« Les attaques des Mongols menacent la profondeur stratégique des Arabes »

Editorial écrit par Amr Mansour, Journal salafiste Al-fath, 25 janvier 2013
« Les attaques des Mongols menacent la profondeur stratégique des Arabes La France occupe le Mali et poignarde l’Oumma islamique dans son cœur africain »
« Avec la complicité et le silence de la communauté internationale, la Mali est en train d’être poignardé par un poignard français empoisonné, avec l’appui de l’ouest de l’Afrique et des intérêts américains, [tandis qu’on assiste] au déshonneur arabe et islamique. La destruction a déjà envahi le misérable nord du Mali, Tombouctou est devenue la « Bagdad de l’Afrique de l’Ouest », victime des hordes françaises, comme Bagdad avait en son temps succombé aux coups des Mongols. Les intérêts français et occidentaux se sont jetés sur les richesses du Mali [comme ils se sont jetés] sur le rêve de stabilité de son peuple, [le privant] de la moindre chance de créer des plans de développement dans ce pays très pauvre. La situation au Mali avait atteint une certaine stabilité avec un règlement du problème Touareg suite aux négociations qui s’étaient déroulées entre le gouvernement malien, le Mouvement National pour la Libération de l’Azawad et le mouvement Ansâr al-Dîn. Toutes les parties avaient publié une déclaration commune, sous l’égide du négociateur burkinabé, où ils confirmaient leur attachement à l’unité du territoire du Mali, condamnaient la violence, l’extrémisme, le terrorisme et affirmaient leur attachement aux droits politiques et religieux de tous les habitants du pays.
Mais cette évolution mettait en colère la partie française, qui voulait à tout prix s’installer au Nord du Mali. Elle a ainsi transgressé la décision du Conseil de sécurité en ce qui concerne l’intervention au nord du pays. La France est intervenue unilatéralement alors que le gouvernement et les parties touarègues avaient franchi une nouvelle étape vers la résolution des divergences par des moyens pacifistes.

Les raisons de l’intervention

Le résultat des pourparlers entre le gouvernement malien et le mouvement Ansâr al-Dîn avait donné lieu a des avancées encourageantes pour la stabilité au nord du Mali. Qu’Ansâr al-Dîn accepte de s’asseoir à une table des négociations signifiait qu’il y avait une forte chance pour que le mouvement, simple confrérie religieuse au départ, se transformât en un parti politique islamique, à l’instar de l’islam politique qui existe déjà en Egypte et dans d’autres pays d’Afrique du nord. C’est ce qui se serait produit avec son intégration dans le processus politique national une après l’adoption de la Constitution. Cela aurait menacé la laïcité de l’Etat – une laïcité défendue par la France depuis cinq décennies. C’est ce que confirment les déclarations du chef des renseignements français selon lesquelles son pays n’acceptera pas une forte présence des islamistes au nord du Mali. Tandis que les prédictions sur un retrait anticipé du pouvoir du président algérien Abd al-Aziz Bouteflika se font de plus en plus nombreuses, en raison de son état de santé, les probabilités augmentent d’une prise de pouvoir des islamistes dans le pays après le retrait de Bouteflika, comme c’est le cas dans les autres pays du printemps arabe. C’est pourquoi la France s’est vue obligée de déployer ses forces au nord du Mali – cour intérieure de l’Algérie – pour assurer la préservation de ses intérêts après le départ de Bouteflika.

Le Nord du Mali et le Sahara regorgent aussi de ressources économiques considérables – uranium, pétrole et or –, si bien que la France s’efforce d’assurer un contrôle total de ces ressources, selon un plan de partage avec les Etats-Unis, les autres pays européens et la Chine.

La précipitation avec laquelle la France a lancé les attaques au mois de janvier, environ huit mois avant la réunion du Conseil de sécurité, s’explique par la volonté de la France de lancer une attaque au moment où les pays d’Afrique du nord sont tous absorbés par leurs affaires intérieures – la Libye et la Tunisie sont occupées par l’adoption de leur Constitution respective, tandis que l’Egypte prépare l’organisation des législatives. La nature géographique et climatique du Mali explique qu’après septembre (l’ancienne date fixée pour l’agression) le Mali deviendra une rivière de boue, à cause des pluies saisonnières, avec ses cortèges de mouches qui propagent la malaria. Les Français auront du mal à supporter cette situation, ce qui entravera l’avancée vers le Nord de leurs forces ainsi que celles de la communauté des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO). Ajoutons à cela l’affaiblissement du Mouvement national pour la libération de l’Azawad, qui a perdu son territoire au profit des deux mouvements de l’Unicité et du Jihad (harakat tawhîd wal-jihad) et d’Ansâr al-Dîn. C’est la raison pour laquelle il a apporté son soutien à la razzia (ghazw) française, pour que cette dernière l’aide à se débarrasser de ses rivaux.

C’est ainsi que les forces françaises ont commencé leur offensive contre les territoires du Nord, avec l’accord complaisant et soumis du président du Mali et des forces de la CEDEAO, la bénédiction du secrétaire général de l’Organisation des Nations-Unies (ONU), Banki Moon et l’appui logistique américain sous la forme d’une intervention militaire limitée au moyen de drones, en plus de l’aide apportée par l’Union européenne.

Soutien occidental

De nombreux pays occidentaux, parmi lesquels la Grande-Bretagne et l’Italie, ont annoncé qu’ils étaient disposés à apporter une aide supplémentaire aux forces françaises qui dirigent l’intervention militaire au Mali. Le porte-parole de l’armée française, Thierry Borkar, a déclaré hier que la Grande-Bretagne, la Belgique, le Canada et le Danemark acheminaient déjà du matériel français au Mali. Le journal anglais The Times a dévoilé hier que des unités de l’armée britannique ont été mises en état d’alerte maximum, pour se préparer à une éventuelle intervention pour soutenir, si nécessaire, l’intervention française au Mali. De même, les responsables des forces armées américaines en Afrique (Africom) ont annoncé qu’ils avaient commencé à transporter des forces françaises et du matériel militaire aérien au Mali. Le porte-parole de l’Africom, Jack Bri-Jack (sic) a déclaré : « à la demande du gouvernement français, nous avons commencé d’acheminer par voie aérienne le matériel et les hommes de la France vers le Mali ». Il s’attend à ce que l’opération prenne encore quelques jours. Quant au secrétaire général de l’ONU, Banki Moon, il a accueilli favorablement l’intervention militaire française au Mali en la qualifiant de « courageuse ». De son côté, le Général Ibrahim Dambeley, le chef d’état major de l’armée malienne, a estimé que si le soutien apporté aux militaires maliens continuait dans l’avenir, la reconquête des villes de Gao et de Tombouctou se ferait en un seul mois. Selon la chaine russe « la Russie d’aujourd’hui » qui s’appuie sur une information de l’agence de presse ITAR-TASS, le chef d’état major de l’armée malienne a affirmé que l’objectif de l’armée est la libération totale du nord du Mali, actuellement sous la domination des groupes armés des combattants radicaux.

Une opération difficile

Concernant les combats, l’opération est difficile, semble-t-il, pour les forces françaises qui n’ont pas d’autres options que de renforcer leurs frappes aériennes et d’utiliser les forces de la CEDEAO en première ligne pour faire face aux sables mouvants du Mali et aux milliers de combattants, parmi lesquels des combattants aguerris et quasi-professionnels répartis entre l’organisation d’al-Qaïda au Maghreb islamique qui comporte, selon diverses estimations, près de mille combattants, très bien organisés et très bien entrainés. La plupart des combattants de ce réseau sont des Arabes de la région, auxquels il faut ajouter quelques étrangers ; ils sont retranchés au nord-ouest du Mali. Les estimations varient pour mesurer les effectifs de l’organisation Ansâr al-Din. Il y a ceux qui disent qu’ils comptent entre six et dix mille membres, parmi lesquels trois et quatre mille combattants entrainés. Le Mouvement de l’Unicité et du Jihad (harakat al-tawhid wal al-jihad) au nord du Mali compte environ 400 combattants décrits comme plus « extrémistes » que le réseau d’Al-Qaïda au Maghreb, partisans du « jihad international ». Tous ces groupes ont pu récupérer les armes des Maliens qui combattaient à côté des bataillons de Kadhafi après la chute de son régime, plus précisément dans les bases militaires proches de la ville de Sabha, au sud de la Libye. Ils ont donc des armes conventionnelles comme la kalachnikov et d’autres armes comme des fusils, des véhicules de transport ainsi que des armes obtenues après la défaite de l’armée malienne en avril 2012 et la fuite de ses troupes. Parmi les armes récupérées, il y a des équipements militaires comme l’artillerie anti-aérienne et d’autres armes non perfectionnées de faible portée. Ensuite, il y a les armes qui ont été amassées à partir du mois d’août 2012, au moment où on a commencé à parler d’une possible intervention militaire au Mali pour repousser les groupes armés qui s’étaient mis à utiliser l’argent des rançons et de la contrebande, pour acheter des armes perfectionnées sur le marché noir africain, provenant en particulier de Libye et du Nigéria. Ces groupes ont acheté toutes les sortes d’armes qu’ils ont pu trouver, surtout des batteries anti-aériennes.

Des dizaines des milliers des réfugiés ont fui le nord du Mali vers la Mauritanie voisine pour échapper au feu des forces françaises et africaines. Ils sont exposés à l’enfer de la faim, de l’abandon et du froid intense. Le nombre de morts et de blessés est impossible à estimer dans ce pays pauvre dont personne ne se préoccupe [et qui reste] négligé sur la scène islamique.

Le président égyptien Muhammad Morsi a condamné l’intervention française au Mali. Après avoir reçu Mohamed al-Mûqrîf, le président du parlement libyen, en marge de l’inauguration du sommet économique arabe à Ryad, il a déclaré : « le Caire n’accepte en aucun cas cette intervention qui est de nature à alimenter le conflit dans la région ». Le président a appelé à des interventions pacifiques pour favoriser le développement, « car l’Egypte ne veut pas d’un nouveau foyer de violence au cœur de l’Afrique qui sépare le Nord arabe de sa profondeur africaine ». Cette condamnation a été accueillie par des protestations françaises, car pour Paris, il s’agit d’une offensive contre des organisations terroristes. De son côté, l’Organisation de la Conférence islamique (OCI) s’est contentée d’une dénonciation (…) et d’un engagement pour une solution pacifique au Mali. Les organisations islamiques n’ont pas réussi à mettre fin au bain de sang en Syrie, que dire alors d’un Etat comme le Mali qui occupe une place plus que périphérique dans les préoccupations du monde musulman ? L’intervention franco-occidentale au Mali menace le monde arabe au nord de l’Afrique dans sa profondeur stratégique et coupe en deux la continuité arabo-africaine. Elle peut mettre fin à l’Afrique subsaharienne musulmane. Et le monde islamique est incapable de lever le petit doigt en signe de protestation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *