Chronologie de trois années de révolution

Al-churûq, 20 Janvier 2014

1000 jours de révolution

25 janvier 2011 : une manifestation est organisée au Caire et dans certains gouvernorats.  Des milliers de personnes participent à cette manifestation qui a coïncidé avec la fête de la police [l’appel avait été lancé par l’activiste bloggeur Waël Ghoneim sur la page Facebook « nous sommes tous Khaled Saïd », du nom du jeune homme de 28 ans torturé à mort par la police en juin 2010 à Alexandrie]. Ils protestent contre la dégradation de la situation politique, économique, sociale et contre les politiques du ministère de l’Intérieur. Le premier martyr : trois balles dans la poitrine, les pieds et les épaules, le jeune Moustapha Mahmoud, 22 ans, est tombé comme premier martyr de la révolution du janvier, le premier jour, devant le commissariat de arba‘în à Suez.

26 janvier 2011 : la police a fait usage de bâtons et de gaz lacrymogènes lors d’un affrontement avec des manifestants qui ont refusé d’évacuer la place Tahrir. Les forces de la sécurité ont alors arrêté près de 500 manifestants. A Suez, les manifestations ont augmenté d’intensité. Le cheikh Hâfez Salâma, leader historique de la résistance populaire lors de la guerre de 1973, a rejoint les révolutionnaires. Le gouvernorat d’Alexandrie a été le théâtre d’une guérilla de rues entre les forces de sécurité et les manifestants. Les activistes de la ville ont intercepté une conversation entre deux policiers où l’un disait à l’autre : « c’est fini pacha, le peuple est rentré dans la partie ! » (khalas al-cha‘ab rakab ya bâcha).

27 janvier 2011 : l’ancien directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) Mohammad al-Baradai, fait son retour en provenance de l’Autriche et rejoint les manifestants. Entre temps, les forces de sécurité ont arrêté l’activiste Waël Ghoneim.

28 janvier 2011  (le « vendredi de la colère ») : le régime de Moubarak a coupé le service de téléphone mobile et de l’internet. Des centaines de milliers de personnes sont sortis des mosquées pour se diriger vers la place al-Tahrir en scandant : « le peuple veut la chute du régime » : (al-cha‘ab yurîd isqât al-nizâm). Pas moins de 800 manifestants ont été ensuite tués et plus de 1000 personnes ont été blessées. Les manifestants ont imposé leur contrôle sur les villes de Suez et d’Alexandrie tout en en mettant le feu aux différents sièges du parti national démocratique (PND) et à des commissariats de police.

29 janvier 2011 : Moubarak adresse son premier discours au peuple. Il annonce le limogeage du gouvernement de Ahmed Nazif et la nomination de Omar Suleyman comme vice-président [la nomination d’un vice-président signifie que Moubarak a abandonné l’idée d’une succession dynastique au profit de son fils Gamal]. Il demande en outre au général Ahmed al-Chafiq de former le nouveau gouvernement. Des hommes de main (baltagiyya) ont occupé les rues. Des banques et des centres commerciaux ont été pillés. Le président de la Bourse a annoncé le gel des activités de la bourse, tandis que la Banque centrale a annoncé à son tour la suspension de toutes ses activités.

30 janvier 2011: l’insécurité se généralise, la police déserte les rues et des commissariats sont incendiés. Des prisonniers se rebellent dans certaines prisons, 34 cadres des Frères emprisonnés se sont évadés de la prison de Wâdî Natroun, dont les plus éminents sont le Dr. Mohammad Morsi, Issam al-‘Aryan, Saad al-Katatni, Saad al-Housseinî, Moustapha al-Ghounaimy, Mahmoud Abou Zaid et Soubhi al-Salih. Ramzi al-Wachâhî, cadre du Hamas, a fui à son tour de la prison de Abou Za‘abal.

31 janvier 2011 : le gouvernement formé par le général Ahmad Chafiq prête serment

1er février 2011 : Moubarak adresse son deuxième discours au peuple où il refuse de quitter le pouvoir. Il insiste sur le fait que le peuple doit choisir entre le chaos (al-fawda) et la stabilité.

2 février 2011 : montés sur des chevaux et des chameaux, un certain nombre de partisans de Moubarak, accompagnés d’hommes de mains et d’anciens condamnés, se sont dirigés vers la place Tahrîr. Ils portaient des bâtons, des armes blanches et des gourdins et ont lancé l’assaut sur la place Tahrir. Il y a eu ensuite échange de pierres entre les deux parties au cours de combats intermittents. Cela a continué des heures durant, les manifestants ont essayé de se défendre. Le cœur de la place s’est ensuite transformé en hôpital de fortune accueillant les blessés en grand nombre.

3 février 2011 : les partisans de Moubarak et certains hommes de main ont tenté une nouvelle fois d’investir la place et de terroriser les citoyens en attaquant depuis la place du martyre Abd al-Mun‘im Ryad et le pont du 6 Octobre, mais ils ont été arrêtés par l’armée. Les partis de l’opposition ont de leur côté refusé de répondre à l’appel de Omar Suleyman pour un dialogue de sortie de crise, seuls 21 petits partis politiques ont répondu favorablement au dit dialogue, au siège du conseil des ministres.

4 février 2011 : des centaines des milliers de personnes se sont rassemblées sur la place Tahrir pour demander la chute du régime, dans le cadre du « vendredi du départ ». Les musulmans ont accompli le rituel de la prière sous la protection des jeunes chrétiens au cours d’une scène grandiose. Les Frères ont alors annoncé leur disponibilité pour dialoguer avec le régime à condition que ca soit un dialogue sérieux, sincère et productif, qui prenne en compte l’intérêt suprême de la patrie.

6 février 2011 : certaines forces politiques issues de l’opposition, parmi lesquelles l’organisation des Frères musulmans, ont eu un entretien avec le vice-président Omar Suleyman. Ils se sont mis d’accord sur la formation d’un comité chargé d’élaborer des amendements constitutionnels dans les mois à venir, et de travailler pour la fin de l’état d’urgence.

8 février 2011 : les manifestations géantes dans le cadre du troisième grand rassemblement « millionnaire » (milyôniyyat) se sont poursuivies, dans le cadre de la « semaine de la résistance » sur la place Tahrir, à Alexandrie et dans certaines villes d’Egypte, pour demander la chute du régime.

9 février 2011 : nouvelles manifestations, des milliers de personnes ont entouré le gouvernorat de Kafr al-Chaykh et ont brûlé le bâtiment du ministère du travail. Une grève éclate au syndicat des journalistes. Un débat a eu lieu pour retirer la confiance au président du syndicat des journalistes, Makram Mohammad Ahmad, accusé de prendre position en faveur du régime et de critiquer la révolution du 25 janvier. Certains journalises ont manifesté devant le siège du syndicat et ils l’en ont chassé.

L’équipe qui était chargée d’évaluer les pertes des institutions policières a précisé que 99 commissariats, répartis dans plusieurs gouvernorats, ont été détruits ou brûlés, suite à la grande manifestation qui a eu lieu le jour du vendredi de la colère

Le Conseil suprême des forces armées a tenu une réunion sous la présidence du maréchal Hussein Tantâwî, chef des forces armées et ministre de la défense et de la production militaire, pour aborder les mesures et les dispositions nécessaires pour préserver la patrie, les acquis et les ambitions du grand peuple égyptien, selon le texte de la déclaration.  

10 février 2011 : Moubarak adresse son troisième discours au peuple en refusant de démissionner, il a dans le même temps délégué ses pouvoirs à son vice-président, Omar Suleyman. Les manifestants à Tahrir ont refusé son discours.

11 février 2011 : Omar Soleyman déclare que Moubarak a quitté le pouvoir. Après l’annonce  de cette démission, une explosion de joie s’est emparée du pays, des millions de gens sont sortis dans toutes les rues et places du pays pour célébrer la nouvelle.

14 février 2011 : le Conseil suprême des forces armées annonce une nouvelle fois son espoir de terminer sa mission et de remettre l’Etat, dans un délai de 6 mois, à un pouvoir civil et à un président élu. Environ 10.000 officiers de la police ont manifesté devant le ministère de l’intérieur, place Lazoughli, puis ils se sont dirigés vers la place Tahrir, pour convaincre les citoyens qu’ils n’avaient pas négligé l’accomplissement de leur devoir. Ils ont en même temps accusé le ministre de l’intérieur, Habib al-Adli, d’être responsable du retrait des forces de sécurité. L’ordre venait de lui,  ont-ils encore dit, et ils ont demandé son exécution.

22 février 2011 : la confrérie des Frères musulmans a décidé de créer un parti politique – parti de Liberté et de la Justice (hizb al-huriyya wa al-adâla).

23 février 2011 : le comité d’enquête chargé d’établir la réalité des événements du 25 janvier a annoncé avoir en sa possession des preuves concernant les balles réelles et les balles en caoutchouc utilisées contre des citoyens pacifiques, visant spécifiquement le visage. Des voitures de police ont écrasé volontairement des manifestants. Le comité a annoncé l’existence de preuves qui impliqueraient des personnes ayant planifié, financé et supervisé la bataille des chameaux (mawqat al-jamal), le 2 février.

24 février 2011 : le Caire et Alexandrie ont été le théâtre de grandes manifestations qui demandaient d’épurer les institutions de l’Etat des résidus de l’ancien régime, de juger et de demander des comptes à toutes les personnalités emblématiques.

25 février 2011 : la secrétaire d’Etat américain, Hilary Clinton, annonce que l’administration américaine ne s’opposerait pas à l’arrivée des Frères musulmans au pouvoir en Egypte.

26 février 2011 : le Conseil suprême des forces armées annonce sa compréhension pour les demandes légitimes du peuple. Il n’a pas réagi et ne réagira par aucune forme de violences à l’encontre des jeunes de la révolution.

2 mars 2011 : annonce du referendum portant sur les amendements constitutionnels pour le 19 mars.

3 mars 2011 : Ahmad Chafiq présente sa démission au poste de premier ministre, le Dr. Issâm Charaf  lui succède

9 mars 2011 : la place Tahrir connaît des affrontements entre ceux qui veulent la poursuite du  sit-in et ceux qui veulent y mettre fin. Les deux parties s’affrontent à l’arme blanche et aux jets de pierres. Environ 17 jeunes filles et plus de 500 jeunes hommes ont été arrêtés et détenus, des femmes activistes ont été arrêtées et elles ont été conduites au secteur militaire (s 28). Elles y ont ensuite subi un test de virginité, selon la version de Samira Ibrahim qui a porté plainte contre le Conseil militaire, faisant naître l’affaire célèbre des « tests de virginité ».

22 mars 2011 : les manifestants ont pris d’assaut l’immeuble du service de sécurité de l’Etat et ont pillé ses archives. Un feu s’est déclaré dans l’immeuble. Certains ont considéré que l’événement marquait la fin du système de sécurité mis en place sous Moubarak.

30 mars –  la Déclaration constitutionnelle de 2011.  Après le référendum sur les amendements constitutionnels, le 19 mars 2011, et la proclamation des résultats avec 77% de oui, le Conseil militaire a publié une Déclaration constitutionnelle qui a suspendu l’intégralité de la Constitution de 1971. La Déclaration a repris les dispositions adoptées par referendum, et à rajouté d’autres dispositions jugées par certains favorables à l’institution militaire.

8 avril – les officiers de 8 avril.  Un appel a été lancé dans le cadre du « vendredi de l’épuration et du jugement ». Cette grande mobilisation a connu la participation de certains officiers de l’armée. Ces « officier du 8 avril » ont déclaré leur soutien aux demandes des manifestants de Tahrir et ont pris part aux sit-in organisés par ces derniers, ce qui a poussé les forces de l’armée à prendre d’assaut la place et à arrêter lesdits officiers.

3 août 2011 : début de la première session publique du procès de Moubarak. Il a été emmené au tribunal sur une civière, en compagnie de ses deux fils, Jamal et Alâ’, et de son ministre de l’intérieur, Habib al-Adli ainsi que d’autres. Ils sont accusés d’avoir tué des manifestants et de s’être emparé de l’argent public. Moubarak, ses collaborateurs ainsi que ses deux fils, ont tous nié les faits qui leur étaient reprochés.

9 octobre 2011 – le massacre de Maspero.  Une manifestation déclenchée depuis Choubra s’est dirigée vers le bâtiment de la Radio et de la Télévision, dans le cadre des événements du « jour de la colère copte », en réponse à la destruction de l’église du village d’al-Marinab dans le gouvernorat d’Assouan. La manifestation a dégénéré en affrontements sanglants entre les manifestants, d’une part, et les forces de la police, de la police militaire, de la sécurité centrale, et de volontaires, d’autre part. Les affrontements ont fait 27 victimes, ainsi que de nombreux blessés, en majorité coptes.

19 novembre 2011 –  les événements de Mohammed Mahmoud. Lors du vendredi appelé « vendredi de la demande exclusive », qui demande au Conseil militaire de céder le pouvoir aux civils, des affrontements se sont produits aux alentours de la place Tahrir et de la rue Mohammad Mahmoud. Les heurts se sont poursuivis du samedi 19 novembre au vendredi 25 novembre 2011. Ces affrontements se sont soldés par la mort de 41 martyrs parmi les manifestants, des centaines de personnes ont été touchées par des cartouches au niveau des yeux, du visage et du cœur, et intoxiquées par des gaz lacrymogènes.

22 novembre 2011 : le chef du conseil suprême des forces armées, le maréchal Hussein Tantâwî, annonce avoir accepté la démission du gouvernement de Issâm Charaf et lui avoir confié la gestion des affaires courantes, en attendant la nomination d’un nouveau gouvernement. Il a annoncé en même temps sa volonté de respecter le calendrier annoncé pour les élections présidentielles, prévues, au plus tard, à la fin de juin 2012

23 décembre 2011 – les événements du Conseil des ministres. Après la fin des événements de Mohammad Mahmoud, les activistes ont poursuivi leur sit-in à la place Tahrir, ensuite ils se sont déplacés devant le Conseil des ministres pour protester contre la nomination du Dr. Kamal al-Ganzouri comme chef du gouvernement. Les affrontements ont repris entre la sécurité et les manifestants, provoquant la mort de 17 martyrs, parmi lesquels le cheikh Imâd ‘Afat et Alâ’ Abd al-Hadi, et blessant un millier de personnes. L’Institut scientifique a été brûlé pendant ces événements.

2 janvier 2012 : des activistes ont organisé une manifestation devant le bureau du procureur général, pour demander la fin du gouvernement du Conseil militaire et protester contre la campagne de fermeture des  bureaux des associations de la société civile, considérée comme l’exercice d’un règlement de comptes.

20 janvier 2012 : des milliers des manifestants se sont rassemblés dans le cadre du grand rassemblement millionnaire (milyôniyyat) baptisé « le rêve du martyre ». Les manifestants ont annoncé leur intention de se mettre en sit-in jusqu’au premier anniversaire de la révolution du 25 janvier, ils ont en outre demandé le transfert du pouvoir à un gouvernement civil élu.

23 janvier 2012 : première session de la nouvelle Assemblée du peuple, dominée par les Frères musulmans et les salafistes. Cette première session a connu des faits inouïs dans l’histoire  politique de Egypte : lors de la prestation de serment, les députés salafistes du parti al-Nour ont ajouté l’expression « dès lors qu’elle n’entre pas en contradiction avec la charî‘a de Dieu ». Certains députés issus du courant civil (al-tayyâr al-madanî)  ainsi que des députés issus des jeunes de la révolution ont à leur tour ajouté : « respecter [l’âme] des martyrs de la révolution du 25 janvier et travailler pour la réalisation des demandes et des objectifs de la révolution ». Le Dr. Saad al-Katatni a été élu au poste de président de l’Assemblée, et est ainsi devenu le premier président du parlement après la domination du parti national démocratique (PND) des décennies durant.

25 janvier 2012 : rupture entre les Frères musulmans et les forces révolutionnaires. Au moment où la confrérie a fêté la victoire de ses députés au parlement, elle a, en même temps, planté des tentes devant les services de l’immigration (mugamma al-tahrîr) en diffusant des chansons patriotiques, les autres forces [politiques] ont organisé, à leur tour, des manifestations à la tribune de Tahrir en demandant l’accomplissement de la révolution et la fin « du pouvoir de l’armée » (suqût hukum al-askar)

1er février 2012 – les événements de Port Saïd. Le massacre suivant un piège tendu aux membres des ultras d’al-Ahly au stade de Port Saïd, 73  supporters ont été tués et des centaines ont été blessés. C’est la plus grande catastrophe de l’histoire du sport égyptien.

2 mai 2012 – les événements d’al-‘Abassiyya.  : plus de 11 morts ont été recensés et des dizaines de blessés parmi les manifestants, ainsi qu’une recrue des forces armées, suite à une attaque lancée par des hommes contre des manifestants rassemblés, du côté du siège du ministère de la défense, qui demandaient (les manifestants) le transfert du pouvoir aux civils et l’annulation de l’article qui assure l’immunité judiciaire au comité des élections (lajnat al-intikhâbât).

4 mai 2012 : affrontement violent à al-’Abassiyya entre des manifestants et  la police militaire, de nombreux blessés ont été recensés de deux côtés. L’affrontement a pris fin avec la dispersion du sit-in ; l’armée a lancé un assaut contre  la mosquée d’al-Nour, après avoir évacué la place, pour arrêter des personnes recherchées parmi les manifestants.

24 mai 2012 : premier tour des élections présidentielles ; le général Ahmed Chafiq et le Dr. Mohammad Morsi sont qualifiés pour le deuxième tour.

17 juin 2012 : l’organisation du deuxième tour des élections présidentielles, le candidat issu du rang des Frères musulmans a été déclaré vainqueur, devenant ainsi le premier président élu démocratiquement.

30 juin 2012 : Morsi prête serment devant la Cour constitutionnelle, après sa proclamation comme président de la république.

5 août 2012: le massacre du terminal de Rafah, perpétré par des terroristes contre les militaires des forces armées, tout près du terminal Karam Abou Salim, le 17 de Ramadan. Cette attaque s’est soldée par la mort de 16 soldats et officiers.

13 août 2012 : Morsi décide de limoger le maréchal Hussein Tantawi, le général Sami Annan, ainsi que les principaux chefs des forces armées. Le chef des renseignements militaires, le général de brigade Abd al-Fatah al-Sîsî, a été promu général de l’armée et nommé ministre de la défense.

19 novembre 2012 : les seconds événements de Mohammed Mahmoud. Affrontements entre les forces de la sécurité et les manifestants qui s’étaient rassemblés dans la rue Mohammad Mahmoud pour demander que justice soit rendue et que les assassins des révolutionnaires morts à Mohammed Mahmoud en 2011 soient jugés et condamnés. Jabir Salah (Jika) a succombé à ses blessures, après avoir été touché par balles.

22 novembre 2012 : Morsi publie une déclaration Constitutionnelle où il s’attribue le pouvoir législatif et immunise ses décisions contre tout recours judiciaire, ce qui a provoqué la colère de l’opposition, 35 mouvements ont été formés ainsi qu’un parti politique, le Front du salut national, pour mener le combat contre la déclaration Constitutionnelle.

4-5 décembre 2012 : des milliers d’opposants ont manifesté devant le palais présidentiel d’al-’Ittihâdiyya contre la Déclaration constitutionnelle, un petit nombre d’entre eux ont décidé de rester sur place jusqu’au jour suivant. Les partisans des Frères musulmans sont alors intervenus pour disperser le sit-in, ce qui a conduit au décès de 10 manifestants, parmi lesquels le martyr al-Husseini Abou Daïf, et à des centaines de blessés.

25 janvier 2013 : des manifestants ont investi la place Tahrir et d’autres places pour demander la réalisation des objectifs de la révolution et la fin du régime des Frères.

26 avril 2013 : la campagne de pétition de Tamarrud (« rébellion ») a été lancée pour collecter des signatures, retirer la confiance à Mohammad Morsi et obtenir l’organisation d’élections présidentielles anticipées. Après quelques semaines, Tamarrud a annoncé avoir collecté 22 millions de signatures et a demandé à ceux qui ont signé de sortir manifester le 30 juin.

23 juin 2013 : le Général de l’armée, Abd al-Fatah al-Sîsî, a publié une déclaration où il a accordé aux forces politiques une semaine pour trouver une solution à la crise politique, pour éviter l’affrontement mortel entre les deux parties.

30 juin 2013 : des millions d’opposants à Morsi ont manifesté sur la place Tahrir et sur d’autres places de la république en demandant le limogeage de Morsi et l’organisation d’élections présidentielles anticipées.

1er juillet 2013 : l’état major de l’armée a publié une déclaration où il a donné 48 heures à tous  pour répondre [favorablement] « aux demandes du peuple ».

2 juillet 2013 : des affrontements ont eu lieu aux alentours de l’Université du Caire, qui se sont poursuivis jusqu’au lendemain, provoquant la mort de 22 personnes.

3 juillet 2013 : la chaine de la télévision officielle a publié une déclaration prononcée par le ministre de la défense, le Général de l’armée, Abd al-Fatah al-Sîsî, qui a déclaré la destitution de Mohammad Morsi. Les forces nationales se sont mises d’accord sur une feuille de route, le poste de président a été confié au magistrat Adly Mansour, président de la Cour constitutionnelle.

8 juillet 2013 : le président Adly Mansour a publié une Déclaration constitutionnelle, suivie par la formation d’un comité des experts pour rédiger les amendements de la Constitution. Le Comité des cinquante a été ensuite formé, ses travaux et ses débats ont duré 60 jours et ont pris fin début décembre 2013.

26 juillet 2013 : de grandes manifestations ont eu lieu au Caire et dans certains gouvernorats, en réponse à la demande du Général de l’armée, Abd al-Fatah al-Sîsi, qui a demandé à disposer d’un mandat populaire pour faire face au terrorisme.

14 août 2013 : les forces de la police et de l’armée ont dispersé les sit-in des partisans des Frères musulmans sur les places Râbia al-Adawiyya et al-Nahda, 45 jours après le début dudit sit-in. Les chiffres sont contradictoires sur le nombre de victimes lors de cet événement. Après la dispersion de deux sit-in, les partisans des Frères musulmans ont attaqué les commissariats de police en différents endroits de la république. Certains saboteurs ont attaqué des églises dans certains gouvernorats. L’Egypte est donc entrée dans le cycle de la violence. Le terrorisme a visé les institutions de l’Etat, les services de sécurité, et les éléments de la police et de l’armée

8 janvier 2014 : les Egyptiens de l’étranger ont commencé de voter pour le referendum sur les amendements de la Constitution

14-15 janvier 2013 : referendum sur les nouveaux amendements constitutionnels. Le « oui » l’emporte à 38,8% des voix (avec une participation d’environ 36% des inscrits).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *