« Le grand marchandage des salafistes et les coulisses de l’élaboration de la nouvelle constitution »

Al-churûq, 24 décembre 2012

-« Burhâmi dévoile le grand marchandage des salafistes et les coulisse de l’élaboration de la nouvelle Constitution ».

-« Le vice-président du courant salafiste de la prédication salafiste (al-da’wa al-salafiyya) déclare dans une vidéo : « nous avons fait passer l’article d’explicitation de la charî’a dans la Constitution, après avoir fait pression sur le cheikh d’al-Azhar…les Nazaréens (al-nasâra) et les sécularistes (al-‘ilmâniyyîn) n’y ont vu que du feu ! »

-« L’Eglise n’a pas obtenu ce qu’elle voulait dans la Constitution…Les cheikhs des chaînes satellitaires doivent attaquer le pape. Notre lutte continuera au sein de la future Assemblée du Peuple, si nous arrivons à  imposer la loi sur le contrôle de moralité islamique (qânûn al-hisba) nous pourrons faire ce que nous voudrons ».

-« Nous nous efforçons de promouvoir des lois pour arrêter les journalistes et leur imposer un contrôle légal ».

[Note du traducteur : l’article revient sur la façon dont les constituants salafistes, guidés par le cheikh Yasser Burhami, ont réussi à imposer une conception détaillée et positiviste de la Loi religieuse. Si l’article 2 de la nouvelle Constitution continue d’évoquer les « principes » de la charî’a comme « source principale des lois » (les salafistes voulaient supprimer la mention des « principes ») l’article 219 réduit le champ d’interprétation du législateur en énonçant les bases légales de la Loi religieuse – « Les principes de la charî’a islamique contiennent les preuves intégrales, les règles  applicables en matière fondamentale et jurisprudentielle ainsi que leurs sources telles qu’elles figurent dans la tradition sunnite ». L’interprétation de ce corpus relève, selon les termes de l’article 4, de « l’instance des grands oulémas de l’Université d’al-Azhar », les cheikhs salafistes parvenant ainsi à transformer, contre leur gré, les responsables de l’Université en garants de la supériorité de la charî’a sur la loi].

« Le cheikh Yasser Burhâmi, vice-président de la prédication d’Alexandrie, (al-da’wa al-salafiyya) a dévoilé les marchandages en coulisse des représentants de la prédication au sein de l’assemblée constituante pour faire passer plusieurs articles auxquels tenait le courant salafiste, surtout l’article qui interprète l’article 2 de la constitution, au sujet duquel le cheikh a dit que « les Nazaréens et les sécularistes n’y avaient vu que du feu ». Il a ajouté que l’Eglise « n’avait pas pu obtenir ce qu’elle voulait » de la Constitution, qu’il souhaitait « imposer un contrôle légal sur la presse » et faire passer une loi sur « le contrôle de moralité islamique » (qânûn al-hisba) au prochain parlement pour que « les salafistes puissent obtenir ce qu’ils désirent » selon ses propres termes.

Burhâmi, qui est apparu dans une vidéo diffusée sur Youtube, a affirmé, lors de sa participation à une rencontre d’oulémas et de prédicateurs venus discuter du projet de la nouvelle Constitution égyptienne, que celle-ci comportait des dispositions contraignantes de plein exercice (quyûd kâmilat) qui n’avaient jamais figuré auparavant dans aucune Constitution égyptienne.

Au sujet de l’article 2 qui a spécialement trait à la charî’a et de l’article 219 qui explicite son contenu, Burhâmi a dit que le comité des oulémas musulmans avait interprété l’article de la façon suivante : « les principes de la chari’a islamique (mabâdi‘ al-charî‘a al-islâmiyya) contiennent les règles [applicables] en matière fondamentale » (qawâ’idihâ al-’usûliyya). Il a lui-même demandé de faire référence à « leurs sources dans la tradition sunnite » alors que les cheikhs d’al-Azhar considéraient, eux, que la seule mention des « preuves intégrales » de la charî’a (adilatuha) étaient suffisante. Il leur a alors répondu que « les preuves intégrales » incluaient par définition « leurs sources » et après cela, ils ont effacé « complètes » [note de la traduction : dans le texte final de la Constitution, l’épithète « intégrales » vient pourtant compléter la mention des « preuves »].

Burhâmi a rajouté qu’il « savait parfaitement ce qu’ils entendaient par le terme « intégral » et qu’il leur avait dit « qu’il n’y avait pas d’autres solutions que celle consistant à faire mention des « sources ». Ensuite, l’affaire a été débattue au sein du comité des oulémas (hai’at al-’ulamâ’). Le texte de l’article a finalement pris la forme suivante « ainsi que leurs sources telles qu’elles figurent dans la tradition sunnite ». « C’est la première fois sans aucun doute » poursuit le cheikh, « qu’une telle chose arrive dans la Constitution égyptienne. La disposition a été approuvée par tous ». Il ajoute que l’article a été approuvé dans cette forme et qu’il a été signé par 36 libéraux, par al-Azhar et par les Coptes. Le cheikh Burhâmi évoque l’existence d’un article relatif à l’Université d’al-Azhar qui autorisait la destitution du cheikh d’al-Azhar, ce qui a poussé le cheikh d’al-Azhar à avoir une position hostile vis-à-vis de l’article d’explicitation [du rôle de la charî’a]. Il a expliqué ensuite qu’avec la suppression de l’article sur la destitution du cheikh d’al-Azhar, l’article 219 [sur l’explicitation du contenu de la charî’a] a été adopté, en rajoutant à cette occasion que « les Nazaréens et les sécularistes n’y avaient rien compris du tout ».

Burhâmi continue : « les représentants d’al-Azhar au sein de l’assemblée constituante ont été en pointe du débat sur la question des principes de la charî’a ainsi que sur les questions se rapportant aux coptes. C’est pourquoi, quand nous avons demandé dajouter un article qui autorisait la destitution de l’imam d’al-Azhar, cela a créé une grande colère, parce qu’al-Azhar a un rapport étroit avec le petit peuple de la rue, et que cette rue, par nature, a peur des islamistes ». Il souligne « qu’ils continueront le combat dans la nouvelle Assemblée du Peuple, à travers la promotion d’une loi sur l’âge de la retraite du cheikh d’al-Azhar, pour suppléer à  l’impossibilité actuelle inscrite dans la Constitution, de le destituer».

Quant aux articles se rapportant à la question des libertés, Burhâmi a déclaré pendant la rencontre avec les cheikhs et les prédicateurs salafistes : « nous ne voulons pas que la presse s’intéresse de trop près à certains articles, il y a un article qui défend la liberté de penser (hurriyat al-fikr), la liberté d’opinion (hurriyat al-râ’i) et la liberté de création (hurriyat al-ibdâ’), l’Etat s’engage à défendre les valeurs, si le parlement publie la loi sur le contrôle de la moralité islamique, nous serons en mesure de faire ce que nous voudrons». Burhâmi explique qu’il « n’y aura pas de censure sur la presse avant la publication, mais il y aura un délit de publication, qui sera puni par l’emprisonnement ». Il poursuit : « c’est l’un des combats à mener, on y passera dix ou quinze années en sorte de ne pas encourir la colère du monde quand nous adopterons la loi sur le délit de la presse». Il souligne « qu’eux [les islamistes] voulaient instaurer une censure légale avant la publication des journaux ».

Sur l’église et l’article 3, à l’encontre duquel se sont mobilisés certains prédicateurs, et qui dispose que « les croyants des religions  monothéistes soient jugés selon leur législation », Burhâmi s’interroge : « est-ce que le retrait de l’Eglise de la constituante lui a permis d’obtenir ce qu’elle voulait ? ». Il répond : « au contraire, jusqu’à présent, l’Eglise copte n’a pas obtenu ce qu’elle voulait »

Burhâmi a appelé les prédicateurs à aller sur les chaînes câblées pour critiquer le pape de l’Eglise  copte, en invoquant son refus de la charî’a. Il a insisté sur le fait qu’il y a un article qui statue sur les droits et les libertés, « à conditions qu’il n’entre pas en contradiction avec les composantes essentielles de la société » (al-muqawwimât al-asâsiyya lil-mujtama’). Il précise que ces composantes essentielles sont « la charî’a islamique, le Coran et la Sunna ». Il souligne que cet article a été adopté en dépit de l’opposition des Nazaréens et qu’en vertu de la Constitution, l’apostasie et les bahaïs (bahâ‘iyîn) seront interdits. Burhâmi a critiqué la cour constitutionnelle en disant « qu’il fallait mettre au pas la cour constitutionnelle par n’importe quel moyen ».  Il a ensuite fait référence à un article dans le chapitre des droits et des libertés qui dispose « il ne peut y avoir de crime et de peine sans droit » –  « nous avons réussi, grâce au Dr Mohammad Salim al-’Awwa, à substituer « sans loi » à « sans droit », ce qui veut dire à la fois la loi et la Constitution ».

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *