Compte-rendu de l’atelier « Making it work: Economies of the Male Bodies in Egypt »

Samedi 6 juillet 2019, à l’Université Américaine au Caire, ce sont les corps masculins qui, une fois n’est pas coutume, étaient à l’honneur, ou plutôt à l’étude. À l’initiative d’Ilka Eickhof (Université Américaine au Caire) et de Carl Rommel (Université de Helsinki), huit chercheur.e.s en anthropologie s’étaient réunis pour discuter des corps masculins en Égypte – plus particulièrement de ceux des hommes des classes moyennes et populaires – de ce qui les conditionne, les façonne. Dans le cadre du Workshop Making it work : Economies of the Male Bodies in Egypt [1] – organisé conjointement par le CEDEJ, l’IFAO et l’Université Américaine au Caire – les intervenant.es [2] ont questionné entre autres les influences respectives des contraintes économiques, du néolibéralisme, des attentes sociétales notamment relatives au mariage, sur le corps masculin et les représentations et imaginaires qui lui sont associés. Anthropologie sociale, anthropologie médicale, anthropologie du sport, les angles d’approches variés ont offert des perspectives singulières sur des corps encore sous-étudiés. Ce qui suit propose un aperçu (non exhaustif) de ce que cette journée a permis d’aborder.

Le corps, cette ressource « magique »

Parmi les différentes présentations, celle de l’anthropologue Karin Ahlberg intitulée Exhausting the male body : a shock absorber between social expectations and capitalist precarity, a montré à quel point le corps masculin peut servir de variable d’ajustement et « d’absorbeur de choc ». Karin Ahlberg, qui a consacré sa thèse de doctorat à l’étude des enchevêtrements entre tourisme, politique, et soin de l’image nationale, a côtoyé les boutiquiers du célèbre souk de Khan el Khalili. Leurs activités relèvent du secteur de l’emploi informel ; ils n’ont ni couverture maladie, ni assurance retraite. Les ayant fréquentés assidument pendant près de deux années peu après la destitution de Moubarak en 2011, elle a observé comment, dans un contexte de baisse drastique de la fréquentation touristique et ce faisant de leurs ressources financières, ces commerçants ont mis en œuvre des stratégies de subsistance avec comme principal outil leurs propres corps.

En Égypte, l’idée selon laquelle l’homme est la principale source de revenus du foyer soumet nombre d’hommes des classes moyennes et populaires à une pression les poussant à des efforts parfois surhumains. Karin Ahlberg observe en effet que « pour répondre à leurs obligations de pourvoyeurs, [ses] interlocuteurs ont souvent fait passer au second plan leurs besoins corporels primaires tels que dormir, manger ou se reposer ». Ils « usent et abusent de leurs corps pour répondre aux attentes sociales liées au corps masculin. »

L’exemple de Moustafa, qui a dû prendre un second emploi pour couvrir les dépenses liées au mariage dont il négociait les termes, illustre particulièrement le défi quotidien que doivent relever certains égyptiens. Pendant près d’un an, jusqu’à la tenue du mariage, il aura dormi quatre heures par nuit, soit le temps restant une fois ses deux services accomplis. C’est donc grâce à son corps, en « abusant » de son corps, ressource ici presque « magique », que Mustafa a pallié l’absence, l’indisponibilité de ressources autres.

En réponse aux conséquences anxiogènes des pressions sociales auxquelles ils ne sont raisonnablement pas en mesure de répondre, Karin Ahlberg observe chez « ses amis » une « école de l’insouciance » au sens de la banalisation de l’adoption de pratiques à risques. Ainsi les commerçants « fument des cigarettes, boivent d’énormes quantité de thé, beaucoup consomment du hachich ou autres drogues. » Sur un autre registre, ils déambulent à grande vitesse sur les routes du Caire sur des mobylettes de fortune. Ces pratiques, Karin Ahlberg les analyse autant comme des courts moments de plaisir aux fonctions d’échappatoire que comme des prises de risques conscientes, qui exposent les corps de ceux qui s’y adonnent au développement de maladies et à de fréquents accidents. Ce qui pousse ces hommes à parfois prendre du Tramadol, à exposer leur plus précieux outil de travail à moult dangers n’est pourtant rien d’autre que la modeste aspiration à « mener une bonne vie. Pas seulement pour soi mais aussi pour sa famille. Il faut être préparé à sacrifier son corps pour les générations futures » lui confiait un enquêté.

Une pilule, une tasse de thé et une cigarette

Parmi les médicaments utilisés en Égypte, le Viagra est un révélateur particulier des pressions exercées sur les hommes en relation à un certain idéal de masculinité. Alors que cette pilule a envahi les trousses de toilettes comme les écrans de télévision, Youssef Ramez (diplômé de l’Université Américaine au Caire en sociologie et en anthropologie) dans son intervention A pill, a cup of tea and a cigarette : Male body in Egypt at the age of Viagra révèle comment le corps masculin et sa sexualité sont façonnés à « l’époque du Viagra ». Il analyse la banalisation de ce type de pilule – au départ interdites et initialement vendues comme traitements des dysfonctionnements érectiles – aujourd’hui normalisées et avec elles, l’idée du contrôle des performances sexuelles masculines. En plus des emplois cumulés, les hommes doivent désormais exercer la fonction supplémentaire de ‘lions’, une fois rentrés à la maison. L’injonction à la performance est difficile à ignorer. En effet, les vendeurs de Viagra et de ses homologues génériques aux noms suggestifs (Virecta, Dragon, ou encore Tiger pill etc…) redoublent d’inventivité pour créer des publicités à double sens – car projetées à heures de large audience – et qui feront vendre leurs produits via des métaphores souvent animalières (cheval ou lion versus canard et mouton). La prise de ce type de pilule n’est pourtant pas sans danger et les Égyptiens le savent.

Prendre soin de soi

Cette pression de la performance sexuelle semble s’accompagner d’un accroissement de l’attention portée au corps, une attention qui ne serait plus l’apanage des classes supérieures. Ilka Eickhof, docteure en anthropologie, professeure assistante à l’Université Américaine au Caire n’est pas la seule à avoir constaté la prolifération des salles de sport au Caire – ici appelées « gym » – au cours des cinq précédentes années et ce y compris dans des quartiers relativement populaires de la capitale. Alors que l’idée de sport, de « gym » a longtemps été associé à une élite qui la pratiquait dans des clubs privés dont les frais d’adhésion peuvent atteindre quelques milliers de dollars pour les plus huppés, la pratique du sport, via ces « gyms », devient plus accessible. Ces salles comprenant des machines, un tatami et quelques accessoires, sont bien éloignées des clubs qui offrent de fastes espaces avec piscines et restaurants. Il n’en demeure pas moins que leur fréquentation révèle un certain degré de « self care » et éclaire l’analyse des masculinités. Dans un contexte de crise économique, de crise de la consommation et de taux de chômage élevé, où de nombreux égyptiens sont amenés à cumuler plusieurs emplois, Ilka Eickhof s’est interrogée sur les motivations de jeunes hommes de classes moyennes populaires à investir parfois jusqu’à un cinquième de leur salaire dans les abonnements aux dites « gyms ». Dans sa présentation intitulée It’s worth it, let me work it – Gyms and the disciplining of male bodies in Cairo, elle a rapporté les premiers résultats de cette recherche.

Pour certains des jeunes hommes interrogés, l’objectif mis en avant est avant tout l’apparence : « la silhouette, une forme musclée etc… attire les femmes », « tout le monde veut avoir un corps sculpté pour l’université pour parader devant les filles ». Pour d’autres, il s’agit de « de faire quelque chose d’utile de sa journée », de « faire le plein d’énergies positives », d’améliorer son estime de soi, de combattre la dépression, de réguler le sommeil. Quelles que soient leurs motivations, forme physique ou santé mentale, ces « gyms » sont pour tous des lieux de sociabilité. En général non mixtes, elles permettent aux jeunes hommes de rencontrer des pairs partageant les mêmes disciplines physiques et parfois aussi le même état d’esprit. Cette autodiscipline, analyse Ilka Eickhof, offre à ceux qui s’y astreignent un sentiment de puissance, de pouvoir d’agir retrouvé, particulièrement bienvenu dans un contexte où beaucoup d’hommes égyptiens n’ont que peu de contrôle sur de nombreux aspects de leurs vies (l’emploi, le mariage, le vieillissement…).

Mais que faire lorsque le corps n’est plus apte ? Lorsqu’il est diminué, malade ?

Tirer profit de son corps malade

C’est ce qu’a examiné Mustafa Abdallah, docteur en anthropologie à l’Université Libre de Berlin, mettant en lumière le phénomène de ce qu’il appelle les « patients professionnels », analysant les trajectoires de ces personnes souffrant de pathologies graves et qui utilisent leurs corps et infirmités pour améliorer leurs conditions socio-économiques. Il s’agit pour des patients de monnayer leur connaissance de leur maladie et l’étude de la manifestation de celle-ci sur leurs propres corps auprès des écoles de médecine ou des organismes donnant des cours privés aux étudiants. C’est la stratégie qu’ont adoptée, souvent malgré eux, des patients dans la nécessité de générer des ressources financières que leurs corps malades ne pouvaient plus assurer autrement.

Un « marché de la maladie » s’est donc développé avec ses étudiants, ses professionnels du soin, mais aussi désormais ses « patients professionnels », experts dans le domaine de leur maladie.

La maladie, par essence faiblesse, handicap, est ainsi transformée en source de revenus, en avantage économique, elle devient un capital. Les patients, en devenant « patients professionnels », sont convoités, se sentent valorisés, utiles. Leur participation améliore la qualité de l’étude de la médecine et leur offre des opportunités de sociabiliser, un réseau de contacts qui aidera à vivre avec leur pathologie.

Si les revenus générés permettent de faire face aux dépenses liées à la maladie, ce n’est pas tout. Ces revenus permettent aussi et parfois surtout, de garder la face. Ils permettent de rester indépendant, d’éventuellement soutenir ses proches, de prévoir un futur mariage et pour les hommes particulièrement, de répondre à cette attente pressante qui veut qu’ils demeurent pourvoyeurs, en toutes circonstances.

Maïa Bouatouch-Legrand, Mai 2021


[1] http://cedej-eg.org/index.php/2019/07/06/workshop-making-it-work-economies-of-the-male-body-in-egypt/

[2] Mustafa Abdalla (FU Berlin): Diseased Bodies, Empowered Souls. Disease and masculinity among professional patients in Egypt ; Karin Ahlberg (Stockholm University): Exhausting the male body: a shock absorber between social expectations and capitalist precarity ; Ilka Eickhof (AUC): It’s worth it, let me work it – Gyms and the disciplining of male bodies in Cairo ; Mariz Kelada (Brown University): Behind the Scene/Seen: Technical Workers’ Embodiment of the Political Economy of the Film Industry in Egypt ; Joseph Ben Prestel (Princeton University and FU Berlin): Suburban Productivity: The Reform of Male Bodies in Cairo’s New Neighborhoods, 1890s-1930s ; Youssef Ramez (CUNY): A pill, a cup of tea, and a cigarette: The Male Body in Egypt in the ‘Age of Viagra’; Carl Rommel (University of Helsinki): All Work and No Play? Economic pressures and bodily pleasures in contemporary Egypt ; Hania Sobhy (Max Planck Institute): Disciplining the Male Body: Class, Violence and Masculinity in Egyptian Schools.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search