Compte-rendu du Rendez-vous du CEDEJ « La Cité des Morts au Caire, une merveille en danger » avec Galila El Kadi

Le 31 mars dernier, nous avons eu le plaisir d’accueillir Galila El Kadi, directrice de recherche émérite à l’Institut de recherche pour le Développement, pour un Rendez-vous du CEDEJ intitulé « La Cité des Morts au Caire, une merveille en danger ».

En introduction, Agnès Deboulet, directrice du CEDEJ, rappelle que les nécropoles sont une des spécificités de la capitale égyptienne. Elles ont une histoire très longue et sont au cœur de l’actualité du fait de démolitions réalisées en juillet 2020 pour réaliser un nouveau pont. Il s’agit de cimetières sans équivalent ailleurs dans le monde de par leur superficie et leur caractère habité. Un espace paradoxal donc qui est à la fois l’un des plus marquants et sublimes du Caire par son architecture, mais aussi l’un des plus dénigrés.

Galila El Kadi explique que la Cité des Morts a été l’objet de sa première recherche conduite en Égypte en 1983. Elle s’était intéressée à ses habitants et notamment à évaluer leur nombre. Elle s’était également penchée sur le statut patrimonial de ces cimetières. À l’époque, un déplacement des tombes vers le désert était déjà évoqué, mais des campagnes de sensibilisation, un intérêt académique (El Kadi et Bonnamy 2001) et surtout le classement d’une partie des cimetières dans le périmètre du Caire historique à l’UNESCO en 2010 semblaient avoir protégé cet espace.

Or, ces derniers mois, la Cité des Morts a fait l’objet de plusieurs dégradations (voir revues de presse de l’été 2020 et de janvier 2021). Tout d’abord, le schéma stratégique de 2050 prévoit la destruction et le transfert dans le désert de toutes les tombes à l’exception de celles considérées comme des monuments historiques. En juillet 2020, une partie des tombes de la nécropole Est sont détruites afin de permettre la construction d’un pont en viaduc. Les travaux ont été arrêtés à la suite d’une campagne de protestation. Enfin, en janvier 2021, a débuté la démolition d’une partie du cimetière de Sayyeda Aisha. L’intervention de l’UNESCO, qui a menacé de placer le site sur la liste du patrimoine mondial en péril, a mis un coup d’arrêt à ces dégradations. Reste néanmoins le projet d’élargissement de la voie Salah Salem qui menace 2 700 tombes. Plusieurs intellectuels se sont mobilisés en intervenant dans la presse, à la télévision, dans des colloques. Ils préparent un ouvrage collectif avec pour objectif de renouveler les connaissances et l’intérêt pour ces espaces.

Ce qu’on appelle la Cité des Morts au Caire est en fait un ensemble de trois nécropoles fondées en 640 en parallèle de Fustat, soit avant le Caire fatimide. Elle a évolué avec la ville, chaque dynastie ayant ajouté un nouveau morceau aux cimetières. Elle s’étend sur une douzaine de kilomètres du Nord au Sud et a une superficie d’environ 1 000 hectares. En cela, elle est la plus grande nécropole du monde arabe et musulman. Il est aussi important de noter qu’elle continue de remplir sa fonction funéraire. Elle peut être considérée comme l’équivalent contemporain de la Vallée des Rois. Les tombes prennent des formes diverses, simples ou plus complexes. Certaines s’étendent sur plus de 200 m². Au sein de ces espaces, 75 monuments historiques ont été recensés, soit 15 % de l’art arabe classique classé par l’UNESCO. Parmi les plus importants, on note le mausolée de l’Imam al-Chafei et le complexe du Sultan Barqouq.

La nécropole assure plusieurs fonctions, la plupart remontant à sa fondation à l’époque fatimide :

  • Une fonction funéraire qui donne lieu à des visites afin de se recueillir sur les tombes. Ces dernières prennent la forme d’une maison avec des chambres qui peuvent accueillir les parents du défunt. Cette pratique de la visite aux morts tend à péricliter, mais reste importante chez les classes populaires.
  • Dès le départ, elle a eu une fonction de loisirs, on venait s’y promener.
  • Il s’agit d’un cimetière habité. À l’origine, à l’époque mamelouke, elle accueillait des étudiants dans les écoles coraniques (madrasas), mais aussi des veuves et des orphelins. Au XXe siècle, la crise du logement y a attiré des populations défavorisées. On peut véritablement parler d’urbanisme dans la Cité des Morts avec une diversification des tissus urbains (tissus tramés et organiques).
  • Elle accueille aujourd’hui un souk tous les vendredis.

Malgré sa valeur historique et patrimoniale, la Cité des Morts fait l’objet de plusieurs menaces :

  • La présence d’habitants permanents. Deux formes d’habitat coexistent dans les cimetières cairotes : l’habitation au sein des tombes et la construction d’enclaves sur les terrains vacants. L’extension des îlots d’habitation menace les tombes environnantes. L’État a encouragé ce processus de peuplement en offrant des services (électricité, eau, ligne de tramway, puis de bus, la tombe d’Omar Makram est par exemple utilisée comme crèche). Le vide sécuritaire de la période révolutionnaire a également laissé libre cours à l’occupation des cimetières. Les déchets et les eaux usées menacent une partie des tombes.
  • La construction d’infrastructures. Le pont d’Ain el-Hayat, dans le voisinage de l’Imam al-Chafei, dans les cimetières Sud, a entraîné la démolition de dizaines de tombes des pachas de Mohammad Ali. Le projet de l’axe Firdous, dont la construction a commencé en juillet 2020, prévoit de raser les tombes sur 4 mètres de part et d’autre du pont, qui causera lui-même des destructions. D’autres solutions auraient pu être envisagées, notamment faire passer l’axe ailleurs, ou bien simplement réduire la surface des tombes en déplaçant les murs d’enceinte sans les détruire.

En conclusion, Galila El Kadi rappelle que Le Caire comporte 45 espaces d’inhumation et qu’ils doivent être pris en compte dans la planification urbaine. Sur la Cité des Morts en particulier, elle insiste sur l’importance d’une séparation entre tombes et habitat.
La discussion a porté sur le rôle des vivants dans ces espaces. Malgré les dégradations, ne permettent-ils pas de conserver une certaine intégrité de ces espaces ? La non-valorisation touristique de ces espaces au patrimoine pourtant exceptionnel a été évoquée. Des questions ont porté sur l’intervention de différents acteurs (UNESCO, Fondation Aga Khan).

Bibliographie indicative pour aller plus loin :

  • Benoit Nicolas, 2017, Le cimetière de Bab el Nasr. Usages sociaux d’un espace public historique dans un contexte de régénération urbaine, Mémoire de Master, Université Denis Diderot, Paris, 156 p, [en ligne] http://cedej-eg.org/wp-content/uploads/2016/11/Benoit_Nicolas_me%CC%81moire_Bab_el_Nasr.pdf
  • Bonnefoi Florian et Roux Louis, 2019, « Le souk au milieu des tombes. Le marché du vendredi au Caire ou la mutation d’un espace funéraire hybride », Géographie et cultures, no 110, p. 33‑52.
  • El Kadi Galila, 1990, « La Cité des Morts au Caire : un abri pour les sans-abris », Maghreb – Machrek, no 127, p. 134‑153.
  • El Kadi Galila et Bonnamy Alain, 2007, Architecture for the Dead: Cairo’s Medieval Necropolis, Cairo, American University in Cairo Press, 316 p.
  • El Kadi Galila et Bonnamy Alain, 2001, La cité des morts : Le Caire, Liège, Institut de Recherche pour le Développement, 305 p.
  • El Kadi Galila et Bonnamy Alain, 1987, « Un lotissement dans un cimetière », Urba, no 219, p. 152‑157.
  • Fahmi Wael Salah, 2012, « Sustainable Tourism and the Rehabilitation of Cairo’s Historical Districts: The Case of the Bazaar Area and the Cities of Dead », World Sustainability Forum 2012 – Conference Proceedings Paper, 29 p, [en ligne] https://sciforum.net/paper/view/906.
  • Fahmi Wael et Sutton Keith, 2014, « Living with the Dead: Contested Spaces and the Right to Cairo’s Inner-City Cemeteries », World Sustainability Forum 2014 – Conference Proceedings Paper, 29 p, [en ligne] https://sciforum.net/manuscripts/2444/manuscript.pdf.
  • Massignon Louis, 1958, « La Cité des Morts au Caire, Qarâfa – Darb Al-Ahmar », BIFAO, vol. 6, p. 25‑79.
  • Nedoroscik Jeffrey A., 1997, The City of the Dead: A History of Cairo’s Cemetery Communities, Westport, Greenwood Publishing Group, 152 p.
  • Sutton Keith et Fahmi Wael, 2002, « Cairo’s “Cities of the Dead”: The Myths, Problems, and Future of a Unique Squatter Settlement », The Arab World Geographer, vol. 5, no 1, p. 1‑21.
  • Tozzi Di Marco Anna, 2011, « The Reshaping of Cairo’s City of the Dead: Rural Identity versus Urban Arena in Cairene Cultural Narrative and Public Discourse », Anthropology of the Middle East, vol. 6, no 2.

Florian Bonnefoi


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search