Wael Ghonim

Né en 1980 au Caire, dans une famille de la moyenne bourgeoisie (son père est médecin dans un hôpital publique), Ghonim passe les premières années de sa vie en Arabie Saoudite où ses parents se sont établis. Rentré en Egypte en 1994, il entame un brillant parcours dans une école privée de Zamalek, puis à la Orman High School, à l’université du Caire comme ingénieur électronique et enfin à l’Université Américaine du Caire, dont il sort diplômé de master en «Business Administration ».

Dès ses études supérieures, W. Ghonim développe une véritable deuxième vie sur internet à travers les premiers programmes de chat tels que mIRC (Internet Relay Chat), à tel point qu’il est obligé de chercher un travail à temps partiel pour payer ses factures de téléphone.

Comme il le dit lui-même :

« Je trouve la vie dans le cyberespace beaucoup plus séduisante que la vie publique. C’est très pratique de pouvoir cacher son identité et écrire ce que l’on veut, comme on veut…Je peux même choisir mes interlocuteurs et terminer la conversation quand je le souhaite (…). En résumé, je suis introverti dans la vie réelle, et extraverti sur internet » (Wael Ghonim, Revolution 2.0, HaperCollins, Londre, p. 24).

 

En 1998 il crée Islamway.com, une plate-forme d’échange autour de l’islam qui devient rapidement un des sites les plus importants dans ce domaine. C’est par le biais du forum du site que Ghonim rencontre sa future épouse, Ilka, une jeune américaine convertie à l’Islam. En 2002, il commence sa carrière d’entrepreneur du web. Avec quelques amis, il fonde Gawab.com, une start-up qui offre un service de messagerie destiné aux hommes d’affaires dans le monde arabe. En 2005, il s’associe au National Technology Group, une entreprise établie à Riyad, pour mettre sur pied Mubasher.info, un service de production de données et d’analyses pour les petits investisseurs en bourse au Moyen Orient. En 2008, il devient directeur du marketing régional de Google avant de s’établir deux ans plus tard à Dubaï, devenue le siège d’activité de la compagnie américaine. En juin 2010, ému par la photo d’un jeune homme torturé à mort par les forces de sécurité à Alexandrie, il crée la page Facebook Nous sommes tous Khaled Saïd  (kulluna khaled saïd) qui devient très vite, grâce à une tonalité moderne, plus morale que politique, une plate-forme de dénonciation du caractère répressif du régime de Moubarak. En quelques mois, la page compte des dizaines de milliers de visiteurs réguliers invités à raconter leurs déboires avec la police. Avec le départ de Ben Ali en Tunisie,  Nous sommes tous Khaled Saïd s’enhardit à critiquer directement, et pour la première fois, Hosni Moubarak, avant d’appeler à descendre dans la rue le 25 janvier 2011.

 

Le concept de « révolution 2.0 »

En 2012, Wael Ghonim publie Revolution 2.0 dans lequel il raconte son évolution graduelle vers l’activisme politique, son expérience en tant qu’administrateur de la page Nous sommes tous Khaled Said, et, enfin son séjour dans la prison des forces de sécurité entre le 27 janvier 2011 et le 7 février 2011, quelques jours avant la démission de Hosni Moubarak.

Dans son livre, Ghonim développe le concept de « révolution 2.0 » comme clé de lecture des dynamiques qui ont caractérisé les 18 jours de la révolte égyptienne en janvier 2011.

« Révolution 2.0 » indique avant tout le rôle crucial que la Toile aurait joué comme moyen de lutter contre la propagande du régime et comme foyer de naissance de nouvelles formes de regroupements politiques. Il exprime sans détour sa confiance dans le web:

 

« Un monde dans lequel autant de personnes se connectent facilement les unes aux autres est moins propice aux régimes autoritaires. (…). Grâce aux nouvelles technologies, la démocratie participative est en train de devenir une réalité. Les gouvernements éprouvent des difficultés croissantes à maintenir les individus isolés les uns des autres, à pratiquer la censure, ) cacher la corruption et à faire circuler la propagande sans rencontrer d’opposition. Lentement, mais sûrement, on assiste à l’extinction des armes d’oppression de masse. » (Révolution 2.0, p.292).

 

De la même manière, à l’occasion d’un entretien donné sur la chaîne américaine CBS pour le programme 60 Minutes deux jours à peine après la chute de Moubarak, Ghonim affirme, sûr de lui: « sans Facebook, sans Twitter, sans Google, sans Youtube, cette révolution n’aurait jamais eu lieu » (http://www.cbsnews.com/video/watch/?id=7346812n).

 

« Révolution 2.0 » exprime également la nature participative d’une révolte « sans leader », dans laquelle « tous ont été des héros » : « la révolution en Egypte est d’une nature différente: elle a véritablement constitué un mouvement spontané, guidé seulement par la sagesse de la foule” (Revolution 2.0, p. 293). En ce sens, Ghonim reprend le mythe de la Toile comme lieu caractérisé par des relations horizontales et non hiérarchiques, au sein duquel se développe une intelligence collective qui valorise les compétences et les contributions de chacun des membres de la communauté.

La révolution égyptienne serait donc la première révolution de l’histoire dans laquelle les dynamiques et les pratiques de comportement au sein du monde virtuel se seraient transposées avec succès dans le monde physique, en dessinant une révolution post-idéologique réalisée sans le soutien des organisations politiques traditionnelles. Toujours sur cette ligne d’interprétation, à l’occasion d’une conférence TED (Technology, Entertainment and Design) au Caire en mars 2011, Ghonim compare la révolution égyptienne à Wikipedia en affirmant que « chacun a apporté sa contribution, grande ou petite » (https://www.youtube.com/watch?v=SWvJxasiSZ8).

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *