Da’wa al-salafiyya, Al-

[La « prédication salafiste » (al-da’wa al-salafiyya) ]

La « prédication salafiste » (al-da‘wa al-salafiyya) est une organisation religieuse fondée en 1977-1978 par un petit groupe d’étudiants de l‘université d’Alexandrie, parmi lesquels Yasser Burhami et Muhammad Isma’il al-Muqaddim. Son objectif principal est la diffusion de la pensée salafiste en Egypte : elle appelle à débarrasser le dogme islamique de ces « innovations blâmables » que représenteraient le soufisme ou le chiisme, et encourage les musulmans à l’adoption de pratiques sociales et religieuses ultra-conservatrices. « La prédication salafiste » n’est pas le premier mouvement à porter ce message : l’association des partisans de la tradition prophétique (Ansar al-Sunna al-Muhammadiyya), fondée en 1926, se réclamait déjà du salafisme. A la différence de cette dernière, cependant, la « prédication salafiste » a pour ambition de devenir un mouvement de masse, organisé en sections et en branches, et doté d’une véritable hiérarchie. Ce choix d’une certaine rationalisation organisationnelle fait de la « prédication salafiste » une structure de mobilisation particulièrement efficace. En l’espace d’un peu plus de trois décennies, elle étend son emprise à des dizaines de milliers de partisans à travers le pays, bien au-delà du noyau fondateur qui reste basé à Alexandrie. Cet essor est facilité par la relative bienveillance dont fait preuve à son égard l’appareil sécuritaire sous l’ère Moubarak. Parce que la « prédication salafiste » limite ses activités au religieux et au social et délaisse le politique, elle apparaît comme un contre-feu utile à l’influence grandissante des Frères musulmans et de l’islamisme violent. Elle sera parfois touchée par la répression, mais comparativement bien moins que les groupes concurrents.
Pendant les deux premières semaines de la révolution égyptienne, la « prédication salafiste » maintient une position attentiste, demandant à ses membres de ne pas manifester tout en s’abstenant d’afficher tout soutien à Moubarak. Elle ne se ralliera officiellement au soulèvement que dans ses derniers jours. Malgré cela, le mouvement deviendra l’un des principaux bénéficiaires de l’après-Moubarak. Rompant avec la rhétorique de refus du jeu partisan qui l’avait toujours caractérisé, elle se dote eu printemps 2011 d’un bras politique, le parti al-Nour, qui remporte, à la tête d’une « coalition islamique », près d’un quart des sièges à l’assemblée du peuple. Non contents d’exercer une influence majeure dans le champ social et religieux, les salafistes s’imposent ainsi comme la seconde force politique du pays après les Frères musulmans, qu’ils considèrent comme leurs principaux rivaux.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *