu et principalement utilisé par une frange limitée de la classe ouvrière.  Pour les femmes, le harcèlement sexuel et les regards réprobateurs constituent des freins supplémentaires à l’utilisation du vélo.

 

Habitat et Construction

 

Un éboulement force l’évacuation d’un sous-quartier de Manshiyet Nasser et un immeuble s’effondre à Alexandrie

Un éboulement a eu lieu dans le grand quartier informel de Manshiyet Nasser (près de la colline du Mokattam au Caire) le 3 janvier 2015. Mais d’après Khaled Mostafa, porte-parole pour le Gouvernorat du Caire, “il n’y a eu aucun blessé, car la zone a été évacuée la veille au soir ». La procédure d’évacuation en question a été adoptée en mars 2014 et commencée en avril 2014 suite à un rapport faisant état des risques que poserait une éventuelle chute de pierres. Plus de 70 familles ont été déplacées vers le Mokattam et les logements sociaux des banlieues de Badr City et du 6 Octobre. Après l’évacuation, leurs maisons ont ensuite été détruites afin qu’ils « n’envisagent pas de revenir » (déclaration du Gouvernorat du Caire). Cependant, d’après des ONG comme le Egyptian Center for Social and Economic Rights (ECESR) et le Egyptian Initiative for Personal Rights (EIPR), la plupart des habitants sont revenus dans le quartier après avoir rejeté les propositions de relocalisation.

Il a aussi été ramené dans la presse, que le 11 janvier 2015 une femme est morte, et une seconde a été blessée, dans l’effondrement du dernier, et dans celui du troisième étage d’un immeuble du district de Gherbal, près du centre-ville d’Alexandrie (voir  la revue de presse de Novembre 2014 sur la question des effondrements d’immeuble).

 

Un plan de réhabilitation pour le triangle de Maspero et des fonds supplémentaires pour le projet de construction d’un million de logements sociaux de Sissi

Le Premier ministre Ibrahim Mahlab a tenu le 19 décembre 2014 une réunion interministérielle pour développer un plan de réhabilitation des « taudis du  triangle de Maspero », dans le centre-ville (74 feddans de terre surplombant la corniche et abritant au moins 18 000 habitants. Voir la carte ici.). La ministre du Développement Urbain, Laila Iskander, a assuré qu’il n’y aurait aucune « éviction forcée » à l’occasion de cette réhabilitation qui se déroulera en collaboration avec les résidents.

Le 26 janvier 2015, le Cabinet a également accepté d’affecter 1 million de livres égyptiennes de son budget au ministère du Logement afin de poursuivre le projet national de construction d’un million de logements sociaux lancé par Sissi (voir la revue de presse de Novembre 2014) et afin de respecter les délais de livraison (seulement 57 des 13 000 appartements promis pour la première phase du projet ont été livrés). La construction de ces logements était prévue pour durer cinq ans, de l’année fiscale 2012-2013 à l’année fiscale 2016-2017, avec une moyenne de 200 000 unités construite chaque année.

 

Pauvreté et exclusion sociale

 

Haro sur les organisations caritatives religieuses : les plus pauvres comme victimes collatérales

Foreign Policy s’intéresse au haro de l’actuel gouvernement égyptien sur les organisations caritatives religieuses dans un contexte de répression de l’islam politique (sous l’ère Moubarak, les Frères Musulmans s’étaient constitués un large réseau de soutien grâce à ses actions anti-pauvreté) et à ses conséquences sur les populations les plus pauvres. Le journal développe l’exemple de l’association El Gameya El Shareya dont les actions se concentraient dans l’Egypte rurale ainsi que dans les quartiers populaires du Caire et d’Alexandrie. Fondée par des « leaders religieux notoires », l’association (ainsi que de milliers d’autres) a eu ses comptes gelés par la Banque Centrale égyptienne en septembre 2013, soit un mois après le renversement du Président Mohamed Morsi, du fait de ses connexions avec l’organisation des Frères Musulmans. L’association a fait appel de la décision et a eu gain de cause mais elle n’opère maintenant plus qu’au tiers de ses précédentes capacités.

 

Les enfants des rues en Egypte : la bataille des chiffres

La ministre de la Solidarité Sociale, Ghada Waly, a annoncé le 8 janvier 2015 que le nombre d’enfants des rues en Egypte s’élèverait à 20 000. En 2005 l’UNICEF avait estimé le nombre total d’enfants des rues à un million et le CAPMAS (l’agence nationale de statistique du pays) celui des enfants travailleurs à 1,5 million. De nombreuses organisations spécialisées dans le droit des enfants ont ainsi considéré ce chiffre comme éloigné de la réalité, critiquant la méthodologie de l’enquête, notamment la définition « d’enfant des rues » retenue.

Dans un édito, Your Middle East met également l’accent sur la violence sexuelle dont les enfants des rues sont victimes dans le pays ainsi que sur le manque de sensibilisation et de couverture médiatique du sujet. Cairo Observer  de son côté, présente Stop Signal, un projet architectural et social de cinq étudiants de l’Université du Caire visant à la réinsertion des enfants des rues.

 

Tourisme et culture

 

Tourisme: campagne promotionnelle pour stimuler le tourisme à Louxor et Aswan

Depuis la révolution, Louxor et Aswan souffrent de la baisse du tourisme. C’est pour cela, explique Ahmed Moustafa, directeur du bureau de la Mer Rouge de l’Autorité Egyptienne pour le Tourisme, que le gouvernement a lancé une campagne promotionnelle appelée « Egypt in our hearts » (« L’Egypte dans nos cœurs ») pendant les vacances de mi- semestre, afin de stimuler le tourisme intérieur dans les deux villes de Haute-Egypte. D’après lui, la campagne a permis d’augmenter de 80% les voyages domestiques vers Louxor et Aswan mais d’après Aakry Abdel Gelil, président de la Bazaar Owners Association, ce taux n’a pas dépassé les30%.

 

La ville dans l’art

En janvier 2015 a circulé sur l’internet égyptien, sur Egyptian Chronicles ou Scoop Empire par exemple, un court métrage, réalisé par des étudiants de l’Institut Egyptien de Cinéma, qui montre Le Caire à travers le point de vue d’un chien des rues. De son côté, le café Kafein du centre-ville a tenu du 21 décembre 2014 au 31 janvier 2015, l’exposition “Cairo Past Futures”. Cette dernière expose 24 photographies contemporaines du Caire qu’elle combine à des unes de journaux des années 50 et 60. Les photos sont visibles sur le site de Cairo Observer qui partage également le travail du “Which Remains Project né à Port-Saïd et qui présente des photographies de téléphones portables de l’héritage urbain du pays. Plus de détails ici.

 

Le projet du nouveau Canal de Suez

 

Le projet dans son contexte : une concurrence accrue avec le Canal de Panama ?

La Tribune revient sur le projet de nouveau canal de Suez, le raccourcissement « peu réaliste » du délai de réalisation de trois à un an (canal opérationnel pour l’été 2015 d’après l’annonce du président Sissi) ainsi que la rhétorique de « grands projets » dans lequel s’inscrit le président Sissi depuis son arrivée au pouvoir en juin 2013 (voir notamment la revue de presse Septembre/Octobre 2014 et celle de Novembre 2014). L’article replace la précipitation du gouvernement égyptien à inaugurer le nouveau canal dans le contexte de concurrence accrue entre le canal de Suez et celui de Panama. En effet, Panama prévoit de construire une deuxième voie d’ici la fin 2016. D’après les calculs de l’Autorité du canal de Suez, grâce aux travaux, le canal pourra compter plus de 90 passages quotidiens contre une quarantaine actuellement. Il faudrait ainsi un peu moins de 26 jours pour rallier la côte Est des États-Unis depuis Shanghai en passant par le nouveau canal de Suez, contre 28 par le canal de Panama. L’article remarque cependant que Michael Storgaard de l’entreprise Maersk (un des plus grands armateurs de porte-conteneurs du monde), dans une entrevue en date du 16 novembre publiée sur le site Ahram Online, émet des réserves quant à l’expansion annoncée du trafic, et que Amr Adly, chercheur au Carnegie Middle East Institute et spécialiste en économie politique, note l’impossibilité d’avoir accès aux études de faisabilité du projet.

 

Environnement

 

Des conditions météorologiques extrêmes entrainent la fermeture de ports dans la Mer Rouge ainsi que des dégâts et des inondations à Alexandrie

Au début du mois de janvier 2015, des conditions météorologiques extrêmes ont causé la fermeture d’au moins cinq ports de la Mer Rouge alors que des vents violents ont généré quelques dégâts à Alexandrie : un bout du minaret de la mosquée Ibn Khaldoun a été arraché et un navire s’est écrasé. Le 12 janvier 2015, les rues d’Alexandrie ont été inondées après qu’une station de pompage à El-Montazah soit tombée en panne à cause d’une coupure d’électricité faisant suite à de fortes précipitations. Les rues se sont ainsi remplies d’eaux usées et de pluie, bloquant des milliers d’habitants dans leurs maisons.

Malgré les photos et les vidéos montrant la jeunesse égyptienne en train de s’amuser pendant l’inondation en enfourchant des jet-skis ou des bateaux de pêche, Egyptian Street dénonce dans son article « La chute d’Alexandrie : abimée et négligée », les « sérieux risques sanitaires et de sécurité » que représente l’inondation de la ville par des eaux contaminées et accuse les autorités locales de négligence. L’article critique également d’autres négligences comme les piles de détritus le long de la corniche, les tags présents sur les monuments remarquables de la ville ou bien encore le stationnement illégal.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *