Site anasalafy.com, 6 décembre 2012

Yasser Burhâmi, « La Constitution et la question de l’entente », Site anasalafy.com, jeudi 6 décembre 2012
[http://www.anasalafy.com/play.php?c…, consulté le 6 décembre 2012]

« Gloire à Dieu, que la prière et la paix soient sur le messager de Dieu »,

Certains ont exprimé leur refus [de voir] le projet constitutionnel soumis à référendum pour la date du 15/12/2012, prétendant que l’assemblée constituante aurait décidé de n’intégrer dans la Constitution que les éléments qui auraient fait l’objet d’une entente (tawâfuq) générale et que le président de la république aurait promis qu’aucune Constitution ne serait proposée au peuple sans recevoir au préalable l’accord de tous ses membres. Ce qui vient de se passer serait donc une trahison de cette promesse.

En réponse à ce que disent tous ceux qui s’inscrivent dans le courant libéral, et aussi à ce que disent certains autres, qui appartiennent, eux, au courant islamique, à l’instar du cher frère, le Dr. Abd al-Mon’îm Abu al-Futûh, je leur dis la chose suivante :

Premièrement : vous avez accepté la marche de la démocratie. Celle-ci affirme que la signification de l’entente repose sur le consentement de la majorité. Elle ne signifie pas que l’entente soit définie comme l’unanimité. Pourquoi refusez-vous cette entente à présent ?

Deuxièmement : il est impossible d’obtenir l’unanimité parmi les hommes, sans qu’il y ait une exception. Allons-nous rester sans Constitution jusqu’à la fin des temps ? Car ce que vous voulez, vous ; nous, nous le refusons. Est-ce que l’entente signifie nécessairement que la majorité doive s’accorder avec l’avis du petit nombre (qui n’est même pas une minorité) – un petit nombre dont nous estimons qu’il n’est pas l’expression de la croyance de la nation (oumma) ni celle de la volonté issue des urnes. D’ailleurs, les manifestations millionnaires en portent témoignage, avant même le jugement des urnes.

Troisièmement : Le règlement [intérieur] de l’assemblée constituante dispose que les décisions sont prises sur la base d’une entente générale. Celle-ci a été établie à 67% des voix, puis à 57% des voix ! Malgré ce taux étrange, qui n’existe – à notre connaissance – pour aucun autre scrutin démocratique de par le monde, nous avons accepté de faire passer plus de 50% des articles de la Constitution par consensus (ijmâ’) ou par quasi-consensus. Les autres articles ont été votés à plus de 80% des voix. Un seul article est passé par 74 voix sur 86, c’est-à-dire à une majorité des trois quarts. Y a-t-il quelque chose qui relève davantage de « l’entente » que cela ?

Quatrièmement : Nous avons signé les articles les plus controversés avec l’Eglise et les forces libérales qui se sont ensuite retirées et nous l’avons fait de bon cœur. Je me rappelle du jour du vote de l’accord sur la référence à Al-Azhar dans l’interprétation (tafsîr) des principes (mabâdi’) de la charî’a, et l’affirmation du droit des juifs et des nazaréens (nasâra) à recourir à leur propre législation [en matière de culte] ; le représentant de l’Eglise était même venu distribuer des sucreries [Note du traducteur : halawât el mawlid sucreries que les musulmans mangent le jour du mawlid al nabawi, célébration de la naissance du Prophète] à tous les membres du comité pour manifester sa joie. Et lorsque ‘Amr Moussa (ancien président de la Ligue arabe et candidat à l’élection présidentielle de mai-juin 2012) a demandé que soit supprimée la référence à Al-Azhar dans l’interprétation des principes – alors qu’il était lui-même l’initiateur de cette proposition ! –, nous nous sommes mis d’accord pour qu’al-Azhar propose elle-même une définition [de ces principes] afin que celle-ci soit insérée dans la Constitution. C’est la définition [qui figure dans le texte actuel] que tout le monde a signé, sauf ‘Amr Moussa qui s’est retiré de la séance avant la fin. Quelques uns ont même écrit « remerciement à Dieu » (al hamdulillah) au dessus de la signature, pour dire ensuite, au bout d’un mois : « c’est un article catastrophique » (mâddat kârithiyya). Que pouvons-nous donc faire ?

Cinquièmement : lors des deux derniers jours, il y eut les ultimes discussions, suivies d’un vote sans débat, non pas pour couper court aux discussions – car celles-ci étaient, en principe, déjà achevées – et personne [de toute façon] n’aurait fait de nouvelles suggestions, chacun tenant fermement à sa position ; position que l’assemblée a souvent déjà entendue (parfois une dizaine de fois). Il fallait bien finir par voter, après la fin des discussions, c’est à dire au bout de 5 mois et demi d’effort continu, couronné par trois journées intenses qui ont atteint, lors de la dernière session, 22 heures de travail sur une journée de 24 heures, et lors de la session précédente, 14 heures consécutives. Le total de tous ces efforts [fait en trois jours] vaut 4 mois de travail, où se tient [d’ordinaire] une session hebdomadaire de trois heures. Tout cela était le couronnement des efforts précédents, et non l’établissement de quelque chose de nouveau.

Après un très long dialogue avec la société – 160 conférences à l’échelle du pays, plus d’un million de suggestions par mail, et des dizaines de milliers de suggestions manuscrites et postales, et des projets complets de Constitution –, [il s’est avéré que] la plupart des suggestions reçues par le comité des composantes essentielles de l’Etat (lajnat al-muqawamât al-asâsiyyat lil-dawlat) a concerné en premier lieu, soit à 99%, la question de la « charî’a islamique comme source essentielle de la Loi » ; en second lieu, soit à plus de 80%, celle de la « souveraineté à Dieu seul ». Nous n’avons pourtant inséré aucune de ces deux propositions dans la Constitution afin d’arriver à une entente, et alors que telle n’était pas notre intention. Nous avons réaffirmé notre position, à la fois verbalement et par écrit, en faveur d’une prise en compte de la volonté populaire, mais le vote majoritaire a décidé en faveur de ce qui figure dans le projet constitutionnel.

Sixièmement : Quand les opposants se sont retirés, ils ont monté en une semaine un contre-projet. Voilà donc un projet bien vite bâclé [dans le texte original : « nudhj wa shawy », « bien cuit et bien grillé »]. Et vous osez prétendre que 6 mois d’efforts colossaux [que nous avons effectués] est du travail bâclé (salq) ? A Dieu vont nos plaintes.

Septièmement : Nous nous sommes pressés pour finir avant le délai de deux mois, car la décision du président d’annoncer la Constitution fait l’objet d’un recours. Il était [aussi] possible de porter un recours contre la constitutionnalité du projet constitutionnel dans un délai de 6 mois, comme l’énonce [la décision du] referendum du 19/03/2011. En outre, la Cour constitutionnelle (mahkamat al dusturiyya) a dans son collimateur toutes les institutions élues de l’Etat – l’Assemblée du peuple a été dissoute par la Cour suprême alors que le tiers de ses membres possédaient l’immunité constitutionnelle, suite à la Déclaration du 30/03/2012 ; le majlis al-chûra allait subir le même sort, de même que l’Assemblée constituante.

Il fallait absolument trouver une solution, sinon la main destructrice [sous entendu : celle des libéraux] aurait frappé tout les organes étatiques égyptiens. Pourtant, les choses ont été consciencieusement préparées pendant les six mois écoulés. Pourquoi ceux qui ont dit qu’il y avait des fautes ou que des articles avaient besoin d’être rediscutés ne se sont il pas manifestés lors des séances de discussions ? Un des membres s’est absenté tout au long des discussions sans présenter d’excuses et, arrivant à la fin des discussions, s’est exclamé : « soit vous discutez avec moi [et tenez compte de mes commentaires] soit c’est la preuve que vous voulez bâcler la rédaction de la Constitution ! ». C’est une non-reconnaissance absolue de l’effort des autres, du temps qu’ils consacrent [à cette tâche], et un manque d’intérêt pour l’avenir du pays ! A Dieu vont nos plaintes…

Nous présenterons d’autres objections et d’autres réponses afin que les gens sachent que ce projet constitutionnel est la meilleure Constitution jamais écrite pour l’Egypte moderne, en comparaison de ce qui l’a précédée. Elle mérite de faire l’objet d’une approbation ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *