Pas de bal pour les prétendants

 

Khaled Ali

L’avocat et militant du parti Pain et liberté (حزب العيش والحرية) fondé en 2013, est apparu dès le printemps 2017 comme le candidat le plus crédible de l’opposition. Candidat malheureux en 2012, sa popularité s’est envolée en 2016, lorsque celui-ci a saisi le Conseil d’État dans l’affaire des îles Tiran et Sanafir et obtenu l’annulation de la décision de rétrocession à l’Arabie Saoudite. Sous le coup de procédures judiciaires (il est accusé d’avoir fait un bras d’honneur devant le Conseil d’Etat), il s’est finalement retiré de la course le 24 janvier, dénonçant la non transparence du processus électoral. Son procès en appel, initialement prévu pour le 7 mars, a été reporté.

Sa campagne de collecte de procurations en janvier a permis de mobiliser d’importants réseaux et groupes militants, qui ont réussi à rassembler une dizaine de milliers de procurations.

 

Ahmed Chafiq

L’ancien premier ministre de Hosni Moubarak et rival de Mohamed Morsi lors de l’élection présidentielle de 2012, annonce son intention de candidater le 29 novembre 2017, depuis son exil aux Émirats Arabes Unis. Il est arrêté à son arrivée en Égypte début décembre et renonce officiellement à présenter sa candidature le 7 janvier 2018, suite à d’importantes pressions politiques exercées à son encontre et à celle des militants de son parti, le Mouvement patriotique égyptien (الحركة الوطنية المصرية).

 

Ahmed Konswa

Le colonel Konswa, qui ne se réclame d’aucun parti, annonce son intention de candidater aux présidentielles le 29 novembre, derrière le hashtag هناك امل (Il y a de l’espoir). Il publie en ligne trois vidéos. Des extraits de la première, dans laquelle il déclare solennellement sa candidature, sont largement repris dans les médias égyptiens : https://www.youtube.com/watch?v=DYN7O-fzHOo

Le militaire de 42 ans est placé en détention provisoire peu après cette annonce, avant d’être condamné à six ans de prison pour violation des règles militaires relatives à l’expression d’opinions politiques.

 

Mohammed Anwar al-Sadate

L’ancien député, dirigeant du parti Réforme et du développement Misruna (حزب الإصلاح والتنمية مصرنا) et neveu de l’ancien président égyptien, a évoqué la possibilité de se présenter à l’élection dès l’été 2017. Il a finalement annoncé qu’il renonçait à sa candidature lors d’une conférence de presse le 15 janvier.

 

Abdel Fattah El-Sissi

Le président sortant a annoncé sa candidature le 19 janvier, à l’issue de la conférence de trois jours intitulée « Histoire d’une nation » (حكايات وطن) retraçant les grandes « réalisations » de son premier mandat. https://www.youtube.com/watch?v=ASgFU5qm4MM 

 

Sami Anan

Le lieutenant général s’est déclaré candidat le 19 janvier, quelques jours avant la date butoir du dépôt des candidatures et quelques heures après l’annonce du président El-Sissi. Chef d’état-major (2005 – 2012) et membre du Conseil suprême des forces armées (CSFA) (février 2011 – juin 2012), il a été placé en détention provisoire dès le lendemain avant d’être jugé non-éligible pour violation des règles militaires, au même titre qu’Ahmed Konswa. Son conseiller de campagne, Hisham Geneina, ancien responsable de l’Autorité du contrôle administratif égyptien, a été la cible d’attaques. D’autres personnalités qui l’ont soutenu ont été également arrêtés comme Abdel-Moneim Abou El-Fotouh, ancien candidat à la présidentielle de 2012.

 

D’autres personnalités comme Mortada Mansour, député et président du club de football de Zamalek, ont annoncé leur intention de candidater, avant de se retirer.

 

Moussa Moustafa Moussa

Le leader du parti al-Ghad (حزب الغد) a déposé sa candidature auprès de l’Autorité nationale des élections le 29 janvier, seulement 15 minutes avant la clôture des dépôts. Partisan du président El-Sissi, il avait participé à sa campagne électorale en 2014 et se mobilisait depuis plusieurs mois en faveur de sa réélection.

 

 

 

Conditions d’éligibilité

Être de nationalité égyptienne et né.e de parents égyptiens. Le candidat, ainsi que ses parents et son conjoint ne peuvent avoir une autre nationalité.

Chaque candidat doit être âgé d’au moins 40 ans le jour de l’élection. Il doit être diplômé de l’enseignement secondaire. Il doit être en bonne santé et ne pas souffrir de maladie physique et/ou mentale qui pourrait entraver l’exercice de ses fonctions. Il ne doit pas avoir été condamné par la justice.

Afin de déposer sa candidature auprès de l’Autorité nationale des élections, chaque prétendant doit avoir collecté le soutien d’au moins 20 députés, ou 25 000 citoyens venant de 15 gouvernorats différents, avec un minimum de 1 000 soutiens par gouvernorat.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *