Edition Spéciale « nouvelle capitale de l’Egypte »

CEDEJ – REVUE DE PRESSE SUR LA VILLE

La conférence économique qui s’est déroulée à Sharm el-Sheikh du 13 au 15 mars 2015 fut marquée par la présentation du projet de nouvelle capitale pour l’Egypte. Le projet de construire une nouvelle ville où seraient notamment relocalisés les bâtiments ministériels et les ambassades, avec pour objectif de diminuer le trafic dans la capitale congestionnée, avait déjà été évoqué en juillet 2014 par le Premier ministre Ibrahim Mahlab. Le 25 février 2015, peu avant la conférence, le journal émirati The National avait annoncé, par la voix du ministre égyptien de l’Investissement Ashraf Salman, que l’Egypte était « à quelques jours de signer un contrat avec un promoteur immobilier majeur pour préparer le développement d’une nouvelle capitale ».

 

Le projet

Il est prévu que la nouvelle capitale soit construite sur la route d’Ain Sokhna, à l’est du Caire, en direction de la mer Rouge et de la ville portuaire de Suez. Le site officiel The Capital Cairo présente le projet dans les grandes lignes. Il doit se développer sur une surface de plus de 700 km² (équivalente à celle de Singapour), comprenant un Central Business District de 5,6 km². La nouvelle capitale doit accueillir 5 millions d’habitants et prévoit de créer 1,75 million d’emplois permanents, 663 infrastructures de santé, 700 maternelles et garderies, 21 districts résidentiels et un vaste parc à thème. Le site annonce également que la ville ambitionne d’être une « Smart City » qui adhèrera à la philosophie du développement durable. Comme le souligne The Guardian, la nouvelle ville représenterait, en termes de population, « la plus grosse ville dédiée à devenir capitale de l’histoire de l’humanité », presque aussi grande qu’Islamabad (1,8 millions d’habitants), Brasilia (2,8 millions d’habitants) et Canberra (380 000 habitants) réunies.

spd

 

 

Annonces contradictoires sur le promoteur, le coût et le calendrier

Le 25 février 2015, The National  a rapporté que le ministre de l’Investissement s’était refusé à citer le nom du promoteur en charge du projet, confirmant simplement que des acteurs émiratis avaient été impliqués dans les négociations, que le gouvernement ne couvrira « aucun coût de construction » et que le projet dans son intégralité sera « développé, planifié et exécuté par une entreprise privée ». Cependant, une fois le projet révélé au grand public, des annonces contradictoires ont émergé quant à l’identité de l’entreprise émiratie. Le 13 mars 2015, il a ainsi d’abord été rapporté que Emaar Properties – l’un des plus grands promoteurs immobiliers du Moyen-Orient – jouerait « un rôle clé » dans la construction de la capitale. Le 15 mars 2015, le ministre de l’Investissement a ensuite annoncé que les contrats relatifs au projet avaient été attribués à l’entreprise Eagle Hills basée à Dubaï, avant que Mohamed al-Abbar, haut-dirigeant dans les deux entreprises,  n’affirme dans une interview télévisée que « ni Emaar ni Eagles Hills n’avaient signé de contrats relatifs à ce projet avec le gouvernement égyptien », contrairement à l’entreprise Capital City Partner, dont il est également membre fondateur.

 

Des annonces contradictoires ont également émergé au sujet du coût et du calendrier du projet. Dans son interview, Mohamed al-Abbar a ainsi estimé le projet à 90 milliards $, ce qui contraste avec le coût de 45 milliards $ qui avait jusque-là circulé. De son côté, Khaled Fahmy (voir infra) affirme que, à l’occasion d’une réunion de préparation à la conférence, le ministre de l’Investissement avait évalué le projet à 500 milliards L.E, soit 66 milliards $. Enfin, en ce qui concerne le calendrier, le ministre de l’Investissement a annoncé que la capitale verrait le jour après 12 ans de travaux, tandis que BBC rapporte que le ministre du Logement Mostafa Madbouly a estimé la période d’achèvement du projet entre 5 et 7 ans. Le Président Sissi, lors de la conférence de Sharm, a quant à lui publiquement souhaité que les délais ne dépassent pas 5 ans.

 

Une nouvelle capitale dans le désert : une utopie ?

Khaled Fahmy, professeur à l’Université Américaine du Caire, a vigoureusement exprimé son opposition au  projet dans une tribune publiée sur Cairobserver et intitulée “Chasing Mirages in the Desert”. Il critique ainsi le coût du projet développé par des élites politiques, économiques et militaires fascinées par un modèle de développement urbain, en vigueur à Dubaï, qui ne convient pas à l’Egypte, et s’interroge sur le devenir de l’actuelle capitale. Il estime que le coût de construction d’une nouvelle capitale, équivalant à celui de la construction de plus d’une trentaine de lignes de métro, devrait plutôt servir à soulager les problèmes que rencontre Le Caire (eau potable, pollution de l’air, transport, aménités, logement, système sanitaire et ramassage des ordures par exemple). Autres points de critique soulevés par Khaled Fahmy, l’absence d’information, et encore plus de consultation des Cairotes et des Egyptiens sur le projet, et le lancement officiel de ce dernier par des dirigeants et investisseurs étrangers, plutôt que devant le parlement ou dans un média local. Il conclut en décrivant le projet de nouvelle capitale comme « la meilleure illustration de l’insistance [du] gouvernement à ignorer [la population] » et un exemple de « l’absence totale d’institution démocratiques efficaces » au niveau local.

 

Toujours dans Cairobserver, Khaled Tarabieh, docteur en urbanisme et professeur assistant à l’Université Américaine du Caire, publie un contre-point intitulé “Finding hope in the Desert”. Il nuance ainsi les positions de son collègue en ce qui concerne l’absence de consultation publique en amont de l’annonce du projet puisqu’il considère que celui-ci est encore en mesure d’être négocié et que le l’annonce du projet à la conférence économique est en cohérence avec les objectifs de cet évènement. Khaled Tarabieh pointe également son désaccord quant au sous-entendu que le projet serait « un nouveau Dubaï » et considère que le développement et le futur de l’Egypte résident dans de nouveaux projets d’aménagement du territoire ainsi que dans le respect de la profession d’architecte et d’urbaniste. Pour lui le « mirage » résiderait plutôt dans le fait d’investir de fortes sommes dans la réhabilitation de « squats » et de « bidonvilles illégaux ». Il demande ainsi plus « de temps de réflexion, d’assimilation et d’analyse » à l’égard du projet.

 

En réponse, Khaled Fahmy a publié un second article (en arabe ici) dans lequel il déplore l’absence de volonté des investisseurs à financer des projets visant à résoudre les problèmes urbains existants et conteste la localisation de la nouvelle capitale, bien trop proche du Caire. Sur ce dernier point, on peut également se référer à l’interview donnée par Ahmed Zaazaa à Ahram Online en août 2014. L’architecte-urbaniste, chercheur et co-fondateur de la plateforme Cairo Urban Initiatives Platform,  estime que la construction d’une grande ville ayant vocation à accueillir les activités gouvernementales et administratives – mais  qui « n’a même pas besoin d’être appelée capitale » – peut permettre de soulager les problèmes de congestion et de pollution du Caire à condition que celle-ci soit construite à une distance critique de l’actuelle capitale d’au moins 100 km et pas à partir de rien.

 

Enfin, le Guardian insiste sur les très courts délais de réalisation des travaux et sur le risque de création d’une « ville fantôme ». Depuis les années 1970, l’Egypte a en effet connu plusieurs expériences de construction inachevée de « villes-satellites » dans le désert qui, pour de nombreuses raisons (coût des logements, manques d’infrastructures, absence de transport en commun, etc.) ont échoué à soulager Le Caire de sa population et de son trafic. On peut par ailleurs s’interroger, à la suite de David Sims dans son dernier ouvrage Egypt’s Desert Dreams (AUC Press, 2015), sur le devenir des actuelles villes nouvelles et nouveaux quartiers en périphérie du Grand Caire, et plus particulièrement sur celui de Future City, censée, comme la future capitale, accueillir un grand nombre d’activités administratives, dont les premières pierres ont déjà été posées sur la route d’Ismailia. Le risque de surenchère transparaît jusque dans la bouche du ministre égyptien de l’Investissement qui a présenté la non-encore-nommée capitale comme “the new New Cairo”, en référence à la ville nouvelle de New Cairo, non achevée à ce jour, à l’est de laquelle doit se développer la future capitale.

 

 Entretien avec l’urbaniste derrière le projet de nouvelle capitale

Le 18 mars 2015 Mada Mars a publié un entretien avec Dan Ringelstein, l’urbaniste derrière le  projet Capital Cairo (Skidmore, Owings & Merrill (SOM), basée aux Etats-Unis) dans lequel il répond à différentes critiques soulevées à la suite de l’annonce du projet. En ce qui concerne l’absence de consultation, il affirme qu’il espère dialoguer avec autant d’acteurs que possible et qu’il est « impatient à l’idée d’obtenir des retours et de les intégrer au plan ». Sur le plan du calendrier annoncé, Ringelstein reconnait une petite confusion mais explique que le délai de 10 ans d’abord annoncé ne correspondait pas à la livraison du projet mais au temps nécessaire à en faire « une ville vibrante ». Enfin, avec emphase, il assure également que Le Caire « restera à jamais le cœur symbolique du pays ».

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *