Editorial : « La première visite de Madame Clinton au Caire après l’élection de Morsi le 24 juin 2012 »

Muhammad Abd al-Qaddous, Liberté et Justice, mardi 17 juillet 2012

Commentant les manifestations qui ont entouré la visite de la responsable du Département d’Etat Hilary Clinton, l’éditorialiste Muhammad Abd al-Qaddous s’est étonné de voir que la contestation était animée par « des amis de l’Amérique » – en tête desquels les « coptes extrémistes » qui avaient « toujours souhaité l’intervention de l’Amérique dans les affaires intérieures de l’Egypte sous le prétexte de vouloir protéger les minorités », dont « les voix s’étaient élevées pour demander au Congrès américain de mettre fin à son aide à l’Egypte » et qui « avaient formé un gouvernement copte en Amérique sous la présidence de l’avocat Maurice Sadeq avec des consulats dans diverses régions d’Amérique et dans plusieurs Etats européens ».

L’éditorialiste identifie une deuxième catégorie d’amis de l’Amérique dans les manifestations, « connus pour leurs liens de confiance avec les Etats-Unis » : les « partisans du courant libéral au sein de la sensibilité laïque (ashâb al-itijahât al-ilmâniyya) dont les liens sont anciens avec l’oncle Sam ». Ce sont « ceux-là même qui ont protesté lorsque la justice égyptienne a essayé d’expulser certaines associations douteuses qui recevaient un financement extérieur en Egypte, dont de l’argent américain, sans être soumises à aucune loi ! ». « Ils ont dit sur cette affaire : « c’est du vent ! [fichink : expression dialectale populaire égyptienne], dont l’unique but est d’augmenter la popularité du Conseil militaire et des Frères ! ». La troisième catégorie d’amis « s’attendait à ce que l’Amérique refuse de reconnaître la nouvelle situation en Egypte, surtout après la victoire du candidat des Frères à l’élection présidentielle ». Ils « ont été déçus par leur amitié avec une Amérique qui les avait toujours soutenus (…) alors même que la révolution avait annoncé, dès le premier jour, que la relation avec l’Amérique devra reposer sur l’humilité et la compétence et non sur la subordination (al-taba’îyyat) qui prévalait sous l’ancien régime. Pas de regrets à verser pour ces trois amis qui sont réunis par une même haine étrange vis-à-vis de la charî’a et du courant islamique (al-tayyâr al-islâmî) ».

Citer ce document :

Centre d’Etudes et de Documentation Economiques, Juridiques et Sociales. Article du quotidien égyptien Al-Hurriya wa al-Adâla, Muhammad Abd al-Qaddous, 17 juillet 2012. in : Traduction du CEDEJ.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *