Revue de presse sur la ville – Mars 2015

Espaces publics

 

La transformation du centre du Caire se poursuit

Downtown, le centre-ville du Caire fait, depuis quelques semaines, l’objet de transformations radicales. Après l‘éviction des vendeurs de rue en août 2014 (voir la Revue de presse sur la ville de novembre 2014), l’inauguration du nouveau parking de la place Tahrir fin janvier 2015 et l’érection d’un drapeau égyptien au centre de la dite-place en février 2015 (voir la Revue de presse sur la ville de février 2015), le gouverneur du Caire, Galal Al-Saeeda émis un décret bannissant le stationnement dans les rues adjacentes à la place Tahrir dans le cadre d’un plan visant à interdire le stationnement dans toutes les rues du centre-ville. En mars 2015, Al Ahram s’intéresse aux effets de cette décision pour conclure qu’elle a eu des « résultats frappants » et que « pour la première fois depuis des décennies » une amélioration de la circulation y a été constatée. D’après Mohamed Ayman, gouverneur adjoint du district Sud du Caire, les rues concernées par l’interdiction de stationnement sont : la rue Tahrir et son extension jusqu’à la place Falaki, les rues Talat Harb, Sherif et Abou Allam ainsi que la place Al-Bustan. Au sujet de la congestion du centre-ville, le gouverneur du Caire a annoncé le 17 mars 2015 l’installation par les forces armées d’un « système de développement des feux de circulation dans la capitale » utilisant des caméras afin de « monitorer les infractions » et collecter des données sur le volume du trafic qui serviront pour les aménagements futurs.

Dans le même temps, des travaux d’embellissement ont également été annoncés en coordination avec des hommes d’affaires qui participeront au financement de la rénovation des façades de 350 bâtiments de Downtown pendant les 6 prochains mois. La première phase des travaux a déjà commencé dans 3 secteurs : La place Orabi et la rue Alfi, sa rue adjacente piétonnière, les zones très fréquentées que sont la place Talaat Harb et de la rue Mohamed Farid ainsi que la place Tahrir et le quartier Abdine.

1

Plutôt dans le mois, pendant la conférence économique de Sharm el-Sheikh (du 13 au 15 mars 2015), les cafés du quartier Boursa du centre-ville avaient été fermés pour « raisons de sécurité » (source du CEDEJ) puis scellés par les autorités. Les ruelles autrefois vivantes du quartier sont maintenant vidées voire utilisées comme places de parking.

2

 

Questions sécuritaires

Après plusieurs explosions sur des cibles civiles dans la ville d’Alexandrie le 9 mars 2015 ainsi que d’autres incidents similaires au Caire et dans le reste de l’Egypte, Egyptian Streets souligne comment les écoles, les banques et les centres commerciaux deviennent les nouvelles cibles du terrorisme en Egypte.

Mada Masr de son coté, rapporte que le 31 mars 2015 un tribunal correctionnel a condamné 68 personnes à une amende de 50 000 livres égyptiennes chacune, pour manifestation illégale lors du quatrième anniversaire de la révolution du 25 janvier et que, d’après la campagne « No to Military Trials for Civilians” (Non aux tribunaux militaires pour les civils), 3 000 civils ont été jugés par des tribunaux militaires ces 5 derniers mois, c’est-à-dire depuis la nouvelle législation du Président el-Sissi donnant un statut militaire à de nombreuses infrastructures civiles (voir la Revue de presse de Septembre et Octobre 2014).

 

Environnement

 

Le droit à l’eau en Egypte : pénurie et pollution

Le ministre égyptien de l’Irrigation et des Ressources Hydrauliques, Hossam Moghazi a déclaré le 28 mars 2015, à l’occasion d’un évènement ministériel pour la Journée mondiale de l’eau, que « l’Egypte est entrée dans une ère de pauvreté hydrique » avant d’ajouter que le pays doit « rationnaliser sa consommation » et est « responsable de ses besoins en eau potable, pour l’agriculture ainsi que pour l’industrie ». Cette déclaration a eu lieu une semaine après la signature d’une déclaration de principe entre l’Egypte, le Soudan et l’Ethiopie au sujet du projet éthiopien de construction d’un barrage sur le Nil (voir le Focus « Le partage des eaux du Nil entre Egypte, Soudan et Ethiopie » sur le site du CEDEJ). En Mars 2015 également, les inspecteurs de l’Agence Egyptienne de l’Environnement (Egyptian Environmental Affairs Agency (EEAA)) ont découverts de multiples violations de la législation environnementale à Alexandrie parmi lesquelles des entreprises rejetant leurs eaux polluées dans les cours d’eau avoisinants.

En février 2015, Legal Agenda avait  déjà abordé la question du droit à l’eau en Egypte où son accès est un combat en mettant l’accent sur un rapport de 2008 de l’Organisation Mondiale de la Santé indiquant qu’en Egypte 5,1% des morts et 6,5% des invalidés annuels étaient dus à de l’eau impropre à la consommation. L’augmentation de la pollution de l’eau est causée par plusieurs facteurs, notamment les polluants industriels et le rejet des eaux usées agricoles et domestiques, et conduit à l’augmentation du coût du traitement de l’eau. Par conséquent, la qualité de l’eau en Egypte est variable en fonction des régions et des classes sociales concernées. Legal Agenda souligne que le manque d’eau est également un problème crucial en Egypte et que les Nations Unies prévoient qu’à l’horizon 2025 le pays souffrira de pénurie d’eau. Déjà, le manque d’eau se traduit par des sécheresses dans certaines régions comme à Baltim (côte nord) où des douzaines de fermiers se sont rassemblées devant le conseil municipal pour protester contre la pollution de l’eau destinée à l’irrigation qui pollue également les cultures et met en danger la santé des citoyens.

En lien avec ces violations du droit à l’eau, le Habi Center for Environmental Right (acteur historique de la lutte pour les droits environnementaux en Egypte) a publié en avril 2015 un guide sur comment rédiger une plainte relative à la violation du droits à l’eau potable et à son assainissement.

 

L’essor de l’énergie solaire en Egypte ?

En mars 2015, une série de déclarations semble indiquer le désir du gouvernement égyptien de développer l’énergie solaire :  le 3 mars 2015, le gouvernement a ainsi annoncé son intention d’avoir recours à l’énergie solaire pour l’ensemble de l’éclairage de Sharm el-Sheikh (qui s’appuie déjà à 70% sur cette source d’énergie pour son éclairage) d’ici 3 mois ; le 5 mars le ministre de l’Electricité a quant à lui annoncé le lancement d’une centrale électrique solaire à Siwa ; le 15 mars l’agence de presse MENA a rapporté la signature d’un Mémorandum d’entente entre l’Egypte et des entreprises internationales du secteur de l’énergie pour la production d’électricité grâce à l’énergie solaire ; enfin le 24 mars, le ministre de l’Irrigation et des Ressources Hydrauliques a déclaré que l’énergie solaire serait utilisée dans la première phase d’un projet d’irrigation de 500 acres dans le gouvernorat de Baharia. Le Middle East Institute ainsi que le blog Sada explorent aussi dans leurs articles l’essor de l’énergie solaire en Egypte.

 

“Massacre” d’arbres dans un parc d’Héliopolis

D’après Egyptian Streets, le Merryland Park a été victime d’un « massacre » de ses arbres. Des habitants d’Héliopolis on en effet observé que « le nombre des arbres au sein du parc a été grandement réduit » ces deux derniers mois.  Ali Moustafa, le président de l’Heliopolis Company for Housing and Development, propriétaire du parc, a cependant affirmé que les arbres en question n’avaient pas été coupés mais déplacés pour permettre la construction d’un parking souterrain. Bien que le Major Hesham Khashaba, chef du district, ait affirmé que les travaux ont été approuvés par le district, le ministre de l’Environnement, Khaled Fahmy, a ordonné l’arrêt du chantier et démenti la délivrance de permis de construire par le ministère pour le développement du parc et de son lac.

 

Transports et mobilité

 

Transports collectifs : développement du tram à Alexandrie, projets pour les Nouvelles Communautés Urbaines et livraisons de 200 bus pour le Caire

Egypt Independent affirme d’après « des sources bien informées au sein du ministère des Transports » le report du projet de métro à Alexandrie au profit du développent et de l’électrification du tram de al-Raml. D’après ces mêmes sources, le nouveau projet représente seulement 10% du coût de construction d’une ligne métro  et a été estimé à 300 millions d’euros par l’Agence Française de Développement. De son côté, l’Autorité pour les Nouvelles Communautés Urbaines a signé avec la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement un accord relatif à la réalisation d’une étude pour la mise en place d’un plan de transports collectifs utilisant des bus en site propre sur les axes principaux reliant les villes de New Cairo, 6 Octobre et Sheikh Zayed aux axes de transports périphériques. Enfin, les Emirats Arbes Unis ont livré 200 bus, première livraison (retardée) de la promesse de faire le don de 600 véhicules à l’Autorité des Transports Publics du Caire (Cairo’s Public Transport Authority) faisant suite à leur annonce de novembre 2014 d’investir US$10 millions dans des projets de développement en Egypte.

 

“Zamalek” perd officiellement sa bataille contre le tracé de la ligne 3 du métro

En ce qui concerne le métro, Zamalek a perdu sa bataille contre le tracé de la ligne 3 du métro le 25 mars 2015 lorsque le Président Sissi à approuver la décision du Cabinet de rejeter la demande de certains résidents que le métro ne pénètre pas le (« luxueux ») quartier du centre du Caire, ou du moins que son tracé soit modifié de manière à ne pas traverser la rue Ismail Mohamed (voir la Revue de presse de Septembre et Octobre 2014). D’après une source au sein du ministère des Transports, approuver la demande aurait encouragé d’autres quartiers à également mener bataille contre le tracé du métro, dans le quartier ouvrier d’Imbaba par exemple où « si les revendications de leur riche voisin avaient abouti, [les habitants] n’évacueraient pas les bâtiments ou terrains nécessaires au métro ».

 

Applications mobiles pour se déplacer au Caire : cartographie des lignes de bus et de microbus et lancement de services de taxis

Dans son article “L’innovation la plus importante de cette décennie en matière de transport est le smartphone, City Lab souligne comment, de nos jours, la quasi-totalité des déplacements dans les grandes villes commence par l’usage d’applications mobiles et d’interfaces aidant à la réalisation de ces trajets. Les indices de cette nouvelle tendance sont également visibles au Caire. Ainsi Cairo Scene présente Cairo Bus Routes, un site internet couplé à une application mobile qui cartographie les chemins empruntés par les bus et les microbus du Caire. Mada Masr de son côté, s’intéresse à Easy Taxi (pour réserver des taxis) et Uber (service de voiture sur demande) dont le lancement betâ vient d’avoir lieu. D’après l’article, les deux applications ont « le potentiel pour changer la manière dont les Cairotes envisagent leurs déplacements quotidiens » en offrant un service confortable et accessible, cependant, ils souffrent actuellement de problèmes pratiques qui rend « improbable un changement de leurs pratiques quotidiennes ; particulièrement dans le centre-ville ».

 

Habitat et planification

 

La Banque Mondiale accorde un prêt de US$ 500 millions à l’Egypte pour un programme de logements

Le ministre du Logement, Mostafa Madbouli, a annoncé le 22 mars 2015 la finalisation de négociations avec la Banque Mondiale pour un prêt de US$ 500 millions alloués au logement social ou au projet de construction d’un million d’habitations à destination des foyers à faibles revenus (lancé par Sissi lorsqu’il était encore ministre de la Défense en mars 2014).

 

Protestation des agriculteurs de Sadat City contre la destruction de leurs terres et de leurs maisons

Faisant suite à un précèdent rassemblement devant le Syndicat de la presse dans le centre-ville du Caire le 23 février 2015, des douzaines d’agriculteurs de Sadat City (gouvernorat de Menufiya) ont manifesté le 3 mars 2015 devant le ministère du Logement pour demander l’arrêt de la destruction des terres qu’ils cultivent et de leurs maisons ainsi que la régularisation de leur situation dans la zone concernée. Le 8 mars 2015, des douzaines sont revenus protester, cette fois devant la Cour Suprême.

 

L’Autorité pour les Nouvelles Communautés Urbaines approuve l’accord de LE9 milliards pour l’implantation immobilière de Madinaty

L’Autorité pour les Nouvelles Communautés Urbaines a approuvé l’accord de 9 milliard de livres égyptiennes avec le promoteur Talaat Moustafa Group (TMG), au sujet de  l’implantation immobilière de Madinaty. Le terrain sur lequel s‘est développé le projet a été, à l’époque de Moubarak, directement vendu à TMG sans passer par une enchère publique (en violation de la réglementation égyptienne) et est par la suite devenu le sujet d’incessantes batailles juridiques.

 

Culture et patrimoine

Ahram Online propose un voyage au XXème siècle dans l’âge de Minya alors que le Guardian s’intéresse à l’histoire de la pyramide à escalier de Zoser, le plus vieux des grands monuments en pierre encore debout, dans le cadre d’une série du journal intitulée « Une histoire des villes en 50 monuments ».Mada Masr propose quant à lui unGuide du débutant de la scène artistique alternative de Downtown”.

 

Art urbain : 4ème édition du D-CAF

Le 19 mars 2015 a débuté la 4ème édition du D-Caf (Downtown Contemporary Arts Festival) dont l’objectif annoncé est « la renaissance et la réappropriation de Downtown comme centre culturel vibrant ». Dans son article « Art public dans des lieux privés : la vision urbaine de D-CAF », Mada Masr remarque cependant que cette année a été caractérisée par un manque de lieux publics adaptés aux évènements qui ont, pour beaucoup, eut lieu au GrEEK  Campus suite à des changements procéduraux qui ont empêché l’obtention des autorisations nécessaires. Le Caire a aussi été le théâtre de performances de clown par la troupe Outa Hamra (Tomate Rouge) à Al-Moez, devant la Mosquée Ibn Qalawun le 27 mars 2015.

 

Patrimoine menacé par des projets de parking et de route

A Alexandrie, une partie du mur historique du port a été détruite en vue de la construction d’un parking privé devant desservir le complexe des tribunaux dans le quartier de Manchiya, où le stationnement anarchique des voitures le long de la corniche provoque des problèmes de circulation. D’après Mohamad Awad, professeur d’architecture à la faculté de génie d’Alexandrie, le mur, construit pendant le règne de Abbas Helmi II en 1905, a été  classé sur la liste du patrimoine de la ville dressée en 2003.

En ce qui concerne le cas du monastère de Saint-Macaire dans l’oasis de Fayoum menacé par la construction d’une route (voir la Revue de presse sur la ville de Février 2015), le Pape copte Théodore II a admis le 11 mars 2015 que les prêtres occupaient illégalement le monastère (ajoutant même que le monastère ne suivrait pas le culte de l’Eglise copte orthodoxe).

 

Le directeur des musées égyptien arrêté pour corruption dans le cadre de la restauration du musée d’art islamique du Caire

Ahram rapporte que le directeur des musées égyptiens au sein du ministère des Antiquités, Ahmed Sharaf, a été arrêté le 23 mars 2015 pour avoir accepté des pots-de-vin dans le cadre de contrats inférant à la restauration du musée d’art islamique du Caire. Le musée est en restauration depuis janvier 2014 suite à l’explosion d’une voiture piégée devant le bâtiment de la Direction de Sécurité du Caire lui faisant face.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *