Tourisme

[Tourisme]

La révolution de Tahrir a donné à voir au monde entier une autre image de l’Egypte, loin de ses pyramides et de ses sites antiques, de ses plages de sable fin et de ses déserts romantiques. Les conséquences de la révolution ont toutefois eu des effets dramatiques sur un secteur moteur de l’économie égyptienne : le tourisme – « locomotive du développement » selon l’expression de l’ancien président Moubarak. L’instabilité politique et les images de manifestations et de répression, pourtant circonscrites, ont eu raison de l’égyptomanie des Européens, lesquels constituaient jusqu’alors près des trois quarts de la clientèle internationale. En 2011, 9,8 millions de touristes (dont 7 millions d’Européens), ont visité l’Egypte, assurant 8,8 milliards de dollars de recettes. Ils étaient 14,7 en 2010 et avaient rapporté 12,5 milliards de dollars. Officiellement, les activités, telles que la fréquentation hôtelière, ont chuté en 2011 de 30 à 40% au niveau national, de 80 à 90% dans les régions historiques de la vallée du Nil, comme Louxor ou Assouan, où les sites historiques et les hôtels sont quasiment vides. En 2012, une légère croissance est observée, avec un peu plus de 10 millions de touristes et 9,4 milliards de dollars de recettes.

L’arrivée au pouvoir des Frères musulmans en 2012, ainsi que les déclarations intempestives d’islamistes radicaux, n’ont guère encouragé la reprise des activités. En octobre 2012, un cheikh jihadiste, Murgan Salem al-Gohary, appelait à la télévision à la destruction du Sphinx et des pyramides. Le cheikh Murgan, qui aurait participé en Afghanistan à la destruction des colosses de Bamian, a été condamné et emprisonné sous Moubarak, puis libéré à la faveur de la révolution. Quelques mois auparavant, le bikini, la consommation d’alcool et la mixité des plages faisaient objets de débats qui ont tourné court. Depuis l’arrivée de Morsi à la présidence, la préoccupation principale est plutôt de rassurer les investisseurs étrangers, notamment par la voix du ministre du tourisme, Hisham Zaazou, un homme qui a fait toute sa carrière (et sa fortune) dans le secteur touristique et au ministère, durant les années Moubarak.

Le tourisme est un secteur stratégique de l’économie égyptienne. Il a connu un développement majeur depuis les années 90, sous l’impulsion des politiques de libéralisation engagées par l’ancien président. Le tourisme culturel, activité historique localisée principalement en Haute-Egypte le long de la vallée du Nil (Louxor – Assouan), a été mis à mal dans les années 90 par les groupes radicaux islamistes (Gama’a islamiya). Ceux-ci ont attaqué des représentants de l’Etat, mais aussi des coptes et des touristes étrangers, touchant ainsi le talon d’Achille de l’économie nationale. Cette violence a atteint son paroxysme lors de l’attentat de Louxor en novembre 1997 (plus de 60 morts, dont 58 touristes étrangers), la réprobation de l’opinion égyptienne obligeant les groupes de la Gama’a islamiyya à renoncer publiquement aux attentats, au moins dans la vallée du Nil. Cette violence islamiste a justifié (ou provoqué, selon les points de vue) des politiques d’aménagement de complexe touristique intégré dans des espaces séparés à vocation sécuritaire. Construits en zone littoral quasi-désertique, ces complexes permettent d’isoler la clientèle étrangère des zones de peuplement de la vallée du Nil, et donc de sécuriser une activité économique vitale tout en répondant aux habitudes de la clientèle internationale.

En 2010, ce secteur représentait, selon les chiffres officiels, 11,4% du PNB, 12,6% de la population active égyptienne et alimentait à hauteur de 17% les réserves en devises de la Banque centrale égyptienne. Depuis la révolution, la baisse des recettes touristiques due à la crise de ce secteur a entraîné une diminution de la moitié des réserves de la Banque centrale.

Le tourisme est non seulement un pilier vital de l’économie égyptienne, mais il incarne aussi la politique d’ouverture et de libéralisation engagée depuis les années 90, faisant accéder l’Egypte au rang de « bon élève » du FMI et des agences internationales. Aujourd’hui, face à la crise économique, ce secteur devrait continuer de jouer ce rôle essentiel, tant dans sa capacité à tirer la croissance, à créer des emplois, à engranger les devises nécessaires à l’équilibre des comptes nationaux, à attirer les investissements étrangers, que dans sa capacité à rassurer la communauté internationale sur les orientations politiques d’une Egypte gouvernée par les Frères musulmans. Ces derniers en sont conscients et leur politique ne déroge en rien aux principes de l’économie libérale, chers aux investisseurs et aux agences financières internationales.

Dans une Egypte post-Moubarak instable par définition, le pragmatisme économique devrait avoir pour l’heure raison des entrepreneurs de la morale islamiste, dont les provocations s’inscrivent d’abord dans le cadre des relations complexes et tendues entre Frères Musulmans et groupes islamistes radicaux. Les modalités du développement touristique sous Moubarak ne contredisent que très marginalement les orientations d’un gouvernement « islamiste » depuis longtemps acquis au credo ultralibéral. La dimension extraterritoriale des activités touristiques les plus lucratives permettent d’éviter les contradictions avec la morale religieuse. En 2008, le Grand Hayat, hôtel du Caire de propriété saoudienne, avait déjà prohibé la consommation d’alcool. C’était au temps de Moubarak, qui avait déjà imposé, sous la pression des islamistes au milieu des années quatre-vingts, l’interdiction de l’alcool sur les vols de la compagnie nationale Egyptair – celle-ci autorisa récemment le port du voile des hôtesses de l’air sous la présidence de Morsi.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *