Editorial : « le salafisme ne date pas d’aujourd’hui en Egypte »

Muhammad Yousri, journal salafiste (al-Nûr), 5 décembre 2011 / 10 Muharram 1433

« Oui, il y a eu, il y a cent cinquante ans seulement, un pouvoir salafiste en Egypte. C’était celui du premier Khédive Abbas Hilmi, le fils d’Ahmad Tousoun Pacha, fils de Muhammad Ali. C’était le petit-fils de Muhammad Ali, celui-là même qui avait été chargé, lui et ses fils, par les sultans de Banu Othmân d’enterrer la prédication du Nejd et lui donner ainsi un coup fatal. Mais la sagesse du créateur tout-puissant a fait surgir de sa descendance ce roi valeureux qui s’est converti à ses principes et à ses fondements. Avant de prendre le pouvoir, Abbas Hilmi était en conflit avec son oncle Ibrahim Pacha. Celui-ci l’a envoyé en exil dans le Hedjaz, et c’est là-bas qu’Abbas Hilmi a pu entrer en contact avec les imams de la prédication du Nejd et qu’il a subi leur influence, allant même jusqu’à se marier avec une princesse de la maison Saoud. Il est ensuite retourné en Egypte pour prendre le pouvoir après le décès de son oncle Ibrahim Pacha en l’année 1848/1264 de l’Hégire. C’est lui le premier qui a pris la décision de faire sortir des prisons égyptiennes les fils du cheikh Muhammad ibn Abd al-Wahhab ainsi que ses partisans, après qu’ils eurent été faits prisonniers lors des guerres lancées contre eux par son oncle Ibrahim Pacha. Le nouveau khédive était un monarque juste et pur, de bonnes mœurs, au jugement sûr, condamnant le mal, ordonnant le bien. Il a fait revenir la hisba en Egypte, après une longue éclipse. Sous son règne, la police circulait dans les marchés pour fermer les boutiques à l’heure de la prière et ordonner aux gens de faire la prière. De même, il a pris des résolutions contre la présence française croissante au sein de l’Etat depuis l’époque de son grand-père, en expulsant un très grand nombre de Français occupés à travailler dans son entourage. Il a mis fin à l’envoi des missions en France, et a commencé à envoyer à leur place des missions en Allemagne pour étudier les sciences modernes, car à l’époque, l’Allemagne n’avait aucune ambition impérialiste ».

Citer ce document :

Centre d’Etudes et de Documentation Economiques, Juridiques et Sociales. Article du quotidien égyptien al-Nûr, Muhammad Yousri, 5 décembre 2011. in : Traduction du CEDEJ.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *