Compte rendu: Atelier recherche du CEDEJ: Mémoire et Justice ” Une approche d’ethnographie urbaine dans un Soudan néo-libéral : le quartier de Deim ”

Atelier recherche du CEDEJ : Mémoire et Justice

” Une approche d’ethnographie urbaine dans un Soudan néo-libéral : le quartier de Deim ”

de Barbara Casciarri (Université Paris 8) – 15/09/2021

Mots clés: identité ouvrière, marginalité et centralité, espaces publics, mixité sociale, ethnicité

                Le 15 septembre dernier, nous avons eu le plaisir d’inaugurer le second semestre de séminaires de  l’année 2021 avec Barbara Casciarri. Barbara, professeure d’anthropologie à l’université Paris 8, membre du laboratoire LAVUE et chercheuse en délégation CNRS auprès du CEDEJ Khartoum, nous a présenté un séminaire intitulé « Memory and Justice: an urban ethnography approach to Neoliberal Sudan – the neighborhood of Deim ». Le quartier de Deim, actuellement situé au centre de la ville de Khartoum au Soudan, a été le théâtre de transformations importantes durant les différentes phases de l’histoire de la capitale à partir de l’époque coloniale et possède un intérêt mémoriel particulier. Au croisement de questions de justice sociale, environnementale ou même spatiale, l’analyse de Barbara Casciarri, elle-même résidente du quartier de Deim, a pu nous donner des pistes de réflexions sur les quartiers populaires Cairotes.

En introduction, Agnès Deboulet, directrice du CEDEJ Le Caire, a présenté le parcours de Barbara Casciarri, qui conduit ses recherches au Soudan depuis 1989 et entre 2006 et 2009 a été coordinatrice de l’antenne du CEDEJ à Khartoum, et a insisté sur l’importance des liens et futurs projets entre le CEDEJ de Khartoum et celui du Caire. Spécialiste du milieu rural (notamment pastoral), notre invitée mentionne la particularité de sa recherche sur un espace urbain comme celui de Deim. Barbara Casciarri possède une très longue connaissance du Soudan avec tout d’abord des études de terrains ruraux et des recherches sur des enjeux de gestion des ressources (eau et terre). Elle s’approche par la suite des recherches en contexte urbain notamment dans le cadre de cette étude de terrain à Deim, commencé en 2008 et poursuivi sur plus de 10 ans.

Découvrir un nouveau travail de terrain à Deim

                Au centre de Khartoum, le quartier de Deim est un quartier populaire peu fréquenté par les expatriés. Cependant, Barbara Casciarri, habitante de Deim, y connait une expérience particulière. Après la révolution de 2019, le quartier est orné de graffitis majoritairement faits par les habitants, dont la plupart représentent des martyrs tués pendant le régime islamiste (1989-2019), ce qui souligne une appropriation locale des murs. L’idée première de faire une recherche sur ce quartier lui est venue lorsqu’elle s’est installée dans le quartier en 2007, lorsque ses voisins lui ont fait part de leurs inquiétudes vis à vis d’un déplacement forcé comme celui qu’ils avaient pu vivre pendant la colonisation anglaise, et qui avait donné lieu au quartier actuel. Dépassant les hésitations liées à son status  d’« insider » dans le quartier, Barbara se lance alors dans une recherche de terrain visant une lecture anthropologique et historique de Deim défini selon ses habitants comme un quartier ouvrier (‘ummal) et  populaire (sha’abiy).

Genèse et évolution de Deim

                Deim est créé à l’époque coloniale. Entre 1949 et 1952, les habitants de Deim (Dayâma) ont été déplacés par l’administration coloniale anglaise vers une zone éloignée de l’ancien centre de Khartoum, près du cimetière et aux frontières avec le khala (désert), espace non urbanisé.  Cependant, ces « New Deims » connaissent une amélioration dans la qualité de vie qui se traduit par un accès précoce à l’eau et l’électricité et la construction de logements « décents » et modernes. Le quartier connaît un boom du foncier en 2005 et les Dayâma subissent une sorte de gentrification de leur quartier caractérisée par le passage à la construction d’immeubles et une forte augmentation des prix des logements.

Contre-récits de centralité et marginalité

                Dans leurs récits, les Dayâma considèrent avoir « civilisé » une terre anciennement considérée «khala». Dans le langage des sédentaires et des urbains, le terme « khala » regroupe le concept de désert, mais aussi celui de sauvagerie ou d’état primitif. Ils expriment une fierté d’avoir été les précurseurs d’un mode de vie urbain qui se traduit par l’accès à l’eau, l’électricité et l’éducation. Une fierté émane également de leur intégration dans le monde du travail importé au Soudan par la colonisation. En effet, les Dayâma travaillaient, de façon subordonnée, avec les Anglais, constituant une première classe ouvrière coloniale, ce qui justifie l’emploi actuel du terme ‘ummal pour se définir. Ainsi, ils affirment avoir été les premiers a accepté de rentrer dans une économie  « moderne ». Suite à l’expansion de Khartoum, vers les années 1980, la marginalité spatiale originale du quartier se dissipe et Deim se retrouve faire partie du centre urbain de Khartoum.

La production de la localité

                La production de la localité se traduit à Deim par cette opposition entre de « vrais » Dayâma et les « autres » (sameness/otherness, ou identité/altérité). L’appellation des sous-quartiers exemplifie ce facteur de reconnaissance. En effet, les sections du quartier ont été nommées différemment au cours du temps et seuls les anciens habitants de Deim connaissent les noms et les divisions d’origine de ces sections, contrairement aux nouveaux arrivants ou aux administrateurs étatiques. Le partage des espaces publics en est une autre caractéristique. La rue (shari’a) est un espace où la population, en particulier les jeunes (shebab), se retrouve discuter librement après la révolution de 2019. La rue est aussi un espace où l’on peut retrouver des terrains de football ou encore des cérémonies de mariage. Précédemment controlé de manière stricte par le régime, l’espace public ou « extra-domestique » de Deim devient après 2019 un bien commun. L’ordre social y est d’ailleurs depuis toujours géré en autonomie par des jeunes hommes ce qui résulte en un taux de criminalité presque inexistant. Ainsi, plus qu’habiter dans cet espace, il faut partager ses connaissances de l’espace et accepter de partager ce bien commun. Par conséquent, il y a une différenciation au sein même du quartier entre les Dayâma et les résidents qui y sont arrivés par l’achat ou par la location.

Opposition contre le sens dominant de l’ethnicité (« être Dayâma »)

                L’identité des habitants de ce quartier s’inspire d’une multiethnicité qui est le fruit de la rencontre de plusieurs appartenances tribales (gabila). Les affiliations tribales des Dayâma ne sont pas masquées ou cachées mais le métissage (khalta) qui est le produit des mariages mixtes dans les générations précédentes, est fortement valorisé. Cela se différencie du discours identitaire dominant au Soudan, où l’élite Arabo-musulmane insiste sur la pureté des origines, liée à une seule racine tribale. A Deim, le métissage est devenu composante identitaire essentielle, on peut reconnaitre sa tribu (gabila) d’appartenance tout en contestant la gabaliya (tribalisme). Cette construction d’une identité comme Dayâma, où le lieu plutôt que le « sang » crée la communauté, reprend finalement certaines valeurs de la gabila – la solidarité, le devoir d’entraide, et la défense de l’espace commun.

Conclusion

                En conclusion, l’identité des Dayâma s’est forgée initialement comme un instrument d’opposition au pouvoir colonial, et sa persistance se retrouve aujourd’hui comme base d’une critique de la restructuration néolibérale de la capitale soudanaise, et l’arrivée dans le quartier de nouvelles classes moyennes et supérieures qui ne partagent pas les mêmes valeurs et pratiques quotidiennes des Dayâma. Enfin, le séminaire s’est clôturé avec une série de questions et de remarques. Cette recherche sur le quartier de Deim peut être connectée à différents cas comme, Agnès le mentionne, certaines banlieues ouvrières en Europe (voire ouvrage de Marie-Hélène Bacqué et Sylie Fol: Le devenir des banlieues rouges) ou même Imbaba au Caire. Ces analogies montrent des similarités d’évolution de quartier tout comme les particularités de Deim.

Anouck Guillou


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search