« L’essence de la charî‘a »

Mohammed Saad al-Azhari, journal al-Fatah, 30 novembre 2012.

Pour que nous n’oppressions personne !
La justice est à la base de l’exercice du pouvoir. Par elle, le ciel et la terre se sont dressés. C’est ainsi que, en regardant les manifestants en marche vers la place Tahrir ce mardi 27 novembre, j’ai pensé qu’il était injuste de les mettre tous dans le même sac.
Il y en a certain parmi eux qui ont peur pour leur pays, qui ne voient pas d’autres moyens pour exprimer leurs craintes que les manifestations. D’autres ont peur de l’instauration de la Loi divine (charî’a) car ils ne savent, en réalité, pas grand-chose de celle-ci, si ce n’est ce qu’on en dit, ici de fallacieux et là de calomnies.
Parmi eux, des femmes pleines de coquetterie (mutabarrija) qui pensent que si les islamistes prennent le pouvoir, ils mutileront leurs visages quand elles flâneront avec gaîté dans les rues.
Parmi eux encore, des jeunes hommes et des jeunes femmes qui se sont éloignés de leur religion, du chemin de l’enseignement, du savoir et de la culture, et qui ont ainsi permis que se creuse un gouffre grandissant entre eux et la Loi divine (charî’a).
Il nous faut donc bien faire la distinction entre ces manifestants et ceux dont les actions sont intéressées, ceux qui sont les résidus (fulûl) de l’ancien régime et ceux, enfin, qui ont « fabriqué » la révolution et la place Tahrir pour opposer un obstacle aux transformations qui ont cours en Egypte.
L’occupation militaire qu’ont subie les pays musulmans durant des décennies a laissé sa place à une colonisation culturelle encore plus prégnante et subtile. Il nous faut donc multiplier les échanges avec les différents groupes sociaux. Bien sûr, des désaccords vont apparaître et demeurer entre eux et nous, car tout ce que notre société a subi d’occidentalisation [du mode de vie] et de transformations dans sa vision des choses, et qui constitue un plan dessiné sur le long terme [par l’occident], ne nous facilite pas la tâche.
Il nous faudra beaucoup de temps avant qu’une grande partie de la population ne retrouve un équilibre, et cet équilibre ne pourra s’instaurer qu’avec l’intensification du dialogue et des exhortations au bien, une logique [infaillible] dans les réponses, et en clarifiant les principes de bases qui vont permettre de distinguer la méthode des idées.
Nous avons besoin d’un grand nombre de savants en religion qui soient capables de faire le pont entre les sciences juridiques et les cultures multiples et variées dans lesquelles la société égyptienne est prise en ce moment, même quand elles ne semblent pas si répandues (ou prégnantes).
Le reste du monde pointe du doigt tout ce qui ne va pas [en apparence] dans notre pays, et peut l’utiliser [contre nous] à tout moment. Il nous faut ainsi veiller à accomplir notre devoir. Il incombait au Prophète l’annonce de ce qui lui a été révélé, en conformité avec les bonnes manières (al adâb) et les voies de la Loi divine (charî’a).
Il a persisté dans son devoir, il nous faut donc pouvoir accomplir le nôtre « Rappel ! Ô toi dont le rôle est de rappeler », sourate de l’Epreuve universelle, al-ghâchiyat, verset 22)
Je demande à Dieu qu’il nous guide. Quant à eux, qu’ils s’écartent du chemin du mal… »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *