Revue de presse sur la ville : Avril 2013

Actualités

 

Le 22 avril, Al Ahram (version papier, en arabe) indiquait l’annulation du décret assurant les services publics aux quartiers de fortune, établit par l’ancien premier ministre Essam Charaf. Le nouveau premier ministre Hicham Qandil prit la décision d’annuler ce décret pour cause d’insécurité et de « danger de mort » des habitants. Selon l’article il est dit que ces 214 000 constructions dans les quartiers « sauvages », occupés par 12 millions d’Egyptiens, représentent un gaspillage de 250 milliards de LE et 80 000 feddans de la richesse nationale.

 

Le 23 avril, Al Ahram (version papier, arabe) annonçait que « la loi sur la propriété des biens fonciers n’a pas d’effet rétroactif ».

 

Dans le secteur de l’énergie, avec les très nombreuses coupures de courant des derniers mois et les rumeurs sur l’augmentation horaire de ces coupures durant l’été,  les égyptiens se ruent sur les générateurs électriques, le chiffre des ventes augmenterait chaque minute selon Egypt independent.

Pour pallier l’écart entre demande et offre d’électricité, de nouveaux complexes de centrale électrique sont en projet. Dont un dans le village de Dairut, à Behaira, qui devrait réduire l’écart offre/demande de 40%. Le gouvernement est en attente d’offres d’investissement.

 

En ce qui concerne la crise de l’essence et la baisse des subventions, le gouvernement annoncera le mois prochain un plan d’augmentation graduelle des prix de l’essence pour les industries, afin de s’aligner – en quatre ans – sur le coût moyen mondial.

 

En écho à la revue de presse du mois dernier examinant l’état du patrimoine en Egypte, un article du Daily News Egypt est sorti le 23 avril constatant la menace pesant sur le patrimoine architectural d’Alexandrie. Al Ahram dans un article du 21 avril appelle également à l’aide pour conserver la Mosquée Ibn Tulun du Caire.

 

« Point sur » le transport en Égypte

 

Grèves et projets d’amélioration des transports en Egypte

 

Depuis le mois dernier, de nombreuses grèves ont été organisées partout dans le pays, entrainant parfois des « clash ». Les grévistes se sont remis en action le 7 avril refusant la hausse de 10% proposée par le premier ministre, paralysant complètement le réseau ferroviaire égyptien. Les conducteurs grévistes ont contredit les fausses informations délivrées par le gouvernement, à savoir la fin des grèves en échange d’une légère augmentation de salaire.

 

Le 9 avril, Al Horreya wel Adala (version papier) avait ce titre en une : « Grève des chemins de fer : Le ministère a demandé l’aide des forces armées ». Le ministère des Transports a demandé l’aide des forces armées et des conducteurs à la retraite pour faire fonctionner les trains.

Selon Al Watan (version papier) la situation s’est aggravée lorsque le procureur général émit des mandats d’arrêt contre des grévistes, et que les conducteurs de métro prirent part au mouvement.

 

Le 10 avril, Al Ahram annonça l’abandon d’un décret gouvernemental qui voulait soumettre les conducteurs grévistes au devoir militaire afin de les forcer à conduire les trains sous peine de paraître devant un tribunal militaire.

 

Les chauffeurs de taxi ont également fait deux « sit-in » plutôt efficaces depuis le début du mois. Le 23 avril, après 10 heures de « sit-in », les conducteurs de taxi ont rouvert la circulation sur le pont du 6 octobre. La grève avait pour but de contrer la décision d’échanger les taxis noirs et blancs contre de nouveaux véhicules blancs et cela aux frais des conducteurs.

 

Après ces grèves et les accidents à répétition, la question du système de transport urbain en Egypte est plus que jamais d’actualité.

 

En effet, en novembre 2012 une cinquantaine d’enfants en bas âge ont péris dans la collision entre un train et un bus scolaire près d’Assiout. Puis en janvier 2013, le déraillement d’un train transportant des conscrits de l’armée a fait 19 morts et 107 blessés au sud du Caire. Et rappelons nous du plus grave accident ferroviaire égyptien en 2002, où près de 370 personnes ont péris dans l’incendie d’un train. La négligence de nombreux opérateurs et le manque de sécurité sont l’origine de biens d’autres accidents.

Pour ces raisons, et également car le transport est un secteur vital à l’économie égyptienne, des projets d’amélioration, de modernisation, et d’aménagement sont en cours pour presque chaque type de transport. Selon le rapport annuel d’Oxford Business Group pour l’année 2012 en Egypte, la question du transport dans le pays n’est pas tant un problème de « quantité » que de « qualité ».

 

Train :

Le réseau ferroviaire égyptien est le second réseau national le plus ancien du monde, aujourd’hui il comporte environ 6700 km de voies ferrées et 820 stations qui sont en besoin cruel de modernisation. Les trains sont essentiellement utilisés pour le transport de passagers, alors que le transport de marchandises par train est 40% moins cher que par route. Après tous ces accidents, de nombreux projets d’aménagement sont attendus et en cours d’élaboration. (voir également Daily News Egypt, et AME Infos)

 

Routes :

De nos jours, le réseau routier consiste en près de 100 000 km de routes, dont 70% d’entre-elles sont considérées comme routes principales. Mais la grande majorité de ces routes sont délabrées, encombrées et surchargées, et surtout dangereuses. Selon des enquêtes de l’Organisation Mondiale pour la Santé, près de 12 000 personnes périssent dans des accidents de la route chaque année, et un cinquième sont des piétons. Ainsi un investissement dans le réseau routier est essentiel, et plus que tout des campagnes de sécurité.

L’encombrement des villes – comme le Caire –  devient ingérable. Le taux de personnes propriétaires de son véhicule ne cesse d’augmenter depuis les trois dernières décennies, et cela apparaît sans développement des réseaux de transport en commun en parallèle.

Le système de bus publics est vétuste et complètement dépassé par le « système privé » de minibus (voir aussi transport des femmes).

 

Metro :

Le projet de troisième ligne est toujours en construction, mais présente de nombreux obstacles. Le financement en est un des principaux, de nombreux agents internationaux ou de développement investissent dans le projet. De l’Agence Française de Développement (article de Daily New Egypt) à la JICA (Japan International Cooperation Agency) qui élabore un « master plan » pour le secteur du transport, en passant par Mitsubishi qui fournit des wagons de métro, ou les voies faites par Toshiba.

Ce projet s’établit en quatre phases :

–        la phase 1 fut inaugurée le 21 février 2012 (Attaba-Abassia)

–        la phase 2 (Abassia-Al Ahram) est prévue pour fin 2013

–        la phase 3 (Attaba- Imbaba – Cairo University)

–        et enfin la phase 4 (Al Ahram – Cairo Airport)

 

Aéroports :

Source : Oxford Business Group, rapport annuel 2012.

Le tourisme étant un secteur particulièrement important pour l’économie du pays, le gouvernement a approuvé un projet d’agrandissement de l’aéroport du Caire, de 387 millions de dollars. Projet qui consistera à doubler le nombre de portes du terminal, et qui devrait être réalisé pour 2015. L’aéroport d’Assiout devrait également être agrandi.

 

A voir également : les fiches projets de l’AFD et de l’UNDP


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *