‘Ashwa’iyya

‘Ashwa’iyya

En langue arabe, عشوائياً (‘ashwa’iyya) signifie l’aveuglement, à l’aveuglette. Le terme est utilisé pour signifier ce qui est fait hasardeusement, mais aussi parfois ce sur quoi on ferme les yeux. Il est apparu dans le dialecte égyptien dans les années 1990 seulement, pour désigner l’ensemble des portions d’espace urbain n’ayant pas été aménagées par les pouvoirs publics. Il succède ainsi aux expressions bidûn takhtît (sans plan), ghayr munazzam (sans structure),ghayr rasmi (non officiel) employées depuis l’instauration des premiers cadres juridiques formels de planification territoriale dans les années 1950. Les études sur le phénomène apparaissent dès les années quatre-vingts, sous l’appellation de « habitat spontané » en français. Toutefois, la notion de ‘ashwa’iyya engloberait à la fois l’idée d’irrégularité juridique, de dysfonctionnement structurel, de précarité résidentielle et de lieu de vie des couches populaires de la société urbaine en Égypte.

L’utilisation récurrente du terme ‘ashwa’iyya, notamment par les médias, non seulement pour désigner les espaces de l’urbanisation non réglementaire, mais aussi les individus qui la font, renforcent leur stigmatisation. Dans les représentations collectives, il s’agirait tout à la fois de zones de non droit et d’anarchie, de lieux d’importation des traditions paysannes – les‘ashwa’iyya seraient principalement habitées par des fellahin (paysans) et des sa’idis(originaires du Sa’id, Haute-Égypte) –, ou encore un terreau du fondamentalisme et de l’insurrection urbaine.

La réalité est plus complexe. Illégitimes aux yeux de la loi, ces quartiers constituent néanmoins le principal mode d’urbanisation en Égypte. Au Caire, ils rassemblent 63% de la population sur 17% de l’espace urbanisé. Leur population y est hétérogène et pas forcément miséreuse. Le bâti (immeubles de briques) n’a rien à voir avec la morphologie des bidonvilles. L’accessibilité y est renforcée par un système de transports en commun informel (calèches, triporteurs et camions pick-up) très performant. La spéculation immobilière et l’activité marchande, très dynamiques en ces espaces, participent pleinement de l’économie urbaine et le plus souvent informelle.

Il ne faut donc pas tant voir les ‘ashwa’iyya comme la preuve d’une crise généralisée du logement qu’une forme de réponse des couches populaires et même moyennes de la société aux défaillances des politiques publiques en la matière depuis les années 1970. Presque exclusivement engagé dans la construction de villes nouvelles fermées et sécurisées dans le désert, sensées désengorger la capitale, le gouvernement de Moubarak n’a pas su maîtriser l’urbanisation des parcelles agricoles privées de la proche périphérie du Caire, par des individus issus autant de l’évacuation de la région du canal de Suez après la guerre de 1967, que des zones rurales environnantes, mais aussi de Haute-Égypte et des villes secondaires du Delta. L’action gouvernementale a consisté, au mieux à apporter a posteriori les services de base (électricité et eau) dans certains quartiers, au pire à invisibiliser, voire à détruire les installations produites prétextant le tracé d’infrastructures routières (rocade et autoroutes urbaines), ou invoquant le risque sanitaire ou naturel, notamment depuis que le tremblement de terre de 1992 ait alerté l’opinion publique sur la fragilité des constructions dans les quartiers non réglementaires.

À l’heure de la transition politique en Égypte, les ‘ashwa’iyya représentent un enjeu majeur pour l’urbanisme mais aussi pour l’instauration de la démocratie. Leur population, trop longtemps malmenée par l’ancien régime, ne pourra plus être négligée par les nouveaux pouvoirs élus, à plus forte raison par les islamistes se vantant d’avoir déjà largement contribué à améliorer l’état apparent de ces quartiers (actions caritatives, apport ponctuel de services, organisation de réunions consultatives, etc.).

Force est de constater, depuis une dizaine d’années, une tendance à la démarginalisation des‘ashwa’iyya : récent refus du General Organization for Physical Planning (organe de l’État responsable de l’aménagement du territoire en Égypte) de continuer à utiliser cette terminologie trop connotée, campagnes de reconnaissance des titres fonciers illégaux par leInstitute for Liberty and Democracy d’Hernando de Soto entre autres, promotion de la participation des habitants des quartiers non réglementaires aux projets d’aménagement urbain par la coopération internationale. Reste à reconnaître et à exploiter encore plus franchement les compétences des habitants des ‘ashwa’iyya à organiser l’espace urbain et à s’insérer dans le circuit économique. Ceux dont la voix a véritablement compté pour la première fois lors des élections de 2011 exigent aujourd’hui qu’on les aide concrètement à (sur)vivre dans des agglomérations, les grandes villes d’Égypte, où l’urbanisme néolibéral destiné aux plus aisés ne pourra plus constituer l’unique projet politique.

- Denis Éric, 2006, « Cairo as Neoliberal Capital : from Walled City to Gated Communities », in Singerman D., Amar P. (eds), Cairo Cosmopolitan, Cairo/New York : The American University in Cairo Press.

- Fallot Éléonore, 2011, L’urbanisation non réglementaire en Égypte : analyse de l’habitat, de ses dynamiques et de ses représentations, Mémoire de Master, Université Lyon II.

- Miller Catherine, 2007, « Les quartiers populaires du Caire : dénominations, mise en scène et dynamiques linguistiques », in T. Bulot et A. Louinissi (eds), Ségrégation spatio-linguistique. Dynamiques socio-langagières et habitat dit populaire, Alger, Atfalona-DKA.

- Sims David, 2010, Understanding Cairo, The Logic of a City without of Control, Cairo/New York : The American University in Cairo Press.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *