Foutouh (Aboul)

[Abdel Moneim Aboul Fotouh – عبد المنعم أبو الفتوح ]

Né en 1951, au Caire, Aboul Foutouh est l’un des principaux animateurs de la « deuxième génération » des Frères musulmans, formée au militantisme dans les années 1970. A cette époque, les membres les plus dynamiques des associations islamiques se trouvent dans les facultés de médecine des universités du Caire et d’Alexandrie. C’est le cas d’Aboul Foutouh, pédiatre de formation, qui s’engage notamment, à partir des années 1980, dans le syndicat professionnel des médecins, le premier à tomber sous le contrôle des Frères lors des élections de 1984.

En 1981, il fait partie des 1500 personnes arrêtées par le régime de Sadate. En 1996, sous Moubarak, il est accusé de conspiration contre le régime et un tribunal militaire le condamne à la prison, dont il n’est libéré qu’en 2001.

En 1987, il entre au bureau de la Guidance, l’organe exécutif des Frères musulmans, dont il finit par être écarté en 2009. Au cours des années, ses prises de position à l’encontre du rigorisme de la confrérie se font plus régulières. Aboul Foutouh est souvent perçu comme un représentant de « l’aile éclairée », ou modérée, de la confrérie. Lorsqu’en 2004 il se porte candidat à la succession du guide suprême Maamoun Al-Hudaybi, l’assemblée consultative lui préfère Muhammad Mehdi Aakef, un cadre de la première génération dont les positions sont nettement plus conservatrices.

Dès le premier jour de la Révolution, le 25 janvier 2011, Aboul Foutouh apporte aux manifestants de Tahrir un soutien public, mais personnel, la confrérie étant plutôt prudente et silencieuse sur les événements. Après la démission de Moubarak, la rumeur de sa candidature aux élections présidentielles soulève une vague d’enthousiasme parmi les jeunes Frères, mais aussi débats, dissidences et défections au sein de la confrérie. En mai 2011, Aboul Foutouh se prononce officiellement à l’investiture et se retrouve de facto exclu de la confrérie qui affirmait alors qu’elle ne présenterait pas de candidat aux élections présidentielles.

Aboul Foutouh reste toutefois l’une des personnalités les plus populaires parmi la jeune génération des Frères musulmans. Il est l’un des premiers à défendre une évolution à la turque de la confrérie et contribue activement à la coopération et au dialogue avec d’autres partis ou organisations non islamistes, tel que le Mouvement égyptien pour le changement (Kefaya), créé en 2004. Il participera notamment à la création en 2010 de l’Assemblée nationale pour le changement, plate-forme multipartite rassemblant notamment le nassérien Hamdeen Sabahy, Muhammad el-Baradei (libéral indépendant) et Ayman Nour (ex-Wafd, libéral). A l’automne 2011, lors des affrontements de la rue Muhammad Mahmoud, Aboul Foutouh, Muhammad Al-Baradei et Hamdeen Sabahi proposent de former un gouvernement provisoire de transition au Conseil Supérieur des Forces Armées, aux commandes du pays depuis le départ de Moubarak.

Suite au retrait de la candidature de Muhammad Al-Baradei durant la campagne présidentielle de 2012, Aboul Foutouh devient l’un des favoris de la mouvance libérale, mais aussi des milieux intellectuels de gauche, voire marxistes, ainsi que de nombreux militants de la Coalition des jeunes de la Révolution. Grand favori face au candidat de dernière minute des Frères musulmans et du parti Liberté et Justice, Muhammad Moursy, il est cependant devancé par l’outsider Hamdeen Sabahy, et ne récolte que 18% des suffrages ; soit un score inversement proportionnel à l’enthousiasme qu’il a pu susciter durant des mois. Une des raisons de cet échec aurait été sa mauvaise prestation face à Amr Moussa lors d’un débat télévisé, premier du genre dans l’histoire de l’Egypte. Le débat aura toutefois été fatal aux deux participants, Amr Moussa, autre grand favori, n’arrive que cinquième. Les raisons sont plutôt à chercher du côté de la campagne électorale et des moyens mis en œuvre, mais surtout des stratégies de mobilisation populaire au-delà de la capitale ; du côté aussi d’un programme politique, économique et social que doit désormais affiner et porter le nouveau parti d’Aboul Foutouh, L’Egypte forte (Misr al-qawiya), créé en juillet 2012.

Site internet de Aboul Foutouh : http://www.abolfotoh.net/site.html
Facebook : https://www.facebook.com/profile.php…
Page Facebook du parti L’Egypte forte : https://www.facebook.com/MisrAlkawya
Revoir le débat entre Aboul Foutouh et Amr Moussa, 10 mai 2012 :https://www.youtube.com/watch?v=vrbk…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *