Maydan al-Tahrîr

[Maydan al-Tahrîr]

Maydân al-Tahrîr (Place de la Libération), espace emblématique et central des mouvements contestataires du printemps égyptien, n’a été urbanisé et intégré dans la ville qu’à des dates très récentes. De Muhammad Ali, au début du XIXe siècle, à la révolution de janvier 2011, l’histoire comme les fonctions de cette place n’ont cessé d’être hésitantes.

L’actuelle place Tahrir se situa longtemps au milieu d’un vaste marais, à peine cultivé malgré la proximité des rives du Nil. A l’écart de la ville du Caire, qui s’était développée plus à l’est, cet espace se trouvait tout aussi éloigné des deux ports fluviaux, le Vieux Caire au Sud et Bulaq au Nord.

Du temps de Muhammad Ali (1805-48), des membres de la famille dirigeante édifièrent quelques palais le long du fleuve, au milieu des immenses jardins Qasr al-Dubâra et Qasr al-Nil, où se trouvent aujourd’hui les hôtels Shepherd et Hilton. A partir de 1828, on aménagea un canal dont le point de captage se situait derrière l’emplacement du Musée égyptien et dont le parcours empruntait l’actuelle rue al-Galâ’.Il permettait la mise en culture des terres au nord du Caire, puis, avec le développement du chantier du Canal en 1866, l’approvisionnement de Suez en eau douce. Saïd Pacha (1854-1863) transforma ensuite le Palais de Qasr al-Nil et ses jardins en d’importantes casernes pour son armée en cours de modernisation. Dès lors l’espace, à l’avant de ces bâtiments et à l’opposé du Nil, devenait un vaste champ d’exercice pour les troupes et prit le nom de « maydân », terme par lequel on désignait depuis des siècles en Orient les terrains hors les murs des villes où les élites militaires se livraient à leurs exercices équestres.

Le khédive Ismâ’il Pacha (1863-1879) régnait sur une province dont les liens avec Istanbul étaient de plus en plus ténus. Aussi rêvait-il de faire du Caire une capitale à l’image de Paris. Il urbanisa donc les vastes espaces situés entre son nouveau palais d’Abdin et l’actuelle rue Qasr al-Ayni. Dans un souci esthétique et modernisateur, il fit tracer de grandes artères qu’il orna de monuments. Il amorça aussi l’aménagement, en zone résidentielle, de l’île qu’on alla bientôt appeler Zamalek. Dès lors, il convenait de la relier directement au quartier d’Abdin. Ce qui fut fait en 1872, avec l’inauguration du premier pont métallique d’Egypte qu’on flanqua de quatre lions de bronze commandés auprès de Jacquemart. Sur les abords orientaux du « maydân », en direction d’Abdin, l’élite dirigeante politique et économique, encore largement non égyptienne, se fit construire de vastes demeures, à l’instar du négociant grec Gianaclis et de Khayri Pacha, ministre des travaux publics. Intégré ainsi dans la ville nouvelle tout en demeurant à sa périphérie, la place prit le nom de Maydan al-Ismâ’iliyya.

Suite à l’intervention militaire de 1882, les Britanniques placèrent sous leur contrôle les abords du Nil. Ils installèrent leur armée dans les casernes et logèrent le consul général dans le bâtiment qui deviendra l’ambassade britannique. L’ouverture en 1907 du Sémiramis, le premier des grands hôtels internationaux à se fixer directement sur les bords du Nil, renforça encore le caractère très européen des abords ouest du Maydân. Il fut suivi peu après par le Shepherd. Du côté nord, on acheva en 1902 la construction du Musée égyptien qui allait héberger les fabuleuses collections du patrimoine pharaonique. Dès lors, la place prenait une fonction nouvelle, celle de lieu de mémoire d’un pays en train de se construire en nation.

L’année 1919 marqua un tournant. Le mouvement national dirigé par Saad Zaghloul soulevait l’Egypte entière contre les Anglais. Les manifestations, qui se succédaient dans les rues du Caire, débordaient aussi vers le Maydân, devenu symbole de l’occupation étrangère. Dans années 30, d’autres manifestations allaient suivre, puis à nouveau en février 1946. Les émeutes de janvier 1952 n’épargnèrent pas la place et le Shepherd partit en fumée.

L’aménagement de cet espace inachevé ne cessait de soulever des débats passionnés. En 1919, la proposition de l’urbaniste Qattawi d’en faire une zone d’habitation résidentielle, centrée sur le musée, avait peu de chance d’aboutir en raison du maintien des Britanniques dans les casernes. Leur évacuation définitive en mars 1947 relança le débat. L’architecte Dhu al-Faqqâr Bey proposa alors d’y développer des immeubles administratifs, de construire le parlement à l’emplacement des casernes, d’aménager des jardins et d’édifier des monuments représentatifs de l’histoire nationale, bref d’en faire une vitrine de l’Egypte moderne et nationaliste. De ce plan, peu de projets cependant aboutirent. En 1948, on inaugura la mosquée Umar Makram, du nom du chef d’une des révoltes contre Bonaparte au temps de l’Expédition d’Egypte. Tout près de là, on acheva en 1951 le Mugamma’, immense immeuble administratif inspiré, non pas de l’art stalinien comme on le dit souvent, mais de l’architecture américaine de l’entre-deux-guerres.

Entre temps, du côté oriental de la place, la plupart des grandes demeures de l’époque khédiviale avaient cédé la place à des immeubles modernes. Celle de Khayri pacha survécut parce qu’elle abritait l’Université américaine depuis son ouverture en 1919.

Une fois la république instaurée, il s’agissait d’effacer de la toponymie toute trace de la monarchie défunte. Le Maydân fut donc renommé Tahrîr (Libération). Dès le 23 juillet 1953, on y célébra le premier anniversaire de la révolution par une grande parade militaire. Puis, pendant une quinzaine d’années, la place allait accueillir les grandes mobilisations : très patriotiques en novembre 1956 lors de l’agression tripartite sur Port Saïd, plus revendicatives le 9 juin 1967, après la défaite de la guerre des six-jours, lorsque des milliers de cairotes manifestèrent sur la place pour demander à Nasser de revenir sur sa décision de démissionner.

Après la destruction définitive des casernes, de nouveaux aménagements furent entrepris : une large corniche surplombant le Nil, le siège de la Ligue arabe à la place des bâtiments militaires ainsi que l’hôtel Hilton. C’est là qu’allaient se dérouler un certain nombre de sommets arabes dont le premier eut lieu en janvier 1964. La façade sur le Nil fut complétée par la construction du siège de l’Union socialiste arabe, parti unique sous Nasser, devenu ensuite le Parti national démocratique sous Moubarak, incendié en janvier 2011.

Contrairement à Nasser, Sadate et Moubarak manifestèrent très peu d’intérêt pour le centre ville. Ils encouragèrent donc le développement de nouveaux centres économiques sur la rive ouest du Nil. Les classes moyennes et aisées suivirent le mouvement et abandonnèrent la place Tahrir et ses alentours au profit de nouveaux quartiers résidentiels. Cependant, la place n’échappa pas à la spéculation immobilière en train de transformer les rives du Nil en une artère continue de gratte-ciel privés de toute ambition esthétique. Le vieux Sémiramis céda la place à une tour sans charme et, au-delà du Musée égyptien, surgit la silhouette disgracieuse du Hilton Ramsès. Si le déplacement en 2009 de l’Université américaine vers un nouveau campus et le transfert programmé pour 2015 du Musée égyptien accélèrent le déclin culturel de Tahrir, le développement des transports en commun en ont par contre fait un nœud de communication essentiel. Des centaines de milliers de cairotes y transitent quotidiennement. Sans s’y arrêter vraiment, ils attirent cependant des foules de marchands ambulants.

Dès l’année 1991, l’opposition aux guerres contre l’Irak a fait de Tahrir le principal lieu de la contestation égyptienne. Suite à ces mouvements, le pouvoir lança de grands chantiers au début des années 2000. La gare routière, qui dans les années 1970 avait pris la place des jardins publics, disparut rapidement, mais les travaux sont restés au point mort depuis des années. L’objectif était moins de réaménager la place que d’en limiter l’espace public et d’empêcher par conséquent les rassemblements massifs. Pour autant, cela n’empêcha pas la contestation de s’y développer en septembre 2001 lors de la seconde Intifada palestinienne, en mars 2003 lors de l’invasion de l’Irak, en juillet 2006 lors de l’opération israélienne contre le Liban, le 6 avril 2008 en solidarité avec les ouvriers de Mahalla al-Kubra alors en grève.

Depuis le 25 janvier 2011, le cœur de la révolution égyptienne n’a cessé de battre à Tahrîr. Pour autant la place n’a pas retrouvé sa centralité, dans une ville économiquement éclatée et socialement très fragmentée.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *