al-huriyya wa al-‘adâla, 3 février 2013

al-huriyya wa al-‘adâla [quotidien des Frères musulmans], 3 février 2013.

Chronique – « Un peu d’intelligence » de Mohammad Jamal Arafat

« Un vendredi de délivrance du Front du salut ! »

« Après ce qui s’est passé pendant le vendredi de la délivrance (jum‘at al-khalâs), il est devenu nécessaire de verser de la poussière sur le Front du Salut, après [que ses chefs] eurent transformé ce glorieux vendredi, inscrit dans la mémoire nationale comme une délivrance par rapport à l’ancien  régime, en tentative menée par une poignée de saboteurs issus du Front du Salut, soutenus par leurs acolytes anarchistes, pour prendre d’assaut, par la force armée, le siège d’un pouvoir élu. C’est ainsi que le vendredi de la délivrance s’est transformé en vendredi du Front du salut (jubha al-inqadh).

Ce vendredi, comme les vendredis qui l’ont précédé, ont mis à jour les intentions du Front de la destruction (jubhat al-kharrâb) et montré sa perfidie. Ce Front a signé le document d’al-Azhar condamnant le recours à la violence avec sa main gauche, pour se saisir avec sa main droite, quelques heures plus tard, d’un cocktail-Molotov pour le lancer sur le siège de la présidence. Le but consiste à essayer de s’emparer du pouvoir en faisant usage de la force brute, et de ternir l’honneur de la présidence, comme ils ont, auparavant, terni [la réputation] et humilié la Sécurité (al-amn), ce qui a transformé le pays en forêt vierge où chacun peut faire ce qu’il veut : couper la route, brûler les sièges des partis et des institutions, incendier le drapeau de l’Egypte, etc.

Les chaînes satellites de dévastation (fadâ’iyyât al-kharâb) liées aux hommes d’affaires du Front du salut ne se sont intéressées qu’au seul cas d’un manifestant arrêté et trainé sur le sol par les agents de la sécurité, qui l’ont dépouillé des ses vêtements. Ensuite, ces chaînes ont passé toute une journée à se lamenter sur cette scène tout en invitant des experts des droits de l’homme à parler de la barbarie de la police et du retour de la police de Habib al-‘Adlî [ex ministre de l’Intérieur de Moubarak].

Ces médias borgnes ne se sont pas intéressés aux assaillants qui ont démantelé les barricades, pendant que la police conservait son calme et leur laissait le terrain. Ces assaillants ont ensuite  utilisé des tôles en fer pour chercher à prendre d’assaut les entrées de la présidence, à la manière des films sur le Moyen Age. A nouveau, la police et la garde présidentielle ont adopté un profil-bas. Il y eut ensuite des jets de cocktails-Molotov sur la présidence et des jets de pierres sur la police. Ces médias n’ont rien vu de tout cela ! Quand la police a commencé à utiliser des canaux à eau et du gaz lacrymogène pour disperser les manifestants, ils ont alors crié à la violence et à l’utilisation disproportionnée de la force, en utilisant d’autres expressions formulées par tous ceux qui circulent d’une chaîne satellitaire à une autre sous l’appellation d’experts (khabîr) ou d’activistes (nâchit), à tel point que celui qui regarde ces chaînes doit prendre toute sorte de calmants s’il ne vaut pas être victime d’une dépression ou d’une embolie.

Traîner un citoyen sur le sol est une chose blâmable, évidemment, même si ce manifestant a aussi commis des actes condamnables. Mais est-ce que le fait d’attaquer le siège de la présidence, d’y mettre le feu, d’escalader ses murs, de prendre d’assaut ses différentes entrées, de saccager, de brûler, de provoquer la police, d’essayer de prendre d’assaut n’importe quelle barricade dressée pour empêcher une éventuelle agression contre les institutions du pays et des ambassades, tous ces actes précédemment cités ne sont-ils pas eux aussi condamnables ?

La police érige des barricades pour empêcher les manifestants d’atteindre les institutions du pays. Mais les ennemis, et, parmi eux, les saboteurs, ceux là même qui pleuraient avec des larmes de crocodile le drame du train de Badrichîn qui a vu la mort de 91 personnes, contournent les barricades ou les démontent pour se frayer un chemin, pour ensuite provoquer la police par des insultes tout en lançant des pierres et des cocktails-Molotov. Quelle doit être la réaction de la police ? Faudrait-il qu’elle leur ouvre les fenêtres et les laisser semer la corruption? Et on dira alors: « où est la police ? », « où est l’Etat ? ». Ou bien, ne faut-t-il pas mieux qu’elle ferme la fenêtre devant eux et leur fasse face, d’autant plus que la loi est de son côté, tandis que les autres feront de la surenchère, au nom de la liberté et des droits de l’homme, et diront : « la police d’al-‘Adlî est de retour !»

Les masques du Front du Salut national sont tombés, après que celui-ci eut essayé de renverser le siège de la présidence, al-’Ittihâdiyya, comme a voulu le faire Sabbâhî. De même, les masques de ceux qui ont érigé en moyens la violence et l’utilisation de la force armée contre le régime sont tombés, après avoir été incapables de le changer par les urnes. Ils ont été démasqués. S’ils disent qu’ils n’activent pas les manifestants qui font usage de la violence, tout en donnant une couverture politique à leurs activités, cela montre qu’ils n’ont pas d’influence politique sur la rue comme ils le prétendent. S’ils disent que ces gens sont leurs sympathisants, ce serait alors la reconnaissance explicite qu’ils ont choisi la violence.

N’oublions pas que, quelques heures à peine après la signature du document d’al-Azhar qui précisait qu’il était « nécessaire de se conformer aux méthodes d’un dialogue sérieux entre tous les partis nationaux, surtout dans un contexte de tensions et de divergences », Hamdîn Sabbâhî s’est distingué en demandant  le renversement du président élu, Mohammad Morsi. Il a écrit sur sa page Facebook, la veille du vendredi de la manifestation : « rendez-vous pris pour demain, pour parachever ce que notre révolution a commencé» en demandant, de manière allusive, la répétition de ce qu’il a appelé « l’événement glorieux du renversement pacifique du pouvoir à Ittihâdiyya ». Qu’entend-il par « l’événement glorieux du renversement pacifique du pouvoir », sinon le comportement pseudo-pacifique de ses partisans – baltagiyya [voyous, hommes de main] et anarchistes –, devant le palais présidentiel ?

Les partisans du président au sein du peuple se sont montrés beaucoup plus intelligents.  Personne n’est descendu dans la rue, pour éviter qu’on ne dise que les jeunes appartenant aux Frères musulmans et au courant islamiste s’en sont pris aux manifestants pour défendre le président. Le peuple n’a vu dans la rue que les visages sombres de ceux qui soutiennent le Front de la destruction et autres anarchistes sympathisants de l’ancien régime. On n’a vu que la violence et les miliciens du Salut armé. On sait maintenant qui veut usurper le pouvoir par la force armée, faut d’avoir pu y accéder par les urnes ».

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *