« Le Khédive al-Sissi entre deux capitales »

« Le Khédive al-Sissi entre deux capitales »

Ismail Alexandrani

Le Caire et ses villes nouvelles, Earth Observatory (2014)

Le Caire et ses villes nouvelles, Earth Observatory (2014)

Article original : الخديوي السيسي بين عاصمتين  paru dans Assafir Al-Araby le 17 septembre 2014. Traduit de l’arabe par Cyprien Butin – l’auteur remercie Yves Mirman, Leila Nciri et Roman Stadnicki pour leurs relectures attentives et leurs commentaires

 

Avant-propos du traducteur

Ismaïl Alexandrani (إسماعيل الإسكندراني) est journaliste d’investigation indépendant, spécialiste de la situation au Sinaï au sujet de laquelle il a écrit pour de nombreux journaux dont Assafir Al-Araby, Jadaliyya, Masr Al-Arabiya et Le Monde Diplomatique (et récemment dans l’ouvrage suivant : Rougier B., Lacroix S. (dir.), L’Egypte en révolutions, PUF, 2015). Il est aussi chercheur en sociologie politique, associé à l’Arab Reform Initiative (Paris) et actuellement invité au Woodrow Wilson Center (Washington, D.C.).

Dans cet article incisif, il nous propose une analyse originale du régime issu du renversement du président Mohammed Morsi le 3 juillet 2013, prenant pour objet d’études deux mégaprojets de développement urbain : l’établissement d’une nouvelle capitale administrative et le « renouvellement urbain » du « Caire khédivial ». Le premier projet fut présenté officiellement au public à l’occasion de la conférence économique de mars 2015. Il représente en quelque sorte le summum de la politique des villes nouvelles lancée par le gouvernement égyptien dans les 1970. Le lancement du second projet, prévu pour 2011 dans la lignée de la stratégie métropolitaine du « Caire 2050 », fut cependant stoppé à la suite de la révolution du 25 janvier. Depuis quelques mois, il est à nouveau promu par les pouvoirs publics.

Alexandrani met en évidence deux tendances déjà marquées sous Hosni Moubarak et qui se sont renforcées depuis l’arrivée du président Sissi au pouvoir en juin dernier : une vision sécuritaire de l’aménagement où la question du contrôle des populations et du territoire prédomine. A cela s’ajoute un modèle néolibéral de développement urbain, socialement exclusif, encouragé par les acteurs du Golfe et qui témoigne de l’intention des décideurs de faire du Caire une « ville globale » [1].

 

 

Le Khédive[2] Ismail fut fasciné par Paris. Alors qu’il y étudiait, il visita ses monuments, stupéfait par leur urbanisme moderne. Lorsqu’il décida de construire sa nouvelle capitale, le « Caire ismaïlien » ou « Caire khédivial », il fit appel au modernisateur de la métropole française, Georges Haussmann[3], pour faire du nouveau centre administratif de l’Egypte un « morceau d’Europe » ou un « Paris de l’Orient ». A l’inverse, l’urbanisme du Khédive al-Sissi[4] regarde davantage vers l’« Orient » que vers le Nord. C’est en effet au royaume d’Arabie Saoudite que ce dernier effectua une partie importante de sa carrière comme attaché militaire au sein de la mission diplomatique égyptienne. De surcroît, c’est dans le Golfe que se trouvent ses alliés et soutiens politiques et économiques. Admiratif de l’urbanisme néolibéral de la péninsule arabique, al-Sissi prévoit l’instauration d’un nouveau centre administratif en Egypte, lequel révèle bien des mutations sociales, politiques et sécuritaires. La capitale actuelle, quant à elle, entrerait dans une nouvelle phase de son histoire.

Il n’est guère possible de comprendre le système politique al-Sissi en ayant une grille de lecture qui se limiterait à l’étude de la répartition des pouvoirs constitutionnels, à leur organisation, aux rapports entre le gouvernement et l’opposition, aux mécanismes de transfert de compétences, et bien d’autres dynamiques des régimes politiques modernes. Celui-ci appartient à bien des égards au Moyen-âge[5] par excellence, car il renvoie à une prise du pouvoir et sa consolidation par la violence politique, et le massacre de ses principaux adversaires[6]. C’est dans ce contexte que peut être décrite une pensée militaro-sécuritaire qui n’hésite pas à utiliser le terme de « guerre » dans un contexte de conflit politique. Ce mot, qui ne fait pas uniquement référence à une approche sécuritaire et au recours à une propagande que ne permettra pas de faire face aux défis politiques et sociaux, indique également sa volonté de se placer sur un terrain guerrier, un « champ de bataille » qui le mènera à la victoire.

 

Une capitale « golfienne » pour contrer l’avancée des masses

Le site de la nouvelle capitale se situe à l’est du Caire, sur la route de Suez au-delà des quartiers de « New Cairo » (Tagamu` al-Khâmis) et « Madinaty ». Ce dernier mégaprojet, lancé en grande trombe il y a quelques années seulement[7] a vu sa mise en œuvre s’accompagner d’une corruption de grande ampleur entre le gouvernement et un homme d’affaire lié à la famille Moubarak[8]. De son côté, le quartier de « New Cairo » a été planifié par le gouvernement il y a plusieurs décennies, mais n’a vraiment émergé qu’au cours des dix dernières années[9]. Ses routes ont été goudronnées, ses rues ont été pavées, des infrastructures y ont été installées, des écoles et universités étrangères y ont été construites, et des hôtels de luxe y ont été bâtis. « Madinaty » est, pour sa part, connu pour être le « compound » le plus célèbre mais aussi le plus cher, le plus isolé et le plus sécurisé du Caire. En observant les ressemblances entre « Tagamu` al-Khâmis » et « Madinaty » en matière de déplacements, à pied et en transports collectifs, nous pouvons imaginer ce que sera le modèle urbain de la nouvelle capitale…

Située dans le désert, au-dessus du niveau de la mer, la nouvelle capitale possèdera certainement un air plus propre et plus sain que la capitale actuelle. De larges avenues, conçues pour la mobilité exclusive des voitures, la traverseront. Il n’y aura ainsi pas de voies ferrées, ni d’espaces réservés à la marche. Al-Sissi voudra aussi sûrement un lieu dont l’accès soit aisément fermé, en coupant la route ou en arrêtant les deux premières voitures afin que s’accumulent derrière elles la foule des habitants attendue. Un tel mouvement est en lui-même déjà un scénario improbable et irréaliste sachant que la nouvelle capitale sera très éloignée de la capitale actuelle : qui seront les manifestants qui quitteront l’extrémité est de la ville pour parcourir vingt kilomètres dans le désert afin d’arriver au nouveau centre administratif ?

Durant des siècles, le Caire Fatimide fut le centre politique et administratif de l’Egypte. Il devint même, avec le déclin des villes de Fostat et al-Qatta’i[10], un lieu habité. Au contraire, al-Sissi – lequel a d’ailleurs grandi dans le Caire fatimide – se satisfait de ce que sa nouvelle capitale demeure un lieu pour l’élite le temps d’une ou deux décennies. Il est en effet peu probable que l’ensemble des cabinets ministériels y soient transféré. Ce serait une ineptie économique dangereuse qui ne correspondrait pas à la composition sociale élitiste voulue pour cette nouvelle ville. Ainsi, seules la haute administration, la classe politique, les juridictions dont le transfert est requis par la Constitution et tout une armée d’assistants et de prestataires de services seront déplacés vers le « compound » du nouveau pouvoir.

Par ailleurs, il n’est guère besoin d’explications pour montrer la manière dont sera gérée la sécurité dans la nouvelle capitale. Sa localisation la protégera des masses pacifiques et les murs qui l’entoureront préviendront une éventuelle agression armée. D’autre part, les rues, spacieuses, formeront l’arène idéale pour mettre en pratique la répression. Nous n’entendrons pas parler de sit-in devant la résidence du Premier ministre[11], ni à l’entrée des ministères. A partir de 2015, quand la nouvelle capitale aura commencé à être construite, on se rendra compte très vite des moyens de surveillance qui rendront possible le contrôle de chacun de ses espaces.

Au Bahreïn, le despotisme arabe a innové en matière d’aménagement des lieux de manifestations. La place de la Perle a ainsi été fermée et transformée en carrefour routier. Des ponts ont été construits au-dessus des zones chiites[12]. De même, l’urbanisme autoritaire qui caractérisera la nouvelle capitale égyptienne marquera la fin d’une époque  inaugurée avec Jawhar al-Siqilli, le chef des armées du calife fatimide Al-Mu’izz li-Din Allah[13]. Avec l’arrivée du « bouclier de la péninsule »[14], il créera ce mélange d’isolement, de fortifications, et de planification contre le mouvement des masses.

Cela étant dit, le plan d’al-Sissi n’est pas exempt d’arguments. La capitale actuelle souffre en effet de la pression du trafic routier et du chaos urbain qui rendent inefficaces les solutions partielles. L’établissement d’une nouvelle capitale contribuera sans doute à réduire la densité de population de certains quartiers du Caire et créera des emplois à même de relancer la croissance économique. Cela pourrait être également l’occasion de raviver le patrimoine architectural cairote enfouit sous les décombres de l’hyperconsommation. A la comparaison des différences entre d’un côté la capitale du Khédive Ismail et la capitale du Khédive al-Sissi, et de l’autre Paris et Dubaï, cette mise en valeur a cependant peu de chances de voir le jour.

Ismail n’a pas commis le péché de Napoléon III, lequel fonda le Paris moderne sur les ruines du Paris ancien. Il établit « son » Caire sur un nouvel emplacement, en lieu et place des marais de l’Azbakeya où le Nil débordait à chaque saison avant le contrôle de son cours. Aussi, le Caire ismaïlien n’est pas séparé du Caire médiéval. Il n’y a ni murs, ni espaces vides entre les quartiers historiques de Sayda Zeinab, Khalifa et la citadelle d’une part, et le quartier Abidin où le Khédive installa son palais et nouveau centre administratif d’autre part. La place Attaba n’est ainsi qu’à un jet de pierre de la Mosquée al-Azhar dans le quartier d’al-Hussein. Plus remarquable encore, Ismaïl su créer ce mélange qui lie l’ancien au moderne avec ces rues rectilignes entourant les bâtiments de style européen.

A l’inverse, la capitale d’al-Sissi ne sera – probablement – pas autre chose qu’une bulle golfienne isolée et climatisée qui se distinguera par le jaune vif du sable, le noir de l’asphalte, les couleurs vives des véhicules de luxe, les nombreux escaliers mécaniques, les murs de verre réfléchissant et les planchers de marbre. Ce sera un espace confus entre la vallée du Nil et le golfe de Suez, sans mer ni fleuve.

 

Une capitale « antique » pour les vieux fortunés

Parallèlement au transfert du centre administratif, le Caire ismaïlien et Al Tawfikeya[15] sont convoités par le néolibéralisme égyptien et mondial[16]. Ce large espace, situé à l’intersection de trois divisions administratives[17], comprend des centaines de rues et de bâtiments historiques. Ces murs sont les témoins d’une histoire riche et diverse de plus de cent trente années de politique, de culture, d’architecture, d’arts et de cosmopolitisme, à la fois élitiste et populaire. C’était un endroit où l’on pouvait faire les boutiques, aller dans les derniers lieux à la mode et croiser des célébrités. La rénovation de cet espace est un projet idéal pour caresser les désirs des amoureux du patrimoine, de « l’authenticité » et les nostalgiques du passé.

Le déclin de Wast al-Balad[18] est dû au trafic, à la mauvaise planification, au déclassement du quartier et à la diminution du niveau de revenu général des ménages qui y habitent. De fait, la plupart des habitants originels sont partis. De spacieux logements ont été transformés en administrations, en bibliothèques, voire en entrepôts. La splendeur du quartier s’est définitivement éteinte lorsque fut mis en service le métro[19], qui draine chaque jour des dizaines de milliers de cairotes, venant parfois des zones rurales de la périphérie de la ville, à la recherche d’un gagne-pain. Après la révolution, le chaos des rues de Wast al-Balad s’est généralisé, non seulement en raison du laxisme sécuritaire, mais plus encore de la négligence des gouvernements successifs, lesquels n’ont pas su répondre à la demande des vendeurs de rue d’organiser et régulariser leur situation.

Parce que les gouvernements ont délaissé cette question après la révolution, les vendeurs de rues ont étendu leur activité jusqu’aux trottoirs des rues animées, au point d’en perturber le trafic. Dans le même temps, les disputes verbales se sont multipliées avec les propriétaires de boutiques, lesquels n’ont pas eu de scrupule à faire usage de « kalachnikovs » et « gorjunov[20] » pour régler leurs différends. D’autre part, les vendeurs de rue ont bien compris la fragilité de la situation politique générale. Après le coup d’Etat, ils ont coopéré avec les appareils sécuritaires contre les manifestants pacifistes : non pas à l’encontre des Frères musulmans ou autres islamistes, lesquels n’ont pas réussi à accéder au centre-ville, mais plutôt des manifestants issus du mouvement civil qui protestaient principalement contre la nouvelle loi sur les manifestations[21]. Ainsi, on a pu voir des vendeurs brandir des posters d’al-Sissi, le général, puis maréchal, ministre de la défense, candidat à l’élection présidentielle et aujourd’hui président. De plus, ils ont fait rugir les baffles de leurs enceintes en passant les chansons de propagande sissiennes « Teslam el-Ayadi » et « Boshret Kheer ». Cela ne les a cependant pas aidés lorsque le projet du « Caire 2050 » fut relancé.

Le nom de « Mostafa Madbouly » apparut pour la première fois lorsque la stratégie du Caire 2050 fut officialisée en 2009. En promouvant la « mise à niveau » de la capitale égyptienne, ce projet mène de fait à une forme de « balayage humain » au service des investissements capitalistiques. Madbouly a grimpé les échelons un à un avant d’obtenir le poste tant espéré de ministre du Logement et des Villes Nouvelles en remplacement du directeur d’Arab Contractors[22], Ibrahim Mahlab, sur qui al-Sissi compta pour présider le gouvernement des « ententes »[23] actuel[24]. Le destin du centre administratif semble pouvoir être résumé dans la vision du projet du « Caire 2050 ». Il s’agit d’un retour au Caire tel qu’il était durant la première moitié du vingtième siècle. Sa population sera cependant limitée à ceux qui auront les moyens de s’y installer, c’est-à-dire des retraités, vieux Européens et habitants perdus sur les chemins de la nostalgie. La société nommée « Ismaïlia » joue le rôle clef d’acheteur de biens immobiliers à Wast al-Balad, mobilisant ainsi des montants considérables. Les rumeurs se sont d’ailleurs multipliées quant à l’origine de leurs ressources. Après avoir eu recours aux autorités pour « nettoyer » plusieurs blocs du quartier des vendeurs de rues, il ne serait pas surprenant que celles-ci proviennent directement du pouvoir politique[25]. L’objectif est de relancer l’activité des boutiques et que leurs devantures s’accordent avec l’ancien, mais non moins moderne, Caire ismaïlien, où jadis l’élite se rencontrait le jour et profitait, une fois la nuit tombée, des plaisirs de la vie nocturne. Ce projet n’est d’ailleurs peut être pas une divagation de l’esprit sachant que la sécurité de Wast al-Balad a été entièrement attribuée à une société privée[26] en lieu en place de la police, inefficace, incompétente et indigne de sa devise : « au service du peuple », celle-ci s’occupant plutôt des « poches bleues »[27].

Ainsi apparaissent clairement les caractéristiques néolibérales et sécuritaires de l’urbanisme selon le Khédive al-Sissi. Un urbanisme qui perçoit l’aménagement à la manière des logiciels informatiques : un pressement de bouton ou un mouvement de souris suffit alors pour ajouter ou supprimer murs et espaces. Il n’y a pas de différence entre l’homme, l’arbre ou la pierre. Cet urbanisme qui « balaye les hommes », comme le dirait Heba Raouf Ezzat[28], est, de surcroit, hostile à ses habitants. Nombreux sont ceux qui fuiraient l’actuelle capitale pour la nouvelle s’ils en avaient les moyens. C’est sans compter sur la vengeance du régime à l’encontre de ceux qui osent manifester. Aucun effort ne sera ménagé pour les en expulser, que ce soit de manière pacifique ou par la violence. En se retirant de la capitale actuelle, al-Sissi n’oublie pas en effet « sa guerre » contre le domaine public. Alors que sa prise de pouvoir coïncide avec le plus grand massacre politique de l’histoire de l’Egypte moderne, il n’est pas étonnant qu’il prive le peuple de son droit à la ville et à accéder aux espaces et places de son centre.

[1] A titre indicatif, lire :

– Denis Éric (2006) « Cairo as Neoliberal Capital : from Walled City to Gated Communities », in Singerman D., Amar P. (eds), Cairo Cosmopolitan, The American University in Cairo Press ;

– Barthel, Pierre-Arnaud (2010) « Arab Mega-Projects: Between the Dubai Effect, Global Crisis, Social Mobilization and a Sustainable Shift », Built Environment, 36(2) ;

– Barthel, Pierre-Arnaud, Deboulet, Agnès., Pappalardo (2014) « Le ‘Caire 2050’: l’entrée dans la compétition globale par le renouvellement urbain », in Métropoles en débat : (dé)constructions de la ville compétitive (ed.) Le-Blanc, A., et. al., Presses Universitaires de Paris Ouest.

[2] Khédive est le titre héréditaire accordé en 1867 par l’Empire ottoman au vice-roi d’Égypte, Ismaïl Pacha.

[3] Le préfet Georges Haussmann fût choisi par Napoléon III pour diriger les transformations de Paris sous le Second Empire (1852-1870).

[4] L’auteur fait ici référence à l’actuel président égyptien, Abd al-Fatah al-Sissi, élu en juin 2014.

[5] Consciemment ou inconsciemment, l’auteur fait ici référence à la théorie développementaliste qui postule que tous les ordres politiques connaissent un processus de développement comparable. Marquée par l’ethnocentrisme, cette approche a suscité de nombreuses critiques, car elle fait l’impasse sur la diversité des sociétés étudiées et sur les mécanismes d’hybridation et d’invention du politique. Voir Marchesin, Philippe (1993) « Science politique et développement, un lent mais fécond mûrissement » in Choquet, C., Dollfus, O. et al., Etats des savoirs sur le développement. Trois décennies de sciences sociales en langue française, Karthala.

[6] L’auteur fait ici référence au massacre en août 2013 de centaines de militants frères musulmans qui s’était réfugiés sur la place de Rabaah située dans le quarter de Madinat Nasr (Nasr City).

[7] La construction de Madinaty a démarré en 2006.

[8] L’auteur fait référence à Hisham Talaat Mostafa, un magnat de l’immobilier et député du Parti national démocratique (PND) alors au pouvoir sous l’ère Moubarak.

[9] Le schéma d’aménagement du Nouveau Caire (New Cairo) a été réalisé en 2001.

[10] Fondée en 641, Fostat fût la première capitale arabe de l’Egypte tandis qu’al-Qatta’i fut à partir de 868 la capitale des émirs toulounides. Les deux villes sont situées à proximité du Caire fatimide, fondé en 969.

[11] L’auteur fait ici probablement référence aux affrontements qui eurent lieu en décembre 2011 entre forces armées et manifestants devant le bâtiment du Conseil des Ministres pour protester contre la nomination du Dr. Kamal Ganzouri à la tête du gouvernement.

[12] Comme la place Tahrir au Caire, la place de la Perle à Manama (Bahreïn) était devenue en février 2011 le cœur des manifestations contre le pouvoir (sunnite) en place des manifestants, en majorité chiites y campaient jour et nuit.

[13] Al-Muizz lance en 969 le général Jawhar al-Siqilli à la conquête de l’Égypte puis fonde le Caire qui deviendra la capitale du califat fatimide.

[14] L’auteur fait ici référence aux investissements du Golfe dans la capitale égyptienne. L’expression a été initialement utilisée pour désigner le bras armé du Conseil de Coopération du Golfe (CGC) lequel intervint au Bahrein en 2011 pour mettre fin aux manifestations.

[15] Lieu proche du Caire ismaélien.

[16] Par néolibéralisme, l’auteur fait référence ici à la place croissante prise par le secteur privé (sociétés d’aménagement nationales ou du Golfe notamment) dans le développement et la réhabilitation des espaces urbains.

[17] Il s’agit des divisions de Qasr al-Nil, Azbakeya et Abdine.

[18] Wast al-Balad est le nom couramment employé aujourd’hui pour désigner le Caire ismaïlien ou khédivial

[19] La première ligne de métro entre Helwan et el-Marg fut mise en service en 1989.

[20] La Gorjunov SG-43 est une mitrailleuse sociétique qui fut adoptée par l’Armée rouge en 1943 avant d’être remplacée par la Kalachnikov.

[21] Promulguée en novembre 2013 par le président par intérim Adly Mansour, la nouvelle loi sur les manifestations exige un préavis de trois jours et donne au ministère de l’intérieur le droit de l’annuler ou la reporter si les manifestants venaient à « enfreindre la loi ».

[22] Arab Contractors (al-Muqāwilūn al-`Arab) est l’une des plus importantes sociétés de construction en Egypte, fondée par Osman Ahmed Osman qui fut ministère de l’intérieur sous la présidence d’Anouar al-Sadat.

[23] Il y a là un jeu de mots de l’auteur entre le terme « al-muqāwilūn » (entrepreneurs) qui a donné son nom à la société Arab Contractors et « muqāwilāt » et qui signifie contrats, ententes, transactions.

[24] Ibrahim Mahlab a été nommé premier ministre le 1er mars 2014 en remplacement de Hazem al-Beblawi qui présida le gouvernement égyptien suite à la destitution de Morsi le 3 juillet 2013.

[25] L’auteur fait référence à l’expulsion des vendeurs de rue du centre ville qui eu lieu à la fin de l’année 2014.

[26] La société Falcon Security, aussi chargée de la sécurité à l’entrée des campus des universités cairotes.

[27] Les « poches bleues » sont la métaphore ironique des cols bleus (de la classe ouvrière).

[28] Heba Raouf Ezzat est professeure de théorie politique à l’Université du Caire et à l’Université Américaine au Caire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *