Murs

 

 1 2

Rue Abd Magid Al Daramlei– En face du Ministère de l’Intérieur : d’un côté et de l’autre du mur (Avril 2013).

 

 

Dans le contexte révolutionnaire, des murs composés de morceaux de parpaings dressés au milieu de la voie sont devenus au Caire – mais aussi dans d’autres villes d’Égypte – un élément du paysage urbain. Appelés « ia » « jadâr » ou « sûr », les murs font partie du quotidien des habitants du centre-ville, qui doivent sans cesse trouver des moyens de surmonter ces obstacles physiques. Conséquemment à la construction des murs, les économies de quartier se sont écroulées (commerces fermés, livraisons non assurées, etc.) et les conditions de circulation se sont dégradées, notamment sur la rue Qasr al Ainy (fermée par un mur placé à l’entrée de la place Tahrir) et la Corniche (devenue un axe à double sens).

 

La population locale a appelé à maintes reprises au retrait des murs. En attendant, elle  doit trouver des alternatives : tailler des brèches dans ces édifices, les escalader, trouver des passages à travers des boutiques à cheval sur deux rues, etc.

 

Les murs sont d’abord utilisés pour limiter les accès au centre-ville après les violents affrontements entre manifestants et forces de l’ordre qui ont eu lieu en novembre 2011 rue Mohamed Mahmoud. La construction de nouveaux murs s’est encore accélérée après les débordements dramatiques en février 2012 au stade de Port Saïd qui ont entrainé de nouvelles échauffourées au Caire avec la police. Aujourd’hui, on dénombre sept murs au centre-ville (wast al-balad) et cinq à Garden City. En regardant de près les murs du Caire, on saisit mieux la dimension territoriale et urbaine de la révolution de 2011. Comment ces murs artificiels, qui fragmentent l’espace et entravent la circulation, se sont-ils mués en lieu de mémoire et d’expression culturelle et politique, voire en sites de la résistance urbaine ?

 

Le mur comme instrument de contrôle du territoire

 

Le mur est historiquement utilisé en période de révolte populaire ou de soulèvement. Guy Le Hallé écrivait dans son Précis de la Fortification (1983) : « l’image du mur semble simple. Il s’agirait d’une construction en hauteur décourageant le passage (clandestin) des hommes » ; c’est la définition de l’utilité première du mur au Caire. Il est devenu, si l’on peut dire, l’outil favori des forces de l’ordre. Les confrontations du centre du Caire ont engendré une forte ségrégation de l’espace, selon Mona Abaza (2013), professeur de sociologie à l’Université américaine du Caire. Celle-ci se manifeste par les murs eux-mêmes, mais aussi par la présence de blindés de l’armée, de barrages, de barricades ornées de fils barbelés, qui constituent autant de frontières urbaines, plus amovibles et moins concrètes que les murs, mais tout aussi efficaces. De plus en plus d’observateurs ont recours au terme de « zoning », qui renvoie à un instrument de planification urbaine, aujourd’hui largement décrié, pour décrire le phénomène de séparation spatiale progressive qui a cours en ce moment dans le centre du Caire, entre zones de combats, zones pacifiques et territoires respectifs des opposants et des pro-régime.

 

Tout autour de la place Tahrir, un phénomène d’emmurement a donc été observé. Selon Mona Abaza (2013), « pour le Conseil Suprême des Forces Armées [instance dirigeante de février 2011 à août 2012] le confinement de l’espace de conflit est un moyen de restreindre les batailles de rue et donc de contenir la rébellion ». Cependant, confinant l’espace de confrontation, la politique des murs pousse les manifestants dans des rues plus étroites, augmentant ainsi le nombre de blessés et le risque de dégâts collatéraux. Mohammed Elshahed, créateur du Blog Cairobserver, ajoute que l’armée enferme le problème au lieu de le traiter : « The walls are a total evasion of dealing with the issues ».

 

 

3

Rue Mohammed Mahmoud – Avril 2013

 

Le mur comme moyen d’expression, lieu de mémoire et “thermomètre de la révolution”

 

Le mur est une barrière physique bloquant les corps mais il ne peut empêcher la circulation des idées. Les révolutionnaires ont parfaitement intégré cette donnée en faisant du mur un outil privilégié de communication et de dénonciation de l’action politique. Les pratiques d’appropriation pacifistes et créatives des murs se multiplient, comme le montre par exemple le clip réalisé par la chanteuse Youssra al-Hawary. De plus, les scènes et caricatures représentées sur les murs sensibilisent les passants, en les replongeant dans leurs propres souvenirs, expériences et traumatismes personnels. Les graffitis ont pour thèmes principaux la mise en dérision des dirigeants politiques,  l’idéalisation de la figure des « martyrs », l’exaltation du rôle des femmes dans la société, etc. Ils permettent de retracer l’évolution des combats idéologiques et offrent une entrée privilégiée pour comprendre l’univers de sens des opposants au régime.

Le mur agit enfin comme support gratuit, libre et non soumis au contrôle des médias ou du régime (les tentatives d’effacement des graffitis engendrent souvent des mouvements de rébellion difficiles à contrôler). Le détournement des murs a ainsi contribué à l’émergence d’une nouvelle culture visuelle  au Caire, qui se définit comme une culture de la protestation pacifique. La symbolique est ici puissante puisqu’à travers la réappropriation de la rue par la pratique artistique, il est souvent question de résistance et de défense de la nation.

 

Construction – Déconstruction

 

Les murs du Caire sont construits par les forces de l’ordre en moins d’une heure, sous l’œil désabusé des passants. Commence alors une lutte incessante pour le contrôle de l’espace urbain. Pour la police, il s’agit de prouver que si le territoire est maîtrisé, il en va de même de la situation. Pour les opposants, il faut montrer que la rue appartient à tout le monde, mais aussi qu’elle est  prête à faire tomber le régime une nouvelle fois. Pour preuve, ces murs que les manifestants abattent, comme celui de la rue Mohammed Mahmoud détruit par les manifestants en février 2012. Aujourd’hui la rue porte de fausses plaques peintes déclarant « rue sans murs » et « rue des yeux de la liberté ».

4

rue Mohammed Mahmoud – Novembre 2012 (M. Thierry)

 

Ainsi, des murs disparaissent et d’autres réapparaissent, au même titre que les peintures et les caricatures, régulièrement recouvertes d’une couche de peinture épaisse. Ce jeu de construction/déconstruction ouvre la porte aux initiatives les plus imaginatives, comme le montre le collectif No Walls, né en mars 2012, qui ambitionne de transformer les murs du Caire en « espaces virtuellement ouverts », au moyen de peintures révélant, en trompe-l’œil, des espaces publics idéalisés.

 


 

Cartographie des murs de Wast al-Balad, Le Caire (Source : Al Ahram, 2012)

 

5

 

 

 

 

Bibliographie :

 

–        Mona Abaza, “Les murs, mémoire du Caire”, Agendaculturel.com, 2012.

–         Mona Abaza, “Walls, Segregating Downtown Cairo and the Mohammed Mahmud Street Graffiti”, Theory, Culture & Society, 2013.

–        Jean-Claude Allain, “Introduction”Guerres mondiales et conflits contemporains , n° 201, 2001.

–        Guy Le Hallé, Précis de la fortification, Paris : Ysec, 1983.

–        Jared Malsin, “Cairo’s New Normal: Protests Spawn a World of Walls and Barricades”, Time, 2013.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *