Entretien avec A.K.M Saiful Islam – Colloque international la Fabrique de la ville durable – 2022

Dans le cadre de la conférence intitulée “Fabrique de la ville durable”, organisée par le CEDEJ (Centre d’études et de documentation économiques, juridiques et sociales), l’Institut Français d’Égypte et la FES (Friedrich Ebert Stiftung), nous avons réalisé une série d’interviews avec quelques intervenants.

AKM Saiful Islam, professeur à l’Institut de gestion de l’eau et des inondations de l’Université d’ingénierie et de technologie du Bangladesh (BUET), a participé à la rédaction du sixième rapport du GIEC, groupe d’expert intergouvernemental sur l’évolution du climat. Le 4 avril 2022, les experts du climat de l’ONU appartenant au GIEC ont publié un nouveau rapport consacré aux solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, notamment dans l’objectif de parvenir aux conclusions des accords de Paris, à savoir limiter le réchauffement climatique à 1,5°C.

Des rapports aux conclusions alarmantes

Au cours de cette interview, AKM évoque notamment les rapports qui ont précédé ce dernier, à savoir un premier rapport publié en août 2021 sur l’accélération du changement climatique et son aspect scientifique, et un second, publié en février 2022 qui portait sur les effets du réchauffement, les vulnérabilités et les capacités d’adaptation à la crise climatique.

Si le premier rapport alerte sur “l’impact drastique sur les océans, l’intensification de la sécheresse, les inondations et les cyclones” selon le professeur, le second papier du GIEC a, quant-à-lui, dénoncé l’urgence de “s’adapter au changement climatique”. Le dernier rapport en date a tiré la sonnette d’alarme en révélant que les engagements actuels des État pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre ne permettent pas de se maintenir en dessous du seuil de 1,5°C.

Trois ans ou rien

Trois ans. C’est le chiffre estimé par le dernier rapport du GIEC, publié début avril 2022, pour inverser la courbe des émissions mondiales de gaz à effet de serre. 2025 : la date limite pour atteindre le maximum des émissions de gaz à effet de serre. Sinon, les conséquences écologiques seront irréversibles, si elles ne le sont pas déjà pour la plupart : “l’adaptation est cruciale, car si nous n’agissons pas maintenant, il y aura des pertes permanentes” confirme AKM Saiful Islam.

En chemin vers la COP 27

Alors que les conclusions de la COP 26, qui s’est tenu à Glasgow en novembre 2021, ont été accusées d’être trop peu suffisantes, voire “naïves”, c’est l’Égypte qui devra assurer la relève. Le pays accueillera en son sein la COP 27, prévue en novembre 2022 à Sharm El Sheikh, ville située dans le Sinaï égyptien : “en ce qui concerne la COP 27, j’espère que les promesses faites dans l’accord de Paris seront tenues, afin que nous puissions atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 et mettre à disposition un fonds pour le changement climatique, en particulier pour les pays en développement, les deltas vulnérables et les petites îles”.

Publié avec deux jours de retard, le troisième et dernier volet du sixième rapport du GIEC met en garde contre une inaction et un manque de considération de la question climatique, d’ailleurs presque invisible dans la campagne présidentielle : “J’ai le sentiment qu’il s’agit d’un défi mondial. Il ne s’agit plus de résoudre les problèmes individuellement…” conclut le rapporteur du GIEC.

 Entretien réalisé par Téa Ziade et Kawkab Tawfik


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search