Ultras

[Ultras]

Les « Ultras » sont des groupes de supporters des principaux clubs de football égyptiens : dans la capitale, les White Knights sont les Ultras du club de Zamâlek et lesUltras Ahlâwî sont les Ultras du club al-Ahlî. Le littoral n’est pas en reste : le club al-Masrî de Port Saïd a ses Green Eagles, celui d’Ismaïlia ses Yellow Dragons tandis que celui d’Alexandrie possède ses « Green Magic ». Influencés par les regroupements de supporters des grands clubs européens, les Ultras égyptiens constituent l’équivalent de petits groupes très fermés, habitués à faire le coup de poing contre une police qu’ils abhorrent lors des affrontements réguliers qui les opposent aux forces de l’ordre après les matchs.

Les clubs du Maghreb ont été les premiers clubs arabes à inaugurer ce type d’organisation. Après la courte expérience des « Dragons » du club de l’Unité libyenne en 1989, rapidement interdits par le régime, ce sont les clubs tunisiens (African Winners de Tunis) algériens et marocains qui ont eu recours à ce mode de protestation en milieu urbain.

Les Ultras forment une communauté secrète, ils sont liés à leur club respectif par un serment de fidélité plus fort que les aléas de la compétition sportive – « nous vous sommes fidèles depuis 1911 et nous le resterons pour toujours » scandent, par exemple, les White Knights du club de Zamâlek qui ont pour slogan « Frères dans le sang » (ukhuwwa fi al-dam). Les Ultras des différents clubs égyptiens se disputent l’antériorité de leur création – La plupart ont été créés entre 2007 et 2009. les Ultras Ahlâwipossèdent des relais en divers lieux du pays, et les White Knights de Zamâlek ont une branche à Gaza.

Rôdés par des années d’expérience à l’affrontement anti-policier, les Ultras ont mis leur savoir-faire en matière de combat de rue au service de la révolution, dès le 25 janvier 2011. Très organisés et disciplinés, les Ultras ont quadrillé les rues par petits groupes ultramobiles, dirigés, dans le cas des Ultras Ahlâwi, par des « Kabou » (le terme est issu de l’argot du Caire).

Les événements de Port Saïd du 1 février 2012 – plus de 70 supporters du club Ahlî ont péri dans des circonstances troubles lors d’un match contre l’équipe de Port Said, al-Misrî–, ont projeté les Ultras et le football au cœur des luttes entre pouvoir militaire et groupes révolutionnaires. Le procès tenu en avril n’a permis en rien d’éclairer les circonstances de cette tragédie, qui aurait eu, selon les parties civiles, pour objectif de discréditer les Ultras Ahlâwî, particulièrement actifs lors des événements des rue Muhammad Mahmoud et du ministère de l’Intérieur (novembre et décembre 2011). Les Ultras n’ont de cesse depuis de revendiquer le droit à la justice et à la vérité, et d’occuper l’espace publique (sit-in, appels à manifestation).

BESHEER, Muhammad, « Les Ultras », Dar Merit, 2011 (en arabe).
“The Ultras and the Egyptian Revolution”, Ahram on-line :http://english.ahram.org.eg/NewsCon…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *