Editorial : « Les obstacles liés à l’application de la charî‘a »

le cheikh Ahmad Farîd, Journal al-Nûr, 12 décembre 2011

Dans une série d’articles publiés par le journal salafiste al-Nûr, le cheikh Ahmad Farîd, personnalité éminente de la prédication d’Alexandrie, identifie les obstacles qui empêchent, selon lui, l’application de la charî’a. Après avoir stigmatisé « les occidentalisés » et les « dirigeants qui ne gouvernent pas selon la loi de Dieu », la série évoque le rôle d’une catégorie située au cœur de l’islam – les oulémas/docteurs de la Loi – et s’achève par une affirmation d’incompatibilité entre libéralisme et islam.

« Nous ne considérons pas ces pseudos oulémas comme de vrais oulémas mais comme des personnes qui ont tout simplement prétendu être des oulémas et les gens, malheureusement, les ont crus. C’est comme pour les différentes catégories de hadîth, il y a le hadîth faible (da’îf) et le hadîth inventé (mawdû’). Ce n’est pas un hadîth, mais il est attribué faussement au Prophète, le salut sur lui. Le vrai savoir est de craindre Dieu. Dieu a dit : « de tous les serviteurs de Dieu, seuls les savants Le craignent véritablement » [sourate du Créateur, al-Fâtir, verset 28]. On n’a demandé à l’imam Cha’bi : « Imam, enseigne-moi » et il a répondu : « le savant est celui qui craint Dieu ». Ibn Mas’ud a dit : « craindre Dieu est une science suffisante » et « il ne faut pas se fourvoyer [quand il s’agit de] Dieu tout-puissant ».

Cette catégorie d’oulémas justifie les déviances (inhirâf) des dirigeants et dissimulent leurs turpitudes. Ce sont eux qui convainquent les dirigeants que 90% de la charî’a est appliquée. Ce sont eux qui jettent les gens dans la confusion sur les affaires de religion, qui justifient les déviances des dirigeants ainsi que leur allégeance aux ennemis de Dieu. Ce sont eux qui émettent des fatwas autorisant ce que Dieu a interdit et interdisant ce que Dieu a autorisé, uniquement pour se gagner les faveurs du pouvoir et conserver leurs privilèges et leurs places. Ce sont ces oulémas qui salissent la réputation des honnêtes prédicateurs (al-du’ât al-mukhlissîn). Les gouvernements injustes qui se sont succédés ont pris soin de confier les fonctions religieuses à ces oulémas– comme la fonction de cheikh d’al-Azhar, de mufti, de ministre des waqf-s (biens religieux). Au lieu de quoi ces institutions, plutôt que d’être les institutions les plus précieuses de l’islam et de ses ouailles, combattent la religion de Dieu tout-puissant et combattent les pratiquants, en présentant sous un jour favorable l’association aux tombes (chark al-maqâbir), l’association à la souveraineté (charq al-hâkimiyya) et l’autorisation de l’usure. L’islam et les siens subissent une épreuve (mihna) à cause de ces agents (umâla’) qui ne sont pas des oulémas (ulamâ’). Le Prophète (le salut sur lui) a dit que « la première personne que le feu brûlera, au jour du Jugement, est un ouléma à qui la connaissance religieuse n’aura pas agréé à Dieu. Il a appris la connaissance pour qu’on dise de lui qu’il est un savant (‘âlim) ». Nous implorons Dieu qui nous a débarrassés des dirigeants corrompus et corrupteurs, de nous débarrasser de ces oulémas mal intentionnés qui ménagent les ennemis de l’islam : les sécularistes et les libéraux ». (…).

Il y a aussi « l’obstacle des ignorants et de ceux qui sont trompés par les occidentalisés (al-mustaghribîn) et par des oulémas mal intentionnés (ulamâ’ al-sû’)

Une frange importante des jeunes de la oumma ont été abusés par le discours des sécularistes, des libéraux et des oulémas mal intentionnés. Ceux-là ont réussi à attirer nombre de nos jeunes par le grand mensonge suivant : l’islam ne pourra pas dominer de nouveau le monde ; l’islam a réussi comme foi (aqîda) et a échoué comme charî’a ; un musulman reste toujours musulman, même s’il refuse d’appliquer la charî’a de Dieu tout-puissant ; l’oumma ne peut rayonner dans le ciel de la civilisation et de la modernité qu’à la condition de renoncer à lacharî’a de Dieu tout-puissant. Les projets tramés nuit et jour par les oulémas mal intentionnés et les libéraux ont eu des effets dans une large partie de la oumma. Les prédicateurs de Dieu doivent faire preuve de clairvoyance pour combattre cette offensive sournoise et cette corruption élargie, [en faisant preuve] d’un surcroît de mobilisation en faveur de la religion de Dieu tout-puissant, en faisant apparaître les bienfaits de la charî’a islamique, ses spécificités et ses objectifs ainsi que l’obligation d’y recourir. Elle est applicable en tout temps et en tout lieu. Dieu l’a agrée à l’humanité jusqu’à ce qu’il reçoive héritage de la terre et de tout ce qu’elle porte : « Aujourd’hui, J’ai amené votre religion à son point de perfection ; Je vous ai accordé Ma grâce tout entière et J’ai agréé l’islam pour vous comme religion ! » (Sourate de la Table, verset 3). L’exigence de la foi, c’est agréer la législation de Dieu tout-puissant et se soumettre totalement à elle, comme l’a dit le Très-Haut : « ils se soumettent à l’islam pleinement » (sourate « les Femmes »/65).

Il faut aussi que les jeunes connaissent les lois positives (al-qawânîn al-ardiyyat) et les écoles juridiques occidentales – celles-ci contredisent l’islam en tout point – et ne s’imaginent pas qu’il existe un musulman séculariste ou un musulman libéral. Je dis à ceux qui se sont laissés circonvenir : choisissez pour vous-mêmes : soit c’est l’islam, soit c’est le sécularisme ou le libéralisme. Certains disent : « j’ai la passion de la religion comme celle des délices ! Comment je peux [concilier] la passion de la religion et la passion des délices ? ». Il lui fut répondu : « laisse l’un des deux l’emporter sur l’autre ». Le sécularisme, c’est la non-religion (al-lâ-dînîya). Est-il sensé de dire ensuite : « je suis musulman mais je n’ai pas de religion » ?

Le libéralisme consiste à refuser les contraintes de la religion, de la coutume et de la tradition. Le libéral refuse par conséquent d’être l’esclave de Dieu tout-puissant. Nous n’excommunions pas ces jeunes, car ils ne connaissant pas la signification de l’islam. Ils ne connaissent pas la nullité (zaïf) de ces fausses idées occidentales. Elles sont de nature à se propager dans le pays des impies, mais elles n’ont pas leur place dans le foyer (dâr) de l’islam. Nous exhortons ce jeune musulman à se déprendre de ces idées impies. Plutôt que de se vanter de son libéralisme ou de son sécularisme, il devrait mieux raffermir sa religion, en réaffirmant son attachement au Seigneur de l’ici-bas et de l’au-delà. Ces idées prônent la liberté totale, autorisent la mixité, combattent le voile légal de la femme, pousse les hommes à ne pas se conformer au devoir de baisser leur regard – les infractions aux obligations légales ne se limitent pas à cela. Tout ceci permet de propager leurs idées parmi les jeunes gens et les jeunes filles. J’invoque Dieu pour qu’il me guide – moi et autrui – dans le bon chemin et qu’il pardonne mes pêchés et ceux d’autrui. Dieu guide dans le bon chemin qui il veut parmi les hommes. »

Citer ce document :

Centre d’Etudes et de Documentation Economiques, Juridiques et Sociales. Article du quotidien égyptien al-Nûr, Ahmed Farîd, 12 décembre 2011. in : Traduction du CEDEJ.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *