« Entretien avec le Dr Mohammad Saad Katatnî »

Entretien avec Dr Mohamad Saad Katatni – ex président de l’Assemblée du peuple et actuel président du parti Liberté et Justice des Frères musulmans -, Al-Misrî al-Yawm, 17 octobre 2012

Le Dr Saad Katatnî, candidat déclaré à la présidence du parti Liberté et Justice, dans une déclaration à Al-Misri al-Yawm, dit : voici les causes de l’incident survenu entre les Frères musulmans et le Conseil militaire

Le Dr Muhammad Saad al-Katatnî, ex président de l’Assemblée du peuple et candidat actuel à la présidence du parti Liberté et Justice, a dévoilé les coulisses et les raisons de l’incident survenu entre les Frères musulmans et le Conseil militaire dont les cadres viennent d’être remerciés par le président Muhammad Morsi. Al-Katatnî souligne que l’échec du document al-Silmî (wathîqat al-Silmî) était à l’origine de la crise. Il a souligné, lors de cet entretien avec al-Misrî al-Yawm dont le rédacteur de chef était présent, que l’absence totale d’expérience politique (hunka al-siyâssiya) du Conseil militaire a été source de difficulté pour eux pour trancher l’affaire , la question du transfert du pouvoir aux civils n’était pas non plus claire, ce qui a compliqué encore le problème, d’autant plus que le document de al-Silmî a préconisé que le Conseil militaire reste au pouvoir pour un long moment. Al-Katatnî a décrit le rôle joué par le Conseil militaire lors de la période de transition par son absence d’expérience politique. Il considère que la déclaration constitutionnelle qui a été publiée par les militaires est une marque d’infamie (wasmat âr) sur le front du Conseil militaire. Il dévoile aussi que le général Annan n’a pas réagi face à la menace d’al-Ganzouri [premier ministre à l’époque] proférée contre lui au ministère de la défense, quand il avait dit qu’il pouvait dissoudre le parlement. Katatnî, dit « je ne suis pas heureux à propos du problème du procureur général, j’aurais voulu qu’il y ait plus de précisions concernant les informations tout en prenant en considération l’aspect politique lors de la prise de décisions »

Voici le texte de l’entretien :

  • Au début, quelles sont les raisons qui vous ont poussé à vous présenter pour le poste de président du parti Liberté et Justice ?

Al-Katatnî : « sincèrement, l’histoire du parti n’est pas importante, malgré que ses cadres et ses nombreux membres travaillent déjà dans des activités générales depuis des années. Etant l’un de fondateurs, j’ai voulu terminer la trajectoire entamée depuis près d’un an et demi. J’ai des ambitions que je voudrais réaliser dont la plus importante est de mettre en place une base solide et efficace du parti, pour préluder à un décollage réussi, basé sur des fondements forts, afin de participer à la construction de la nouvelle Egypte. J’ai aussi d’autres plans, si Dieu me le permet, que j’essayerai avec énergie de réaliser, tout cela va dans le sens de développer le parti de manière continue, et va de pair avec les événements en soutenant les individus et le pays. Je suis sûr que les partis politiques et les forces politiques qui travaillent avec courage et énergie sans s’en remettre aux autres, sont, eux, les véritables personnes qui font bouger les choses dans le pays. Nous remercions Dieu, le parti a commencé à être fort et continuera, selon la volonté de Dieu et grâce à l’honnêteté de ses enfants »

  • Comment voyez-vous la concurrence avec le Dr Isâm al-Aryân, d’autant plus qu’il bénéficie d’un soutien énorme parmi les membres du parti ?

Al-Katatnî : « le Dr Isâm al-Aryan est un homme de valeur et une grande figure. C’est un homme qui a une histoire honorable, un homme qui a fait de grands efforts, et il est réputé pour sa loyauté. Nous voulons imprimer les règles démocratiques au sein du parti à travers une compétition honorable, c’est donc une chose bonne et louable. Je pense que la concurrence avec le Dr Aryan n’est pas facile, je travaille avec énergie ces jours-ci, j’ai une bonne équipe de campagne ; nous espérons gagner la présidence du parti »

  • Certains analystes voient que c’est un semblant d’élection et que le résultat est gagné d’avance en votre faveur, quel est votre commentaire à ce sujet ?

Al-Katatnî : « c’est un propos dépourvu de logique, en contradiction nette avec la réalité. Depuis le début des élections, il a été clair que le sérieux était au rendez-vous dans cette concurrence, surtout il y a de tous côtés des partisans qui travaillent durement pour remporter les élections. Celui qui aura suivi de près le déroulement des élections ainsi que les campagnes, conviendra que l’affaire n’est pas facile. Et que les élections sont basées sur une démocratie réelle, une compétition honorable qui reflète le respect et la politesse entre les compétiteurs, sans diffamation ni insulte. Ce n’est pas nécessaire d’échanger des insultes et des accusations pour que les autres disent que nous sommes sérieux ; pourquoi ne pas mener la compétition dans un environnement plein de respect, et que chacun fasse ce qu’il veut sans attaquer l’autre ? Est-ce que ce n’est pas la meilleure voie et la meilleure méthode, au lieu de rentrer dans des secteurs qui risquent de paralyser le travail et de dévier en même temps de la bonne direction de sorte que la suite risque de ne pas aller bien »

  • Un cadre du parti m’avait dit, au mois de juin passé, que vous alliez vous présenter à la présidence du parti, et que si vous la remportiez, vous ne seriez pas le président de la prochaine assemblée du peuple ?

Al-Katatnî : « se présenter à la présidence de l’assemblée du peuple est une décision qui concerne le parti, ce n’est pas une affaire personnelle. Ce qui veut dire que je n’ai pas le pouvoir d’être le président de l’assemblée sans l’accord du parti, c’est ce dernier qui choisit le président et le secrétaire général, ainsi que le reste des dispositions de l’organe parlementaire. C’est la raison pour laquelle je ne peux prévoir l’avenir. Toutefois, il n’y a pas de règle qui empêche de réunir la présidence du parti et la présidence de l’assemblée du peuple en même temps. Actuellement je fais acte de mon droit comme n’importe qui à la présidence du parti. En ce qui concerne la présidence de l’Assemblée, seul Dieu le sait »

  • Est-ce qu’il faut s’attendre à ce qui vous deveniez président, au cas où vous auriez remporté la présidence du parti, comme c’était le cas avec le président Morsi ?

Al-Katatnî : « je n’aime pas du tout les hypothèses, je travaille sans regarder des postes. Nous savons que le travail public consiste à donner uniquement sans attendre de contrepartie. Je n’ai jamais pensé à occuper un poste, quel que soit ce poste »

  • Quand verrons-nous les femmes et les jeunes occuper les postes de responsabilité au sein du parti ?

Al-Katatnî : « moi, personnellement je ne suis pas satisfait du niveau de représentation de la femme et des jeunes au sein du parti, même s’ils sont représentés réellement au sein des cadres du parti et du parlement, mais il n’atteint pas le degré souhaité. Je pense que l’interprétation qu’il faut donner à cela est que le parti est encore jeune. La participation des femmes et des jeunes à ce travail est donc très faible, comparée aux personnes plus âgées et plus expérimentées, qui ont une connaissance et un savoir faire et sont connus par les gens, parce qu’ils ont une grande représentation. En général, la représentation des femmes et de jeunes dans le parti est plus importante qu’au parlement. Mon programme électoral s’occupe bien de cette affaire, je chercherai à assurer pour eux une participation efficace »

  • Les spécialistes de l’Islam politique estiment-ils que c’est la confrérie (al-jamâ’a) qui dirige le parti et qui définit le cadre de son travail et de son action politique ?

Al-Katatnî : « je vous le confirme : depuis sa création, le parti travaille dans une indépendance totale de la confrérie, du côté administratif ou financier, elle n’intervient jamais dans ses décisions. Bien sûr, c’est la confrérie qui l’a créé mais le parti a souligné, dès les premières secondes, sa séparation avec elle, pour pouvoir travailler de manière individuelle et ne compter que sur soi. Nous avons effectivement réussi dans ce sens, nous avons maintenant des mécanismes différents de la confrérie, d’autant plus que le parti a été créé pour représenter tous les Egyptiens, ce critère a été cosigné dans ses mémorandums et le cadre de son action »

  • Que dites vous de ce que se dit sur l’existence de contacts étroits entre le parti et la présidence ?

Al-Katatnî : « ce n’est pas du tout vrai. La présidence traite avec nous comme c’est le cas avec toutes les autres forces politiques et les autres partis, ni plus ni moins. Par exemple, nous ne sommes informés des décisions du président qu’à travers les médias et à travers les déclarations du porte-parole de la présidence. Selon le principe que le président est le président de tous les Egyptiens (al-raiss likulu al-misriyîn), il ne nous permettra pas de nous ingérer dans son travail. La logique dit que le Dr Morsi a une institution présidentielle qui comporte en son sein un nombre de spécialistes en matière de consultation, c’est ce qui confirme l’indépendance de la prise de décision »

  • Justement concernant la consultation, quel commentaire feriez-vous de la dernière crise née entre la justice et la présidence de la république, et dont l’aboutissement a été que le président a renoncé au renvoi du magistrat Abdul Majid Mahmoud, procureur de la république, dans son poste, après l’avoir nommé ambassadeur de l’Egypte au Vatican. Auparavant, il y avait eu annulation de sa décision concernant le retour de l’Assemblée du peuple, malgré le fait qu’elle avait été dissoute auparavant par une décision de justice.

Al-Katatnî : « premièrement, à propos de la dissolution du parlement, le président n’a pas violé la décision de la cour constitutionnelle, mais la décision était faite pour contrer la décision du maréchal Tantawi concernant l’exécution de la décision juridique et pour que le parlement reprenne ses assises et que des élections soient organisées en une période de deux mois. C’est une décision qui fait partie des actes de souveraineté. Surtout les hommes de loi savent très bien que la haute cour constitutionnelle est seule habilitée à statuer sur les questions de la constitutionnalité des lois. En ayant dissout l’ensemble de l’Assemblée du peuple, la cour constitutionnelle a outrepassé ses prérogatives ; il faut ajouter que le procès de dissolution ne concernait que les deux tiers de l’assemblée, mais le Conseil militaire a mis fin à l’Assemblée en publiant un décret de dissolution complète, ce qui est curieux ! Ce qui est bizarre est que, quand le président a usé de son droit, il a fait l’objet de critiques, et l’assemblée générale de la cour constitutionnelle a ensuite publié une déclaration où elle annonçait son refus de la décision du président, et le deuxième jour, elle a publié une décision juridique annulant de facto la décision du président. La question est donc : est ce que ce genre de réaction est légal, du point de vue de la coutume des tribunaux ? En ce qui concerne la nomination du procureur général comme ambassadeur au Vatican, il faut revenir au début de l’affaire. Depuis un long moment, il y a une opinion publique hostile au procureur général, un point de vue qui fait l’unanimité au sein des forces politiques, des partis et aussi de la rue. Parce que tout le monde voit que les affaires qui sont traitées devant les tribunaux manquent de preuves ou sont déficientes, il y a beaucoup de précédents qui confirment ce que je dis ; le dernier est l’affaire de la Bataille des chameaux (mawqi‘at al-jamal) et ça c’est vraiment illicite (harâm), parce que le sang des martyres est de la responsabilité de chacun de nous. J’aurais aimé savoir si le magistrat Abdul Madjid Mahmoud a vu l’état de contestation qui prévaut contre lui, et la tendance générale à ne plus vouloir de lui, va commencer de son propre chef à se retirer complètement de la scène, et laisser sa place à un autre ; d’autant plus que le pays n’a pas besoin de nouvelles manifestations, un éventuel retrait du procureur ne diminuerait en rien sa valeur. La décision du président est une suite de la contestation populaire contre les nombreux acquittements dans l’affaire de l’assassinat des martyrs de la révolution. Personnellement, je pense que la promulgation de la décision de limogeage n’était pas bien, elle avait besoin d’une révision de la part des collaborateurs et des conseillers du président. Je vois aussi que certains de ceux qui sont autour du président manquent d’expérience politique, parce qu’il faut prendre en considération lors de la publication de décisions l’aspect politique ; je ne suis pas heureux de ce qui s’est passé. Il est clair qu’il y a eu des hésitations concernant les informations ayant conduit à la provocation de la zizanie au sein de l’opinion publique. Il faut reconnaitre au Dr Morsi qu’il a accepté l’injonction du Conseil suprême de la justice du retour du procureur à sa place, c’est une sorte de réponse à la demande de sages juges, et surtout tout le monde sait qu’il y avait eu dans le passé ce qu’on appelle l’égorgement des juges (mazbahat al-qudât ) »

  • Comment interpréteriez-vous les affrontements qui ont eu lieu vendredi dernier, où les Frères musulmans ont été accusés d’être les premiers à agresser les manifestants issus de forces politiques hostiles au président ?

Al-Katatnî : « la couverture médiatique n’était pas juste et manquait de neutralité. Toutes les accusations ont été adressées aux jeunes des Frères musulmans, malgré le fait que nous ne descendions pour chaque grande manifestation (milioniyya) à Tahrir qu’après la prière d’asr, et c’est ce qui a été convenu. Mais, pour être sincère et honnête, s’il y a eu de jeunes frères sur la place, qui ont été les premiers à agresser les autres, ils rendront des comptes, on est en train de faire des recherches et d’enquêter sur la question, afin de connaitre la vérité. J’ai été mis au courant il y a peu de temps qu’il y aurait eu plus de 70 personnes blessées parmi les Frères. Et nous, nous parlons en toute franchise, si une erreur est prouvée contre un fils des frères, elle sera solutionnée et présentée. Parce que nous ne voulons pas qu’il y ait à nouveau de scènes de désolation, la preuve en est que nous avons demandé le vendredi à tous les Frères de ne pas se diriger vers la Place Tahrir ou se rassemblent devant la haute cour de justice, ce qui confirme nos bonnes intentions. En même temps, nous sommes en train de réunir les preuves en ce qui concerne l’incendie ayant visé les autobus du parti, nous annoncerons la vérité devant tout le monde dès que nous serons sûrs d’avoir les preuves. Nous le disons toujours, celui qui veut s’opposer au président et à l’Assemblée constituante, ceux qui ont des contestations concernant le sang des martyrs, ont tous le droit de protester et dire leur opinion sans agresser la parti opposé »

  • Vous ne voyez pas que toutes ces affaires ont affecté la popularité de la confrérie dans la rue égyptienne ?

Al-Katatnî : « cette remarque est reprise par beaucoup des membres de l’élite et beaucoup d’intellectuels. Mais la réalité confirme que la popularité des Frères a augmenté sur le terrain et parmi les gens de manière remarquable. Le peuple sait entièrement faire la différence entre les choses, entre la parole et l’acte. Par exemple le parti Liberté et Justice est présent sur toute l’étendue du territoire de la république et son objectif est de servir la société, les Frères sont sur le terrain parce qu’ils sont une des familles (fasîl) égyptiennes, leur attitude avec l’homme ordinaire et la société est connue. C’est pourquoi le soutien en leur faveur augmente jour après jour. Il est très naturel que le peuple ne reste pas longtemps les bras croisés devant les exagérations de certains pour nous dénaturer »

  • Pensez-vous que la confrérie pourrait remporter le même nombre de sièges que lors de l’assemblée du peuple précédente ?

Al-Katatnî : « je m’attends à ce qu’on remporte un pourcentage élevé par rapport à l’Assemblée précédente, nous pourrons avoir une majorité aux alentours de 50% »

  • La période de transition avait connu au début une sorte de compréhension entre le Conseil militaire et les Frères, ensuite elle s’est transformée en des disputes et des affrontements, quelle en est la cause ?

Al-Katatnî : « le Conseil militaire n’avait pas une expérience suffisante pour administrer les affaires du pays. Ce n’est un pas un défaut, c’est pourquoi d’ailleurs il a consulté tous les partis, ce qui est une bonne chose au début. C’était pour explorer les avis de toutes les composantes politiques, ensuite le Conseil militaire a essayé de satisfaire toutes les parties, la différence des avis entre chaque camp l’a finalement mis dans un embarras qui a affecté ses décisions. C’est pourquoi le Conseil a voulu avoir une autre tactique qui consistait à trouver une entente avec toutes les factions, chacune de son côté ; mais il est alors tombé dans l’erreur, parce qu’il ne pouvait pas explorer les avis de toutes les parties, chacune de leur côté. Le dialogue aurait pu être un dialogue large avec la participation de tout le monde. Le climat est devenu donc compliqué jusqu’au moment du référendum où l’affrontement entre les courants islamistes a compromis les avis »

  • Pourquoi n’aviez vous pas dit clairement votre avis sur le Conseil militaire si vous étiez opposé à sa façon de faire ?

Al-Katatnî : « l’absence totale d’expérience politique du Conseil militaire a compromis les chances de trancher rapidement les choses. Nous, nous avons beaucoup parlé et dit nos visions avec clarté sur toute chose ; mais le conseil militaire ne nous a pas écoutés. C’aurait été mieux qu’il prenne sa décision seul sans regarder qui serait content et qui ne le serait pas, malheureusement il ne l’a pas fait. Par exemple, il a annoncé la loi sur les élections et a reculé pour donner satisfaction à une partie bien précise. À l’époque, ils ont dit que les militaires ont reculé pour faire plaisir aux Frères, nous sommes donc sortis pour dire que nous n’avons pas de problème avec la loi électorale. Ce qui a compliqué les choses est que la question de remettre le pouvoir aux civils n’était pas claire, d’autant plus que ce qu’on appelle le document al-Silmî préconisait que les militaires restent au pouvoir pour une longue période. J’ai senti à l’époque que rendre le pouvoir serait caricatural et que le Conseil resterait en place pour une longue période à l’instar du régime turc. Ce qui prévoyait un grand danger, parce que c’est un point de divergence fondamentale entre le Conseil militaire et toutes les forces civiles (al-quwa al-madaniya). Le grand rassemblement (miliyôniyya) est venu ensuite mettre fin au document précédemment cité. »

  • C’est votre avis sur la période qui a précédé le document de Al-Silmî…parlez-nous de la relation entre la confrérie et le Conseil militaire après les élections législatives ?

Al-Katatnî : « après la victoire du courant islamique et son obtention de la majorité au parlement, nous avons senti que le Conseil militaire cachait quelques intentions liées à l’échec du document de al-Silmî. Durant les premiers jours du parlement, le maréchal Tantawi a envoyé une lettre au Conseil où il annonçait que nous avions reçu le pouvoir législatif, on était heureux. Ensuite, quand nous avons commencé à surveiller le gouvernement, nous avons remarqué que son action s’est beaucoup dégradée, des crises préfabriquées ont vu le jour, ce qui a affecté les réserves en devises, nous avons usé de nos droits comme parti majoritaire. Nous avons donc demandé au Conseil militaire de permettre aux partis de former un gouvernement de salut national (hukûmat inqâz watanî), nous avons été, par la suite, surpris par une réponse peu convaincante. Personnellement, je l’ai demandé au maréchal Tantawi et au général Sami Annan, mais ils ont essayé de régler le problème comme s’il s’agissait d’une crise entre l’assemblée et le gouvernement. Et c’a été le début de tensions palpables pour tout le monde, mais pour dire la vérité, c’est l’incapacité et l’échec du gouvernement qui en ont été la cause »

  • Mais vous aviez accepté le gouvernement de Kamal al-Ganzouri ?

Al-Katatnî : « oui, c’est vrai. Le Dr Morsi et moi avions dit au Conseil militaire que nous allions coopérer avec le gouvernement, et le Conseil était content mais cela ne voulait pas dire coopérer avec le gouvernement quand il est dans l’erreur. C’est la raison pour laquelle, quand nous avons remarqué que son action était faible et qu’il n’était pas à la hauteur de ses responsabilités avec l’augmentation des crises. C’était tout à fait naturel que notre popularité soit affectée à cause de la faiblesse du gouvernement et de son incapacité à résoudre les problèmes. On était obligés de prendre une décision décisive et de dire que c’était une atteinte à la stabilité, la réponse a été l’imputation de la responsabilité à une troisième partie (taraf thalith) à cause des crises et ainsi de suite »

  • Qui est cette troisième partie selon vous ?

Al-Katatnî : « je ne sais pas »

  • Mais le Conseil militaire avait répondu favorablement à votre requête, après que vous ayez suspendu les travaux de l’Assemblée, un remaniement ministériel a eu lieu, disait-on à l’époque, pour vous satisfaire ?

Al-Katatnî : « le remaniement a concerné des postes ministériels qui ne sont pas liés aux nombreuses crises qu’a connu la rue égyptienne, par exemple le ministère de forces productives, de la culture et de la recherche scientifique. Il y avait des contacts avec le général de brigade (liwa’) Mamdouh Châhîn et le général (farîq) Annan, ils nous ont dit : le problème, nous allons le résoudre, reprenez les séances parce que la suspension des travaux est très embarrassante pour le Conseil militaire. Ils nous ont promis de changer les ministres controversés, mais cela n’a pas été le cas ; nous nous sommes pliés finalement à la réalité. Ensuite, j’ai rencontré le Dr al-Ganzouri, au siège du secrétariat général du ministère de la défense, après une convocation qui m’a été adressée directement. Le maréchal n’était pas venu pour des raisons qui le concernaient. Al-Ganzouri m’a alors dit : vous n’avez pas le pouvoir de renvoyer le gouvernement et la décision de la dissolution du parlement se trouve dans les tiroirs (adrâj). Bien sûr, nous avons compris que c’était une menace de dissolution du parlement et nous avons su qu’il y a effectivement une possibilité d’exécuter la menace et de nous éloigner de la participation au gouvernement. C’est pourquoi nous avons décidé de nous porter candidat aux élections présidentielles »

  • Vous disiez que le général Annan était présent lors de la rencontre, quelle a été sa réaction face à la menace de al-Ganzouri ?

Al-Katatnî : « se taire »

  • Et quelle a été votre réaction ?

Al-Katatnî : « que nous insistions sur le fait de résoudre la crise »

  • De qui était l’idée de présenter un candidat aux présidentielles ?

Al-Katatnî : « je ne me rappelle pas exactement qui en a eu l’idée, parce qu’à ce moment j’étais en visite en Ouganda. En général, l’affaire a été débattue au niveau du haut comité du parti, et la confrérie l’a ensuite exposé à son tour au conseil consultatif de la confrérie (majlis al-shûra al-ikhwân). Il y a eu un consensus sur l’idée de présenter un candidat aux présidentielles »

  • On a dit que la présentation d’un candidat des Frères aux présidentielles était plutôt tactique ?

Al-Katatnî : « au contraire, c’était une contrainte liée au comportement du Conseil militaire, si ce dernier avait montré des signes de souplesse, nous n’aurions pas présenté un candidat aux présidentielles »

  • Est-ce qu’il y a eu des discussions entre la confrérie et le Conseil militaire sur une candidature des Frères aux présidentielles ?

Al-Katatnî : « il n’y a eu aucune discussion à ce sujet »

  • Comment interprétez-vous cette position ?

Al-Katatnî : « le Conseil militaire a traité la question en considérant que notre chance de gagner était faible, surtout avec la proposition du nom de l’ingénieur Khayrat al-Shat. Son espoir a augmenté après son éviction et son remplacement par le Dr Morsi comme candidat »

  • Après cela, et avant la publication des résultats de la présidentielle, la période de la transition a connu un événement important qui est la dissolution de l’Assemblée du peuple, comment avez-vous accueilli la nouvelle ?

Al-Katatnî : « cette période a connu précisément un contact entre les forces politiques pour un consensus sur le mécanisme de la constituante chargée de la rédaction de la constitution, nous nous sommes réellement mis d’accord sur le mécanisme. Il y a eu une rencontre avec le Conseil militaire le 14 juin dernier [2012] , ce qui a coïncidé avec la suspension des travaux de l’Assemblée du peuple ; j’ai donc été surpris par un appel du général Annan et du Dr Sayyed al-Badawi m’informant que le maréchal Tantawi me demandait d’organiser des séances ; je me suis demandé les motifs de cette demande ; ils m’ont dit que c’était un souhait du maréchal d’organiser les séances avant sa rencontre avec les forces politiques, prévue le jeudi. Je les ai donc informés que je ne suis pas capable de convoquer l’Assemblée à une séance non prévue d’avance. Sur leur insistance, l’Assemblée a été informée le mardi de la tenue d’une session le mercredi pour l’élection de l’assemblée constituante, la surprise a été ensuite la dissolution totale de l’assemblée. Ce scénario montre qu’il y avait une intention délibérée et une tactique spéciale, les témoignages sont nombreux. Comme je l’ai toujours dit, la Cour constitutionnelle a outrepassé ses prérogatives dans cette affaire ; le procès était sur les deux tiers de l’Assemblée du peuple, et cela existait pour vérifier la constitutionnalité des lois. Si le jugement de la cour constitutionnelle est obligatoire pour le tout le monde et n’a pas besoin de forme d’exécution ; c’est l’Assemblée du peuple qui est habilitée pour l’’exécution. Le vendredi, le maréchal a publié une résolution de dissolution de l’Assemblée et la résolution a été publiée rapidement dans le journal officiel de la république. Les évènements se sont donc accélérés de manière remarquable, ce qui a convaincu tout le monde, les Frères et les autres forces politiques, qu’il y avait un complot contre l’Assemblée du peuple, dont les contours ont été éclaircis par la suite »

  • Qu’est ce que vous entendez par là ?

Al-Katatnî : « j’entends par là l’annulation du document de al-Silmî et les signes de la victoire du Dr Morsi avant la déclaration des résultats. Le but était de se débarrasser de l’Assemblée du peuple et dominer le pouvoir législatif, la Constituante et la publication de la déclaration constitutionnelle qu’on pourrait du moins qualifier de marque d’infamie (wasmat ‘âr) sur le front du Conseil militaire »

  • Mais le président Morsi aussi a publié une déclaration constitutionnelle ?

Al-Katatnî : « il y a une différence de taille entre la déclaration constitutionnelle publiée par le Conseil militaire, après la dissolution de l’assemblée, et les choses bizarres dont je vous ai parlé. D’autant plus que la déclaration des militaires leur octroyait le droit de veto sur les articles de la constitution, cela veut dire s’opposer à n’importe quelle chose. N’oublions pas que le Dr Morsi est venu par la volonté populaire après des élections transparentes, il n’a pas dissous l’Assemblée du peuple et n’avait pas non plus de pouvoir législatif, il ne s’est pas octroyé le droit de veto comme l’ont fait les militaires ; il a aussi promis de ne pas user de ses pouvoirs législatifs sauf en de rares exceptions. Il ne faut pas non plus oublier le moment de la publication de la déclaration constitutionnelle qui est survenue deux jours après la dissolution de l’Assemblée. Ce qui confirme que c’était planifié et préparé d’avance depuis un bon moment, mais nous avons voulu nous comporter en responsables qui respectent la loi. Personnellement, je n’ai pas critiqué la justice dont je respecte le jugement, même au cas où je ne suis pas satisfait »

  • Vous avez eu une séance avec le Conseil militaire avant la publication de la déclaration constitutionnelle, est-ce qu’il vous a dit quelque chose en ce sens ?

Al-Katatnî : « j’ai demandé la possibilité d’une publication de la déclaration constitutionnelle, ils ont dit : « pas exactement ». Je suis sorti et avant que j’arrive dans mon bureau, la déclaration constitutionnelle a été publiée »

  • Aviez-vous parlé avec le président sur la possibilité de changer les responsables militaires ?

Al-Katatnî : « nous n’en avons pas discuté, j’ai été informé du limogeage de Tantawi par les amis, lors de la réunion du bureau exécutif du parti Liberté et Justice, nous avons eu confirmation de la nouvelle par la télévision. C’était une surprise pour nous »

  • Décrivez nous votre sentiment, quand vous avez su que Tantawi a été limogé ?

Al-Katanî : « pour être sincère, je me suis demandé si cette décision était le fruit de précautions minutieuses et précises parce que c’est une grande étape qui a besoin d’être mûrement pesée. J’ai souhaité à l’époque que le président ait bien étudié l’affaire avec une attention soutenue »

  • Est-ce que vous vous attendiez aux limogeages ?

Al-Katatnî : « oui, je m’y attendais ; mais sincèrement, pas à ce moment »

  • Est-ce que vous avez ensuite rencontré le président après l’affaire ?

Al-Katanî : « dix jours après, j’ai rencontré le président, et c’était avant la fête de ramadan immédiatement. J’ai compris qu’il n’était pas content de la précision des informations qui lui sont parvenues concernant l’incident de Rafa, ainsi que l’opération de sécurisation des funérailles des martyres, d’où cette décision tout en prenant ses responsabilités. Je n’étais pas au courant des détails concernant le limogeage, mais les responsables militaires nommés n’ont pas été surpris par l’affaire »

  • Concernant l’Assemblée constitutionnelle, quelle sera votre réaction si une décision de sa dissolution est publiée ?

Al-Katatnî : « nous respecterons n’importe quel verdict, bien sûr si le président publierait en ce moment une décision de reformer l’Assemblée constituante. Je souhaite qu’on adopte ce qui a été convenu, pour ne pas attendre longtemps sans constitution. Parce que la constitution et aussi l’Assemblée du peuple ont besoin qu’on travaille pour qu’elles voient le jour le plus rapidement possible afin de compléter la construction des institutions et que nous puissions construire la nouvelle Egypte »

  • Si l’actuelle assemblée constituante est maintenue dans ses activités, quand la constitution sera-t-elle prête exactement ?

Al-Katatnî : « après des mois exactement, parce qu’il y a un dialogue de la société, et qu’ensuite elle soit rédigée à nouveau (sic). Et ce, après avoir consulté l’avis du peuple sur le projet de constitution, qui se fera vers la fin de l’année en cours [2012] ou lu début de l’année prochaine [2013], au plus tard. Deux mois après l’adoption de la constitution, les élections parlementaires seront organisées »

  • Concernant les élections parlementaires, verra-t-on une coalition entre le parti Liberté et Justice et des partis et des autres forces politiques, que pensez-vous des coalitions actuelles ?

Al-Katatnî : « peut-être y aura-t-il des coalitions avec d’autres forces, mais c’est trop tôt pour le dire maintenant, mais ce n’est pas un défaut. Peut être y aura-t-il des partis et des forces politiques qui ne pourront pas aborder les élections seuls, c’est pourquoi ils formeront des coalitions »

  • Les Frères sont accusés de vouloir monopoliser et de dominer toute la vie politique, quel est votre commentaire ?

Al-Katatnî : « où est ce monopole, je dirai toujours à celui qui lance de telles accusations : regarde le gouvernement, les Frères n’occupent que cinq postes seulement sur un total de trente cinq ministres, bien que nous soyons le parti de la majorité au parlement. Ils répètent souvent le terme « frérisation », je leur demande d’évaluer et de voir le critère sur lesquels ils se fondent pour prouver leur accusation. Mais si nous trouvons un Frère (ikhwânî) compétent, est-ce que c’est une tare, je souhaite que tout le monde regarde l’affaire avec plus de neutralité »

  • Quand les Frères vont-ils codifier leur situation ?

Al-Katatnî : « je sais que les Frères se préparent sérieusement à régulariser juridiquement leur situation, même si cela a pris du temps, à cause de l’ancien régime où les lois avaient pour objectif en général de servir des objectifs bien précis. C’est la raison pour laquelle il l’interprétait selon l’humeur de la personne (sic). Nous avons maintenant des lois qui concernent l’organisation de la société civile, qui sont en étude devant le parlement, dont des comités spéciaux ont participé à son élaboration. Je vous confirme que l’amélioration de l’état de légalité et de droit est un enjeu très important »

  • Pourquoi vous absteniez-vous des célébrations qu’organisait le Conseil militaire ?

Al-Katatnî : « parce tout simplement je n’étais invité à aucune fête, pour moi ce n’était pas un problème »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *