Entretien avec Tarik Wafîq, Ministre du Logement

Entretien avec Tarik Wafîq, Ministre du Logement, réalisé par Khayrî Ramadan, journaliste de la chaine câblée ABC, le 27 février 2013

Introduction des Carnets du CEDEJ : il s’agit du premier grand entretien télévisé de Tarik Wafîq depuis son accession à la tête du Ministère du Logement et des Communautés Urbaines le 2 août 2012. Membre du Parti de la Liberté et de la Justice (Frères Musulmans), docteur de l’Université du Colorado, il a exercé les fonctions de professeur d’urbanisme à l’Université du Caire. Dans cet entretien, il développe la stratégie de son Ministère à moyen voire à long terme dans trois principaux domaines : le développement du marché locatif, le développement des villes secondaires (Suez, Port-Saïd, etc.) et la politique de logement social. Le journaliste nterroge quant à lui le Ministre, d’une part sur les solutions envisagées à court terme pour améliorer les conditions de vie des habitants dans les quartiers informels et, d’autre part, sur la « frèrisation » de son Ministère et de l’administration égyptienne.

 

Khayrî Ramadan :

« Monsieur le ministre, votre présence sur ce plateau est l’occasion de rassurer nos téléspectateurs quant au problème du logement, notamment dans le secteur locatif. Vous avez un projet qui permettra de mettre en valeur plus de 6 millions d’appartements inoccupés et fermés en les rénovant puis en les proposant à la location. C’est encourageant. »

Le ministre du logement, Tarik Wafîq :

« En réalité, le problème des appartements en Egypte est très bizarre ; on ne risque pas de trouver ce genre de problème ailleurs. Par exemple, on a 5 à 6% du stock de logements qui sont construits sans proposition d’achat et qui sont tout simplement fermées. Est-ce une bonne idée que de dire : « pour assurer l’avenir de mon fils, je vais lui acheter un appartement » ? Voyez-vous, j’ai un ami dont l’enfant a 6 ans, il lui a acheté un appartement dans un immeuble. L’appartement restera à coup sûr intact et inhabité jusqu’à ce que l’enfant atteigne l’âge de se marier […] Chez les gens est ancrée la culture de la propriété privée, et la culture de la location s’est de plus en plus réduite, pire on voudrait même l’éliminer. Cette obsession d’être propriétaire de son appartement est le reflet des anciennes lois. Elle est devenue tout simplement une culture, au point que l’Etat s’est laissé emballer en accordant des financements, en soutenant financièrement l’acquisition d’un terrain, la construction d’unités de logement. Quand on soutient un citoyen, ce dernier doit quand même payer 15000 ou 10000 livres égyptiennes pour une unité de logement. Alors que si cette somme avait servi à financer la formation d’un jeune, nouvellement venu sur le marché du travail, pour une durée de 7 ans, il n’aurait payé que 7000 livres égyptiennes. Le problème est que notre marché s’est habitué à considérer que, acquérir une unité de logement est le moyen le plus sûr d’assurer son avenir. Dans cette période de vaches maigres où l’envolée des prix est une réalité, l’acquisition d’une unité de logement est un parcours du combattant pour les gens modestes et pour les familles. […] Par exemple le jeune qui aurait voulu résoudre ses problèmes, va dire « puisque tout le monde vient au Caire, moi aussi je vais venir au Caire » […]

Khayrî Ramadan :

« Oui mais c’est parce que tout est centralisé au Caire, le gouvernement, l’administration, etc. ? »

Le ministre du logement, Tarik Wafîq :

« Tout à fait. C’est une réalité qui dure depuis plusieurs décennies. Tous les investissements sont centralisés au Caire par l’Etat et ce dans tous les domaines, dans le domaine de la production comme dans celui du service. La ville du Caire a toujours occupé une position privilégiée, en un mot tout commençait et finissait au Caire. Par exemple : l’usine de l’acier et du fer (al-hadîd wa al-sulb) se trouve à Helwan. C’est cette centralisation qui favorise la demande pressante, car toutes les opportunités de travail se trouvent au Caire. C’est donc le résultat d’une demande forte dans un espace réduit, avec une économie limitée qui favorise l’augmentation des prix, et le prix de l’unité de logement grimpe au triple de son prix réel. Nous disons aux jeunes qui s’interrogent sur les opportunités de travail, il y a d’autres pôles développés comme le Canal de Suez ou la Côte Ouest qui n’ont pas été suffisamment explorés, où l’on peut construire des villages touristiques par exemple. […] »

Khayrî Ramadan :

« Mais, Monsieur le Ministre, ce que vous me dites là, je l’ai entendu, auparavant, plusieurs fois. Donc j’aimerais que vous me donniez une nouvelle vision qui nous permettra de sortir de ce cadre restreint. Alors qu’est ce qui empêche un gouvernement issu de la révolution de prendre des décisions pour mettre fin aux problèmes dont les gens se plaignent ? Je vais donc vous exposer ma vision qui consiste à faire avancer tel ministère d’un point A à un point B. Et ensuite à réaliser des projets comme le font les pays du Golfe, d’autant que c’est l’exemple qui nous est le plus proche. J’ai beaucoup visité les pays du Golfe, je les ai vus petits, maintenant ils sont devenus grands. Ils vont par exemple choisir des endroits bien précis pour construire un grand supermarché, un hôpital, sans oublier de vendre des portions de terrain à prix fort. Avec une telle réalité je crée une société et construis des ministères, comme ça j’ai mis en valeur la terre tout en créant une nouvelle vie et une nouvelle société. Pourquoi le gouvernement ne me donnerait-il pas espoir en tant que citoyen, pour me permettre de voir où vont les choses ? »

Le ministre du logement, Tarik Wafîq :

« La semaine dernière j’ai exposé, pour la première fois, au Conseil des ministres le plan national intitulé Egypte 2052, en collaboration avec le ministère de la planification. Evidemment, ce qui a été annoncé sous Moubarak de ce projet ne concernait que la ville du Caire, mais le projet que moi j’évoque concerne l’Egypte toute entière. Nous sommes conscients que pour résoudre les problèmes actuels, il faut avoir une vision à long terme. En un mot, pour résoudre les problèmes, il faut avoir une vision claire. Concernant ce plan, il y a eu unanimité au Conseil des ministres sur son importance. L’idée est de créer par exemple de nouveau pôles de développement au nord du Sinaï ou dans une ville comme Port-Saïd ; un concours sera lancé bientôt, vous verrez donc que ce sera une sorte de business au profit du canal de Suez, centre urbain et centre des affaires »

Khayrî Ramadan :

« Monsieur le Ministre, moi je voudrais avoir une chose réalisable cette année ou dans quatre ans, des choses qui peuvent me réjouir dès maintenant. Je sais que vous parlez d’un projet important pour la génération à venir, mais il y a des problèmes qui touchent les gens aujourd’hui. Qu’est-ce que vous ferez pour résoudre le problème du logement, d’autant qu’il y a près de 50% de jeunes qui sont en âge de se marier ? Que ferez vous donc pour le jeune homme qui ne trouve pas d’appartement, allez-vous mettre en place des projets pour le logement, allez-vous ensuite soutirer de l’argent aux gens ? »

Le ministre du logement, Tarik Wafîq :

« Non, nous n’allons rien demander aux gens. Premièrement, nous avons une grande conviction que le système de location peut beaucoup atténuer la crise. Parce que, comme je l’ai dit, beaucoup de jeunes n’ont pas les moyens de payer d’avance pour s’offrir un appartement, mais en même temps ils peuvent le faire progressivement. Un jeune peut mettre 30 ou 40% de son salaire dans la location […]. Il faudra donc réformer l’ancienne loi sur les locations, ce qui résoudra de nombreux problèmes »

Khayrî Ramadan :

«  Il y a donc des projets de lois qui sont prévus ? »

Le ministre du logement, Tarik Wafîq :

« Oui, il y a des projets, en vérité […] suite aux manifestations devant le ministère de la part de l’Association des personnes affectées par l’ancien système de location, des gens qui ont des immeubles dans des endroits convenables et ne sont pas payés plus de 100 livres égyptiennes par mois (par leurs locataires). Sans parler que c’est une forme d’injustice sociale, cette loi provoque beaucoup de problèmes »

Khayrî Ramadan :

« Depuis des années déjà, j’évoque ce problème avec les différents gouvernements, à chaque fois il y a eu une promesse pour résoudre ce problème, mais sans résultat. »

Le ministre du logement, Tarik Wafîq :

« En effet, nous avons un projet qui sera exposé à l’opinion publique le moment venu »

Khayrî Ramadan :

« Qu’est ce qui le bloque ? »

Le ministre du logement, Tarik Wafîq :

« Ce qui l’a empêché comme je l’ai dit auparavant, c’est que nous avons été assailli par plus d’une manifestation. En vérité, dans le comité, il y avait beaucoup de personnalités éminentes, de respectables conseillers qui ont été blessés dans leur honneur par ces manifestations, ils ont du coup demandé de geler leur participation au comité. Dieu merci, le problème est résolu maintenant. Nous allons donc retourner au travail et le projet sera exposé pour être débattu dans un environnement apaisé »

Khayrî Ramadan :

« Vous allez donc dire aux propriétaires des immeubles anciens qui ont des contrats relevant de l’ancien système, qu’un projet est sur le point d’être examiné prochainement et qui leur restituera une partie de leurs droits ? »

Le ministre du logement, Tarik Wafîq :

« Oui. Mais cela ne se fera pas du jour au lendemain. D’autant plus que c’est le prolongement d’un problème vieux de plusieurs décennies. N’oubliez pas que nous parlons d’une loi qui date de 1961, cela fait 50 ans, donc on ne peut pas résoudre le problème du jour au lendemain. Pour donner vie à la loi, il faut que tout cela se passe lentement et graduellement en augmentant petit à petit la valeur du loyer de l’ancien système et ce d’année en année. Cela devrait prendre 7 ans ou plus pour corriger la valeur des loyers. Ce n’est pas une rectification mais plutôt une réhabilitation, pour que le marché soit ensuite équilibré en matière de logement. Toutefois, il faut signaler que même après les 7 années de transition, il y aura toujours un groupe de propriétaires d’immeubles qui ne pourra pas supporter le résultat de cette transition. La loi apportera des soutiens aux couches pauvres. Nous parlons d’une grande catégorie de la société qui ne peut être transformée du jour au lendemain ; il faut qu’elle prenne d’abord des petites doses, comme pour un médicament »

Khayrî Ramadan :

« Si vous disiez par exemple aux gens qu’après 6 mois ou un an, vous allez commencer à exécuter la décision… Pourtant, personne ne leur dit quand cela va arriver ! »

Le ministre du logement, Tarik Wafîq :

« Dieu merci, moi je suis venu vous voir en optimiste. Je peux donc vous confirmer que dans trois semaines, le projet de loi sera exposé. Mais cela ne veut pas dire que nous allons nous saisir d’un sabre pour l’imposer, mais la loi sera exposée, débattue, et probablement amendée »

Khayrî Ramadan (après diffusion d’un reportage sur les conditions de vie des habitants des quartiers d’Imbaba et de Maspero) :

« Que dira le ministre du logement sur le cas des citoyens qui vivent dans des conditions inhumaines dans des quartiers délabrés ? Ils végètent dans une vie que ne mérite pas le peuple égyptien et ne mérite pas l’humanité. Le ministère du logement a, évidemment, à sa disposition les dossiers concernant ces quartiers. Qu’en est-il de l’ancien aéroport d’Imbaba ? Et Maspero, à ma connaissance, Maspero est géré par le gouvernorat du Caire et n’a pas de lien direct avec le ministère du logement ? »

Le ministre du logement, Tarik Wafîq :

« Le dossier ne nous concerne pas mais nous avons un partenariat avec le gouvernorat, bien sûr. Notre rôle comme ministère du logement est de travailler en communion avec le ministère de la planification. En vérité, ce thème est un exemple du ralentissement du travail gouvernemental. Ce problème existe déjà depuis de longues années, mais on oscille entre une initiative par ci et une initiative par là sans apporter de solution. […] Il y a des propriétaires de terrains et des propriétaires d’unités de logement, il y a aussi des locataires. Toutes ces parties ont des droits, sans aucun doute. N’importe quel changement doit donc prendre en compte leurs droits, soit en augmentant le prix du loyer selon les prix du marché, soit en maintenant le prix actuel […]. Il y a une agence qui travaille dans ces quartiers, c’est la Caisse pour le développement des quartiers informels (Informal Settlement Development Fund, NDLR). Cette caisse n’est pas liée au ministère du logement, mais nous comptons parmi ses partenaires. Pour rappel, la Caisse du développement des quartiers informels a fait du beau travail, mais on ne met jamais l’accent sur son action, pourquoi ? Je ne sais pas »

Khayrî Ramadan :

« N’y a-t-il aucun signe de « frérisation » du ministère du logement ? Est-ce que ce sont seulement les compétences qui guident les responsables, sans aucune forme de discrimination entre les égyptiens ? Qu’en dites-vous ? »

Le ministre du logement, Tarik Wafîq :

« Vous lancez des généralités sans situer les choses… Personnellement, chaque fois que j’émets un avis  je justifie cet avis… »

Khayrî Ramadan :

« Mais, Monsieur le Ministre, le parti al-Nour a signifié au président de la république que 13 cellules majeures de l’administration avaient été frérisées jusqu’à maintenant, cela représenterait 13000 personnes »

Le ministre du logement, Tarik Wafîq :

« Si la question porte sur le nombre je partage votre inquiétude  […] mais si quelqu’un vous dit que […], si je change 80% des cadres influents du ministère par des gens issus du parti Liberté et Justice, […] je suis prêt à recompter ce nombre avec vous »

Khayrî Ramadan :

« Non, c’est beaucoup »

Le ministre du logement, Tarik Wafîq :

« alors 50% ? »

Khayrî Ramadan : `

« Non, disons 10% »

Le ministre du logement, Tarik Wafîq

« Comme je l’ai dit, si la question est interprétée selon le nombre de personnes embauchées, je suis prêt à compter, celui qui serait chargé de compter me dira alors si c’est juste ou pas. C’est comme si je disais par exemple que telle chaine de télévision est le centre de la contre-révolution en Egypte, c’est une généralité sans fondement. Je voudrais simplement dire que lancer des généralités traduit un manque de confiance, c’est un contexte où chacun de nous tire à boulets rouges sur l’autre.

Je voudrais dire quelque chose sur le projet de logements sociaux […]. Le problème est qu’une grande partie de ce que l’Etat débourse pour soutenir les unités subventionnées n’arrive pas aux ayants droits, et plusieurs fois dans le passé, l’argent tombait entre les mains de ceux qui n’y avaient pas droit, mais de toutes les façons nous essayons de réduire ces conditions. Quand j’ai retrouvé les premiers éléments de la politique de logement social initiée par mon prédécesseur au ministère, mon ami le Dr Fathî al-Baradai, j’ai insisté pour son maintien durant cette période de révolution et de réalisation de la justice sociale. Nous ne renoncerons donc pas à ce projet, même si, bien sûr, ma vision est différente. J’espère qu’on aura les ressources nécessaires de la part de l’Etat pour réaliser durant la première année 140000 unités de logement, et l’année suivante 175000 unités de logement (2013-2014), et ainsi de suite. Cette année, nous ne pourrons pas réaliser les 140000 unités de logement mais nous réaliserons tout de même 1000 unités de logement en guise d’expérimentation. Nous tenons à cette politique, même si j’aurais préféré qu’au cours des années à venir nous développions des politiques de financement par le citoyen lui-même, qui paiera par anticipation et progressivement pour acquérir la propriété de son logement »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *