Kazeboon

[Kazebûn]

« Askar kazebûn » Plus d’un an après la révolution, la situation de la presse en Egypte reste préoccupante. La liberté d’expression et l’indépendance des journalistes ne sont pas encore acquises, comme le démontre la circulaire adressée en septembre 2011 aux directeurs des rédactions égyptiennes, les incitant à ne publier « aucune information, déclaration, photo ou critique concernant les membres du CSFA. ».

Les Chabab al-thawra, (Jeunes de la révolution), ont compris le rôle-clef joué par la diffusion de l’information. Sans transparence médiatique, et sans le soutien de l’opinion publique, les chances de voir leurs revendications aboutir à des résultats concrets sont minimes. C’est pour contourner le discours des médias officiels et les dangers de la désinformation qu’un collectif a récemment lancé la campagne Askar kazebûn (les militaires sont des menteurs). Le mouvement a pour objectif d’attirer l’attention du public égyptien, d’éveiller sa conscience politique et son sens critique, au-delà du moment « Tahrir ». Avec des moyens parfois très sommaires, les membres du collectif Kazebûn se déplacent de quartier en quartier afin de diffuser des vidéos montrant la violence de la répression lors des récentes manifestations. Nombre de ces scènes furent filmées au cours des affrontements qui opposèrent les manifestants et les militaires, rues Muhammad Mahmoud et Magles al-Shaab, en novembre 2011. Ces projections sont généralement précédées ou suivies de séances d’information, de débats, parfois même de marches et de distribution de tracts. Les cibles de la campagne sont principalement les quartiers populaires, privés d’un accès régulier aux supports devenus essentiels pour les activistes, des sites Internet comme Youtube, Twitter ou Facebook.

Avant Kazebûn , le mouvement Mosirîn (Déterminés), fut l’un des premiers à développer une campagne médiatique alternative. Le collectif ouvrit son compte sur Youtube dès août 2011. Certaines de leurs videos ont été visionnées jusqu’à 2 500 000 fois. Après les affrontements du 16 décembre, Kazebûn vit le jour et développa cette initiative. Aux vidéos de Mosirîn s’en sont ajoutées de nouvelles, diffusées dans les banlieues cairotes, puis à travers toute l’Egypte, y compris zones rurales.

Parce que le mouvement est resté extrêmement décentralisé, il a pris beaucoup d’ampleur en très peu de temps. Le comité fondateur, composé d’une dizaine de personnes, n’est plus le seul à organiser les projections publiques. Celles-ci gagnent désormais les quartiers plus aisés de la capitale, comme Zamalek et Maadi. La campagne repose d’ailleurs sur une logique simple : pas de coordination, pas de hiérarchie, l’information est un bien public et sa diffusion, un droit inaliénable. Il s’agit de rompre avec l’idée d’une révolution dont l’expression se limite à la place Tahrir, et à ses dix-huit jours.

Plusieurs rassemblements ont dû s’interrompre suite à l’intervention, parfois violente, des forces de l’ordre, ou de militants pro-CSFA. Les militants se déplacent donc en effectif restreint et interpellent les gens de manière informelle, volontairement désorganisée. Certains lisent des textes – slogans, discours plus élaborés ou témoignages – relayent les remarques ou les questions des spectateurs, leur distribuent des DVD contenant l’ensemble des vidéos projetées. D’autres assurent la projection des films et des diaporamas.

Le mouvement Kazebûn n’est cependant pas totalement déstructuré. Sa page Facebook est régulièrement mise à jour, alimentée par des photos, des témoignages et l’agenda des prochaines séances publiques. Comme annoncé, le collectif était présent, et visible, place Tahrir le 25 janvier 2012.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *