Mouvement « Masrena » (« Notre Egypte »)

[Mouvement « Masrena » (« Notre Egypte »)]

Le mouvement « Masrena », lancé par un groupe de dix activistes, a vu le jour il y a un peu plus de deux semaines. Il vise à remobiliser les Egyptiens, en particulier la jeunesse, autour des objectifs de la révolution du 25 janvier, qu’il s’agit de remettre à l’ordre du jour.

A la différence de nombreux mouvements égyptiens, les initiateurs de « Masrena » viennent d’horizons politiques et intellectuels très divers.
On y compte des personnalités comme Waël Ghoneim, directeur de marketing chez Google Moyen-Orient, le réalisateur Barrä Achraf, l’artiste Chadi Chérif, associés au mouvement libéral, l’activiste Ziyad Ali, l’activiste et libéral Waël Khalil, Moetaz Abdel-Fattah, professeur en sciences politiques à l’Université du Caire, Mohamad Omar, spécialiste des relations publiques, mais aussi le scénariste et réalisateur Mohamad Diab du mouvement libéral religieux, le jeune prêcheur Moez Massoud et Khaled Mansour, du courant salafiste modéré.

Cette hétérogénéité repose sur le constat suivant : quelles que soient les sensibilités de chacun, leurs aspirations pour l’Egypte sont concordantes. En outre, elle a assuré au mouvement une bonne réception au sein des différentes classes de la société égyptienne.

Pour les nouveaux participants – plus de 100 000 personnes se sont d’ores et déjà inscrites sur le site Internet masrena.org – la révolution est loin d’être terminée.

« Salassel al-thawra » (« les chaînons de la révolution ») est le premier projet lancé par « Masrena ». Tous les jours, des milliers d’Egyptiens participent à des marches pacifiques faisant le tour des quartiers du Caire et des villes d’Egypte. Dénonçant les exactions toujours commises par l’armée, ils appellent les Conseil suprême des forces armées à quitter le pouvoir, et ce bien avant la date prévue en juillet 2012. Les étapes du transfert du pouvoir à des autorités civiles élues demeurent en effet extrêmement floues.
Pour les fondateurs du mouvement, « rien n’indique que le Conseil militaire suprême va céder le pouvoir à un président civil élu. Les résultats des élections sont incertains. »

Par ailleurs, les problèmes sociaux perdurent, voire s’aggravent- les jeunes restant les principaux touchés. Or, paradoxalement ces derniers ne sont que très peu politisés. Ni la révolution du 25 janvier, ni même leur accès aux nouveaux outils d’information n’ont suffi à pérenniser leur conscience du politique.

Le mouvement vise aussi à préparer de jeunes cadres politiques, à leur permettre de travailler pour l’avenir de l’Egypte et la construction d’une démocratie viable. Comme l’explique Mohamad Omar, porte-parole de cette initiative : «  Ce mouvement rassemble différentes tendances, il aspire à créer un grand corps de jeunes prêts à travailler pour la renaissance du pays, et à leur rappeler les véritables buts de la révolution égyptienne ».
Pour le collectif, il est crucial de développer la participation de la société égyptienne, dont la jeunesse est perçue comme le moteur, à la vie politique. C’est pourquoi sur le site masrena.org, les organisateurs du mouvement proposent aux visiteurs 12 questions-clés sur le débat politique actuel.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *