Al-Rahma, 1er mars 2013

22 mars 2013
Par

Al-Rahma, 1er mars 2013

La vérité du conflit entre les Frères musulmans et les salafistes

Makhyûn crée la surprise : la présidence a approuvé le lancement du dialogue [national] qui reposait sur l’initiative du parti al-Nour, mais elle nous a ensuite surpris en l’annulant. Le président explique : « toutes les initiatives sont à l’ordre du jour, il faut s’armer de patience ».

Maintenant, chacun s’aperçoit que le projet islamique est de toute évidence en danger, par suite de l’antagonisme et du déchirement des deux composantes de ce projet –  les Frères musulmans et les salafistes. Il est certain – et c’est une certitude partagée par tous – que ce conflit n’est pas le fruit du moment. Avant d’être politique, il s’agit d’un conflit intellectuel et idéologique qui remonte à la naissance de la confrérie [des Frères musulmans] et de la prédication salafiste (al-da‘awa al-salafiyya). Ce conflit n’avait jamais atteint un stade comparable à celui qu’il a atteint aujourd’hui, attisé par les tensions politiques, de sorte qu’il prend une dimension qui va au-delà de la seule divergence idéologique. L’existence d’une querelle idéologique n’avait pas fait obstacle, après le 25 janvier, à une alliance entre les deux composantes du projet islamique pour arriver ensemble au sommet du pouvoir, et c’est en surmontant beaucoup d’obstacles et de difficultés qu’ils ont pu faire ce qu’ils ont fait. Mais cette alliance est aujourd’hui menacée par ce conflit, ce qui pousse certains à se demander si ce n’est pas la fin de la lune de miel entre les Frères musulmans et les salafistes. Cet antagonisme est-il dangereux au point de menacer la pérennité du courant [islamiste] au pouvoir ? Sa continuation est-il de nature à transformer le paysage politique ? L’institution présidentielle est entrée au cœur d’un clivage intellectuel et politique déjà à son comble,  suite au limogeage du Dr Khâlid Alam al-Dîn, l’un des conseillers du président Morsi. Ensuite il y a eu échange d’accusations de part et d’autre, sans qu’on se soucie vraiment de [savoir] qui était atteint par ces accusations, au point que certains ont parlé du  rôle qu’aurait joué l’institution présidentielle dans cette querelle – est-ce que la présidence avait pris parti pour les Frères musulmans ou est-ce que le limogeage relevait d’une question interne à l’institution présidentielle ? L’institution présidentielle est ainsi devenue partie dans ce conflit qui a peut-être commencé avec l’alliance entre le parti al-Nour et le Front du salut  lors des séances du dialogue national. D’autres disent que c’est l’hégémonie et la domination des Frères sur tous les leviers de l’Etat et la marginalisation de son allié, le parti al-Nour, qui sont en cause. Entre les uns et les autres, une troisième force s’est incrustée pour observer le résultat de ce conflit, tout en essayant d’en tirer le plus grand profit aux dépens de la patrie et de son projet islamique. En effet, ces forces libérales considèrent que c’est pour elles l’occasion rêvée avant les élections parlementaires de se venger de ce courant [islamique] et faire chuter son influence sur les masses.

Est-ce que les tentatives de médiation et les négociations réussiront à amener les deux composantes du courant islamiste à  accord, dans ce moment critique, afin que  le navire de la patrie puisse arriver à bon port ? Il y a beaucoup de questions posées, dont on cherche les réponses parmi les personnes qui s’inquiètent pour le projet islamique.

 

 

Les bases intellectuelles [qui] alimentent le conflit politique

Nous n’ignorions pas les divergences idéologiques entre le courant salafiste, d’une part, et les Frères musulmans et leur parti Liberté et Justice, d’autre part, mais la situation est devenue totalement différente à présent. Ces partis et ces courants sont passés du domaine de la prédication (al-da‘awa) à celui de la politique, la situation est donc devenue différente. La question maintenant est de savoir si cette divergence a un rôle dans l’antagonisme politique actuel entre le parti al-Nour et le parti Liberté et Justice.

Le Dr Nâjih Ibrâhîm, dirigeant au sein de la Gamâ‘a islâmiyya, estime qu’il y a une différence entre le conflit intellectuel (fikrî) et le conflit politique (siyâsî). Les gens de la prédication (ahl al-da’wa) peuvent avoir des divergences mineures qui peuvent être dépassées, alors que les conflits des gens de la politique et du pouvoir (ahl al-siyâsat wa al-sultat) peuvent être destructeurs, à l’instar du conflit qui opposa les Omeyyades et les Alides. Au départ, le conflit pour le pouvoir commence par un enjeu minuscule, puis il s’agrandit, tandis que le conflit intellectuel commence par un enjeu d’importance, mais qui finit par diminuer.

De surcroît, il est possible de contenir la divergence intellectuelle, tandis que le conflit politique est difficile à maitriser. Malgré tout, nous ne voulons pas que les partis islamiques entrent dans une forme de conflit ou de divergence, même si l’essence de la  politique et du pouvoir, c’est la divergence, l’antagonisme et la compétition. Dans la lutte politique, toutes les armes sont utilisées pour parvenir enfin à un compromis qui satisfasse toutes les parties.

Le Dr Ibrahim l’affirme : « il n’y a pas de rapport entre le conflit intellectuel entre les Frères musulmans et les salafistes et le conflit politique qui existe aujourd’hui sur la scène politique égyptienne. Surtout quand on sait que l’antagonisme politique est plus fort que l’antagonisme idéologique, parce qu’il est à l’origine de tous les conflits qui se passent maintenant sur le terrain et qui convoquent à cet effet d’autres formes d’antagonismes.

Pour sa part, le Dr Mohammad Abou Layla, professeur d’études islamiques à l’Université d’al-Azhar, estime qu’il y a une vraie divergence idéologique entre les Frères musulmans et les salafistes, comme par exemple l’insistance des salafistes à appliquer la charî‘a islamique dès maintenant. Les salafistes prétendent aussi qu’eux seuls suivent la voie des salaf (les pieux ancêtres), excluant ainsi les autres groupes islamiques. Les salafistes disent aussi qu’ils sont les seuls à combattre l’innovation (bida’) et que les Frères musulmans en sont incapables. Abou Layla ajoute que toutes ces divergences ne doivent pas être citées aujourd’hui : nous ne devons pas contribuer à l’effritement de l’union [du courant islamiste] ou à sa division. C’est la raison pour laquelle nous devons travailler de toutes nos forces pour promouvoir l’union de tous les partis islamiques et mettre fin aux divergences, sans oublier de faire la différence entre la divergence idéologique et la divergence politique, d’autant plus que les divergences idéologiques ne concernent pas les sources [de la religion] (‘usûl) mais se situent au niveau de la manière dont-il faut les appliquer. Par exemple, il n’y a aucun mal à appliquer la charî‘a, mais en même temps il faut le faire graduellement, car la société égyptienne actuelle ne peut supporter d’autres procédés. Abou Layla pense que les courants islamiques ne sont que des canaux dont les sources viennent d’une même rivière. Les divergences modernes en matière politique sont réputées rudes, ces derniers temps. C’est pourquoi il demande au courant salafiste et aux Frères musulmans de s’armer à nouveau de sagesse, afin que l’intérêt général prime sur l’intérêt particulier,  et surtout de mettre de côté les divergences afin de travailler dans l’intérêt de la patrie.

L’antagonisme est la meilleure preuve du développement de l’action politique

Les événements successifs et l’antagonisme actuel entre le parti al-Nour et le parti Liberté et Justice menacent-ils le pouvoir islamiste ou bien pourraient-ils offrir une opportunité à une faction aux dépens d’une autre ?  La question qui se pose maintenant est la suivante : à qui profite cet antagonisme avant les élections parlementaires ? Le Dr Ihâb al-Azâzî, chercheur en science politique, estime que ce qui se passe aujourd’hui entre les Frères musulmans et les salafistes est une preuve du développement de l’action politique du parti al-Nour, dans le cadre de son affranchissement de la tutelle directe du parti Liberté et Justice. Elle traduit aussi l’action sur le terrain du parti al-Nour et son contact direct avec les masses. Elle montre la compréhension rapide dont a fait preuve le parti al-Nour, concernant l’action politique et la maitrise de son rôle. Selon Azâzî, ce qu’on appelle antagonisme entre les Frères et le parti al-Nour n’est qu’un antagonisme de façade, d’autant plus qu’il s’agit de deux forces qui sont en concurrence (...) Il faut signaler aussi que le courant salafiste est l’un des courants capable de mobiliser les masses. De toutes façons, estime al-Azâzî, l’antagonisme va dans un sens favorable au courant islamiste et non, comme le pensent certains, à son encontre, d’autant plus qu’il produira un nouveau courant avec une nouvelle pensée éclairée qui est la pensée de l’islam modernisée et non de l’islam fermé. Azâzî estime aussi que l’action du parti al-Nour est excellente, ces derniers temps. Elle reflète, selon lui, le développement qu’a connu le parti et son envie réelle de descendre dans la rue, et c’est ce qui confirme fortement que nous sommes en présence d’un courant islamique fort qui émergera, dans les jours à venir, pour devenir le véritable courant islamique qui pourrait représenter une sorte d’équilibre entre le pouvoir et la rue. Et en même temps donnera une bonne image du courant de l’islam politique.

De son côté, Mamdouh Chafiq al-Nouhas,  secrétaire général du parti al-Istiqâma, affirme que les prochaines élections seront très proches, en terme de résultats, du célèbre référendum de mars passé [mars 2001] et proche du référendum sur la constitution [décembre 2012]. Al-Nouhas s’attend à la victoire du parti Liberté et Justice aux élections, dans tous les gouvernorats et surtout dans les villes du canal. Et ces scènes de colère et de refus du pouvoir des Frères musulmans qu’on voit un peu partout disparaitront comme si elles n’avaient jamais existé. Il considère aussi que  ces événements prendront fin au profit du parti Liberté et Justice (…).

La présidence est innocente des divergences au sein du parti al-Nour

Mohammad Fouad Jâb Allah, conseiller du président pour les affaires juridiques, affirme que le conflit actuel entre les Frères musulmans et les salafistes n’est rien d’autre qu’un conflit sur les élections et les positions politiques. Ce n’est pas de la responsabilité de la présidence de s’ingérer dans n’importe quel antagonisme, au profit de n’importe quel groupe au sein de l’Etat, parce que nous travaillons dans l’intérêt de la patrie, estime Jâb Allah. Et d’ajouter : l’institution présidentielle n’est pas partie prenante de n’importe quel antagonisme, et nous sommes à l’écart de tous les courants, qu’ils soient islamistes ou non islamistes, pourvu que notre relation soit bonne avec tout le monde. Pour information, continue Jâb Allah, l’institution présidentielle est totalement innocente des divergences internes au parti al-Nour. Jâb Allah explique qu’après le problème survenu après le limogeage du Dr Khalid Alam al-Din, la présidence n’a publié aucun communiqué ni fait aucune appréciation concernant ce limogeage : « nous ne lui avons adressé aucune accusation mais il y a des choses qui mettent en cause son équipe de travail, c’est la raison pour laquelle la présidence a voulu le remercier pour le temps qu’il a passé à côté des autres conseillers du président… » Le Dr Salah Abd al-Ma’boud, l’un des cadres du parti al-Nour, affirme que la présidence a effectivement diligenté le conflit qui prévaut entre les Frères musulmans et les salafistes au profit de la société des Frères musulmans. La meilleure preuve de cela réside dans le problème récent de la destitution du conseiller Khalid Alam al-Din sans aucun préavis. Abdou al-Ma’boud ajoute que l’institution présidentielle épie le parti al-Nour, ce que tout le monde sait. Les raisons invoquées concernant le limogeage s’appuient sur des rapports de surveillance qui affirment que Khalid Abou Alam s’est enrichi de manière illégale. C’est ce que lui a dit le chargé de la communication au sein de la présidence. Pour autant, aucun papier officiel n’a été publié dans ce sens et il n’y a aucune preuve qui confirme les déclarations des responsables de la présidence, d’où la colère des membres du parti al-Nour. C’est à la suite de cela que des menaces ont été proférées de la part de la présidence à l’endroit des dirigeants du parti en leur enjoignant de ne faire aucune déclaration concernant ce problème. Abdou al-Ma’boud ajoute : « le conflit couve depuis un moment parce que nous refusons le prêt à usure, mais le président de la république insiste pour que ce prêt soit introduit dans l’Etat. Et nous, nous resterons opposés à ce prêt, nous ne renoncerons pas à l’application de la charî‘a d’Allah. L’antagonisme actuel entre les Frères musulmans et les salafistes n’est pas lié aux élections ou à la recherche de postes politiques mais il est plutôt lié à la religion de Dieu (dîn Allah). Depuis le début, Morsi nous a menti sur beaucoup de choses, pas uniquement aux salafistes mais à l’Egypte toute entière. La parole des Frères musulmans n’était que de l’encre sur le papier, aucune des promesses faites aux salafistes n’a été respectée ».

Qu’est ce qui se passe entre les islamistes ? Posez la question au Front du salut national

Depuis que le parti al-Nour a pris part au dialogue avec le Front du salut national, les déclarations n’ont pas manqué d’émerger sur une possible divergence entre la confrérie des Frères musulmans et son aile politique, d’une part, et le parti al-Nour, d’autre part, représentant principal du courant salafiste, surtout avec l’existence de certains antagonismes et d’anciennes déclarations qui ont conduit à la division. Il faut rappeler que les divergences n’avaient pas atteint ce niveau depuis l’entretien du cheikh Yassir Burhâmi et Ashraf Thâbit avec Ahmad Chafiq [ex candidat à la présidentielle, arrivé deuxième derrière le président Morsi]  jusqu’à l’organisation des assises du dialogue national. Est-ce que cette alliance est à la base de l’antagonisme actuel… ? L’ingénieur Amr Makkî, vice président du parti al-Nour pour les affaires extérieures, affirme qu’il n’y a aucun antagonisme entre les Frères musulmans et le parti al-Nour et qu’il n’y a pas d’alliance entre le parti al-Nour et le Front du salut national : « notre vision et notre idéologie sont connues, il serait mieux, en ce qui concerne la question des alliances avec les partis, de s’allier avec un parti qui nous est proche idéologiquement plutôt qu’avec des partis dont l’idéologie est loin de la nôtre – ça, c’est ce qu’on appelle « la faillite politique ». Makkî se demande comment il pourrait y avoir une alliance entre la droite et la gauche… Makkî explique qu’il ne s’agit pas d’une alliance mais plutôt d’une initiative pour rapprocher les points de vue, pour que les deux partis puissent s’entendre sur des questions d’intérêt commun et réduisent la tension issue du conflit politique, sans renier pour autant leurs différences idéologiques. Pour cela, il faut apaiser les tensions politiques, mettre un coup d’arrêt à l’effusion de sang, tout en procédant à la construction de la patrie [afin de] réunir tout le monde et d’éviter l’exclusion ». Makkî attire l’attention sur le fait que la présidence et le parti Liberté et Justice avaient salué l’initiative au début. Ils auraient reculé en constant que cela risquait de les affecter ultérieurement, notamment lors des prochaines élections. Si la présidence et le parti Liberté et Justice ne s’étaient pas retirés du dialogue, ce dialogue aurait eu lieu : « nous avions l’accord de la présidence et du parti Liberté et Justice avaient donné leur feu vert tout en saluant l’initiative. Leur revirement s’explique peut-être par un changement dans leur stratégie ».

Les forces libérales bénissent les divergences islamiques parce que cela va dans le sens de leurs intérêts

De nombreuses forces civiles et libérales, de même que la rue égyptienne, ont suivi la crise entre le parti al-Nour et les Frères musulmans. Nabil Zaki, vice-président et porte-parole du parti al-Tagammu‘ affirme que « les partis civils et la rue égyptienne ont observé ce conflit avec beaucoup d’étonnement, après l’accord total qui avait caractérisé la relation entre les Frères musulmans et les salafistes. La position du parti al-Nour traduit la gêne éprouvée à l’égard du système de gouvernance unilatérale des Frères musulmans, qui refusent même d’associer leur allié et, pire, cherchent à le mettre à l’écart. Cet état de fait ne pouvait que  provoquer le refus du parti al-Nour, principal représentant du courant salafiste au pouvoir et deuxième force sur l’échiquier politique égyptien, une performance qui avait déjoué toutes les attentes. Ce courant a constaté que les Frères musulmans et leur branche politique les utilisent, tout en essayant de montrer continuellement que ce sont eux qui dirigent le pays, pourvu que le courant salafiste reste toujours derrière eux. En conséquence, le parti al-Nour a adopté une position indépendante en se rapprochant du Front du salut national, tout en parvenant avec ce dernier à un accord concernant la nécessité de limoger le procureur général et de former un nouveau gouvernement. Et soudain, survint le limogeage du Dr Khalid Alam al-Din, pour, dit-on, « briser le dos du chameau », en plus de ce que les salafistes répètent concernant les nombreuses mesures prises en cachette pour « frériser » l’Etat et marginaliser le courant salafiste. Dans le même contexte, le Dr Oussama al-Ghazâlî Harb, président du parti du Front (al-jabha), dit que le courant islamiste en général sera affecté par cette crise car le parti al-Nour et le courant salafiste en général ont appris  que les Frères musulmans et leur parti politique ne cherchaient qu’à monopoliser le pouvoir et à dominer, en marginalisant leurs propres alliés avant leurs adversaires, selon une stratégie qui sert leurs intérêts. Mais ce que le courant islamiste n’a pas compris, c’est que ce conflit servira d’abord  l’intérêt du courant libéral, et augmentera son crédit dans la rue de manière inédite.

Quant à Abou Izz Al-Hariri, fondateur de la coalition socio-populaire (al-tahâluf al-cha’abî al-ichtirâkî), il estime que le conflit entre les Frères musulmans et les salafistes est un antagonisme imaginaire et artificiel qui ne repose sur rien. Toujours selon lui, « ce conflit  n’a pas d’existence réelle ; il a été fabriqué par les Frères musulmans et son allié salafiste, comme quand sous Moubarak était créée une pseudo-opposition. Ce qui est plus important maintenant, c’est que ce conflit offre une opportunité unique pour que les forces civiles [al-quwwâ al-madaniyya] puissent affirmer leur présence, surtout durant la période qui précède les élections parlementaires ».

Rien de mieux que la réconciliation pour préserver le projet islamique

Les derniers événements ont connu des échanges d’accusations entre le parti al-Nour et l’institution présidentielle. Les islamistes referont-ils une nouvelle fois leur unité ? Nasr ‘Abd al-Salam, le président du parti de la construction et du développement (hizb al-binâ’ wa al-tanmiyya), affirme que son parti avait proposé au président de jouer le rôle d’intermédiaire entre lui et le parti al-Nour pour mettre fin aux divergences. Et Nasr d’ajouter que le président et le parti al-Nour avaient accueilli favorablement cette bonne et bénéfique initiative entre les deux parties. Selon Nasr, l’approfondissement des divergences entre le parti al-Nour et l’institution présidentielle portera un préjudice énorme au projet islamique dans l’ensemble et non pas seulement à un parti déterminé. Il souligne que le peuple égyptien ne fait pas de différence entre les salafistes, les Frères musulmans ou la Gama’a Islâmiyya, si bien que la moindre polémique  entre les groupes islamiques porter préjudice à tous les islamistes. Le président du parti de la construction et du développement rappelle la nécessité de travailler pour la réalisation de l’intérêt supérieur du pays avant toute autre considération. Et il souligne que malgré l’échange d’accusations entre les islamistes, ils gardent toujours une position privilégiée auprès des  citoyens, car le courant islamiste a ses racines dans le peuple, à travers le travail de la prédication et de la charité. Dans le même contexte, le cheikh Mohammad al-Zawâhirî, l’un des grands dirigeants de la Gamâ’a Islâmiyya, dit qu’il n’est pas préoccupé par les élections ou par la situation politique du pays mais que les Frères musulmans et les salafistes sont très proches d’un accord d’une manière facile et simple. Al-Zawâhirî met en garde toutes les factions qui ont des agendas bien planifiés pour faire tomber le courant islamiste. Pour ce faire, elles (les factions) mettent en exergue les divergences islamiques et les font connaitre tout en les attisant…Selon al-Zawâhirî, les islamistes peuvent parvenir facilement à un accord. C’est la raison pour laquelle il appelle tout le monde à  trouver un terrain d’entente dans l’intérêt supérieur de l’Egypte ».


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Regards islamistes sur l’actualité égyptienne et régionale

Laisser un commentaire