« Entretien avec le cheikh jihadiste Ahmad Achûch »

Entretien avec le cheikh jihadiste Ahmed ‘Achûch, Al-churûq, 30 octobre 2012.

« Nous ne reconnaissons pas la légitimité de Morsi et nous l’appelons à faire pénitence en retournant à Dieu ».

  • Qu’est-ce qu’est le salafisme jihadisme ?

Ahmad ‘Achûch : « l’expression « salafisme jihadisme » (al-salafiyya al-jihâdiyya) concerne un courant islamique authentique (asîlan) qui appelle au Véritable Livre et à la Sunna et dont l’objectif est de faire revenir les gens au culte de leur Seigneur. Il appelle la oumma à se remettre sur la voie droite en établissant un émirat islamique (al-khilâfa al-islâmiyya). Sans Etat ou sans émirat, les musulmans ne peuvent pas mettre en œuvre leur religion sous la forme qui agrée Dieu, parce que la religion s’accomplit par un comportement individuel et collectif. Pour le comportement collectif, il faut une autorité (sulta) qui exerce une contrainte »

  • Est-ce que le discours du salafisme jihadiste a changé après la révolution ?

Ahmad ‘Achûch : « le discours politique du salafisme jihadisme n’a pas changé, ni avant et ni après la révolution. Nous avions dit la parole de la vérité avant que les peuples ne s’y rangent à leur tour, lorsque certains étaient embarqués dans ces régimes, et donnaient de la légitimité aux régimes en place, tout en prétendant que ceux qui se révoltaient contre ces derniers étaient des khawârij [qualificatif péjoratif donné à ceux qui sont « sortis de la communauté » lors de la grande discorde provoquée par l’assassinat du calife Othman en 657]. Nous étions seuls sur la place (al-midân), certains parmi nous ont été tués, d’autres ont été emprisonnés ; nous avons vécu en détention pendant de longues périodes ; nous avons enduré les conséquences de la parole de vérité. Nous n’avons peur d’aucun reproche au service de Dieu. Nous avions appelé au renversement de ces dirigeants et à la révolte ; nous avons eu près de vingt années d’avance sur les peuples avec cet appel. Au même moment, d’autres que nous étaient les auxiliaires de la sécurité, tout en étant de mèche avec les média de Safwat al-Charîf [ancien puissant ministre de l’information et secrétaire général du PND sous Moubarak] pour dénaturer l’image du salafisme jihadisme et celle du jihad ».

  • Est-ce que le salafisme jihadisme égyptien est une extension de l’organisation d’al-Qaïda ?

Ahmad ‘Achûch : « d’abord, j’aimerais rectifier la vision de l’organisation d’Al-Qaïda, je vais lui donner une définition expressive, je dis donc qu’al-Qaïda est la maison de l’honneur (al-bayt al-charaf), le titre de la gloire (unwân al-majd) ; le foyer de l’honneur de la oumma (mawtin ‘izzat al-umma). Il est le fidèle qui protège les capacités des musulmans face à des dirigeants qui vendent leur peuple à vil prix (arkhas al-asmân). Il faut saluer Ben Laden vivant et mort. Si les révolutions du printemps arabes avaient été justes, elles auraient pris Ben Laden comme symbole de l’héroïsme, du sacrifice et du don de soi. Al-Qaïda combat un ennemi criminel en embuscade dans le monde musulman. S’il n’y avait pas eu l’organisation Al-Qaïda, les pays musulmans auraient été découpés en petits Etats et les juifs et les Nazaréens nous dirigeraient, après s’être débarrassés de régimes ayant perdu légitimité et utilité auprès des Etats-Unis et de l’Occident. C’est l’action d’al-Qaïda qui a arrêté les plans américains visant à diviser l’Egypte en quatre petits pays et à faire de même dans tous les autres pays musulmans. Nous sommes fiers d’être une extension de l’organisation d’al-Qaïda dans ses dogmes, ses principes et ses idées. L’organisation d’al-Qaïda est une extension du Jihad égyptien. Les cadres du Jihad égyptien ont créé al-Qaïda, à l’instar du cheikh Ali al-Ruchîdî, connu sous le nom de Abou Ubayda al-Banchiri, et du cheikh Subhî Abou Sitta, connu sous le nom de Abou al-Hafs al-Misrî ».

  • Comment le salafisme jihadisme considère-t-il le jihad aujourd’hui ?

Ahmad ‘Achûch : « tout le monde sait comment les avions israéliens pilonnent nos frères en Palestine. Est-ce que résister à Israël doit être considéré comme un crime ? Nous, nous combattons le nouveau mouvement colonialiste dirigé par l’Amérique et l’Occident et il n’est pas question que nous capitulions ; nous sommes en guerre contre les Etats-Unis et Israël et tous les tyrans (tawârît) qu’ils ont placés dans les pays musulmans pour exécuter leur projet colonial dans nos pays ».

  • A votre avis, pourquoi les prédicateurs (al-du‘ât) ont-ils changé d’avis, concernant la nécessité de se rebeller contre un souverain (darûrat al-khurûj ‘ala al hâkim) ?

Ahmad ‘Achûch : « les prédicateurs ont changé d’avis parce que la foule a été convaincue de la nécessité de changer ces régimes par la force. Parmi les prédicateurs, il y avait ceux qui prêchaient contre le changement des dirigeants par la force ; maintenant, ils prêchent l’obligation de les éliminer par la force ! Savez-vous quel est le secret de ce changement du tout au tout ? Un cheikh ou un prédicateur (dâ’iyyat) ne peut pas dire que la lutte en Syrie est interdite (muharâm). S’il disait cela, la foule lui jetterait des pierres en le maudissant. Ainsi, il obéit à la force du courant populaire et non à la force des preuves légales (dalîl) dont il faisait état devant les gens. Qu’est ce qui fait que le jihad en Syrie, l’effusion de sang et la lutte deviennent une chose digne d’éloge aujourd’hui, alors que ce n’était pas le cas auparavant ? »

  • Quels sont les règles d’excommunication (takfîr) dans le salafisme jihadisme ? Car vous êtes accusés de faire un usage précipité de l’excommunication ?

Ahmad ‘Achûch : « le dogme du salafisme jihadisme considère que la racine (al-asl) des gens est l’islam, que la société est musulmane. Celui dont on ne sait rien pour nous est musulman, on ne prononce pas l’excommunication sur la base d’un simple doute, nous n’excommunions que celui qui a fait la preuve de son excommunication ; nous n’excommunions le menteur qu’à trois conditions :

La première : s’il dit ou fait des actes qui méritent l’excommunication ;

La seconde : que les conditions soient remplies selon les spécifications établies dans des ouvrages se rapportant aux sources de la jurisprudence sur la capacité légale et ses empêchements ;

La troisième : qu’il n’y ait pas de cause d’empêchement, comme l’ignorance, la contrainte, l’exégèse allégorique (al-ta’wîl), l’erreur etc.. Nous, nous adhérons à l’école sunnite (madhhab ahl al-sunnat) sur l’excommunication et nous sommes en désaccord avec les khawârij dont nous nous désolidarisons. Si, parmi les docteurs, il y en a qui considèrent qu’il y a de l’exagération (ghuluw) ou de l’erreur, il n’a qu’à réagir et nous éclairer. Nous ne sommes pas portés à excommunier à la légère, et nous ne sommes pas non plus des extrémistes. Au contraire, nous sommes très encadrés (mundabitûn) sur les questions de sang. Nous ne cherchons pas à tuer un musulman, dès lors que nous considérons le sang des musulmans comme sacré ; de même, nous ne nous révoltons pas contre les musulmans. Mais il existe une grande différence entre le fait de se révolter contre un souverain oppressif qui a changé lacharî‘a sans l’appliquer et de se révolter contre un souverain musulman qui gouverne selon lacharî‘a, même s’il commet des fautes dans certains de ses jugements ».

  • Comment voyez-vous les opérations d’Al-Qaïda et l’assassinat de civils ?

Ahmad ‘Achûch : « l’expression de « civils » rentre dans le cadre de la guerre psychologique, c’est une expression corrompue, l’islam ne la reconnaît pas. Quand un homme atteint l’âge adulte, il est capable de se battre. C’est donc un combattant jusqu’à ce qu’il ne soit plus capable de combattre à cause du vieillissement. Si une armée entre en guerre et qu’elle vienne à manquer d’hommes, d’où viendront les renforts ? Les renforts viendront des civils en question. C’est cette vérité que les prédicateurs ont occultée en acceptant la guerre psychologique lancée par les Américains contre l’islam et les musulmans. En ce qui concerne la femme en islam, elle ne peut pas être tuée, sauf si elle combat. Dans les pays qui autorisent le recrutement des femmes dans l’armée, elles peuvent donc être tuées. Il est interdit de tuer celle qui ne combat pas. Nous ne faisons pas exprès de tuer les enfants, même si c’est le cas dans certaines circonstances, et ils sont tués selon l’endroit où ils se trouvent. Nous ne tuons que le combattant (al-muqâtil) »

  • Quand s’arrêtera le jihad de défense (jihad al-daf’) et le fait de viser les civils ?

Ahmad ‘Achûch : « si l’Occident se retire et rentre chez lui, s’il cesse d’approvisionner Israël, il deviendra alors possible de négocier et de s’entendre. Mais avant, non. Nous ne tuons pas les musulmans. Il y en a qui créent chez les gens la peur du salafisme jihadisme et qui prétendent que notre combat est dirigé contre les peuples musulmans. C’est un mensonge, invalide [sur le plan religieux] (bâtil), et c’est une imposture. Celui qui dit cela, soit c’est un agent, soit c’est un idiot (makhbûl). Nous, nous mourrons pour protéger les musulmans, comment dans ce cas pourrions-nous les combattre ? »

  • Quelle est la relation entre le courant jihadiste et l’avant-garde (talî‘a) salafiste avec les autres confréries islamistes ?

Ahmad ‘Achûch : « la relation du courant jihadiste en général et de l’avant-garde salafiste (al-talî‘a al-salafiyya), en particulier avec les groupes islamistes, est fondée sur l’amour et la fraternité, sauf ce qui contredit le jugement de Dieu et de son Prophète, que la bénédiction et la prière soient sur Lui. Celui qui contredit [la parole de Dieu], nous lui portons la contradiction et nous l’éclairons à l’aide de preuves (adilla). Toutefois il y a un petit groupe qui présente les signes de l’hypocrisie. Ils circonviennent (yudâhinûn) la religion de Dieu en renonçant aux fondements catégoriels de l’islam, [de conserve] avec les partisans du sécularisme et les Nazaréens, eux et leur tromperie. Dans le même temps, ils proclament leur détestation à l’endroit de leurs frères dans l’islam, qu’ils décrivent dans les termes les plus outrageants comme dignes d’excommunication. Ce n’est pas tout, ils exhortent leurs chefs au sein des services de sécurité [à lutter] contre le courant jihadiste. Ils justifient cela en ayant recours aux vieux soupçons des hypocrites (munâfiqûn). Certains de ces hypocrites ont publié un communiqué à leurs partisans en leur demandant de jouer le rôle d’informateur et de guide contre les fils du courant jihadiste, au profit de la Sécurité nationale (al-amn al-watanî) »

  • Que pensez-vous des repentances (al-murâja‘ât) de l’organisation du Jihad (tanjîm al-jihad) et de la Gamâ’a islâmiyya ?

Ahmad ‘Achûch : « moi, je parle seulement du jihad, je ne parlerai pas de ceux qui ont fait ces repentances ; il n’y a pas de point commun entre eux et nous dans les programmes et les conceptions. Leur comportement en prison était déviant (munharif). Celui qui a été à l’origine de ces déviations est le général (al-liwâ) Ahmad Râ’fat, plus connu sous le nom de Hajj Moustapha Raf’at. Il y a une grande différence dans le comportement de ces gens, et dans leurs attitudes, avant et après [ces repentances]. Ces repentances sont, par excellence, une construction de la Sécurité, leurs héros véritables sont des hommes de la Sécurité de l’Etat (amn al-dawla) et non pas des hommes du mouvement islamiste. Le facteur sécurité joue toujours son rôle dans ces attitudes, même après la sortie de prison ».

  • Est-ce qu’il y a des divergences à l’intérieur du courant jihadiste ? Si c’est le cas, ces différences sont elles des différences programmatiques ou des différences liées à des positions particulières ?

Ahmad ‘Achûch : « le courant jihadiste a traversé une période douloureuse en Egypte, la prison a été une épreuve intense et, en même temps, un moment de clarification (tamhîs). Il y a ceux qui ont tenu bon sur leurs croyances, leurs principes : ils étaient la majorité. Et il y a aussi une minorité qui a fait marche arrière et qui a travaillé comme informateurs auprès de la Sécurité. Je les engage à ne pas parler au nom du courant jihadiste. Après la sortie de prison du courant jihadiste juste après la révolution, ceux qui sont restés fidèles à leurs positions se sont engagés dans la prédication pour Dieu, même s’il y a pu y avoir des nuances sur certains thèmes ou dans l’interprétation de certaines prises de position. Les repentis se sont aussi activés, mais plutôt comme agents de la sécurité, en gagnant leur pain grâce à la religion et en trahissant Dieu et son Prophète. Ce sont les bouches (abwâq) de la Sécurité. Les médias sécularistes hostiles à l’islam ont essayé de faire d’eux des stars, en cherchant à leur faire endosser les habits de dirigeants, en les dotant d’une légitimité historique, mais ces gens ne peuvent pas être considérés comme partie intégrante du courant jihadiste »

  • Il y en a qui parle au nom du jihad et qui ont établi un parti jihadiste démocratique. Quelle est votre position à ce sujet ?

Ahmad ‘Achûch : « il serait plus élégant pour le parti du Jihad démocratique de s’appeler le parti de l’Associationnisme démocratique (al-chirk al-democratî) ! C’est, par excellence, un parti affilié à la Sécurité, dont les hommes travaillent pour le compte de la Sécurité nationale (al-amn al-watanî). Ses dirigeants sont les activistes de la repentance à l’intérieur des prisons, laissez-moi vous dire que celui vend sa conscience vend aussi sa religion »

  • Selon vous, quelles sont les erreurs dans lesquelles est tombé le courant islamiste ?

Ahmad ‘Achûch : « on peut diviser le courant islamiste en deux catégories : D’abord, les « Frères ». Ils fonctionnent selon leurs intérêts personnels, et agissent face à la réalité à partir de leurs propres conceptions. Ils ont une vision opportuniste qui a fait qu’ils ont collaboré, au début, avec les dirigeants du Conseil militaire sur la base de l’obéissance. Puis, cette la relation s’est tendue lorsque les intérêts ont divergé. Les Frères sont très habiles pour nouer des engagements secrets. En ce qui concerne le salafisme politique partisan, nous constatons qu’il est né de l’antre de la sécurité de l’Etat et qu’à l’antre de la sécurité de l’Etat, il retournera. Nous nous abstenons de citer les ignominies qui caractérisent leur comportement, la presse s’en est largement faite l’écho, on n’a pas besoin de les publier ou de les faire connaitre »

  • Quels sont les mécanismes pour choisir le calife ?

Ahmad ‘Achûch : « le calife ou souverain (hâkim) n’arrive pas au pouvoir par des élections ou par le vote. Nous avons posé des conditions précises [à sa désignation]. Les gens ordinaires ne connaissent pas ces procédures mais les oulémas les connaissent. Le docteur de la Loi (‘âlim) qui choisit le calife doit remplir les mêmes conditions que celles qui s’appliquent au calife. L’islam ne permet pas qu’un non-musulman dirige les musulmans. Le non-musulman peut vivre avec moi sur ma terre mais en tant que minorité. Il a le droit d’assurer la sécurité de sa personne, de son honneur et de ses biens, mais il n’a pas le droit de m’empêcher de gouverner selon ma charî’a ».

  • Il y en a parmi les oulémas qui autorisent un non-musulman à détenir l’autorité, mais ce n’est pas un cas général, jusqu’à quel point pouvez-vous accepter cela ?

Ahmad ‘Achûch : « je défie quiconque de dire que l’islam autorise un non- musulman à exercer quelle que forme d’autorité que ce soit sur un musulman, celui qui prétendrait cela doit fournir des preuves et des arguments » (…) la discrimination en Europe est une réalité visible, même entre chrétiens, comment peut-on me demander de ne pas appliquer une discrimination à raison de la croyance religieuse ? »

  • Pourquoi avez-vous créé l’avant-garde salafiste (al-talî‘a al-salafiyya) que vous présidez ?

Ahmad ‘Achûch : « nous faisons partie du courant jihadiste, nous ne représentons que nous mêmes et nous ne parlons pas au nom de tout le courant. Nous avons annoncé les objectifs de l’avant-garde salafiste, pour que personne ne parle en notre nom, compte-tenu de ce que l’expression de salafisme jihadisme et de Gamâ’at al-jihâd est revendiquée par beaucoup de gens. Ceux qui parlent au nom du courant sont eux qui sont restés fidèles à leurs positions et qui n’ont pas changé à l’intérieur de la prison, parmi eux il y a le cheikh Mohammad al-Zawâhirî ».

  • Est-ce qu’un retour à l’action armée est de nouveau possible en Egypte et quand pourriez vous y avoir recours ?

Ahmad ‘Achûch : « le courant jihadiste en Egypte est une extension du courant jihadiste mondial, un auxiliaire parmi ses auxiliaires. Il porte l’esprit de l’islam, sa droiture et sa vocation. Il croit que la victoire de cette religion ne se fera que par un Livre qui guide et un Sabre victorieux (nâsir). C’est pourquoi nous croyons à la science et à l’action, nous croyons dans le jihad dans la voie de Dieu, et nous croyons que le jihad peut se faire par la main, la langue et l’argent. C’est ainsi que nous agissons et nous appelons les autres à faire de même. Le jihad se fait contre les ennemis et il y a aussi le jihad de l’âme (jihad al-nafs) ; nous ne nous limitons pas au jihad de l’âme comme le prétendent les gens qui sont dans l’erreur (batâlîn). Celui qui se met dans le camp des ennemis de Dieu – le miséricordieux –, et de son Prophète, nous sommes en guerre contre lui et en situation d’inimitié vis-à-vis de lui. En ce qui concerne l’Egypte, notre bataille c’est la bataille du Livre (mushaf) comme l’a si bien mentionné le cheikh des jihadistes (chaykh al-mujâhidîn) le Dr. Ayman al-Zawâhirî. Nous estimons que l’Egypte a besoin de clairvoyance, de guidance et d’une accessibilité à la preuve [divine]. Parce qu’il y a une différence entre la vérité (al-haqq) et l’erreur (al-bâtil) pour que, par le témoignage, périsse celui qui (devait) périr, et vive, par le témoignage, celui qui (devait) vivre, [allusion à la sourate coranique du Butin, verset 42).

Citer ce document :

Centre d’Etudes et de Documentation Economiques, Juridiques et Sociales. entretien avec le cheikh jihadiste Ahmed ‘Achûch du quotidien égyptien Al-churûq, 30 octobre 2012. in : Traduction du CEDEJ


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *