Entretien avec Abou al-Foutouh par la rédaction de Masri al-Youm – 21 septembre 2014

Préambule

Dr. ‘Abd al-Mun‘im Abou al-Foutouh, président du parti L’Egypte forte (misra al-qawiyya), affirme, à l’occasion d’un colloque du quotidien al-Misrî al-Yawm, que « le temps de gouverner par le fer et le feu est révolu ».

‘Abd al-Mun‘im Abou al-Foutouh, ancien candidat aux élections présidentielles de 2012, a refusé, lors de notre entretien avec lui, d’être considéré comme un ancien Frère musulman. Il a préféré répondre à nos questions comme président du parti L’Egypte forte et comme l’un de ceux qui s’intéressent à la politique nationale. Il a souligné qu’« il est inconcevable que les Frères musulmans, après 80 ans de services rendus à la patrie, se transforment, selon ses dires, en un Satan maudit » simplement pour des raisons de divergence politique. Il a tout de même dénoncé certaines erreurs commises par la confrérie quand elle était au pouvoir.

Abou al-Foutouh demande aux différentes factions de l’Islam politique de séparer les activités politiciennes du travail de prédication, parce que, selon lui, cela constitue à la fois un danger pour la religion et pour la patrie. Il met en garde aussi toutes les organisations religieuses et militaires contre toute velléité de pouvoir, parce que toutes les deux sont une catastrophe pour la patrie. Abou al-Foutouh insiste sur le fait qu’il est fier, à cet instant, d’avoir participé aux événements du 30 juin, tout en soulignant que ce qui s’est passé après n’a aucun lien avec la révolution. « Nous sommes sortis le 30 juin contre un régime que nous estimions dirigé d’une manière erronée, faible et défectueuse, et qui était coupé de la réalité. Nous avons donc voulu faire pression pour l’organisation d’élections anticipées ».

Entretien

  • Il ya des dates contradictoires concernant votre dissidence au sein des Frères musulmans, à quelle date précisément avez-vous quitté le navire de la confrérie ?

Abou al-Foutouh : « ce n’est pas dans ma nature de quitter le navire, c’est en 2009 que ma relation a pris pratiquement fin avec l’organisation des Frères, et non après la révolution du 25 janvier. La règle de bienséance recommandait à l’époque, sous le régime de Moubarak, de ne pas annoncer mon départ de la confrérie. J’avais décidé de ne pas participer aux élections du bureau de la guidance, parce que, même si je me présentais, le groupe qui dominait à l’époque au sein de la guidance avait placé ses pions pour exclure tout le courant réformiste de la confrérie. J’ai simplement annoncé, après la révolution, avoir quitté la confrérie. C’était avant ma candidature aux élections présidentielles, pourtant les opportunismes politiques auraient dû me pousser à ne pas le faire mais plutôt à rester au sein de la confrérie des Frères musulmans, afin de bénéficier de son soutien pour ma candidature aux élections présidentielles, sachant que c’est une grande organisation. Mais je ne l’ai pas fait, parce que je ne suis pas prisonnier d’une confrérie ou d’un parti, c’est le patriotisme qui est mon socle, c’est la seule chose que je reconnais ».

  • Êtes-vous d’accord avec les accusations portées contre la confrérie sur son plan de démolir le pays et propager l’anarchie ?

Abou al-Foutouh : « c’est une offense contre la confrérie. J’estime que la couverture médiatique, d’une manière générale, est une offense avec ses messages remplis de haine pour les Frères. Les Frères ne peuvent pas, après plus de 80 ans de services rendus et de travail à l’intérieur de l’Egypte, puis d’un jour à l’autre, et sur la base d’une lutte politique, se transformer en un Satan maudit. En ce qui concerne la confrérie comme organisation, bien sûr elle a commis des erreurs et beaucoup de négligences ».

  • Mais certains groupes terroristes ont annoncé leur appartenance à la confrérie ?

Abou al-Foutouh : « ceux qui ont commis des actes et qui ont annoncé leur responsabilité seront punis pour cela. Mais la tentative de coller tout problème qui se passe en Egypte sur le dos des Frères n’est pas juste. Les comportements abjects que refusent les Egyptiens, qu’ils soient le fait des Frères, des gauchistes, des communistes ou autres, doivent être punis. Mais se précipiter à imputer des actions à une faction, sans aucune preuve ou décision judiciaire, met en danger la patrie elle-même, du fait d’exciter la haine et la division (polarisation) au sein de la société. C’est ce qui donne prétexte aux services de sécurité à n’être plus que des organes paresseux, qui ne travaillent pas sur la base de la reconnaissance d’une accusation, alors que leur rôle n’est pas d’imputer des crimes mais de chercher la vérité ».

  • Les Frères sont-ils une faction politique ou religieuse ?

Abou al-Foutouh : « c’est une faction politique au premier degré ; séparer le politique du religieux est une autre question. Les Frères musulmans se sont transformés en une organisation politique de premier plan, durant les dix dernières années. J’y étais opposé au sein de la confrérie. Ce n’est pas parce que c’était une erreur, mais j’ai appelé, en 2007, pour que la confrérie soit une organisation de prédication. J’ai dit qu’il fallait séparer le travail partisan du travail de prédication, si vous voulez être un parti politique et pratiquer la politique tout en vous lançant dans la compétition pour le pouvoir, c’est votre droit, mais lier cela à la religion est un danger pour la religion et pour la patrie. J’estime qu’en Egypte aujourd’hui on est en train de remplacer le prédicatif et le politique par le patriotique ; celui qui est avec moi est patriote et celui qui est contre moi est un traitre. Une patrie ne peut être dirigée par la politique du bouc émissaire, la patrie est dirigée par des personnalités responsables, claires, honnêtes et sincères dans leur mission. Les religions ne doivent pas être un moyen pour réaliser des objectifs personnels, c’est aussi le cas pour le patriotisme qui ne doit pas être un moyen ou un instrument pour réaliser des objectifs, ensuite se lancer dans la querelle politique, tout en essayant d’exclure des factions et des personnalités patriotiques respectées. Celui qui dirait que les Egyptiens ne sont pas faits pour la démocratie sont dans l’erreur, sinon ils n’auraient pas fait la révolution du 25 janvier, le peuple n’aurait pas participé aux vagues révolutionnaire du 30 juin [2013]. Essayer de mépriser les Egyptiens, comme le font les autorités qui gouvernent l’Egypte actuellement et celles qui les ont précédées durant des dizaines d’années, est immoral (‘ayb), nous ne l’acceptons pas ».

  • Il y a ceux qui optent pour le durcissement de l’option sécuritaire, pour garantir la stabilité.

Abou al-Foutouh : « l’Etat ne doit pas être gouverné par le fer et le feu. Ce genre de parole est digne de l’époque des forêts sauvage et de l’administration des animaux, pas d’un peuple qui a de l’honneur. Le peuple égyptien n’est pas du bétail, le peuple égyptien a payé un lourd tribut. Le pouvoir doit veiller au respect de sa dignité et de son droit. Pour l’Egyptien l’honneur importe plus que son « ventre », mais cela ne veut pas dire que l’économie et son pain quotidien n’ont pas d’importance, mais sa valeur ne doit pas dépasser son honneur. Celui qui commettrait des erreurs devra rendre des comptes, la répression du régime ne doit pas aboutir à l’arrestation des femmes ; c’est ce que n’a fait aucun autre régime, quel que soit le degré de répression ; je considère que c’est une honte sur le visage de ce régime ».

  • La régression du nombre de participants aux manifestations des Frères est-elle une preuve que la confrérie a perdu sa capacité à mobiliser ?

Abou al-Foutouh : « les manifestations ont lieu depuis plus d’un an, c’est leur droit de protester et de manifester, à condition que cela soit pacifique. Il faut qu’il y ait une différence entre l’hostilité, le refus et même la chute d’un régime, et l’hostilité envers l’Etat qui appartient à tout le monde. Le rôle des services de sécurité doit changer, ces derniers se sont transformés en des organes de sécurité politique pour opprimer les citoyens. C’est ce qui nous a poussés, en tant qu’égyptiens, vers une trajectoire non démocratique. L’Etat égyptien et ses organes sécuritaires ne doivent pas se focaliser que sur la sécurité politique, cela représente un danger pour la patrie ».

  • Les universités sont entrées dans la crise politique. Est-ce, selon vous, un prélude à des manifestations estudiantines cette année ?

Abou al-Foutouh : « le pouvoir porte la plus grande responsabilité concernant l’établissement d’un climat de paix, pour gérer de la meilleure manière la situation des étudiants. Gamal Abdel Nasser, après la défaite de 1967, a libéré des étudiants détenus ; c’est immoral qu’on interdise l’activité politique au sein des universités, même si je suis le premier à demander que les universités ne soient pas des tribunes pour les partis politiques. Le mouvement des étudiants de L’Egypte forte n’a pas de lien avec le parti, il a été créé bien avant le parti, c’est un mouvement indépendant. Il faut du travail politique, c’est ce que doivent accepter les présidents des universités, les doyens et les enseignants »

  • Pensez vous que les partis aient une existence réelle à l’intérieur de l’université ?

Abou al-Foutouh : « il y a des partis qui ont une présence à l’intérieur des universités »

  • Quand prendra fin la campagne de punition que prônent la confrérie et les courants islamistes envers le peuple égyptien, commencée le 30 juin ?

Abou al-Foutouh : « la sécurité d’un citoyen n’est pas liée à la volonté d’une confrérie ou d’un parti, il revient aux services de sécurité et aux unités d’enquête d’y faire face. Il ne faut pas attendre la clémence de ceux qui commettent des crimes, qu’on les appelle Frères ou courants de l’Islam politique… Il se peut d’ailleurs qu’il s’agisse de tout autre courant, je ne voudrais pas lancer des accusations en direction de quelques uns sans une enquête juridique préalable qui l’atteste. Attaquer les institutions de l’Etat est un crime, celui qui fera un tel acte doit être puni ».

  • Est-ce que vous regrettez d’avoir participé aux événements du 30 juin ?

Abou al-Foutouh : « Non…jusqu’à présent, nous sommes plutôt fiers d’avoir participé aux événements du 30 juin, mais ce qui s’est passé par la suite n’a aucun lien avec le 30 juin. Nous sommes sortis dans la rue contre un régime dont nous estimions qu’il dirigeait d’une manière nuisible, faible, défectueuse et qu’il était déconnecté de la réalité. Nous avions voulu faire pression pour l’organisation d’élections anticipées, nous traitions avec lui comme un avec n’importe quel régime, tout en le respectant comme issu de la volonté populaire ».

  • Mais les Frères ont refusé de répondre positivement aux demandes [des manifestants] ?

Abou al-Foutouh : « c’est tout à fait normal qu’ils refusent. Normalement on était toujours dans la lutte politique jusqu’au dernier moment. Par exemple, si on organisait des manifestations contre l’actuel régime de al-Sissi à cause de la cherté, de l’électricité et du prix élevé [des denrées] alors le ministre de la défense devrait sortir ses troupes et limoger le Président ; ce serait alors un cycle vicieux pour l’Egypte ».

  • Mais le peuple égyptien est sorti le 30 juin pour la chute du régime ?

Abou al-Foutouh : « Oui. En effet, pour que la chute du régime ait lieu à travers des élections présidentielles anticipées où plus d’un candidat se portera candidat, et c’est le peuple qui aurait choisi ».

  • Ne voyez vous pas que ce sont les Frères qui pratiquent la violence, c’est Mohammad al-Beltagui et d’autres qui ont dit cela lors du sit-in de Rabi‘a ?

Abou al-Foutouh : « il faut que l’on différencie deux choses : la mauvaise prestation qui a eu lieu à la tribune de Rabi‘a, proche de la prestation des takfiristes, et le mauvais comportement des autres. Il ne faut pas coller toutes les catastrophes sur le dos de l’ensemble des Frères, c’est ce que je refuse, qu’ils soient Frères ou autres ».

  • Quelles sont les erreurs commises par les Frères au pouvoir ?

Abou al-Foutouh : « lorsque notre parti a soutenu Morsi au deuxième tour contre Ahmad Chafiq, c’était à condition qu’il démissionne de l’organisation des Frères, et que l’Etat ne soit pas dirigé à travers elle. Nous nous sommes aperçus par la suite que ce n’était pas le cas, l’administration était mauvaise. Les Frères musulmans étaient en quête du pouvoir, mais ils n’étaient pas préparés pour cela. Pour information, nous nous sommes révoltés contre Morsi parce qu’il n’a pas pris ses distances avec les Frères ; est-ce que al-Sissi a pris ses distances avec l’institution militaire ? Les organisations religieuses et militaires ne doivent pas occuper la première place du pouvoir, parce qu’elles constituent toutes les deux une catastrophe pour la patrie ».

  • Est-ce que le parti de l’Egypte forte est toujours influent dans la rue ; a-t-il changé sa trajectoire ?

Abou al-Foutouh : « notre trajectoire et notre action n’ont pas changé au sein de notre parti. Pendant la campagne présidentielle ou après la création du parti, nous avons obtenu des résultats au sein du parti, nous n’aimons pas faire du bruit, nous n’avons pas de relais médiatique comme c’est le cas pour les autres, notre action se concentre donc sur le service à nos citoyens à tous les niveaux, nous sommes satisfaits. L’une des sources de notre fierté est que nous sommes disposés à accepter toutes les critiques, et à reconnaitre nos erreurs ».

  • Pourquoi généralisez vous en parlant des services de sécurité, alors même que vous particularisez en parlant des accusations contre les Frères musulmans ?

Abou al-Foutouh : « nous ne doutons pas du patriotisme et de l’honnêteté d’une partie des services de sécurité ; ceux qui sont tués à la frontière et au Sinaï sont nos enfants. Mais il y a aussi ceux qui bafouent la dignité des Egyptiens, humilient et encerclent les médias, ce sont des méthodes ignobles qui ne doivent pas se produire en Egypte ».

  • Il ya des démissions en masse au sein du parti Egypte forte, qu’en dites vous ?

Abou al-Foutouh : « je sais très bien qui je suis, mon action n’a pas changé, peut être a-t-elle faibli avec l’âge, mais je n’ai pas changé mes positions et j’y tiens encore. Le parti ne se préoccupe que de l’intérêt de l’Egypte, il n’y aura pas de stabilité sans une réconciliation nationale entre les différentes forces. La crise n’est pas liée aux Frères musulmans, au pouvoir ou pas, mais nous avons besoin d’une réconciliation générale, certains de ceux qui ont rejoint le parti pensaient qu’il était le bastion du soutien aux Frères musulmans, alors que nous ne sommes pas un prolongement des Frères, nous ne sommes ni avec ni contre les Frères. Il y a ceux qui ont pensé que le parti a été créé pour être hostile aux Frères. Ces deux tendances ont quitté le parti, il ne s’agit pas de démissions en masse ».

  • Considérez-vous le régime actuel comme un régime militaire ?

Abou al-Foutouh : « je ne passe pas mon temps à décrire si tel pouvoir est militaire ou pas, ce qui m’intéresse c’est son action, cela ne veut pas dire que ce n’est pas une question de première importance, mais c’est l’action qui m’intéresse le plus, or l’action qui existe est une action répressive, pire, le pouvoir actuel est beaucoup plus répressif que le pouvoir de Moubarak contre lequel le peuple s’est révolté, il doit donc renoncer à sa méthode oppressive. La loi sur les manifestations est anticonstitutionnelle, elle favorise la détention provisoire, c’est aussi le cas du fait d’interdire au citoyen de conserver ses biens, à cause de la loi suspecte publiée par Adly Mansour, l’ex président de la république. Selon cette loi, si une société du secteur public est vendue, je n’ai pas le droit de m’y opposer, je n’ai rien à voir [en tant que citoyen] avec une prétendue personne qui gouverne l’Egypte, ce qui me préoccupe c’est la nature du régime, ce qui veut dire que si Mansour, l’ex président de la république, vendait une société issue du secteur public, je n’ai pas le droit de m’y opposer, je n’ai rien à voir avec celui qui prétend gouverner l’Egypte. Ce qui m’intéresse, c’est la nature du régime : gouverne-t-il d’une manière démocratique avec un régime démocratique respectant les droits de l’homme, oui ou non ? »

  • Est-ce qu’il y a un contact avec la présidence ou le conseil des ministres pour exposer vos vues et résoudre les problèmes ?

Abou al-Foutouh : « chaque fois que nous voyons un problème pour lequel nous pouvons présenter une solution nous le ferons, nous avons des cadres au sein de l’institution de notre parti qui peuvent présenter des solutions, nous les étudions et nous les enverrons à la présidence et au conseil des ministres. Nous avons déjà envoyé une note concernant la loi sur les élections, nous avons aussi présenté notre vision pour résoudre la crise du barrage de al-Nahda (la Renaissance), nous travaillons actuellement sur la crise de l’électricité. La crise actuelle fait que nous sommes cernés par les médias, ce qui donne l’impression au gouvernement que nous n’existons pas, ils ne nous donnent pas l’occasion d’exprimer nos points de vues ».

  • Que s’est-il passé après votre rencontre avec Mohammad Ali Bichr , il y a deux mois ?

Abou al-Foutouh : « je rencontre toutes les factions et tendances. Notre entretien était, en premier lieu d’ordre politique. Nos différentes rencontres se situent dans le cadre du rapprochement pour résoudre la crise actuelle. Il y a des initiatives et des discussions qui ont eu lieu, je n’ai pas l’autorisation d’en dire plus. Je vois que les médias ont transformé les Frères en un réseau de type toile d’araignée, alors que l’Egypte est beaucoup plus grande que les Frères, leurs membres et leur organisation ».

  • Est-ce que les Frères sont disposés à accepter la réconciliation ?

Abou al-Foutouh : « je ne pense pas qu’ils soient prêts, mais le pouvoir actuel n’est pas non plus prêt à accepter la réconciliation. Il n’y pas de volonté des deux côtés ».

  • Comment voyez-vous les projets nationaux réalisés actuellement par l’Etat?

Abou al-Foutouh : « personne n’est contre l’établissement de grands projets en Egypte, c’est une bonne chose et les grands projets de développement sont importants. Toutefois ces projets ont besoin d’études tout en fixant des priorités, ce n’est pas un show médiatique, mon reproche est qu’il n’y a pas eu d’étude sérieuse. Il est inconcevable d’ouvrir en même temps sept projets nationaux dans un Etat où le peuple se trouve dans ces conditions. Ces projets sont : la dérivation du développement du canal de suez, le projet d’aménagement de la côte Nord, 4 millions de nouveaux feddans à cultiver, un million de nouveaux logements, et ainsi de suite. D’où proviendront les fonds nécessaires ? Il faut que l’un des spécialistes se présente pour nous dire où est l’argent, pour nous rassurer que cela n’aura pas un impact sur la montée des prix ou les ressources de l’Etat ».

  • Pourquoi avoir décrit le nouveau canal de Suez comme une simple dérivation ?

Abou al-Foutouh : « parce que c’est réellement une dérivation de 34 km, alors que la longueur du canal en entier est de 200 km, c’est une dérivation importante, mais j’aime appeler les choses telles qu’elles sont. Ce qui est important à mes yeux est de faire une étude sérieuse sur la question ».

  • Quelle évaluation faites-vous du rôle de l’Egypte dans la dernière attaque israélienne contre le Gaza ?

Abou al-Foutouh : « la position du régime actuel sur la dernière guerre contre Gaza était mauvaise, je fais partie des Egyptiens qui savent que la cause palestinienne est une question de sécurité nationale pour l’Egypte, il n’y a pas de demi mesure là-dessus ».

  • Quel conseil donneriez-vous au courant de l’Islam politique ?

Abou al-Foutouh : « personnellement je ne suis pas en faveur de l’idée de la continuité de l’Islam politique avec le travail prédicatif, je suis contre depuis 2007, j’ai dit qu’il fallait que les mouvements islamistes et ses fils disent ce qu’ils veulent : s’ils veulent faire de la politique, ils n’ont qu’a créer des partis, mais la prédication c’est autre chose, il ne faut pas qu’il y ait de mélange entre les deux. C’est ce que fait le pouvoir actuel adoptant le courant salafiste, au moment où ce mouvement mélange l’Islam et le travail de parti, si cela continue ce sera un danger pour la patrie. J’ai déclaré dans mon programme électoral – ce qui était pourtant désavantageux pour moi – que si je gagnais les élections, je publierais une loi au parlement qui empêchera ce genre de mélange. Je ne crois pas à ce que l’on appelle « l’aile politique », je suis contre l’aile politique des Frères musulmans, le parti de Liberté et de Justice, ou celle des salafistes, le parti al-Nour, ou encore celle d’un autre groupe islamique, le parti de la construction et du développement. Cela ne doit pas continuer, ce qui ne veut pas dire empêcher quelqu’un de faire de la politique, mais celui qui voudra faire de la politique peut choisir l’activité partisane et s’éloigner du travail prédicatif. Il y a une différence entre le fait de parler au nom de la religion et le respect des valeurs et des principes de l’Islam que nous respectons tous, que l’on soit politicien ou pas, tout le monde respecte la religion, même les Egyptiens chrétiens ».

  • Participerez-vous aux élections parlementaires ?

Abou al-Foutouh : « jusqu’à présent notre décision est de participer, à condition que la loi sur les élections, que nous considérons comme anticonstitutionnelle, soit amendée, et que le contexte dans lequel les élections seront organisées soit changé. La constitution donne des précisions sur la question de la pluralité des partis, alors que la loi sur les élections ne comporte pas de système de liste (al-qâ’ima). 20% sont consacrés au système de liste, le reste au système individuel, ce qui est une erreur, l’élection en entier doit être considérée comme un système individuel parce que le système de liste qui existe est une sorte de quota. Le contexte dans lequel nous vivons n’est pas favorable à  des élections, les arrestations hasardeuses ont atteint cinq médecins faisant partie du convoi d’assistance en partance pour Gaza, cela ne crée pas un climat favorable aux élections ».

  • Et comment le parti se prépare-t-il pour ces élections ?

Abou al-Foutouh : « nous avons créé un comité pour préparer et choisir les candidats, mais, comme je l’ai dit, la participation est liée au changement de la loi et de la trajectoire, la base d’une élection est de pouvoir organiser des conférences et des rencontres, il faut qu’on nous permette de le faire ».

  • Est-ce que le parti a été empêché d’organiser des conférences populaires ?

Abou al-Foutouh : « nous ne pouvons pas louer une salle dans un hôtel pour organiser une réunion du parti, nous sommes un parti d’opposition au régime à cause de ce qu’il a accompli ; s’il ne change pas la loi et la trajectoire, nous ne participerons pas aux élections. La loi actuelle sur les élections est anticonstitutionnelle, nous considérons qu’il fallait publier une loi consacrant les deux-tiers au système de liste et un tiers au système individuel, à la différence des quotas où le pourcentage correspond à ceux qui seront nommés par le président de la république »

  • Que pensez-vous des coalitions électorales ?

Abou al-Foutouh : « je ne vois pas leur utilité avec l’existence de la loi actuelle, cela ne sert à rien de se quereller pour ces élections ; est-ce que ces élections sont pour les 20% de sièges « quota », en principe la formation de ces listes est très difficile, mais si la coalition permet de se coordonner dans les circonscriptions pour les élections individuelles, il n’y a pas de problème »

  • Que pensez-vous des pratiques de l’organisation internationale des Frères ?

Abou al-Foutouh : « je ne reconnais pas ce que l’on appelle « organisation internationale des Frères », je pense que c’est une illusion fabriquée par les médias qui essaient de faire croire à l’existence d’un réseau en toile qui s’appellerait l’organisation internationale des Frères ; cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de Frères en Jordanie ou dans d’autres pays, c’est comme le socialisme international qui se propage dans plus d’un lieu, par exemple ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *