Le marché aux chameaux du Caire – سوق الجمال

 

Entrée du marché, Février 2019 © ML

À l’entrée de Birqash (برقاش), village situé à 30 kilomètres au Nord de la capitale, se tient l’un des plus grands marchés aux dromadaires d’Egypte. Pour la plupart venus du Soudan, les dromadaires ont déjà parcouru plusieurs centaines, si ce n’est des milliers de kilomètres le long du Nil avant d’arriver au Caire. L’Egypte est l’un des principaux pays importateurs de dromadaires aux côtés de l’Arabie Saoudite, des Emirats Arabes Unis, du Koweït, d’Oman et du Maroc[1]. Transportés pendant plusieurs jours sur des camions, ils sont ensuite vendus pour leur viande ou pour travailler dans les champs où ils tractent l’araire, charrue simple, afin de retourner la terre[2]. L’exploitation à des fins touristiques est en revanche officiellement interdite depuis 2019, notamment sur les sites aux alentours des pyramides de Gizeh[3]. Plusieurs fois par semaine, vendeurs et acheteurs se retrouvent dans les dédales de cet espace ouvert mais ceint de murs et donc invisible depuis l’extérieur. Voici un extrait de photos prises à l’hiver 2019 au marché aux dromadaires du Caire, plus connu sous le nom de marché ou souq aux chameaux, سوق الجمال. En arabe, le terme « جمل» recouvre à la fois celui de chameau et de dromadaire, étant entendu que le dromadaire est une espèce de chameau à une bosse.

 Manon Laroche

 

[1] Faye Bernard, Abdelhadi Omer, Raiymbek Gulzhan, Kadim Isam et Hocquette Jean-François, « La production de viande de chameau : état des connaissances, situation actuelle et perspectives », INRA Productions Animales, 2013, vol. 26, p. 247‑258.

[2] Faye Bernard, Senoussi Hakim et Jaouad Mohamed, « Le dromadaire et l’oasis : du caravansérail à l’élevage périurbain », Cahiers Agricultures, 2017, vol. 26, no 1.

[3] PETA (People for the Ethical Treatment of animals), “Animal Rights, Not Rides! PETA Campaign Saves Horses and Camels at Giza Pyramids”, disponible en ligne sur: https://www.peta.org/blog/giza-pyramids-victory/

 

A l’entrée du marché aux chameaux, les vendeurs préparent les dromadaires à la vente. A peine déchargés des camions, ils sont introduits dans la cour principale. Février 2019 ©ML

 

Des acheteurs commencent à affluer pour identifier les dromadaires qui partiront le plus vite, du fait de leur corpulence et de leur allure. Les plus résistants sont les premiers à être achetés. Février 2019 ©ML

 

Afin de limiter le risque que les dromadaires ne s’échappent du troupeau, le canon de l’une de leur patte avant est replié contre l’avant-bras et ficelé par une corde, dès leur arrivée au souk. Février 2019 ©ML

Ce dromadaire est rapidement isolé et immobilisé. Il est l’un des plus impressionnants de cette matinée de février. Février 2019 ©ML

Dans les artères adjacent l’allée centrale du souk, des scènes d’enchère où les vendeurs excitent leurs dromadaires à coups de bâtons, notamment dans les parties génitales, afin d’éprouver leur résistance devant les potentiels acheteurs. Février 2019 ©ML

Dans ces scènes, les canons sont libérés pour laisser au dromadaire l’amplitude nécessaire à une démonstration de force. Les chameliers ne sont jamais bien loin. Février 2019 ©ML

Une fois achetés, les dromadaires sélectionnés sont isolés dans des petites cours intérieures et attendent le camion qui les conduira chez leur nouvel acquéreur. Février 2019 ©ML

Ils rejoignent les véhicules dans lesquels ils repartiront du souk. Le chargement a lieu dans le souk, ou bien à l’extérieur. Février 2019 ©ML

Chargement au sein du souk. Février 2019 ©ML

Chargement en extérieur. Février 2019 ©ML


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search