Choisir son café, choisir son quartier. Les cafés, révélateurs de la géographie sociale du Caire. L’exemple de Zamalek

par Florian Bonnefoi, doctorant en sociologie (Migrinter, Université de Poitiers / CEDEJ). Cet article s’appuie sur un mémoire de Master de sciences sociales réalisé à l’ENS Lyon et intitulé « Les cafés au quotidien. Espaces hybrides, normes et sociabilités au Caire ». 

 

Introduction

Au Caire, aller au café est une pratique transversale, une habitude partagée par presque toutes les classes sociales, depuis les cafés populaires de quartier jusqu’aux terrasses des clubs privés. Ahwa-s, cafés et coffee-shops créent une expérience commune à divers mondes sociaux. Dans le même temps, fréquenter ces différents établissements ne signifie pas la même chose en fonction de son genre, de son âge, de sa classe sociale, de sa religion, de son orientation politique. Il s’agit d’une pratique qui peut sembler anodine par son caractère quotidien et banal, mais qui est en fait au cœur d’enjeux clés de la société égyptienne contemporaine et de la fabrique de la ville au Caire : présence des classes populaires et moyennes dans l’espace public, segmentation sociale, liens entre économie formelle et informelle, gestion de l’espace public, loisirs et sociabilités, rapports de genre. Dans une capitale macrocéphale emblématique du « tout-urbain », s’étendant sur plus de 1 680 kilomètres carrés et qui accueille près de 24 millions d’habitants, les micro-espaces du quotidien, souvent peu investis par la recherche au Caire, constituent un lieu d’observation privilégié des habitudes des Cairotes et des citadinités. Cet article se concentre sur le quartier de Zamalek. Il est issu d’une étude plus large menée en 2019-2020 et portant sur les cafés comme espaces clés des pratiques citadines ordinaires au Caire. Il s’appuie sur un travail d’observation participante et d’observation ponctuelle de plusieurs mois dans une vingtaine de cafés de la ville, sur des discussions informelles avec des serveurs et des clients ainsi que sur une analyse de la presse arabophone. Il interroge l’inscription des cafés dans la ville et cherche à dessiner une nouvelle géographie sociale des quartiers centraux de la capitale égyptienne.

Zamalek est souvent présenté comme le quartier le plus huppé et cosmopolite du Caire. Les études portant sur ce quartier insulaire sont rares malgré son caractère singulier. Il fait effectivement figure d’exception : dans un contexte de néolibéralisation croissante qui voit les élites quitter les quartiers centraux pour les compounds et les villes nouvelles dans le désert, son rayonnement semble se maintenir et son offre de loisirs haut-de-gamme attire un public à la fois égyptien et étranger. Prendre un café à Zamalek reste aujourd’hui encore un signe de distinction sociale. Il s’agit là d’un héritage remontant à la période de domination britannique au XIXe siècle. L’île de Gezira a été urbanisée sous le khédive Ismaïl (1863-1879) et a dès le départ été le lieu de prédilection de l’aristocratie égyptienne et des légations étrangères. Elle se couvre de jardins, de palais et de villas qui accueillent aujourd’hui une soixantaine d’ambassades, des équipements culturels et des ministères (El Kadi 2012). La partie Nord de l’île concentre les fonctions résidentielles et diplomatiques. Même si elle a tendance à se dépeupler, passant de 21 000 habitants en 1996 à 17 365 en 2006 et 14 996 en 2017 d’après le CAPMAS[1], elle reste l’un des quartiers centraux les plus prisés de la capitale, un quartier chic où il fait bon habiter. La partie Sud est occupée par de vastes espaces verts, en particulier le Gezira Sporting Club. Zamalek est littéralement un îlot de verdure au cœur de la capitale où est proposé un modèle récréatif exclusif qu’incarne l’offre de cafés.

 

1. À l’image du quartier, une offre de cafés essentiellement haut-de-gamme

Les cafés du quartier sont effectivement en phase avec cette image élitiste (figure 1). L’île compte seulement deux ahwa-ssitués sur l’avenue du 26 Juillet. Le Rubaiyyat al-Khiam est un café d’intérieur assez étroit. Sa clientèle jeune et mixte le rapproche de certains établissements de Bab el-Luk et de Wast el-Balad. Les serveurs portent une chemise blanche, signe d’une volonté de montée de gamme par rapport aux ahwa-s baladi[2]. Le second est un petit café d’extérieur situé sous le pont du 15 Mai menant à Mohandessine. Il se rapproche beaucoup plus du modèle populaire – le serveur lui-même parle d’un café « sha’bi » (populaire) –, même si le décor diffère : ici, le mobilier en plastique coloré remplace la traditionnelle chaise en bois. Les prix sont peu élevés alors que « ailleurs ici, il faut dépenser beaucoup d’argent pour avoir un café » explique l’un des serveurs. Les clients sont assez rares. La majorité semble être des employés qui y font une halte à la fin de leur journée de travail, avant de rentrer chez eux. Quelques points de vente mobiles se replient dans les interstices, à destination des travailleurs journaliers du secteur touristique.

En fait, Zamalek est plutôt connu pour ses cafés et coffee-shops qui se concentrent eux aussi sur l’avenue du 26 Juillet. Vitrines et terrasses en hauteur marquent le paysage urbain, au point que certains résidents craignent de voir le quartier se transformer en « bidonville commercial ». Ils accusent notamment ces établissements d’attirer des mendiants. Les cafés enfin sont plus intégrés à l’intérieur des zones résidentielles où la circulation est beaucoup moins dense, en retrait par rapport à l’avenue principale, et bien sûr dans les clubs. Le terme « café » recouvre à peu près la même réalité que les coffee-shops en termes d’ambiance et de clientèle. En revanche, il s’agit d’établissements indépendants et non de grandes enseignes plus ou moins internationales. Ils ont une forme différente : à l’interface entre intérieur et extérieur, ils disposent souvent d’une terrasse qui rappelle un modèle plus européen qu’américain.

Figure 1 : Zamalek : cafés et coffee-shops d’un quartier huppé

Les établissements de cafés incarnent le caractère cosmopolite de l’île par leur nom. Une analyse à partir de Google Maps, montre que parmi les 52 cafés recensés, 28,2 % seulement ont un nom arabe, plus de la moitié en a un d’origine anglaise. Les noms étrangers peuvent renvoyer à des lieux –comme « le Café de Paris », à des aliments ou des boissons comme la chaîne « La Poire » ou encore à des sentiments (« Amore »). Les cafés ayant un nom étranger sont surreprésentés à Zamalek par rapport à l’ensemble des quartiers centraux[3] (73 % de noms arabes et 27 % de noms étrangers). À l’échelle du Caire, la répartition des cafés au nom d’origine étrangère marque une forme de distinction sociale en fonction des quartiers. Ils sont majoritairement situés dans les zones plus récentes de la rive gauche du Nil, accueillant une population globalement aisée et plus internationalisée ainsi que des universités.

 

2. Espace inclusif, espace exclusif : le coffee-shop

Le type de café majoritaire à Zamalek est le coffee-shop. Ce dernier représente le lieu de prédilection des femmes de la classe moyenne supérieure. Une nouvelle élite bourgeoise et cosmopolite apparue avec la libéralisation économique des années 1990 cherche à élaborer sa propre culture en s’appuyant sur la présence des femmes dans l’espace public, même si celle-ci est sans cesse négociée afin de préserver leur réputation (Koning 2005; 2006; 2009). Les coffee-shops sont des « safe‑spaces » où la mixité hommes/femmes est acceptée car limitée à une même classe sociale. Au début des années 2000, ces pratiques avaient lieu uniquement dans les quartiers huppés comme Maadi, Mohandessine, Zamalek ou Héliopolis. Aujourd’hui, elles s’étendent à Wast el-Balad et à Doqqi et gagnent en visibilité en s’exposant dans la rue.

En tant qu’espaces de mixité hommes/femmes, les coffee-shops et cafés sont donc plus inclusifs que les cafés baladi. Néanmoins, ils sont socialement exclusifs. Les prix sont prohibitifs : jusqu’à 40 LE pour un thé ou un café, c’est-à-dire dix fois plus cher que dans un ahwa. La chicha peut revenir à 70 guinées contre 20 dans un café populaire. C’est littéralement le prix de la tranquillité et de la sociabilité endogame. Une partie des classes moyennes et supérieures cherche à s’extraire des espaces publics auxquels elle préfère des lieux moins ouverts. L’architecture même des coffee-shops sert d’outil pour filtrer et sélectionner les personnes autorisées à entrer. C’est paradoxalement leur caractère clos qui les rend fréquentables. La porte et les fenêtres sont à la fois des connecteurs qui marquent l’interface entre intérieur et extérieur, et des barrières empêchant les individus jugés inappropriés d’entrer. Ces derniers sont vus comme un danger potentiel pouvant ternir la réputation de l’établissement et de ses clients légitimes. Les enfants des rues sont particulièrement stigmatisés. Ils sont immédiatement chassés, voire poursuivis, par les serveurs lorsqu’ils osent franchir furtivement le pas de la porte pour demander quelques pièces aux clients. C’est moins le cas dans les cafés de rue. Les coffee-shops sont donc des lieux paradoxaux pris dans le triptyque mixité (de genre), émancipation (des femmes), exclusivité (sociale) (Assaf 2013).

 

3. Une spécificité de Zamalek dans le paysage des cafés cairotes, les clubs comme espaces fermés et sélectifs

Figure 2 : Les clubs de la partie Sud de Zamalek, un système récréatif haut de gamme

Ce sont les clubs (nadi) qui font la renommée de Zamalek. Le Gezira Sporting Club est un héritage de la période d’occupation britannique. Il a été fondé par les Anglais en 1884 et s’étend sur 60 hectares, soit un quart de l’île (Ran Oppenheim 1999). C’est un espace élitiste et distingué, réservé aux membres auxquels il offre une variété d’équipements sportifs et culturels (figure 2). À l’origine, aller au club, c’est vouloir faire partie d’une élite (Gillot 2002). Les candidats étaient élus par un comité sur la recommandation de deux membres. Aujourd’hui encore, la partie Nord du club reste très sélective. Depuis 2018, l’adhésion s’y élève à 2 millions de livres la première année et se fait après un entretien. Seuls des diplômés du supérieur sont autorisés à postuler. Il existe une hiérarchie entre les membres actifs permanents, les membres associés (enfants et conjoint), les membres affiliés (enfants de moins de 21 ans, sous tutelle ou du conjoint qui n’est pas membre actif) et les membres d’une branche précise du club qui n’ont pas accès à tous ses équipements. La partie Sud du club, elle, est accessible aux classes moyennes supérieures. L’adhésion était moins onéreuse dans les années 2000, ce qui a permis sa démocratisation. Elle a cependant considérablement augmenté depuis les derniers travaux de rénovation et s’élève désormais à plusieurs dizaine de milliers de livres la première année et est ensuite renouvelée annuellement pour une centaine de livres. On peut également y accéder par l’achat d’un ticket coûtant entre 20 et 40 LE. Le prix des consommations est identique au reste de la ville (3 LE pour un thé). C’est le droit d’entrée ainsi qu’une forme d’autocensure face à l’image du club qui filtrent la clientèle et qui produisent une « bipolarité de la vie sociale urbaine » (Battesti et Puig 2011, p. 167).

Les cafés s’y intègrent dans un système récréatif qui dérive des installations sportives. Les sociabilités y sont différentes. Le public visé est essentiellement familial, ce qui modifie l’organisation spatiale des cafés ainsi que leur fréquentation qui se fait plus en journée. Tables et chaises en plastique dur sont éloignées les unes des autres créant des îlots privés. Le dossier des chaises est élevé, formant une sorte de mur entre le noyau familial réuni et l’extérieur. Les jeunes femmes sont aussi plus nombreuses. Le club est un endroit où l’on peut plus facilement se retrouver, flirter et draguer. À l’image des établissements de l’île dans leur ensemble, les cafés du club génèrent des mobilités à l’échelle de l’agglomération. Ils nécessitent donc l’aménagement de parkings et diffèrent en cela du ahwa de quartier où l’on se rend à pied. Cette utilisation de l’automobile est un autre signe du caractère privilégié de la clientèle des clubs : en 2019, le nombre de voitures privées s’élevait à un peu plus de 5 millions, ce qui signifie qu’un peu moins de 9 % de la population en âge de conduire seulement serait motorisée.

 

Conclusion

À travers une pratique assez banale – se retrouver entre amis ou en famille pour boire un thé – se dessine donc une autre façon d’appréhender la géographie sociale du Caire. Dans les micro-espaces du quotidien – au ahwa, au café, au coffee-shop – se jouent des rapports de classe, de genre ainsi que des processus d’inclusion et d’exclusion qui segmentent la société égyptienne. Zamalek, loin de l’hétérotopie parfois mise en avant à Wast el-Balad du fait de la mixité qui anime ses cafés (Ryzova, 2015), est un bon exemple de ce cloisonnement des pratiques et des publics qui se matérialisent par les diverses formes spatiales que sont les établissements de café.

 

Bibliographie

Assaf Laure, 2013, « Autour d’un café. Sociabilité des jeunes à Abu Dhabi » dans Laurent Bonnefoy et Myriam Catusse (eds.), Jeunesses arabes : du Maroc au Yémen loisirs, cultures et politiques, Paris, La Découverte, p. 53‑62.

Battesti Vincent et Puig Nicolas, 2011, « Comment peut-on être urbain ? Villes et vies urbaines » dans François Ireton et Vincent Battesti (eds.), L’Égypte au présent. Inventaire d’une société avant révolution, Sindbad-Actes Sud, p. 145‑182.

El Kadi Galila, 2012, Le Caire : centre en mouvement, Paris, IRD Éditions, 288 p.

Gillot Gaëlle, 2002, Ces autres espaces. Les jardins publics dans les grandes villes du monde arabe : politiques et pratiques au Caire, à Rabat et à Damas, Thèse de doctorat en Géographie, Université François Rabelais, Tours, 515 p.

Koning Anouk de, 2009, « Gender, Public Space and Social Segregation in Cairo: Of Taxi Drivers, Prostitutes and Professional Women », Antipode, vol. 41, no 3, p. 533‑556.

Koning Anouk de, 2006, « Café Latte and Caesar Salad: Cosmopolitan Belonging in Cairo’s Coffee Shops » dans Cairo Cosmopolitan. Politics, Culture, and Urban Space in the New Globalized Middle East, Cairo, The American University in Cairo Press, p. 221‑235.

Koning Anouk de, 2005, Global Dreams: Class, Gender, and Public Space in Middle Class Cairo, Cairo; New York, The American University in Cairo Press, 219 p.

Ran Oppenheim Jean-Marc, 1999, « The Gezira sporting club of Cairo », Peace Review, vol. 11, no 4, p. 551‑556.

Ryzova Lucie, 2015, « Strolling in Enemy Territory: Downtown Cairo, its Publics, and Urban Heterotopias », Orient Institute Studies, vol. 3.

 

[1] Central Agency for Public Mobilization and Statistics : institut national de production et d’analyse statistique égyptien, responsable du recensement.

[2] Cafés populaires de quelques chaises à plusieurs centaines, souvent en extérieur et fréquentés majoritairement par des hommes.

[3] Un recensement systématique des établissements de café et de leurs noms a été fait sur Google Maps en mai 2020 pour les quartiers de Shubra, du Khan el-Khalili, du Darb el-Ahmar, de Sayyeda Zeinab, de Garden City, de Wast el‑Balad, de Manial, de Zamalek, de Doqqi, de Giza, de Mohandessine et d’Imbaba.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search