REVUE DE PRESSE SUR LA VILLE – FEVRIER 2015

Espaces publics

Des supporters “Ultras” tués à l’entrée d’un stade de foot du Caire

Le 8 février 2015 des supporters de l’équipe de football de Zamalek sont morts à l’entrée de l’Air Force Stadium – transformée à l’occasion en une large cage en métal entourée de fils barbelés afin de mieux contrôler la foule – à l’occasion d’un match opposant leur équipe au club ENPPI. Depuis la mort de 72 supporters de l’équipe rivale al-Ahly à la fin d’un match à Port Said le 1 février 2012, il s’agissait de la première fois que les supporters de l’équipe étaient autorisés à assister à un match. Middle East Eyes rapporte de nombreux témoignages affirmant que les policiers les ont empêchés de pénétrer dans le stade, les ont battus et leur ont tiré des gaz lacrymogènes et des plombs. Dans la panique, plusieurs personnes ont été écrasées. D’après l’Egyptian Council for Rights and Freedoms cité par Foreign Policy entre 20 et 30 personnes sont mortes de la suite de la bousculade alors que le porte-parole du Département de médecine légale Hesham Abdel Hamid affirme que l’on dénombrait 19 victimes, décédées des suites de leurs blessures par le mouvement de foule.

Mada Masr souligne l’existence de versions contradictoire quant à la cause de ces morts et la bousculade. D’après la version du ministère de l’Intérieur, des heurts ont éclaté lorsque les forces de sécurité ont dispersé des « Ultras White Knights » (nom du fan-club « ultra » de l’équipe de Zamalek) qui tentaient de pénétrer dans l’enceinte du stade sans billets. De leur côté, les supporters ont accusé le Président du club, Mortada Mansour, d’avoir orchestré les violences en coordination avec le Ministère de l’Intérieur en achetant à l’avance tous les tickets. Le président a nié ces accusations, accusant à son tour les Ultras de vouloir susciter des troubles avant les élections parlementaires.

Orient XXI revient sur l’histoire de ces groupes de supporters apparus en 2007 et met en perspective cet évènement dans le contexte de répression généralisé qui sévit en Egypte. En effet, « les mouvements « Ultras »  inquiètent le pouvoir [car] ils représentent des forces organisées et combatives » ainsi qu’une culture transgressive, contre la corruption et la police et promouvant la liberté et le rejet de toute forme d’autorité. Pour l’auteur de cet article, ces derniers évènements sont ainsi notamment une illustration de la banalisation de la violence en Egypte et de la militarisation de l’espace public urbain.

 

Le nouveau visage de la place Tahrir

Le 31 janvier 2015, le Premier ministre Ibrahim Mehleb a inauguré le nouveau parking de la place Tahrir. Constitué de 4 niveaux, le parking a la capacité d’accueillir 1700 voitures et 24 bus touristiques et, d’après une déclaration du gouvernement que rapporte  Egyptian Streets,  il inclurait un service de 21 minibus chargés de transporter « les habitants et les touristes dans différents quartiers du Caire ». Egyptian Streets précise également que le nouveau parking est la première étape du projet de redéveloppement de la place Tahrir et de son voisinage visant à stimuler le tourisme et améliorer la circulation au Caire.

Après des semaines de travaux (photos ici), la place Tahrir a également vu s’ériger en son centre et en remplacement du monument aux martyrs de la Révolution du 25 janvier (enlevé le 15 janvier 2015), un imposant porte-drapeau. Un article d’opinion d’Aswat Masriya analyse cette transformation comme la dernière tentative par les autorités de s’approprier la symbolique de la place où des centaines de milliers d’Egyptiens ont manifestés et qui porte en son sein l’héritage des luttes politiques du paysLe monument dont le drapeau prend la place avait lui aussi été l’objet de controverses lors de sa mise en place en novembre 2013, quelques semaines à peine avant le deuxième anniversaire des manifestations mortelles de la rue Mohamed Mahmoud. Le gouvernement avait alors été accusé de réécrire l’histoire.

 

Gouvernance

 

Nomination de 17 nouveaux gouverneurs

Le 17 février 2015, dix-sept nouveaux gouverneurs ont été nommés par le President Abdel-Fattah El-Sissi après son approbation du remaniement proposé par le Premier ministre Ibrahim Mahlab le 5 février 2015. Les nominations concernent les gouvernorats d’Alexandire, Giza, Ismailia, Kafr al-Sheikh, Mounifeya, Beheira, Daqahliya, Gharbeya, Sharqeya, Damietta, Assiut, Fayoum, Beni Suef, Sohag, Matruh et Port Said. Dans son article « Qui sont les nouveaux gouverneurs égyptiens ? », EgyptSource dresse le portrait de ces nouveaux responsables parmi lesquels de nombreux professeurs d’université, deux juges, un ancien éditorialiste, plusieurs responsables gouvernementaux et « seulement » trois généraux – en comparaison avec la pratique répandue par le passé consistant à nommer des militaires ou anciens militaires à ces fonctions (voir Le pouvoir local en Egypte : terre des Généraux ? dans la Revue de Presse sur la Ville de Novembre 2014).

 

Le risque de clientélisme à l’occasion des élections parlementaires

Dans le cadre la tenue des élections parlementaires annoncées pour mars et avril 2015 (mais reportées depuis), Business Insider s’intéresse au risque de pratiques clientélistes au niveau local de la part d’hommes d’affaires de l’ère Moubarak afin de s’assurer des voix. L’article “Quatre ans après le soulèvement égyptien, le clientélisme politque domine à nouveau” se concentre sur le cas de Sadat City (nord-ouest du Caire) – « un centre industriel qui concentre des populations jeunes et au chômage » –  et sur Ahmed Ezz, homme d’affaire qui possède plusieurs usines dans la ville et candidat probable à l’élection. Par l’entremise de son association caritative, ce dernier aurait donné sur le marché des « cadeaux » (couvertures, engrais, etc.). Par ailleurs, son association soutient financièrement un hôpital local qui subventionne les frais médicaux des personnes éligibles au vote, habitant dans sa circonscription.

 

Urbanisation et planification

 

Le paysage métropolitain du Caire : de fortes ségrégations ?

Failed Architecture s’intéresse au Caire et à la manière dont sa croissance urbaine a abouti à la mise en place d’une ville fragmentée et hétérogène qui  peut ainsi être décrite comme « un ensemble d’îlots isolés les uns des autres par de fortes barrières physiques », et caractérisée par « un manque général de cohésion ». L’article insiste sur l’échec de la planification de la ville – avec le développement de villes dans le désert et autres enclaves ségrégatives, le manque de connectivité et de logements bon-marché – et les politiques économiques néo-libérales qui ont contribué à l’émergence de gated-communities destinées aux classes les plus aisées. Dans un article intitulé « Améliorer Le Caire pour la majorité, par pour une minorité » City Lab aborde également la question des inégalités urbaines. A travers une analyse du schéma directeur porté par l’ancien Président Moubarak pour le futur de la capitale intitulé « Cairo 2050 » ainsi que de celui du nouveau Plan Stratégique de Développement du Caire, il critique la planification urbaine des gouvernements de ces 40 dernières années qui « se sont surtout attachés à créer des espaces et des logements bénéficiant aux élites ».

Cette fragmentation urbaine du Caire est également perceptible dans la presse à travers des enquêtes dans différents quartiers de la ville. Cairobserver publie ainsi « Un Compound en commun : le cas de « la petite Duweiqa » d’Haram City », une étude de cas qui revient sur le combat de 231 familles issues du district pauvre de Duweiqa qui ont décidé en août 2010 et février 2011 (pendant les 18 jours ayant menés à la chute de Moubarak) de s’installer dans la gated community de Haram City afin d’y occuper des logements « décents ». Achevée en 2007 et appartenant pour majorité à Orascom Housing Communities, Haram city faisait partie du National Housing Programme du président Moubarak et devait permettre la construction de millions de logements sociaux entre 2005 et 2010. Furieux que les logements financés par des fonds publics et prévus pour accueillir des populations à faibles revenus soient finalement vendus à des personnes de la classe moyenne, les habitants de Duweiqa se sont regroupés pour réclamer des centaines de logements. Malgré l’intervention de l’armée pour les déloger, les familles ont jusqu’à aujourd’hui réussi à demeurer dans la ville, amenant avec elles « une économie et une « urbanité » sans précédent dans les gated communities égyptiennes ». Mada Masr de son côté publie « Le combat pour Ramlet Bulaq » un panorama qui revient sur le conflit qui a éclaté depuis 1995 entre les habitants de Ramlet Bulaq et des investisseurs ambitionnant d’y construire des tours dominants le Nil. Ramlet Bulaq abrite 2000 habitants et est un quartier pauvre du centre du Caire coincé entre la corniche et deux des plus grandes tours du pays. Enfin, Sustainable Cities Collective regarde d’un point de vue critique « Giza 2030 », un plan stratégique proposé par le gouvernement égyptien en 2008 dans le but de complètement transformer la zone sur une période de 20 ans « sans préoccupation des coûts entrainés » ou des capacités de l’Etat à mener cette politique.

 

Sinaï : destruction de la ville de Rafah et plan de 10 milliards de livres pour développer la région

Le 8 janvier 2015, l’Egypte a commencé le doublement de la zone tampon le long de la bande de Gaza initialement prévue pour être large de 500 mètres. Dans le processus, les autorités ont commencé à évacuer 1 220 maisons. D’après ces mêmes autorités, la zone tampon requiert également la suppression compète de la ville de Rafah, ce qui cause, pour reprendre les termes de l’activiste Saeid Aateeq, un « traumatisme communautaire » laissant les habitants à « un sort incertain ». Dans un article datant du 2 février 2015, le Global Post souligne « l’ampleur de l’éviction, l’absence de préavis et le manque de compensation et d’alternatives adéquates ».

Le 1er février 2015, le Président Abdel Fattah al-Sissi a par ailleurs annoncé un plan de 10 milliards de livres égyptiennes pour le développement de la Péninsule du Sinaï. L’annonce intervient après qu‘au moins trois expositions aient frappé la ville de Al-Arish dans le Nord-Sinaï dans a nuit du 29 janvier 2015 alors que d’autres attaques coordonnées ciblaient l’armée égyptienne dans la région. Au moins 25 soldats auraient été tués et 40 autres blessés.

 

Energie : plan pour développer une centrale nucléaire près de la ville de Daba

A l’occasion de la visite d’Etat du Président russe Vladimir Poutine au début du mois de février 2015, l’Egypte et la Russie ont conclu un accord préliminaire relatif à  la construction de la première centrale nucléaire égyptienne. Il est prévu que la centrale se construise sur la côte nord du pays et implique le déplacement des habitants de la ville de Daba vers une « nouvelle Daba ». D’après le chef du personnel de l’académie d’ingénierie des Forces Armées, Kamel al-Wazir, la nouvelle ville sera constituée de 1500 maisons bédouines construites sur une surface de 2380 ares pour un coût d’un milliard de livres égyptiennes dans un délai de six mois.

 

Transports et mobilité

 

Réactivation du projet visant à localiser les terminus des trains dans la périphérie du Caire plutôt qu’à la Gare Centrale

Egypt Independent rapporte qu’à l’approche de la conférence économique, le gouvernement a remis au goût du jour le projet visant à  transformer la Gare Centrale du Caire en terminal pour les trains de luxes et à localiser les autres terminus dans la périphérie du Caire, par exemple à Monib et Shubra al-Kheima pour les trains venant de la Haute-Egypte. Le projet a pour objectif de réduire le trafic sur la place Ramsès en particulier et dans le Grand Caire en général, mais comme le souligne David Sims dans son ouvrage Understanding Cairo. The logic of a city out of control (AUC Press, 2010) : une telle mesure « augmenterait en fait le volume général des déplacements et, en plus, serait une cause de désagrément important pour les usagers » (p247).

La construction d’une route menace un antique monastère copte

Le monastère copte de Saint-Macaire l’Alexandrin du IVe siècle, ainsi que son cimetière du Xe et les vestiges d’un temple pharaonique sont menacés par la construction d’une route dans l’oasis de Fayoum, à 100 kilomètres au sud-ouest du Caire. Le tracé remonte à 2012, quand les Frères musulmans étaient au pouvoir, et permet de relier le fief islamiste de Fayoum aux oasis du sud-ouest. Malgré les protestations des moines et du ministère des Antiquités, la construction de la route se poursuivi sous le nouveau régime. Le directeur du département des Monuments Islamiques et Coptes du Ministère des Antiquités, Mohamed Abdel Latif, a annoncé le 28 février 2015 qu’un « comité ad hoc de spécialistes » a été envoyé sur place afin de préparer et soumettre un rapport sur l’éligibilité du monument à la liste du patrimoine Copte égyptien et ainsi empêcher la construction de la route.

 

Réouverture de la station de métro de la place Tahrir : suite

En janvier 2015, le Conseil d’État égyptien a recommandé la réouverture de la station de la place Tahrir (voir la Revue de Presse sur la Ville de Décembre 2014 et Janvier 2015). Début février 2015, le chef de la police des transports, le Major El-Sayed Gad, a confirmé la réouverture prochaine de la station de métro Sadat, sans donner plus de précisions quant à la date de cette dernière.

 

Mise en place de nouvelles pistes cyclables… utilisées comme place de parking

Egyptian Street remarque que pour la première fois, l’Egypte a commencé à mettre en place des pistes cyclables dans certains quartiers du Caire, comme à Maadi et le long des voies menant à Nasr City et New Cairo. Il s’agit d’une politique visant à promouvoir le vélo comme moyen de locomotion. Cependant, une meilleure surveillance et régulation de ces pistes semble nécessaire puisqu’il a été rapporté que certaines d’entre elles avaient déjà été utilisées comme places de stationnement.

 

Une application mobile avertit les Egyptiens des embouteillages causés par les bombes

En ce qui concerne la circulation routière, l’application mobile sur le trafic « Bey2ollak » (« Je te le dis »), utilise maintenant le hashtag #WhereIsTheBomb afin de prévenir les utilisateurs des incidents relatifs aux bombes posées le long des routes et des problèmes de circulation qu’elles génèrent au Caire et à Alexandrie. Les explosions de faible intensité sont en effet devenues fréquentes dans ces deux villes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *