« L’impasse des alliances électorales en Egypte »

Al-Hayat 27 août 2014

Mohammed Chouman

J’ai beaucoup hésité avant d’écrire sur la question des alliances partisanes et des alliances entre personnalités publiques en vue des élections parlementaires à venir, qui, a priori, doivent conduire à l’installation d’un parlement légitimant les événements du 30 juin 2013 et ainsi parachever l’une des étapes les plus importantes de la feuille de route annoncée par le président al-Sissi, juste après le renversement du régime des Frères musulmans.

L’idée d’alliance électorale a émergé il y a quelques mois. Elle est apparue comme une tentative visant à redessiner l’espace politique ainsi que le pluralisme partisan, et cela en vue de favoriser la création d’un seul bloc politique issu des partis et des personnalités soutenant le président al-Sissi, sous le prétexte de construire une coalition regroupant les partis et les forces civiles contre « les Frères », les partis et les confréries islamistes. Même sans tenir compte des motifs d’une telle démarche, on peut penser que celle-ci ne contribuera pas à la transformation démocratique, mais qu’elle portera plutôt atteinte au principe de diversité ainsi qu’au pluralisme politique. De même, elle risque d’approfondir les fractures et les polarisations dont souffre la société.

Sur le terrain, les diverses initiatives observables ont montré la difficulté qu’il y avait à construire une coalition électorale pouvant regrouper les partis et les forces civiles, même en augmentant jusqu’à quatre le nombre de coalitions électorales possibles. Il faut souligner que toutes les coalitions annoncées ont été fragiles et sujettes à une très grande instabilité, pour les raisons suivantes :

1-     La faiblesse des partis traditionnels, tout comme celle des nouveaux partis égyptiens qui ont vu le jour après la chute du président Moubarak. Absents de la rue, ces partis ont été incapables de remplir le vide politique laissé par la dissolution du Parti National Démocratique (PND, (parti de Moubarak et de son Etat) et de celui des Frères musulmans. Peut-être est-ce parce que ces partis ne disposent pas des ressources et des idées qui leur permettraient de jouer leur rôle, à savoir aider les gens dans les villages et les quartiers pauvres. Je pense que cet échec, en plus d’autres causes, a préparé le terrain à l’émergence du populisme ambiant entourant le phénomène d’al-Sissi comme héros et sauveur. Le paradoxe est que la plupart des partis civils ont accueilli favorablement ce phénomène et ont misé sur lui; ils ont essayé d’en tirer profit sans se soucier du danger que représentait ce populisme dans le rapport au politique – la qualité de celui-ci étant de moins en moins bonne ces derniers temps. C’est ce qui a réduit l’espace et les chances de travail des partis.

2-     L’immobilisme – ou l’opportunisme – de la plupart des élites politiques qui dirigent les partis ou qui participent à la formation des coalitions. Ces élites ont échoué, comme c’est leur habitude, dans la négociation comme dans la définition d’un cadre commun de travail – malgré la ressemblance des idées et des forces sociales qu’expriment certains partis. L’élite politique est aussi incapable d’avoir une position claire concernant l’attitude à adopter vis-à-vis des personnalités affiliées au parti de Moubarak, bref ceux qui sont connus sous le sobriquet de « résidus de l’ancien régime» (fouloul). Certains partis, comme « les Egyptiens libres » (al-misriyîn al-ahrâr), « l’Egyptien en société » (al-misrî al-ijtimâ‘î), « la Dignité (« al-karama ») et la « Constitution » (« al-dustûr) ont refusé de passer une alliance avec les résidus de l’ancien régime, alors que le parti al-Wafd a posé comme condition que toute coalition électorale regroupant les partis prenne le patronyme de « al-Wafd ». La majorité des partis se préoccupe d’augmenter leurs chances de gagner le plus grand nombre de sièges au prochain parlement, sans que cette ambition soit en conformité avec leur présence politique dans la rue, leurs ressources disponibles, leur capacité d’organiser et de mobiliser leurs membres et leurs soutiens.

3-     Les défauts de la loi électorale, fondée sur le scrutin majoritaire dans les circonscriptions individuelles et le système proportionnel avec listes fermées. Cette loi ne laisse aux partis qu’un cinquième des sièges – ce qui affaiblit leur influence. En vertu de cette loi, la liste qui obtiendrait plus de 50% des voix pourrait rafler tous les sièges, ce qui augmentera la chance des grands partis lors des élections à la proportionnelle, et garantira une majorité pour les candidats indépendants dans la formation du parlement. Ces derniers proviendront, dans la plupart des cas, du milieu des grandes familles dans les campagnes ou de celui des hommes d’affaires résidant dans les villes. Historiquement, ces catégories n’adhèrent qu’au parti au pouvoir. Il est donc fort probable qu’ils intègrent, dans la République d’al-Sissi, le parti le plus proche de celui-ci ou le parti qui le soutiendra le plus activement, alors qu’al-Sissi a répété à maintes reprises son indépendance vis-à-vis de tous les partis.

4-     La faiblesse et la fragilité des raisons politiques et idéologiques avancées pour justifier la formation de coalitions électorales. L’hypothèse d’un retour des Frères est mince, sachant que l’organisation fait face à des frappes sécuritaires implacables et qu’elle souffre d’une forte hostilité populaire. De même, les chances du parti salafiste al-Nour sont minces sur le plan électoral, avec la mise à jour de la faiblesse de son discours politique et celle de son manque d’expérience, sans parler des nombreuses divisions apparues en son sein. A partir de là, la crainte d’un éventuel retour des Frères et des confréries islamistes devient sans objet et n’a plus d’effet dans la rue. De même, il n’y a pas la moindre raison crédible pour prétendre défendre le rassemblement des forces du 30 juin 2013, car celui-ci s’est effondré avant les élections présidentielles, dans le contexte d’une application précipitée de la loi sur les manifestations qui a heurté les jeunes de la révolution. C’est ainsi que l’idée d’une alliance électorale a vu le jour, comme une sorte de confiscation de l’opération électorale au profit de l’intérêt supérieur des membres de l’élite politique, qui s’accordent pour se répartir les gains politiques du butin – soit des pratiques totalement récusées par la population.

Les quatre causes citées plus haut expliquent, jusqu’à aujourd’hui, la difficulté à construire des coalitions électorales, mais, en même temps, elles pourraient favoriser l’apparition de coalitions électorales pragmatiques au tout dernier moment, plus précisément après l’ouverture officielle des candidatures pour les législatives. Il s’agirait pour les partis de tirer profit du système des listes prévu pour un cinquième des sièges du parlement, ce qui veut dire que les chances de voir se nouer des coalitions des listes (al-qawâ‘im) sont plus importantes que dans les circonscriptions individuelles où les candidats indépendants seront les plus forts, avec un risque d’éclatement des partis dans les différentes circonscriptions. Avec l’absence d’une majorité parlementaire relevant d’un seul parti, il y aura des ententes et des alliances pragmatiques, imposées par la réalité des résultats électoraux, en vue de former une coalition (i‘itilaf) ou un bloc de majorité.

On peut dire que les ressources financières des partis seront déterminantes dans la composition des coalitions dans le système proportionnel des listes. En regardant l’immensité des circonscriptions électorales où auront lieu des élections par scrutin de liste, on peut dire qu’il n’existe que 6 partis (sur 84) qui disposent de moyens financiers et logistiques capables de nouer des coalitions formées à la dernière minute. Ces partis sont les suivants : le Wafd, les « Libéraux constitutionnels » (al-ahrar al-dustûriyîn) qui bénéficient du soutien du millionnaire Naguib Sawiris, le « Front national » (al-jabha al-wataniyya) de Ahmad Chafiq et « la Conférence » (al-mu‘tamar) de Amr Moussa, al-Nour et le parti « Egypte forte » de ‘Abd al-Mun‘im Abou al-Foutouh – celui-ci pouvant constituer un refuge pour des éléments issus des Frères musulmans ou alliés à ces derniers.

Chacun des six partis cités précédemment peut prendre l’initiative de former une alliance électorale et déterminer quels seront les partis qui y prendront part et leur influence respective. Ce qui signifie que le jeu politique continuera à être soumis au règne de l’argent politique, que ce soit à travers les capacités de grands partis ou des personnalités indépendantes issues des hommes d’affaires ou de grandes familles dans la campagne. Bref, l’argent politique règnera en maitre lors des élections à venir, tandis que l’influence relative des partis de gauche et des groupes révolutionnaire régressera. Ils souffrent d’une trop grande faiblesse en matière de financement et leur discours révolutionnaire est en perte d’audience au profit de la « sécurité d’abord », de la stabilité et du sauvetage de l’économie. Ajoutons à cela le fait que la révolution du 25 janvier ainsi que ses symboles font l’objet d’un dénigrement systématique la décrivant comme un complot contre l’Egypte.

Sans même tenir compte de la composition du prochain parlement, il convient de s’arrêter sur trois points importants :

Le premier point porte sur le peu d’attention que les partis accordent à la question de la prochaine loi électorale. Celle-ci présente de nombreuses faiblesses, et peut être considérée comme une régression par rapport à la précédente loi. Elle affaiblit à la fois les partis et la vie politique.

Ensuite, les partis sont préoccupés par la constitution d’alliances électorales, alors que les circonscriptions ne sont pas délimitées jusqu’à présent.

Enfin, l’organisation des élections législatives a pris un retard considérable, alors que, selon la Constitution, les préparatifs devaient commencer dans un délai qui ne dépasserait pas 6 mois après l’adoption de la Constitution. Ceci a ouvert la porte à un ajournement qui pourrait durer sous prétexte de questions sécuritaires et des mesures qui leur sont liées. Cette situation n’est pas du tout satisfaisante. A ces dangers, il faut ajouter le fait que les partis politique et l’élite demeurent silencieux devant le cumul par le président du pouvoir exécutif et du pouvoir législatif.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *