Revue de presse sur la ville : Mars 2013

Actualités :

 

Depuis début 2013, les démolitions à répétition de certains fleurons architecturaux, et les initiatives entreprises pour redonner vie à l’espace urbain, nous ont poussées à nous renseigner un peu plus sur la question du patrimoine en Egypte. Il s’agira donc du « point sur » de cette édition (voir plus bas).

Articles sur les destructions et dégradations du patrimoine :

–        17 janvier 2013 : Ecroulement d’une partie du Pavillon Mohammed Ali Shubra (Le Caire)

–        Janvier – Février 2013 : Villa Ispenian pillée et détruite (Le Caire). Articles de Daily News Egypt et Al Ahram.

–        Février 2013 : incendie de la Villa Casdagli (Le Caire) : articles de Cairo Observer (qui tient une rubrique « Destruction Alert »), d’Al Ahram, du 8 janvier 2013 et du 19 mars 2013

Articles sur la régénération urbaine :

–        Cairo Observer avec l’exemple du « Tiring Department Store », décembre 2012

–        Al Ahram, le 4 avril 2013, sur la régénération urbaine du centre khédivial du Caire à l’occasion d’un festival d’arts contemporains

–        Le 28 mars 2013, s’est tenue une conférence par Jason Hilgefort sur le thème : « Urban Regeneration beyond the building » (Régénération urbaine, au-delà du bâtiment) à Megawra.

 

Le 27 février 2013, Khayrî Ramadan, journaliste de ABC, a réalisé un entretien avec Tarik Wafiq, Ministre du Logement. Il s’agit du premier grand entretien télévisé de T. Wafiq depuis sa nomination au Ministère du Logement et des Communautés Urbaines le 2 août 2012. Il y développe la stratégie de son Ministère à moyen voire à long terme dans trois principaux domaines : le développement du marché locatif, le développement des villes secondaires (Suez, Port-Saïd, etc.) et la politique de logement social. La retranscription de cet entretien a été publiée par les Carnets du CEDEJ.

 

En écho à la précédente revue de presse dont la focale était mise sur les promoteurs immobiliers et leurs projets, le PDG d’Orascom, Nassef Sawiris, a reçu l’interdiction de quitter le pays car soupçonné d’évasion fiscale (de 2,1 milliards de dollars). Voir aussi l’article d’Afrique Expansion datant du 4 mars 2013.

 

Depuis le début de l’année, la situation énergétique de l’Egypte n’est pas au plus haut, des économies sont prévues pour freiner la croissance du déficit budgétaire, comme réduire de moitié l’éclairage des rues qui permettrait d’économiser 700 mégawatts et 6 milliards de livres égyptiennes (917 000$). Les coupures d’électricité ont été nombreuses ce dernier mois. Le budget des ménages égyptiens consacrés à l’énergie a fortement augmenté depuis début 2013, de part l’inflation, la hausse des prix de l’électricité en février, ainsi que la crise de l’essence, et la hausse des prix du gaz depuis 2012. Tout cela a d’énormes conséquences sur la situation économique des ménages, et le rationnement des subventions est plus que jamais à l’ordre du jour. Toujours dans le domaine de l’énergie, trois projets de centrales électriques (à Ain Sokhna, Bahna et Gizeh) sont mises en attente pour cause de grèves importantes.

 

 

« Egypt Urban Futures – Session 1 : Informal Areas after 25 January 2011 » (Futurs Urbains d’Egypte: Session 1: Les quartiers informels depuis le 25 Janvier 2011)

Le 11 Mars 2013, s’est déroulé au Caire, dans les locaux de l’Institut Français d’Égypte, une première session – intitulée « Informal Areas after 25 January 2011 »d’un séminaire organisé par le CEDEJ en collaboration avec UN-HABITAT et le GIZ.

L’objectif principal de cette série de conférences, « Egypt Urban Futures » est d’aborder les principaux enjeux du développement urbain en Egypte et de créer une plateforme d’échange d’expériences et de connaissances sur ce même thème. Ce séminaire vise également à établir un véritable dialogue entre institutions publiques, société civile, « activistes-urbanistes », secteur privé, organismes de développement et chercheurs.

La première session porta sur le développement des quartiers informels après janvier 2011, en tentant d’en examiner les changements et évolutions. Les questions suivantes furent abordées : dans quelles mesures la révolution affecte-t-elle la gouvernance et l’organisation des espaces urbains ? Comment le gouvernement égyptien perçoit-il et envisage-t-il de traiter le problème des quartiers informels ? Après de nombreuses promesses faites durant la campagne présidentielle, pour une justice sociale et une amélioration du niveau de vie des plus pauvres, des actions concrètes sont-elles enfin entreprises dans les quartiers informels ?

La session fut divisée en deux grandes parties, une première – plus introductive – qui proposait une présentation du développement de ces quartiers depuis le 25 janvier 2011, ainsi qu’un rapide historique du phénomène de l’informalité urbaine en Égypte, puis une seconde qui abordait les mécanismes et outils pour faire face aux problèmes/risques de ces zones informelles. Dans cette dernière partie, des intervenants du gouvernement, de la société civile, des membres d’organisations internationales et universitaires se succédèrent, afin d’avoir un plus large aperçu de la situation et de se rendre compte des différentes perspectives existantes.

Ce premier séminaire peut être considéré comme un succès, comme en témoignent la couverture de l’événement dans la presse nationale (articles dans Ahram online du 12 mars 2013 et dans Egypt Independant du 17 mars 2013), ainsi que sa fréquentation (près de 200 personnes).

Les principales thématiques abordées ont permis d’établir un véritable débat entre les intervenants et l’audience. Au fil des discussions et présentations, de nouvelles problématiques ont su être énoncées et invitent à de futures réflexions à mener dans le cadre des prochaines éditions du cycle de séminaires « Egypt Urban Futures ».

Un compte-rendu détaillé de ce séminaire a été publié sur les Carnets du CEDEJ.

 

 

« Impact of World Bank policy and programs on the built environment in Egypt » ; (Impact de la politique et des programmes de la Banque Mondiale sur l’espace urbain en Egypte).

Le 20 mars, s’est tenue une conférence « The World Bank’s Impact on Egypt’s Built Environment » à l’EIPR (Egyptian Initiative for Personal Rights).

La BIC (Bank Information Center) en partenariat avec le programme de Droit au Logement de l’EIPR, ont organisé cette conférence de presse afin de présenter le nouveau rapport de Yahia Shawkat sur cette problématique. Yahia Shawkat, architecte de formation, est chercheur et créateur du blog « Shadow Ministry of Housing » (dont nous avions parlé dans la revue de presse de Septembre/Novembre 2012).

Ce rapport analyse les récents investissements de la Banque Mondiale en Egypte, et ses impacts sur l’espace urbain. Yahia Shawkat base son analyse sur l’étude du rapport de la Banque Mondiale « Egypt 2006-2009 Country Assistance Strategy (CAS) », et parvient à la conclusion que malgré des milliards de livres égyptiennes investis, la Banque Mondiale n’a apparemment pas su répondre aux objectifs qu’elle s’était fixée et encore moins aux attentes des habitants.

Ce rapport démontre certes une vision critique des effets des politiques et programmes d’institutions internationales telles que la Banque Mondiale, mais propose un échange et dialogue entre différents acteurs du développement. La Banque Mondiale a ainsi présenté des commentaires et réponses vis à vis de cette étude:

–        La Banque Mondiale recommande d’étendre la méthodologie et les sources d’analyse à d’autres données et recherches qui devraient s’effectuer plus en profondeur, plutôt que de se concentrer sur une analyse qualitative, et textuelle d’un document (i.e. le CAS de 2009).

–        La Banque Mondiale souhaite souligner qu’une actualisation a été publiée après les événements du Printemps Arabe : Interim Strategy Note (ISN). Elle couvre la période juillet 2012-décembre 2013. La Banque Mondiale conseille également de considérer dans l’étude le « MENA Regional Strategy Update 2012 ». Elle réitère également que les programmes présentés par l’ISN se basent sur les piliers suivants : gouvernance, emploi et intégration, dont les effets ne se ressentiront qu’à plus long terme.

–        La Banque Mondiale souhaite souligner que certains projets, non pris en compte dans le rapport de l’EIPR et le BIC, ont des répercussions positives notamment dans le domaine social, économique et de la santé.

La presse nationale s’est également chargée de relayer ces informations, comme Al Ahram ou Egypt Independant.

 

 

« POINT SUR… »

Le défi de la sauvegarde du patrimoine en Egypte

 

Depuis janvier 2013, trois fleurons architecturaux et monuments historiques, détruits, ont fait de grands titres dans les journaux locaux. Ainsi par exemple, une partie du Pavillon Mohammed Ali Shubra s’est écroulée le 17 janvier 2013, alors qu’une restauration avait été effectuée sept ans auparavant. Puis ce fut la Villa Ispenian qui, après avoir été pillée et détruite, bénéficia d’une large couverture médiatique par Al Ahram. L’article souligne que sa présence sur un inventaire du patrimoine national ne l’a pas mise à l’abri de la négligence de l’Etat et de l’inaction de la société civile.

 

Ces destructions à répétition, qu’elles soient dues à une mauvaise restauration, un abandon, des négligences, des accidents, ne sont pas un phénomène nouveau. Les cas de détérioration ou destruction de bâtiments du 19ème ou du 20ème siècle sont de plus en plus fréquents et dénotent l’échec ou l’incapacité de l’Etat à assurer la sauvegarde de l’ensemble de son patrimoine. Certains pensent cependant que les torts sont partagés, et que la responsabilité incombe également à la société, qui n’a pas su prendre le relai et sensibiliser la population – au-delà des élites – à ces questions, et proposer des alternatives. D’autres mettent la faute sur la révolution et l’actuelle période de tensions dans la société (la Villa Casdagli aurait été endommagée suite au passage de manifestants dans la propriété). Cependant, le défaut de protection du patrimoine est perceptible depuis plusieurs décennies, et ne se limite pas à la capitale. La situation à Port Said comme à Alexandrie est tout aussi alarmante. La revue Egypte/Monde Arabe présenta en 2009 un numéro intitulé « Pratiques du Patrimoine en Egypte et au Soudan » qui nous propose un aperçu de la situation avant la révolution.

 

En guise de dernier exemple, la Villa Casdagli fut extrêmement endommagée après un incendie en février 2013. Cette villa se trouve au centre du Caire, sur la place Simon Bolivar. Le 8 janvier, un journaliste appelait à une restauration urgente de cette Villa constatant sa dégradation continue et dangereuse. Cependant, aucune action ne fut entreprise. Après l’accident, il semblerait que la société cairote se soit plus indignée qu’à l’habitude face à ce déficit de réaction. Par la suite – le 19 mars – le journal Al Ahram annonça qu’un plan de restauration avait été engagé par le Ministère des Antiquités. Ce dernier cas apporte-t-il un mince espoir quant à la prise en considération de la préservation du patrimoine ?

 

En 2010, dans un ouvrage intitulé « Espaces urbains à l’aube du XXIe Siècle : Patrimoines et héritages culturels », Anna Madoeuf indique que, au Caire « si les opérations ponctuelles sont nombreuses, il n’y a pas de politique globale de réhabilitation ou d’aménagement concernant l’ensemble de la vieille ville ». Anna Madoeuf souligne également que, « aujourd’hui la détérioration des monuments, exprimée comme une souffrance collective, est une thématique récurrente dans les médias (…) la presse dénonce avec véhémence les dysfonctionnements administratifs ». Dans une communication  intitulée « Le patrimoine à l’épreuve de la Révolution » et présentée dans le cadre d’un séminaire IRD/IRMC/CEDEJ en décembre 2012, Galila El Kadi insista également sur le rôle croissant des médias dans le relais de l’information. Les nouveaux réseaux sociaux prennent aussi part à ces tentatives de sensibilisation, comme on peut le voir avec différents groupes et pages crées notamment sur facebook.

 

Dans la publication « Valorisation patrimoniale en cours de la ville moderne du Caire » (Revue : Autrepart 1/2005 n.33) G. El Kadi et D. Elkerdany, présentent un historique de l’évolution de la question du patrimoine et de ses modes de gestion en Egypte. Selon les auteurs, le terme de patrimoine devrait être utilisé au pluriel, car chaque partie de la population se rattache et s’identifie à un patrimoine différent. « Seule une infime minorité très cultivée est capable d’embrasser la totalité (du patrimoine) et de s’approprier, tout en s’y identifiant ». Traiter du patrimoine à l’échelle étatique devient tout de suite plus complexe. L’identification étant différente selon les groupes sociaux, quel type de patrimoine doit être pris en considération en priorité ?

Dans leur publication, G. El Kadi et D.Elkerdany présentent l’effet catalyseur du séisme de 1992 (cf article et analyse de G. El Kadi de ce dernier) qui alarma les égyptiens et lança un processus de législation – sans réel objet selon les auteurs – et des campagnes de sensibilisation. S’ensuivit alors des tentatives de classification et d’inventaire pour officialiser la valeur de ces monuments. On assista alors à une « fabrication du patrimoine », en Egypte, qui s’est effectuée à travers plusieurs étapes : « en premier lieu, l’étape de l’appropriation de ce legs « colonial », la reconnaissance et l’appréciation des différentes valeurs qu’il recèle. En second lieu, le mouvement de sensibilisation à ces valeurs a pu être constaté, ne serait-ce qu’à travers la campagne qui anime encore les médias de nos jours. La démarche d’inventaire constitue la troisième étape, qui fut pendant longtemps si difficile à finaliser. » Concernant la gestion du patrimoine, de nombreuses lacunes existent encore. Il n’existe pas de coopération réelle et effective entre les différents acteurs du domaine, le budget du Ministère de la Culture est limité, et le patrimoine concerné est immense, de plus il faut prendre en compte les affres de la bureaucratie locale et la difficile concertation entre différents ministères. Enfin, même inventoriés, les monuments ne sont pas toujours à l’abri de dégradation et destructions.

 

Au delà d’une simple préservation, il semblerait qu’il y une certaine envie d’offrir une nouvelle dynamique aux monuments historiques. Cet article de Cairo Observer appelle ainsi à une « renaissance » des monuments, il reconnaît l’importance de la restauration et de la rénovation, mais critique le sort des monuments après ces opérations. Le monument est souvent « vide » et non utilisé, ou a été transformé en « centre culturel » qui n’entraine pas de réelles activités dans le quartier. Dans « The Rehabilitation of Old Cairo » paru en 2001, K. Sutton et W. Fahmi militaient déjà pour la participation des résidents au processus de réhabilitation et pour l’intégration des monuments à leur environnement urbain et social.

Dans cette logique de « redynamisation », le « Downtown Contemporary Arts Festival» (D-CAF Festival d’arts contemporains du centre ville) représente une opportunité de faire revivre et renaitre ce quartier. Le journal Al-Ahram fait le point sur une possible régénération urbaine sous l’action des artistes dans la ville.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *