« L’Assemblée constituante et la lutte pour l’identité »

La constituante et la lutte pour l’identité, journal al-Fatah, 30 novembre 2012
[sur le cheikh Yasser Burhâmi, vice-président de la prédication salafiste d’Alexandrie] voir la notice « glossaire de la révolution » sur le site du CEDEJ.

Nul n’ignore que les événements qui surviennent en Egypte ces jours-ci [sont provoqués] par une alliance pas sainte du tout entre les forces libérales, l’Eglise, et les ci-devants [fulûl] de l’ancien régime en vue de provoquer l’anarchie dans le pays et de créer une situation d’embarras pour le président, le gouvernement et les islamistes. Il s’agit de faire pression sur eux dans l’assemblée constituante afin qu’en émane une Constitution dont l’expression ne traduirait pas l’appartenance de ce peuple à l’islam – et cela quel qu’en soit le prix, même la destruction du pays. L’audace est atteinte lorsqu’il est affirmé, et cela dans un pays musulman, que la disposition qui interprète les principes de la charî’a, avec laquelle aucun musulman n’est en désaccord, est une disposition catastrophique, alors même qu’elle renvoie à l’organe des grands oulémas (hay’at kibâr al-ulâma’) de la noble institution d’al-Azhar.
La Constitution qu’ils préparent traduit une autre identité que l’identité de l’Egypte ; elle montre la part caché des âmes et des consciences, et les intentions confirmées [selon lesquelles] de séparer l’Egypte de son corps islamique.
La vérité est que nous avions pensé que les slogans [au sujet] de l’entente, de la coopération [ainsi que] les mots élogieux adressés aux islamistes et l’acceptation de la charî’a étaient l’expression sincère de leurs auteurs. Par la suite, Dieu nous a donné la capacité de découvrir ce que nous n’avions pas pris en considération, à savoir leurs intentions et leurs objectifs réels. Le sens de l’entente chez eux revient à s’entendre sur leurs caprices. Le sens du juste milieu (wasatiyya), c’est de se déprendre de la religion. L’intérêt de la nation, chez eux, c’est de prendre possession de son destin et du destin du peuple, quelles que soient les conséquences de ces tentatives en termes de destruction.
Je m’étonne grandement qu’on puisse accuser la Constituante de bâcler (salq) la Constitution. [Note : salq en arabe relève du lexique de la cuisine – le verbe s’emploie lorsqu’on fait bouillir des aliments dans l’eau pour un repas rapide et sommaire. Le terme a été utilisé par les libéraux pour dénoncer une Constitution préparée à la manière d’un tel repas]. Lorsqu’ils se sont retirés de la Constituante, ils ont préparé leur Constitution en une semaine environ – et non en six mois – par un travail continue et permanent [Note : l’expression de l’auteur prête à confusion : le pronom « ils » ne fait pas référence aux mêmes acteurs. Ce sont les libéraux qui se sont retirés de l’assemblée constituante ; ce sont ceux qui sont restés, parmi lesquels les islamistes étaient majoritaires, qui ont rédigé le texte constitutionnel en une semaine].
Je m’étonne qu’il y en ait qui accuse d’autres de ne pas craindre le conflit et de ne pas craindre de faire couler le sang, alors même qu’ils passent leur temps, jour et nuit, à frapper les forces de l’ordre au moyen d’armes à feux, de pierres ; à blesser et à tuer. La question n’est pas de faire l’éloge du sang et des choses sacrées (hurumât), c’est surtout une question d’intérêts confessionnels étroits et partisans.
Je me réjouis que pour le croyant, toute chose est bonne. Les événements ont réunifié les factions (fasâ’il) islamiques, dans leurs perspectives et leurs actions. Nous demandons à Dieu de nous accorder sa grâce, de montrer la gloire de sa religion, de faire prévaloir son message et de faire gouverner sa charî’a. Ils veulent par leurs mensonges éteindre la Lumière de Dieu, mais Dieu tient à parachever Sa Lumière, n’en déplaise aux négateurs ! (sourate al-Tawbat, 32). C’est Lui qui a envoyé Son Prophète, avec la bonne direction et la religion de la Vérité, pour la faire prévaloir sur toute autre religion, n’en déplaise aux idolâtres ! (sourate al-Tawbat, 33).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *