« La malédiction de Camp David »

Muhammad Gamal Arafa, La malédiction de Camp David, Liberté et Justice, 7 août 2012

Le 5 juillet 2012, en fin de journée, des assaillants ont attaqué un poste-frontière de l’armée égyptienne au sud de la ville de Rafah, provoquant la mort de 17 soldats égyptiens.

Ce qui s’est déroulé à Rafah n’est rien d’autre que l’une des malédictions de Camp David qui entrave les capacités de l’Egypte à déployer ses forces et à établir un contrôle militaire sur le Sinaï, de même [que le traité] l’empêche d’entretenir la sécurité et de répondre à la croissance démographique. Le sionisme peut faire ce qu’il veut tant qu’il souhaite que le Sinaï reste vide : sa sécurité est inconsistante, sa terre est ouverte à tout hors-la-loi et le sionisme peut tramer ses complots à loisir.

Ce que nous constatons est l’amer héritage de Camp David. Ce qui s’est passé nous incite à reconsidérer de manière radicale cet accord. Le président Morsi a bien fait de donner des ordres formels en vue d’un contrôle complet du Sinaï, même s’il ne s’agit que d’un contrôle de sécurité et non d’un contrôle effectif de l’Etat, de manière à ce que le Sinaï demeure dépourvu de population, d’investissement et de présence militaire.

Cette lâche agression sur des soldats égyptiens, faite au moment de la rupture du jeûne (iftâr), ainsi que la saisie de deux blindés, obligent à reconsidérer l’accord de Camp David, car il n’est pas croyable que cet accord nous empêche de déployer en force notre armée sur notre frontière – une frontière qui s’étend sur une longueur de 180 kilomètres face à l’ennemi sioniste.

Il y a entre l’Egypte et Tel Aviv une équation à somme nulle, en ce sens que ce que Tel Aviv gagne en statut, l’Egypte le perd aussitôt. Ce que Tel Aviv a obtenu grâce à ce traité s’est fait au détriment de l’Egypte et de la sécurité du Sinaï, car l’accord a complètement dépouillé l’Egypte de sa capacité à défendre le Sinaï. Israël peut décider de l’envahir, comme cela s’est passé en 1967, de même qu’il a restitué notre terre avec une souveraineté diminuée, et même les mouvements des forces égyptiennes dans le Sinaï demeurent sous la surveillance des forces multinationales (sous surveillance américaine !).

Les forces internationales déployées dans deux bases militaires et trente lieux de surveillance dans le Sinaï ne se contentent pas de surveiller la frontière et de surveiller l’engagement de l’Egypte à respecter les dispositions de l’accord de Camp David. Depuis 2005, juste après le retrait israélien de Gaza, une nouvelle mission lui a été attribuée : la surveillance par des forces d’observation de la frontière entre l’Egypte et Gaza. Or, qu’est-ce qu’ils ont fait ?

Le gouvernement égyptien dispose [de suffisamment] d’arguments juridiques pour demander, au regard des faits, que l’accord soit reconsidéré. Il y a une disposition dans l’annexe de sécurité de l’accord qui autorise l’une des parties à demander des amendements, si l’autre partie en vient à constituer une menace directe à son égard – et c’est bien ce que nous voyons lors de chaque désordre dans le Sinaï en conséquence de la réduction du volume autorisé des forces militaires égyptiennes. Si les sionistes refusent ces amendements, alors il appartiendra au gouvernement égyptien de recourir à l’arbitrage international.

Ce qui s’est passé est une opération lourde, et non une simple attaque contre des soldats égyptiens. C’est une opération trop lourde pour avoir été commise par une organisation comme al-Qaïda ou par des jihadistes internationaux, parce qu’Israël lui-même a apprécié le « professionnalisme » de ceux qui avaient commis cette action ! C’est une opération de l’envergure d’un Etat, et le principal accusé demeure le sionisme.

Je discutais avec un ami journaliste arabe sur Internet qui me présentait ses condoléances après le martyr de nos soldats. J’ai été surpris quand il m’a demandé, en colère : comment cela est-il arrivé ? Où sont les services de renseignements égyptiens ? Où sont les renseignements militaires ? Où est l’équipe de Naji Atta Allah ? [NdT : allusion à un feuilleton d’espionnage lancé au début du Ramadan dans lequel l’acteur-vedette Adel Imam incarne un maître-espion égyptien en lutte avec les services israéliens]. Je n’ai pas pu répondre… On verra ce qu’Adel Imam fera dans l’épisode d’aujourd’hui ! » (NdT : dernière phrase écrite en dialectal).

Citer ce document :

Centre d’Etudes et de Documentation Economiques, Juridiques et Sociales. Article du quotidien égyptien Al-Hurriya wa al-Adâla, Muhammad Gamal Arafa, 7 août 2012. in : Traduction du CEDEJ.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *