« Entretien avec Hâzim Abou Ismâî‘l (2ème partie) »

Suite de l’entretien avec Hâzim Salâh Abou Ismâ’îl, Al-Misrî al-Yawm, 2 octobre 2012

voir première partie de l’entretien

Abou Ismâ’îl : « Je me porterai candidat aux élections présidentielles, et je dominerai le parlement ».

  • Avec l’augmentation du rythme des massacres du peuple syrien, comment pourrait-t-on, selon vous, venir au secours du peuple syrien ?

Abou Ismâ’îl : « C’est un honneur de participer à n’importe quelle révolution contre l’oppression (al-tughyân) c’est comme lors de la révolution de janvier : ceux qui partent pour mettre fin à la terreur, il est évident qu’ils méritent cet honneur ».

  • Donc vous n’incriminez pas ceux qui partent en Syrie pour résister au régime syrien ?

Hazim : « ce n’est pas moi qui le dis, la loi internationale elle-même l’autorise et appelle les peuples du monde à venir au secours des peuples qui sont victimes de la répression (al-qahr) et du génocide (’ibâda) ».

  • Quelle est la position de l’Etat ?

Abou Ismâ’îl : « bien entendu, je m’adresse à l’Etat, en ce moment, et non aux individus, puisque nous avons à présent une direction politique qui représente les gens et qui est chargée de parler en leu nom, tandis que l’ancien pouvoir était oppressif, et ne représentait pas les gens, ces derniers agissaient donc individuellement ».

  • Si vous étiez le président de l’Egypte, que feriez-vous pour la victoire en Syrie, est-ce que vous enverriez l’armée là-bas ?

Abou Ismâ’îl : « il n’y a pas entre moi et la Syrie une extension territoriale me permettant d’y envoyer une armée, mais on aurait pu agir sur les Etats voisins de la Syrie tels que le Liban, l’Iran et la Turquie, puisque ce sont eux qui doivent agir pour la victoire de la révolution syrienne, celle-ci est une juste du point de vue du droit international. J’appelle tous les pays limitrophes de la Syrie à venir au secours du peuple syrien qui résiste à la tyrannie (al-tughiyân). Actuellement il y a un quatuor chargé de cette question, nous allons attendre pour connaître l’aboutissement de ses démarches, ensuite nous allons les évaluer pour savoir ce que nous devons faire ».

  • Quelle est votre position sur la relation avec l’Iran, après la visite du président Morsi, et sur ce qui se dit sur le rétablissement des relations (entre l’Egypte et l’Iran) ?

Abou Ismâ’îl : « d’abord, nous devons incarner les divergences de dogmes [tirées de ] lasunna de la religion islamique, tout en facilitant l’accord politique et ses corollaires dans les domaines de l’économie, du commerce et des investissements, sans oublier de coordonner les positions sur la politique internationale. Cela doit être fait à condition qu’il n’y ait pas de relations en matière de dogme, pour que nous protégions la société et que nous prenions les précautions nécessaires »

  • Comment pouvez-vous en être sûr, dans une situation où [il existe] cinq millions de touristes iraniens. Comment les prendre en considération alors qu’ils marchent dans la rue et se mélangent avec le peuple. Qu’y a-t-il à craindre de leur part ?

Abou Ismâ’îl : « si le tourisme entraîne des dangers, alors, il faut l’arrêter ! S’il n’en tenait qu’à moi, j’arrêterais le tourisme iranien en Egypte et je limiterais nos relations à la dimension économique, politique et commerciale, avec des accords bilatéraux entre les deux Etats, exactement comme l’a fait le Prophète, prière et salut soient sur Lui ».

  • Pourquoi le tourisme en particulier ?

Abou Ismâ’îl : « parce qu’il peut conduire aux pratiques du culte des tombes qu’ils appellent (al-‘atabât al-khadrâ’) et risque de créer une nouvelle culture dans la société ».

  • Comment la majorité sunnite peut-elle avoir peur de la minorité chi’ite ? L’Egyptien musulman peut-il changer si facilement de confession ?

Abou Ismâ’îl : « ce n’est pas une question de nombre, l’idée est de faire attention à la pureté de l’habit blanc parce qu’une seule égratignure peut le salir ».

  • Mais vous autorisez les touristes chrétiens, par exemple, à entrer dans votre pays ?

Abou Ismâ’îl : « oui, mais quand ils veulent pratiquer leur culte, ils vont à l’église. Mais que des gens viennent pratiquer leur culte dans mes mosquées, cela n’est pas permis du point de vue légal, comme il n’est pas permis d’intégrer d’autres cultes aux cultes islamiques. Est-il possible que je leur ouvre la porte le jour d’Achourâ’ quand ils se giflent et se mutilent le visage avec des couteaux, en hommage à la mort de l’imam Hussein, et que cela devient une culture de la société ? Sans oublier que ce genre d’événement serait exploité par les commerçants ambulants qui leur vendront les couteaux avec lesquels ils se déchirent le corps. Il faut se poser la question suivante : pourquoi, quand l’Iran demande à coopérer avec l’Egypte, elle place le tourisme en première place ? »

  • N’est-ce pas plutôt nous qui l’aurions demandé, parce que le tourisme est le meilleur moyen de se procurer des liquidités (suyûla), par comparaison avec les investissements, l’industrie etc. ?

Abou Ismâ’îl : « nous ne l’avons pas demandé. Moi, quand j’ai rencontré l’ambassadeur iranien, il se plaignait que l’ex-président Moubarak ait refusé d’autoriser le tourisme entre les deux pays. Il l’a aussi demandé au gouvernement d’Issâm Charaf qui, à son tour, a refusé. Le refus ne doit pas venir seulement des islamistes, il doit aussi venir des sécularistes et des libéraux. Si ces derniers veulent voir cette culture en Egypte, qu’ils le disent clairement. Celui qui dit qu’il découvre depuis un an que mon pays a été volé, que des difficultés commencent à apparaître, des luttes politiques et confessionnelles….Par exemple, la gauche (al-yasâriyûn) et les communistes (al-shuyû‘iyûn) représentent un danger pour la société, parce que leur politique repose sur l’affrontement et l’hostilité, tout cela s’applique aussi aux chi’ites »

  • Alors vous soutenez les attaques du Dr Issâm al‘Aryân contre la gauche en Egypte ?

Abou Ismâ’îl : « ce n’est pas l’avis du Dr Issâm al Aryân, mais ce sont les livres marxistes et communistes qui disent cela, sans même prendre en compte les partis de gauche et leur pratique en Egypte. C’est peut-être différent de ce qu’il y a dans les livres, mais c’est la base de leur pensée en tout cas ».

  • Revenons à l’affaire intérieure concernant le film hostile au prophète Muhammad et les manifestations de colère qui ont suivi, quelle est la position du chaykh Hazim à propos de ces événements ?

Abou Ismâ’îl : « ma position est celle de n’importe quel musulman honnête qui a été touché au point le plus profond du cœur, personne ne peut accepter que le Prophète soit insulté de cette manière. Mais la différence cette fois-ci est énorme : aujourd’hui nous avons un Etat qui peut prendre position, surtout depuis la révolution. J’attends de l’Egypte et du président Morsi qu’ils organisent une conférence islamique internationale où l’Amérique et l’Europe seront invitées pour discuter leurs lois, celles qui permettent d’humilier nos croyances et en même temps de protéger d’autres croyances. Tous les pays islamiques participeraient à cette conférence,, ce qui représenterait une pression supplémentaire sur la communauté internationale, surtout après la nouvelle série d’insultes contre le Prophète en Europe »

  • Doit-on comprendre ce cela que vous appelez à la poursuite des manifestations tous les vendredis ?

Abou Ismâ’îl : « Non. Moi, j’appelle l’Etat à prendre des positions politiques internationales qui soient proportionnelles à la gravité scandaleuse de l’affaire ; ce n’est pas une réaction épisodique : parce que beaucoup de pays ont publié des caricatures hostiles, il faut que la question soit débattue au niveau international »

  • Et qui vous a dit que ces pays répondront favorablement à l’appel de l’Egypte pour venir à ce sommet ?

Abou Ismâ’îl : « je souhaite que les pays qui ne viennent pas soient alors démasqués, nous pourrons du coup les accuser facilement de blasphème contre les religions. Pour que la conférence réussisse et soit prise en considération, il faut d’abord appeler tous les pays islamiques, les pays arabes et non arabes, à partir du constat selon lequel le blasphème contre la religion musulmane continue, ce qui menace la sécurité et la paix mondiales »

  • L’Egypte a appelé à la tenue de beaucoup de sommets arabo-islamiques et non islamiques – par exemple, le sommet « victoire pour la Palestine » (nusrat filastîn), qui était censé faire pression sur les Etats-Unis et Israël, afin d’arrêter l’écoulement de sang en Palestine, et sans aucun résultat !

Abou Ismâ’îl : « vous savez, les anciens régimes politiques dans les pays islamiques n’étaient pas de véritables régimes, mais la situation est différente aujourd’hui, les dirigeants sont maintenant élus ; derrière eux, il y a des peuples qui leur demandent des comptes. De concert, il faut qu’on prenne de très nombreuses dispositions diplomatiques, en raison de la récurrence des événements. L’Europe a repris l’initiative en montrant de manière ostentatoire son obstination, et cette attitude demande une réaction internationale »

  • Vu les nombreux soutiens dont vous bénéficiez parmi vos partisans, est-ce qu’il n’aurait pas été préférable que vous descendiez dans la rue pour dire votre avis de façon pacifique, pour que tes partisans aient la même attitude, au lieu des scènes de violence auxquelles on a assisté tout récemment ?

Abou Ismâ’îl : « je ne descends pas dans la rue au moindre événement. Et ceux qui étaient devant l’ambassade [Etats-Unis en l’occurrence] n’étaient pas mes partisans. Je connais ceux qui étaient là-bas. Vous savez, je ne peux pas non plus contenir l’ampleur de la colère et des réactions pour ce qui est arrivé à ma religion et par mon Prophète – que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui »

  • Pourquoi ne communiqueriez-vous pas via Facebook ou Twitter ou sur n’importe quels autres médias, pour proclamer votre refus de la violence dans l’expression de la colère ?

Abou Ismâ’îl : « je désapprouve ce qui est arrivé au Prophète et je suis aussi en colère, je ne vais pas passer à autre chose – je laisse ça aux autres ».

  • Certains estiment que l’attaque contre l’ambassade américaine n’a pas servi la vérité, elle a plutôt fait apparaitre les musulmans comme des gens violents et barbares ?

Abou Ismâ’îl : « je ne le pense pas. En général ce n’est pas le propos. Le propos, notre préoccupation, c’est que le prophète Muhammad, que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui, a été visé. 95% des gens parlent des réactions, tous les médias en parlent sans pour autant se préoccuper de l’action elle-même ! Les réactions, c’est à l’Etat, aux médias et au président de s’en occuper. Je voudrais voir ce que tous ces gens ont fait s’agissant du cœur de l’affaire ».

  • Que pensez-vous de celui qui aurait menacé d’uriner sur l’évangile et aurait eu une attitude blasphématoire contre la religion chrétienne, pourquoi cela ne provoque pas un soulèvement comparable ?

Abou Ismâ’îl : « j’ai une liste de choses que les musulmans ont subies à Guantanamo, par exemple le fait de jeter le Coran dans les toilettes et les douches en marchant dessus, insulter le Prophète…on a fait des films et des caricatures qui insultent le Prophète. Si cela se passait avec l’Evangile qui a été envoyé par notre Dieu à notre seigneur Jésus, je m’insurgerais de la même façon et avec les mêmes procédés, Le Tout puissant nous a ordonné de n’avoir de préférence pour aucun de ses prophètes. La même chose s’applique à notre seigneur Moïse auquel Dieu a envoyé la Tora. Lorsque le film relatant la vie de Jésus a été projeté en Egypte, il y a trente ans de cela, qui parlait de la naissance du Christ, au cours duquel le Christ apparaissait de la meilleure des façons – de l’avis des chrétiens qui avaient vu le film et l’ont apprécié. Nous, à cette époque, nous avions tout simplement refusé la représentation de la personnalité du Christ ».

  • Ets-ce que vous demandez à l’Etat d’appliquer la loi à l’encontre de toute personne qui insulterait la religion chrétienne ?

Abou Ismâ’îl : « c’est une chose naturelle. Pour n’importe quel crime qui touche une foi (aqîda), il faut demander des comptes au responsable pour que son crime soit puni. L’état de droit et l’état d’égalité des droits ne sauraient diviser la société ».

  • Passons aux questions des nouvelles coalitions (al-tahâlufât al-jadîda), notamment le Courant populaire (al-tayâr al-cha‘abî) de Hamdin Sabâhî et la coalition (al-tahâluf) de Amrou Moussa. Comment voyez-vous ces blocs (al-takatulât), est-ce qu’ils pourront s’opposer aux courants islamistes, et réaliser des avancées lors des élections ?

Abou Ismâ’îl : « je remercie tous ceux qui ont contribué à ces coalitions et qui y ont adhéré, parce qu’ils ont rendu un grand service aux islamistes : la formation de leur coalition est totalement dans notre intérêt. Le peuple égyptien est conscient quand il voit une coalition composée de libéraux de révolutionnaires, de coptes et de vestiges (fouloul) de l’ancien régime, il s’interroge : « qu’est ce qui a pu réunir celui qui est du Levant (châmî) et celui qui vient de l’Occident (maghribî), » le résultat est que le peuple se dirigera vers les courants islamistes, en raison de la clarté de leur vision et de leur objectif. Ces coalitions ne seront pas importantes, parce qu’elles ont déjà tracé leur divergence avec l’Islam et non avec les courants islamistes »

  • Il n’y a pas de parti qui ait déclaré qu’il était contre la charî‘a islamique, tous les partis sont pour l’application de la charî‘a, mais le problème réside dans la manière dont il faut l’appliquer et qui sera chargé de son application.

Abou Ismâ’îl : « il faut qu’ils soient clairs là-dessus. S’ils disaient : « nous sommes pour l’application de la charî‘a, et nous voulons savoir qui sera responsable de cette application et comment cela se passera, nous leur dirions alors : vous êtes les meilleurs, vous avez du mérite et êtes mieux placés que nous pour toutes les choses, mais ils ne l’ont pas dit. »

  • Vous avez déclaré que le troisième courant détruirait le pays, pourquoi ?

Abou Ismâ’îl : « effectivement, parce qu’il renforcerait la polarisation (istiqtâb). Quand un groupe de partis se rassemble, son objectif devrait être politique et non pas consister à s’opposer uniquement au courant islamiste »

  • Mais ils ont déjà déclaré qu’ils ne sont pas là pour s’opposer au courant islamiste mais plutôt pour unifier leurs rangs ?

Abou Ismâ’îl : « ça, c’est seulement pour la galerie, mais tous les journaux et les médias confirment ce que je dis ».

  • Le président a choisi des révolutionnaires, des libéraux, des « ci-devants » (fouloul) et des islamistes comme membres du cabinet présidentiel et du conseil des ministres, est-ce qu’il cherche à détruire le pays ?

Abou Ismâ’îl : « je suis triste qu’on parle de cette manière, il faut mesurer les actions du président en fonction de la période où il se trouve, il n’est au pouvoir que depuis peu de temps, donc il est difficile de le juger maintenant, et c’est tout à fait normal que l’homme se trompe au début. Le président veut créer le changement en associant tout le monde, toutefois certains de ses choix ne me conviennent pas ».

  • Pourquoi ?

Abou Ismâ’îl : « parce que ces choix vont dans la logique de réunir toutes les couches de la société, le président pense que ses choix n’auront exclu personne, nous sommes tous des Egyptiens, il faut qu’on travaille ensemble… S’il n’y avait pas eu des pressions de toute part sur le président, il n’aurait pas agi ainsi. Si les forces politiques n’étaient pas intéressées et avaient dit par exemple au président : choisi les membres de ton équipe comme tu le veux pour qu’ils t’aident à réaliser tes projets, la situation aurait été différente. Le président a agi ainsi pour préserver la société, une sorte de politique particulière qui est très nuisible à mon avis pour les forces politiques.

  • Comptez-vous vous présenter aux prochaines élections présidentielles ?

Abou Ismâ’îl : « oui, je demande à Dieu, miséricordieux de m’accorder une réussite remarquable »

  • Et la nationalité de votre mère ?

Abou Ismâ’îl : « l’affaire a été résolue en ma faveur dans deux procès qui ont attesté que j’avais raison, et que c’est le comité des élections qui avait menti, falsifié et publié les numéros des procès sur Internet. Celui qui rumine de la haine contre moi ne veut pas reconnaitre ces verdicts. Actuellement, nous sommes sur le point d’engager des procès pour compensation ».

  • Quel a été votre sentiment quand Faruk Sultan, président de comité des élections, a été honoré par le président, sans oublier les symboles du conseil militaire qui ont été à leur tour honorés ?

Abou Ismâ’îl : « cela a été sûrement pénible pour moi. J’estime que les 2, 5 à 3 millions de voix qu’a obtenues Chafîq ont été falsifiées pour lui, au temps du conseil militaire, et au moment où Faruk Sultan présidait le comité des élections ».

  • Si l’affaire était telle que vous l’avez dite, ils auraient falsifié le résultat final en faveur de Chafîq ?

Abou Ismâ’îl : « au-delà du chiffre indiqué plus haut, l’affaire aurait été démasquée. Ce qui m’a rendu beaucoup plus triste, ce n’est pas parce qu’ils ont obtenu des médailles, mais ce sont plutôt les remerciements qui leur ont été adressés par le président Morsi, il a donc témoigné en leur faveur. Je ne suis pas du tout d’accord avec la décoration, mais c’est une méthode qui révèle la personnalité du docteur Morsi ».

  • Si vous vous présentiez contre le président Morsi, est-ce que vous remporterez les élections ?

Abou Ismâ’îl : « le monde peut changer en quatre ans »

  • Comment pourriez-vous affronter un groupe qui travaille dans la rue égyptienne depuis 80 ans ?

Abou Ismâ’îl : « qui a dit que je voudrais les affronter ? Disons que nous allons travailler les uns avec les autres. Toutefois, l’activité politique n’est pas liée à la longévité, dans tous les cas, même si les dogmes religieux chez les Frères musulmans et les salafistes sont les mêmes dans l’ensemble, il n’en va pas ainsi dans le domaine politique. Le style des Frères musulmans en matière politique diffère du nôtre. La différence se fera sur la base de la pensée politique ».

  • Qu’est ce qui vous distingue des Frères musulmans en matière d’action politique ? et qu’est-ce qui vous fait dire que vous remporteriez les élections ?

Abou Ismâ’îl : « la clarté dans la composante de la pensée égyptienne. Les autres courants se bornent à parler de la charî‘a islamique, mais ne l’appliquent pas dans les faits. Notre propos se concentrerait sur la franchise et la clarté pour trancher en matière d’application de la charî‘a, et non d’en parler pour finir de n’en appliquer qu’une partie en finassant. Il en est de même pour la mise en œuvre de la justice sociale sur une vraie base, et non prendre à untel pour donner à tel autre ».

  • Est-ce que vous permettriez aux femmes d’adhérer à votre parti ?

Abou Ismâ’îl : « la femme connaît deux positions : soit elle est libre (fâdiya), soit elle est occupée (machghûla), et c’est ça la solidité de la pensée islamique. Si la femme est occupée, elle a des enfants qui sont petits, une maison, un époux ; quand la mère travaille, cela conduit à la désintégration de la famille et à la perte des enfants ».

  • Donc seules les adolescentes non mariées et les vieilles femmes adhéreront à votre parti ?

Abou Ismâ’îl : « je n’ai pas édicté des lois qui l’affirment, je parle en penseur plutôt qu’en homme de loi. Celui qui veut la perte de ses enfants est libre, mais je parle maintenant comme un père et un homme qui a pitié de la femme qui travaille toute la journée au ministère, travaille à la maison, et enfin adhère à une activité politique. Il y a de nombreux domaines où une femme peut travailler, et de nombreuses occasions pour elle de le faire, c’est possible pour la jeune fille avant le mariage, la femme âgée ou celle qui est stérile ».

  • Permettriez-vous l’adhésion des coptes à votre parti ?

Abou Ismâ’îl : « oui, il ya des milliers de coptes qui sont avec nous, et ils forment un groupe de travail différent »

  • Et quant au mouvement islamiste international que vous voudriez créer ?

Abou Ismâ’îl : « cette idée a émergé lors de ma campagne quand j’ai découvert que les Egyptiens à l’étranger sont un pilier essentiel de cette campagne, c’est pourquoi j’ai pensé faire un mouvement (haraka) islamiste qui prendra en considération les Egyptiens de l’étranger. J’ai senti que certains d’entre eux avaient l’envie et la capacité de développer intégralement des villages. Les Egyptiens qui vivent en Europe et aux Etats-Unis et ailleurs ont été négligés, le moment est venu pour eux de jouer un rôle efficace. Je souhaite que ce mouvement ait des relais forts partout sur la terre ».

  • Vous viseriez une organisation internationale comme l’organisation internationale des Frères musulmans (al-tanzîm al-dawlî li ikhwân) qu’ils ont forgé depuis des décennies ?

Abou Ismâ’îl : « je voudrais dupliquer, à l’étranger, la force de l’Egypte. Limiter notre force uniquement à l’Egypte (al-misrîya) nous a affaiblis en Afrique, en Europe, etc. ».

  • Dernière question, comment analysez-vous les cents premiers jours (khutat al-mi’at yawm) du président Morsi ?

Abou Ismâ’îl : « il faut arrêter de parler des cent premiers jours, malgré l’importance du sujet, il ne faut pas quand même limiter le propos au nettoyage de rues et négliger la crise économique dont souffre l’Egypte ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *