Editorial : « Pourquoi les valeurs de l’Occident sont-elles distinctes de la religion ? »

Muhammad Abdul Kuddous, « Pourquoi les valeurs de l’Occident sont-elles distinctes de la religion ? », Liberté et Justice, 22 juillet 2012

J’ignore qui, à l’occasion d’une visite en Europe, déclara « J’ai vu en Europe l’islam sans musulman, alors que dans notre région j’ai vu des musulmans sans islam ». Je trouve la formule très exagérée ! Et sans limite ! Mais essayons d’en discuter calmement ! Notre ami veut dire que les Occidentaux se référent à des valeurs sans fondement religieux. Par exemple : l’honnêteté, la propreté, l’application dans le travail, etc. Alors que dans les pays où vivent des musulmans attachés à leur foi, l’on trouve tant de choses négatives (et opposées à toutes ces valeurs que j’ai mentionnées plus tôt). Il est connu que nous ne sommes ni honnêtes, ni investis dans ce que nous faisons ! Les ordures envahissent nos rues et la saleté est presque partout, même dans un verre d’eau. Qu’est-ce qui se cache derrière un tel fiasco ?

Avant de vous répondre, je dois souligner la chose suivante : le courant séculariste (al-tayyâr al-‘ilmânî), dans notre pays comme dans le reste de la région, voit dans chaque Occidental un modèle à suivre. Il ne cesse de répéter que « l’Europe et les Etats-Unis se sont développés sans la religion, donc pourquoi insister sur l’application de la Shari’a ? »

La réponse est très simple, Monsieur le Séculier (al-‘ilmânî) … Les fidèles du Messie ont séparé depuis bien longtemps leur vie ici-bas de leur christianisme, parce que leur religion le leur permet d’une part, et parce que les Eglises d’Europe tentaient de faire obstacle au développement d’autre part. Cela entraîna une révolution des peuples contre la loi religieuse et aboutit à la séparation entre l’Eglise et tout le reste.

Je vais maintenant vous faire revenir à notre situation actuelle. Nous devons admettre que nous avons longtemps vécu dans la faiblesse et l’échec, ce qui a beaucoup affecté la vraie compréhension de l’islam. Nous n’en abordions que la surface, plutôt que d’y chercher des enseignements plus profonds et nous nous en plaignons aujourd’hui. Au même moment, ce qui permit l’ascension de l’Europe et des Etats-Unis se trouve au cœur même de notre belle foi, l’islam, et nous-mêmes ne nous élèverons jamais sans nous appuyer dessus … Une replongée dans les enseignements de l’islam nous conduira à la renaissance, tout ce dont les partisans du courant séculariste tentent aujourd’hui de nous éloigner, mais il n’en sera pas ainsi …

Citer ce document :

Centre d’Etudes et de Documentation Economiques, Juridiques et Sociales. « Pourquoi les valeurs de l’Occident sont-elles distinctes de la religion ? », Muhammad Abdul Kuddous, 22 juillet 2012. Article du quotidien égyptien Al-Hurriya wa al-Adâla. in : Traduction du CEDEJ.


« La nouvelle Constitution et le cadre de référence des partis ». Ibrahim al-Bayyoumi Ghanim, Professeur de science politique, Centre national des études sociales (Liberté et Justice, 22 juillet 2012)

« L’ancien régime, à l’époque du président déchu, s’était spécialisé dans la réduction des libertés publiques, ainsi que dans la confiscation du travail partisan à titre individuel ou collectif, sous des prétextes fallacieux et des moyens détournés. Il ne poursuivait en agissant ainsi qu’un seul objectif : installer durablement la tyrannie, monopoliser le pouvoir, marginaliser les forces vives et les courants politiques. Les tailleurs de lois pouvaient découper les dispositions nécessaires pour garantir l’exercice de cette tyrannie au nom de la Constitution et de la loi – notamment les dispositions visant à interdire l’exercice d’une activité politique et la création d’un parti sur une base religieuse. J’ai sur la question des idées et des propositions que j’ai déjà exposées dans le journal al-Ahram, et que je reproduis ici avec davantage de clarté afin de contribuer au débat public sur la nouvelle Constitution de l’Egypte en phase avec les valeurs et les objectifs de la glorieuse révolution du 25 janvier.

L’idée principale réside en ceci que toute Constitution ou toute loi incarne une philosophie générale. La liberté est la philosophie générale qui, pour le grand peuple égyptien, doit éclairer de sa lumière toutes les dispositions de la Constitution. La liberté est le secret de la vie ; la perdre est pire que le meurtre, comme l’indique la parole de Dieu tout-puissant : « car la fitnaest pire que le meurtre » (sourate de la Vache, verset 191) ; « car la fitna est plus grave que le meurtre » (sourate de la Vache, verset 218). Ce sont les deux seuls sujets où la discorde et le meurtre sont reliés ensemble, dans deux contextes différents du livre de Dieu. Les analystes ont conclu que le meurtre était [le fait de] retirer la vie, et que la fitna était le fait de retirer la liberté ou la volonté. Dieu tout-puissant nous a appris que retirer la liberté ou la volonté était une chose bien plus grave et plus dangereuse que le meurtre qui conduisait à l’anéantissement de la vie de l’individu. C’est pour cela que les nations libres étaient des nations vivantes et que les nations vivantes étaient des nations libres.

La liberté qui est visée ici est celle qui garantit les droits et les obligations des citoyens à l’intérieur, et qui assure l’indépendance de la patrie et sa grandeur entre les nations à l’extérieur. La source coranique suprême dont est dérivée cette magnifique définition de la liberté est celle-là même qui en détermine les dimensions et qui en dessine les modes d’exercice pour tout homme – sans discrimination de croyance, de genre, d’origine, de couleur, de langue. L’immense majorité des Egyptiens attend le jour où ils pourront bénéficier d’une Constitution garantissant leurs libertés et l’indépendance de leur nation. La proposition consiste à garantir le droit des partis politiques à se constituer librement – droit qui relève des libertés publiques dont jouissent les citoyens. Mon espoir est que l’assemblée constituante ne reconduise pas le texte du paragraphe 3 de l’article 5 de la Constitution de 1971 (modifié par le referendum du 26 mars 2007) qui dispose que « les citoyens ont le droit de constituer des partis politiques conformément au droit. Nul n’a le droit d’exercer une activité politique ou de créer des partis politiques à partir d’une référence religieuse ou sur une quelconque base religieuse ou à partir d’une discrimination établie à raison du genre ou de l’origine ». J’ai espoir également que la vénérable assemblée constituante ne reconduise pas le texte de l’article 4 de la Déclaration constitutionnelle publiée le 30 mars 2011 et qui dispose : « nul n’a le droit d’exercer une activité politique ou d’établir un parti politique sur une base religieuse ou sur la base d’une discrimination à raison du genre ou de l’origine ».

L’esprit des lois et des Constitutions relève de l’esprit de la oumma. La question n’est pas une question de « textes », c’est une question de croyance, d’exercice et d’application [des droits]. De cette seule façon, les Constitutions parviennent à protéger l’esprit de la oumma et à défendre son honneur comme cela est établi dans la jurisprudence constitutionnelle mondiale. Mais le contenu des deux textes mentionnés ci-dessus est « tyrannique » [istibdâdî] par excellence. Il est contraire à l’identité de la oumma ; il porte atteinte à son esprit ; il entrave une partie essentielle des libertés publiques et privées qu’une Constitution a pour devoir de garantir à tous les citoyens. Et cela sous prétexte de lutte « contre les discriminations » ou de lutte « contre les inégalités » entre les citoyens. Ce prétexte est valable mais il n’est pas à sa place. Voici pourquoi :

 

  1. l’égalité et l’absence de discrimination entre les citoyens dans l’exercice de leurs libertés publiques et privées sont un principe islamique et constitutionnel, ou un principe constitutionnel et islamique. Ceci est indubitable. Mais la garantie de cette égalité n’est pas assurée par l’interdiction d’exercer un droit si cette interdiction porte atteinte à « l’esprit du peuple » ou humilie « son identité » ou entraîne la confiscation d’une partie même limitée de sa croyance. Comme vous le savez, la religion est l’un des fondements constitutifs de l’identité de la oumma égyptienne qui a connu l’unité [divine] depuis l’aube de l’histoire ». Cette « interdiction » ou cette « absence de droit » qui met de côté l’essence religieuse ou la référence religieuse entre par une nécessité logique et conceptuelle en collision violente avec l’essence de la oumma égyptienne – au motif d’une « non-discrimination » qui est un motif qui repose sur le jugement selon lequel la religion est un facteur de discrimination selon leurs croyances. Ce jugement est faux (bâtil) car Dieu tout-puissant nous a ordonné d’établir la religion et de ne pas nous diviser à son sujet ou à cause d’elle. Dieu a dit : « Il a établi pour vous, en matière de religion, ce qu’Il avait prescrit à Noé, ce que Nous te révélons à toi-même, ce que Nous avions prescrit auparavant à Abraham, à Moïse et à Jésus : « Acquittez-vous, leur fut-il dit, du culte de Dieu et n’en faites pas un sujet de division entre vous ! » (sourate al-choura, verset 13). Le jugement selon lequel la religion divise n’a donc pas de fondement.
  2. Ces textes (article 5 de la Constitution/article 4 de la Déclaration constitutionnelle) contredisent la raison et la saine logique en plaçant « l’absence d’autorisation » en rapport avec « le fondement religieux » et « la discrimination » en rapport avec « le genre et l’origine » lorsqu’ils disent : « nul n’est autorisé à exercer une quelconque activité politique ou à créer un parti politique sur un fondement religieux (Déclaration de 2011) ou sur une référence religieuse ou un fondement religieux (Constitution de 1971) ou fondés sur une discrimination de genre ou d’origine ». La saine logique et la raison auraient exigé que l’absence d’autorisation visât « le genre et l’origine » et non « le fondement religieux ou la référence religieuse » parce que le risque est embusqué dans le genre et l’origine ; ici réside la malédiction pour l’unité nationale et le principe d’égalité. Alors que la référence religieuse (islamique et chrétienne) accorde l’égalité à toute l’humanité, à chaque homme, parce que la religion de Dieu est une et unique, du premier homme jusqu’à Muhammad (que le salut de Dieu soit sur lui).
  3. La présence de pareils textes dans la Constitution de 1971, dont le contenu a subi des modifications dans la Déclaration constitutionnelle de l’année 2011, ne garantit en rien à eux seuls l’absence de discrimination. Pour une meilleure garantie et plus de précision, le texte, qui sera plus tard complété par la pratique, doit être réécrit de la façon suivante : « nul n’est autorisé à exercer une activité politique ou à établir un parti politique sur la base d’une discrimination causé par la religion ou par le genre ou l’origine ». La différence est claire ici entre, d’une part, « nul n’est autorisé à établir des partis ou à exercer une activité politique sur une base religieuse » et, d’autre part, « nul n’est autorisé à établir des partis ou à exercer une activité politique sur la base d’une discrimination à raison de la religion ». Ce qui est refusé, c’est la « discrimination sur la base de la religion » et non l’établissement [d’un parti] qui s’appuierait sur elle en tant que référence suprême considérée comme le cœur de l’identité de la oumma ».

 

L’une des caractéristiques de cette formulation est d’être claire ; elle renvoie à des indications et à des éléments précis qu’il est possible d’identifier et auxquels on peut se tenir, au contraire de l’ancienne version qu’ils ont rédigée dans une forme obscure et élastique. Tout texte obscure ou élastique est un texte tyrannique (istibdâdî), parce qu’il donne à celui qui s’en empare le pouvoir de l’interpréter dans un sens conforme à ses caprices, d’en disposer selon son désir ou de le vider de son contenu.

La forme que nous proposons nous permet d’élaborer sur son fondement, et cela sans difficulté, une loi démocratique [régissant] l’exercice des droits politiques et permettant l’établissement de partis politiques et leur disparition si nécessaire. Et cela grâce à des critères sur lesquels tous peuvent s’accorder. On peut les résumer pour l’essentiel de la façon suivante : « le programme d’un parti politique ou son règlement intérieur ne doivent pas comporter de textes justifiant une discrimination, comme par exemple l’existence d’une condition religieuse pour adhérer ou remplir une fonction au sein du parti, où l’existence d’un diplôme en science religieuse comme condition d’adhésion ou d’occupation d’une fonction au sein du parti. La vie interne du parti ne doit pas conduire à l’exclusion de l’un de ses membres ou au refus d’adhésion pour des raisons liées à des divergences dans les croyances religieuses. Grâce à ces critères, nous pouvons donner un contenu à « l’absence de discrimination » à raison de la religion. Alors que pour le texte qui interdit de constituer des partis politiques ou d’exercer des activités politiques sur une base religieuse, il est très difficile de dégager clairement ce qu’il désigne par « base religieuse » (al-asâs al-dînî). Il n’est pas possible d’en dégager une portée claire, même la plus probable. En conséquence, il y aura des conflits d’interprétation sans fin et des querelles non solvables, comme pour la Constitution de 71 et pour la Déclaration de 2011.

Avec la formulation que je préconise, le texte sera en conformité avec l’identité du peuple égyptien dans son intégralité, imprégné de cette identité. Grâce à cette formulation, le texte sera aussi protecteur du principe de citoyenneté qui impose l’égalité entre tous les citoyens. Avec cela, nous nous débarrassons d’une honte constitutionnelle qui heurte la « liberté » comme philosophie générale d’une Constitution à laquelle aspire une immense majorité d’Egyptiens pour leur nouvelle Egypte.

A travers la « clause de discrimination », ce qui est visé, c’est l’absence d’autorisation et l’interdiction. C’est pour cela qu’il faut que le texte constitutionnel encadre cette clause en soi, sans que cet encadrement s’étende à l’une des bases de l’identité de la oumma ou aux principes de la source essentielle de la législation sur laquelle repose un consensus national général.

Citer ce document :

Centre d’Etudes et de Documentation Economiques, Juridiques et Sociales. « La nouvelle Constitution et le cadre de référence des partis », Ibrahim al-Bayyoumi Ghanim, 22 juillet 2012. Article du quotidien égyptien Al-Hurriya wa al-Adâla. in : Traduction du CEDEJ.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *