Balṭagī

Pour comprendre ce à quoi renvoie l’expression « balṭaga », il est nécessaire de s’intéresser aux multiples usages qui en ont été faits au cours de l’histoire égyptienne : de l’empire ottoman à la « révolution du 25 janvier », le terme désigne en effet des groupes différents. Si les visages de ceux qui se voient qualifier de « balṭagiyya », forme plurielle de « balṭagī », changent avec les contextes politiques et sociaux, le signifié reste quant à lui stable : il vient stigmatiser, sur le registre moral, des pratiques et des individus. Observer les trajectoires selon lesquelles le terme circule et est mobilisé permet d’informer sur les rapports de force, et leurs mises en tensions, pour les périodes concernées. L’expression « balṭaga » vient du mot turc « balṭa » qui signifie « hache » ou « cognée ». Le suffixe « gi » marque, dans la langue turque, une personnification, balṭagī voulant littéralement dire « celui qui porte la hache ». Le terme désignait à l’origine les « esclaves » coupeurs de bois, tels que le définit Voltaire dans son Histoire de Charles XII, paru en 1731, à propos de Mehmet Baltagi, pacha syrien qui avait rejoint le roi de Suède à la fin du dix-septième siècle. Le mot était employé, dans le champ militaire, pour désigner, toujours sous l’empire Ottoman, les troupes chargées de dégager les routes pour permettre le passage des armées. Par extension il désigne les hommes de main au service du sultan et de sa famille. Lorsque le mot est mobilisé par le gouvernement égyptien, à la fin du vingtième siècle, sa signification a été stratégiquement modifiée et repensée afin de justifier les politiques de répression du pouvoir. Le terme a quitté le champ lexical de l’armée pour se charger d’une dimension dépréciative : le balṭagī est devenu le voyou incarnant une menace pour l’ordre public. Entre les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, c’est ainsi que sont qualifiés, par les médias notamment, les leaders islamistes alors visés en Égypte par la répression et de grandes campagnes d’arrestation.

Les visages des balṭagiyya changent à nouveau à la fin des années quatre-vingt-dix, devenant ceux que le pouvoir définit comme des mercenaires violents, « professionnels du crime » engagés pour semer la terreur et servir dans des règlements de compte privés. En 1998, une loi contre la « balṭaga » est promulguée dans un objectif affiché de lutte contre le « terrorisme social » et la délinquance urbaine. Les pouvoirs de la police se voient renforcés – ils étaient déjà importants du fait de l’état d’urgence – pour contrôler certains territoires et certaines sociabilités jugées déviantes. Sous le prétexte du maintien de l’ordre, des politiques de répression sont mises en place par le gouvernement égyptien ciblant en fait, en les stigmatisant, les masculinités populaires formulées comme antisociales (Amar, 2011a). Le terme « balṭagī » est également présent dans les discours dénonçant certaines pratiques policières et remettant en cause, plus largement, la légitimité du régime de Moubarak. C’est comme cela par exemple que sont appelés les « agents » habillés en civil, utilisés et embauchés ponctuellement pour attaquer les manifestations et intimider ceux et celles que le pouvoir leur désigne. Cet usage stratégique de la balṭaga par le pouvoir – la possibilité d’une violence gratuite et arbitraire – a constitué, selon Paul Amar (2011b), un des instruments clés du régime de Moubarak.

Mais le mot n’est pas utilisé seulement dans l’univers politique et a une correspondance dans le sens commun. Dans le langage courant, le terme désigne une personne, le plus souvent un homme, faisant un usage inapproprié de la violence, menaçant et agressant pour servir ses intérêts personnels, sans aucune considération morale. Le balṭagī est né avec la ville moderne, il est un symptôme de celle-ci (Jacob, 2007) et il constitue aujourd’hui une figure centrale de l’imaginaire collectif égyptien relatif à l’urbanité. Objet de détestation, il incarne la mauvaise fréquentation et est identifiable par deux traits caractéristiques : le port d’un long couteau, nommé singa, et des balafres visibles sur le visage et le corps (Tharwat, 2011). Les cicatrices constituent à ce titre des stigmates vis-à-vis desquels les jeunes hommes des quartiers populaires tentent de se prémunir : étant socialement dévalorisées et associées à des pratiques moralement répréhensibles, elles nuisent à l’accès à l’emploi, au marché matrimonial et aux possibilités – maigres – d’ascension sociale (Ghannam, 2011). Il est important de noter ici que la catégorie « balṭagī » ne qualifie pas un groupe en soi mais se déplace selon la position sociale du locuteur. Farha Ghannam (2012) explique ainsi que chaque individu est capable de reconnaître ceux que sa communauté définit stratégiquement comme étant des balṭagiyya et d’adopter face à eux la posture attendue – peur et fuite ou confrontation.

Le concept de balṭaga ne semble pas usité seulement en Égypte, mais aussi dans d’autres pays au Maghreb, en Algérie par exemple, et au Moyen-Orient comme en Jordanie, au Yémen ou en Syrie. Il serait à ce propos intéressant de prolonger cette exploration terminologique de la balṭaga en l’enrichissant d’une dimension comparative à l’échelle du monde méditerranéen.

 

Références :

 

Amar Paul, 2011a, « Middle East Masculinity Studies: Discourses of “Men in Crisis”, Industries of Gender in Revolution », Journal of Middle East Women’s studies, vol. 7, n° 3, p. 36-70.

Amar Paul, 2011b, « Turning the Gendered Politics of the Security State Inside Out ? », International Feminist Journal of Politics, vol. 13, n° 3, p. 299-328.

Ghannam Farha, 2011, « Mobility, liminality, and embodiment in urban Egypt », American Ethnologist, vol. 38, n° 4, p. 790-800.

Jacob Wilson Chacko, 2007, « Eventful Transformations: Al-Futuwwa between History and the Everyday », Comparative Studies in Society and History, vol. 49, n° 3, p. 689-712.

Tharwat Ahmed, 2011, « The Baltagiya and the Post Revolution Egypt ». Insight News. Adresse : http://insightnews.com/commentary/7940-the-baltagiya-and-the-post-revolution-egypt.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *